AccueilHistoire de la tourbe et des tourbières

Histoire de la tourbe et des tourbières

International symposium "History of mires and peat"

*  *  *

Publié le vendredi 09 février 2007

Résumé

Le Groupe d’Histoire des Zones Humides, fondé en 2003, organise son deuxième colloque. Il a pour thème l’histoire de la tourbe et des tourbières. Le lieu choisi est la ville de Laon, Entourée de tourbières dont celles de la Souche ont fait l’objet d’une exploitation intense pendant un siècle, c’est à Laon que s’est tenu, en 1928, le premier colloque international. L’étude des tourbières, depuis la réévaluation du rôle des zones humides, est souvent abordée au cours des rencontres entre scientifiques et gestionnaires, mais le plus souvent sous l’angle biophysique. L’histoire de ces sites, en-dehors de la paléohistoire, est généralement peu évoquée, en France tout au moins. C’est donc dans le but de combler une lacune et de rapprocher les sociétés qui vivent dans ou à proximité de ces espaces de leur histoire que ce colloque est organisé. Il a aussi pour but de mettre en valeur les différents modes d’exploitation et de favoriser une comparaison entre pays étrangers. Ce colloque ne s’intéressera pas aux aspects actuels de conservation ou de restauration des tourbières. Un autre colloque, organisé par le Pôle-relais Tourbières dans le Jura du 8 au 11 octobre 2007, fera le point sur la restauration des tourbières exploitées aujourd’hui et les perspectives de remplacement de la tourbe pour les usages actuels.

Annonce

Laon 18 au 20 octobre 2007

Préambule :

Le Groupe d’Histoire des Zones Humides, fondé en 2003, organise son deuxième colloque. Il a pour thème l’histoire de la tourbe et des tourbières. Le lieu choisi est la ville de Laon, Entourée de tourbières dont celles de la Souche ont fait l’objet d’une exploitation intense pendant un siècle, c’est à Laon que s’est tenu, en 1928, le premier colloque international.

L’étude des tourbières, depuis la réévaluation du rôle des zones humides, est souvent abordée au cours des rencontres entre scientifiques et gestionnaires, mais le plus souvent sous l’angle biophysique. L’histoire de ces sites, en-dehors de la paléohistoire, est généralement peu évoquée, en France tout au moins. C’est donc dans le but de combler une lacune et de rapprocher les sociétés qui vivent dans ou à proximité de ces espaces de leur histoire que ce colloque est organisé. Il a aussi pour but de mettre en valeur les différents modes d’exploitation et de favoriser une comparaison entre pays étrangers.

Ce colloque ne s’intéressera pas aux aspects actuels de conservation ou de restauration des tourbières. Un autre colloque, organisé par le Pôle-relais Tourbières dans le Jura du 8 au 11 octobre 2007, fera le point sur la restauration des tourbières exploitées aujourd’hui et les perspectives de remplacement de la tourbe pour les usages actuels.

 

Les thèmes

 

Premier thème : l’exploitation de la tourbe, nature, répartition géographique et techniques d’exploitation

Mots-clés : connaissance géographique et technique, extraction, paysages

 

L’extraction de la tourbe suppose une connaissance de la ressource, aussi bien sa localisation que son usage potentiel. Nous voudrions que ce colloque retrace, depuis les premières mentions de la « turf » dans le nord de l’Europe » jusqu’aux inventaires actuels réalisés par les naturalistes ou les gestionnaires de l’eau, une histoire de la connaissance géographique de ces espaces. Une histoire des usages de la ressource est également à écrire, des premiers emplois comme combustible ou amendement jusqu’aux utilisations industrielles à partir du XIXème siècle.

Les modes d’exploitation ont également une histoire complexe, des premiers étrépages à la bêche jusqu’aux récoltes actuelles intensives. Plusieurs inventions techniques jalonnent cette histoire, le louchet, par exemple, qui modifie profondément les caractères de l’extraction.

Enfin, ces modes d’extraction ont des impacts différents selon les techniques employées. Certains n’ont pas laissé de traces, d’autres ont profondément marqué le paysage. L’extraction de la tourbe peut générer de nouveaux paysages aux dépens de ce qui n’étaient que des vallées humides et donner ainsi une nouvelle valeur et une nouvelle identité à ces espaces.

 

Enfin, dans le monde rural, aujourd’hui, la tourbe apparaît encore comme une ressource renouvelable. Comment cette notion a-t-elle traversé les époques ? Est-elle née d’observations scientifiques, empiriques ou d’un imaginaire collectif né du constat de la grande productivité végétale de ces milieux ?

 

Deuxième thème : la tourbe et ses usages

Mots-clés : usages des tourbières, changement d’usages, conflits d’usages

 

La mise en exploitation de grandes surfaces de tourbières est entrée en concurrence avec d’autres usages comme l’élevage ou les cultures maraîchères. Comment s’est passée cette transition ? Y a-t-il eu des conflits d’usages et quels sont les liens avec les conflits autour de l’assèchement ?

L’exploitation de la tourbe va modifier, plus ou moins selon les techniques employées, le paysage et les usages possibles. Comment les sociétés s’accommodent-elles de cet héritage ? Et au bénéfice de qui ? Y a-t-il substitution d’usages ou les usages anciens ont-ils tendance, après l’épuisement de la ressource, à tenter de se réapproprier l’espace tourbeux ?

 

Troisième thème : la tourbe et les sociétés

Mots-clés : valeur économique, mutations sociales,

 

L’extraction de la tourbe a représenté une valorisation économique jugée majeure par rapport aux autres usages traditionnels des marais.Il importe de bâtir une chronologie de cette exploitation de la tourbe à des fins énergétiques et de dégager des comparaisons entre pays. Il faudrait également mettre en valeur les mesures prises par les pouvoirs publics pour préserver la tourbe face à une exploitation intensive.

Pour la période d’exploitation, il convient de souligner les filières économiques. Quelle est l’importance du transport ?

L’exploitation a-t-elle restructuré les sociétés, a-t-elle profité aux populations locales ?Quels sont les jeux de pouvoirs qui se sont formés autour de cette exploitation ? L’exploitation a-t-elle déplacé l’organisation sociale et économique en-dehors de la tourbière ?

Comment l’environnement a-t-il été modifié et dans quelle mesure ?

 

Quatrième thème : Mémoire,  perceptions de la tourbe et des tourbières

Mots-clés : renouvellement de la tourbe, perception et représentation

 

La perception des tourbières a fortement évolué au cours des temps. Considérées au mésolithique comme des lieux sacrés en même temps que des espaces hautement productifs, elles sont déconsidérées à la fin du XVIIIème siècle pour redevenir, de nos jours et dans un autre imaginaire, des lieux de pureté originelle. Quelles sont les étapes de cette évolution du regard porté sur ces milieux ? Quelle est la part de l’évolution sociale et économique dans ces jugements ?

 

 

Programme :

Le colloque se déroulera sur trois journées, deux journées seront consacrées aux communications en salle, une journée sera réservée à une excursion dans les Marais de la Souche, profondément marqués par l’exploitation de la tourbe.

 

Première journée :  Séances de communications en salle

 

 9h-10h : Accueil par le Président du Conseil Général de l’Aisne et le Président du GHZH

10h30 13 h : Communications sur le premier thème

13 h – 15 h : Repas buffet sur le lieu du colloque

15 h 18 h Communications sur le deuxième thème

 

20 h Repas en commun

 

Deuxième journée : Excursion

 

Matin : visite de la ville haute de Laon et de ses souterrains

Midi : repas buffet au cœur des marais de la Souche

Après-midi : visite des marais de la Souche

Soirée libre

 

Troisième journée : Séances de communication en salle

 

8h30 12 h : Communications sur le troisième thème

12 h – 14 h : Repas buffet sur le lieu du colloque

14 h 17 h Communications sur le quatrième thème

17 h Conclusion du colloque

 

Les communications seront limitées à 20 minutes plus 5 minutes de discussion.

Les supports de communication peuvent être : présentation électronique ou support transparent pour vidéo projecteur.

Une salle sera réservée à l’exposition des posters

 

Lieu du Colloque, à 10 km de la ville de Laon (Aisne)

 

naturAgora

1 chemin du Pont de la Planche

BP 19 Barenton-Bugny

02930 Laon cedex 9

 

 

Les langues du colloque seront le français et l’anglais. Un service de traduction simultanée sera mis en place. Les actes seront enregistrés et publiés dans la collection du GHZH éditée par la revue Aestuaria.

 

 

Inscriptions communications

 

Le bulletin d’inscription est disponible sur le site du GHZH (www.ghzh.fr), qui devra parvenir à l’adresse suivante :

 

naturAgora

Colloque du GHZH

1 chemin du Pont de la Planche

BP 19 Barenton-Bugny

02930 Laon cedex 9

 

Les personnes désirant communiquer sont priées d’observer le calendrier suivant :

1er avril 2007 : date limite d’envoi au Comité Scientifique des propositions sous forme de résumé élargi de 2 pages dans l’une des deux langues du colloque avec un abstract de 15 lignes dans l’autre langue. Les communicants sont avisés de l’acceptation de leur communication par le comité de lecture avant le 1er mai 2007.

Il est également possible de proposer des posters, selon les mêmes modalités.

Le comité scientifique se réserve le droit de demander aux auteurs de transformer leur communication orale en poster.

 

18 octobre 2007 : dépôt, au moment du colloque, de la communication sur support numérique et sur support papier auprès du Comité de lecture. A la fin du colloque, une note sera remise à chaque participant pour lui signifier la conformité ou non du texte par rapport aux instructions aux auteurs.

20 octobre 2007 – 1er décembre 2007 : Les auteurs peuvent faire des modifications de détail et de forme sur leurs communications, notamment pour mieux correspondre aux instructions données pour la publication.

1er décembre 2007 : Envoi des textes définitifs au Comité de lecture

 

Le Comité de lecture est composé des membres du CA du GHZH

 

 

Droits d’inscription :

 

Participants :

-                       avant le 1er mai 2007 : 130 euros

-                       après le 1er mai : 160 euros

 

Communicants : les communicants auront la possibilité de demander une prise en charge.

 

Comité d’organisation

 

GHZH

naturAgora

ADREE

 

Comité scientifique

 

- ALLARD Paul (Professeur, histoire moderne, Université de Marseille)
-ATWANI Matthew, (Professeur, géographie, université de Laval, Canada)
- BECK Corinne (Chercheur CNRS, archéologue, maître de conférences université de Nantes)
- BENARROUS Renaud (Post-Doctorant, archéologue)
- CIRIACONO Salvatore, (Professeur d’histoire moderne, université de Padova, Italie)
- CIZEL Olivier (Juriste, Editions législatives)
- DELIGNE Chloé (Chercheuse, histoire moderne, Université Libre de Bruxelles, Belgique)
- DE MAISONNEUVE Pierre
- DEREX Jean-Michel (« Espaces, Nature, Culture », UMR 8185 CNRS/ Université Paris IV)
- FRANCHOMME Magalie (Doctorante géographie, Université de Lille 1, ATER)
- GRAMOND Delphine (Maître de conférences, géographie, Université de Paris IV)
- GREGOIRE Fabrice (Ingénieur d'études CNRS, Ens-Lsh)
- MARINVAL Marie-Christine (Maître de conférences, archéozoologue, Université Paris I)
- SAJALOLI Bertrand (Maître de conférences géographie, Université d'Orléans)
- SOENS Tim ( Université d'Anvers, histoire moderne, Belgique)
- VERGNE Virginie (Maître de conférences, géographie, Université de Lille 1, laboratoire CNRS Préhistoire & Quaternaire)

 

Modalités pratiques

 

Le site du colloque se trouve à 10 km de la ville de Laon, au milieu de la plaine agricole et adossé aux anciens bassins de la sucrerie d’Aulnois-sous-Laon. Le bâtiment dispose de toutes les facilités pour accueillir 150 personnes, assurer la restauration sur place lors des déjeuners et des pauses-cafés. Plusieurs postes Internet seront accessibles, ainsi que des postes bureautiques et des services d’impression et de duplication.

En raison de l’éloignement du centre-ville, un service de navettes sera organisé entre naturAgora et la gare de Laon ainsi que les principaux hôtels.

 

Accès :

 

Chemin de fer :

-                       Ligne Paris-Laon, au départ de Paris-Nord, durée 1h35,.

-                       Ligne Lille-Laon,

-                       Gare TGVHaute-Picardie, à 1h de route de Laon, liaison avec Laon par taxi ou voiture particulière.

Route :

-                       Paris-Laon par la RN2, 135 km. A Laon, prendre la route de Guise, naturAgora est indiqué quelques kilomètres après la sortie de la ville.

-                       L’autoroute A26 Calais-Reims passe à quelques kilomètres de naturAgora, prendre la sortie Laon, puis la direction Laon-centre, la direction Guise, naturAgora est indiqué quelques kilomètres après la sortie de la ville.

 

 

Hébergement

 

Plusieurs possibilités d’hébergement sont offertes :

 

-                       un nombre limité de chambres d’étudiants sur le site, très peu onéreuses, réservées en priorité aux étudiants,

-                       plusieurs hôtels ** situés dans la zone artisanale (1ère Classe, Campanile, Ibis)

-                       quelques hôtels *** situés en ville haute (Hôtel d’Angleterre, Bannière de France)

-                       Il est éventuellement possible de retenir des chambres dans différentes structures (Centres sportifs, CPIE), s’il y a suffisamment de demandes

-                       Chambres d’hôte

 

 

International symposium "History of mires and peat"

Laon, 18th to 20th of October 2007

 

Introduction:

 

The French working party on the history of wetlands (GHZH) which was founded in 2003, organizes its second symposium on the history of mires and peat. It will take place in the city of Laon which is surrounded by peat bogs among which, those of the Souche, which were exploited for a century. The first international symposium on peat bogs was held in Laon in 1928.

 

Since the revaluation of the role of the wetlands, scientists and environment managers have often dealt with the study of mires and peat bogs, but mostly under a biophysical approach. The history of these areas, apart from palaeohistory, is hardly evoked, at least in France. Thus, this symposium is organized so as to fill a gap and to bring the societies which live in or near these areas closer to their history. It also aims at highlighting the various modes of exploitation and at favouring a comparison between foreign countries.

This event will not deal with the current aspects of preservation or restoration of peat bogs. Another symposium, organized by the Pôle Relais Tourbières in Jura from the 8th till the 11th of October 2007, will review the restoration of peat bogs exploited today and the perspectives of replacement of the peat for current uses.

 

The topics

 

First topic: the exploitation of peat, the nature, the geographic distribution and the techniques of exploitation

Keywords: geographic knowledge and technique, extraction, landscapes

 

The extraction of the peat means knowing the resource, as well as its localization and its potential use. We would like this symposium to relate a history of the geographic knowledge of these areas, since the first mentions of "turf” in Northern Europe until the current inventories realized by naturalists or water managers.

A history of the uses of the resource is also to be written, the first uses as fuel or amendment until the industrial uses during the 19th century.

The modes of exploitation also have a complex history, from the cutting off first ones with spades until the extensive current harvests. Several technical inventions mark out this history, the louchet for example, which modifies profoundly the extraction.

Besides, these modes of extraction have different impacts according to techniques employed. Some did not leave marks, others deeply changed the landscape. The extraction of peat generates new landscapes where only existed damp valleys, and gives a new value and a new identity to these areas. Others had a less visible impact.

 

Finally, nowadays in the rural world, peat is still considered as a renewable resource. How this concept did live through centuries? Was it born from scientific, empirical observations or from an imaginary collective born of the report of the great vegetation productivity of these ecosystems?

 

 

 

 

 

Second topic: peat and its uses

Key words: uses of mires, changes of use, conflicts of use

 

The introduction of great surfaces of peat bogs digging entered in competition with other uses such as breeding or market gardening. How did this transition occur? Were there conflicts and what were the relations with the drainage?

Peat exploitation has modified more or less the landscape and its possible uses, according to the techniques employed. How do the societies deal with this heritage? And for whose profits? Is there a drastic change of use or do the ancient uses, after the resource was exhausted, tend to regain the areas?

 

Third topic: peat and societies

Key words: economic values, social changes

 

Peat extraction represented a high economic value compared to the other traditional uses of mires. It is essential to build a chronology of peat exploitation for fuel and to establish comparisons between countries. It would also be necessary to point out the rules established by the authorities to preserve peat from an intensive exploitation. For the period of exploitation, the economic networks should be defined. What is the importance of transport? Did the exploitation restructure the societies? What was the benefit for local populations? Which economy or policy was formed around this exploitation? Did the exploitation move the commercial and economic organization in-outside peat bog? How was the environment modified and up to what point?

 

Fourth topic: memory, perceptions of peat and peat bogs

Key words: peat renewal, perception and representation

 

The perception of peat bogs strongly changed throughout centuries. During the Mesolithic period, they were considered as holy places and at the same time as highly productive areas. At the end of the 18th century, they were discredited, but nowadays, and in another imaginary, they regain their original purity signification. What are the steps of this evolution of the glance related to these ecosystems? Which is the share of social and economic evolutions in these judgements?

 

Program:

 

The conference will occur over three days, two days will be devoted to room communications, one day will be reserved for an excursion in the La Souche Marshes, deeply marked by peat exploitation.

 

First day: Room communications

 

9 am-10 am: Reception by the President of the General Council of Aisne and by the President of the GHZH.

10.30 am-1 pm: Communications on the first topic

1 pm-3 pm: Lunch at the place of the conference

3 pm-6 pm: Communications on the second topic

 

8 pm: Symposium diner

 

Second day: Excursion

 

Morning: Visit of the undergrounds of Laon

Lunch in the heart of the La Souche Marshes

Afternoon: Visit of the La Souche Marshes

 

Free evening

 

Third day: Room communications

 

8.30 am-12 am: Communications on third topic

12 am-2 pm: Lunch at the place of the conference

2 pm- 5 pm: Communications on fourth topic

5 pm: Conclusion

 

Each presentation will be limited to 20 minutes followed by 5 minutes of discussion. It is possible to use electronic or transparent supports for video-projector. A room will be reserved for the presentation of posters.

 

The Conference will be located 10 km from the town of Laon (Aisne) at:

NaturAgora

1, chemin du Pont de la Planche

BP 19 Barenton-Bugny

02930 Laon Cedex 9

 

The lectures will be held in French and English, a simultaneous translation service will be set up. The proceedings will be recorded in the collection of the GHZH, published by the Aestuaria review.

 

 

 

Inscriptions

 

The bulletin of inscription is available on the site of the GHZH (www.ghzh.fr).

It has to be sent to:

NaturAgora

Conference of the GHZH

1, chemin du Pont de la Planche

BP 19 Barenton-Bugny

02930 Laon Cedex 9

 

The people wishing to make a presentation are requested to observe the following calendar:

 

April 1st, 2007 is the deadline to submit a paper to the Scientific Commitee in the form of a summary of 2 pages in one of the two languages of the conference, with an abstract of 15 lines in the other language. The speakers will be told about the acceptance of their presentations by the Scientific Committee before May 1st, 2007. It is also possible to suggest posters, following the same procedure. The Scientific Committee reserves the right to ask the authors to change their presentations into posters.

 

 

October 18th, 2007: at the beginning of the conference, the speakers will give the Scientific Committee their presentations, on numerical support and paper medium. At the end of the conference, a note will be given to each participant to mean conformity or not compared to the author instructions

 

October 20th, 2007 - December 1st, 2007:

The authors will be able to modify their presentations for a better conformity to given instructions for the publication.

 

December 1st, 2007: the final texts will be sent to the Scientific Committee.

 

The Reading team is composed by members of the CA of the GHZH.

 

Registration fees:

 

Participants:

Registration before May 1st, 2007: 130 euros

Registration after May 1st, 2007: 160 euros

This will be detailed in a 2nd circular.

Presentation: on demand, possibility of taking in charge fees according to scientific committee.

 

Steering Committee

 

GHZH

NaturAgora

ADREE

 

Scientific committee

 

- ALLARD Paul (Professeur, histoire moderne, Université de Marseille)
-ATWANI Matthew, (Professeur, géographie, université de Laval, Canada)
- BECK Corinne (Chercheur CNRS, archéologue, maître de conférences université de Nantes)
- BENARROUS Renaud (Post-Doctorant, archéologue)
- CIRIACONO Salvatore, (Professeur d’histoire moderne, université de Padova, Italie)
- CIZEL Olivier (Juriste, Editions législatives)
- DELIGNE Chloé (Chercheuse, histoire moderne, Université Libre de Bruxelles, Belgique)
- DE MAISONNEUVE Pierre
- DEREX Jean-Michel (« Espaces, Nature, Culture », UMR 8185 CNRS/ Université Paris IV)
- FRANCHOMME Magalie (Doctorante géographie, Université de Lille 1, ATER)
- GRAMOND Delphine (Maître de conférences, géographie, Université de Paris IV)
- GREGOIRE Fabrice (Ingénieur d'études CNRS, Ens-Lsh)
- MARINVAL Marie-Christine (Maître de conférences, archéozoologue, Université Paris I)
- SAJALOLI Bertrand (Maître de conférences géographie, Université d'Orléans)
- SOENS Tim ( Université d'Anvers, histoire moderne, Belgique)
- VERGNE Virginie (Maître de conférences, géographie, Université de Lille 1, laboratoire CNRS Préhistoire & Quaternaire)

 

Practical information

 

The conference will be located 10 km from the town of Laon, in an open-field plain, closed to the old basins of the sugar refinery of Aulnois-sous-Laon. The building has all the facilities to welcome 150 people; it also ensures lunches and coffee breaks. Several Internet spots will be accessible, as well as a post office, impression and duplication.

Because of the distance from the town centre, a shuttle service will be organized between NaturAgora and Laon as well as the main accommodations.

 

Access:

 

Train

- Paris-Laon, leaving from Paris-Nord Station. It takes about 1h35.

- Lille-Laon

- TGV Haute-Picardie Station, 1 hour drive from Laon.

 

Road:

- Paris-Laon by the RN2, 135 km. In Laon, take the road of Guise, NaturAgora is indicated a few kilometres after the exit of the city.

 - the highway A26 Calais-Rheims, take the Laon exit, then the direction of Laon-centre, the Guise direction, NaturAgora is indicated a few kilometres after the exit of the city.

 

Accommodations

 

- a limited number of rooms for students on the site itself, not expensive

- several ** hotels, located in the industrial estate (1st Class, Campanile, Ibis)

- some  *** downtown hotels (Hotel d’Angleterre, Bannière de France)

- it is possible to rent rooms in various structures (sporting Centers, CPIE), if there are sufficient requests.

- Bed and breakfast, “Chambres d’Hôtes”

Lieux

  • naturAgora, BP 19 Barenton-Bugny - 1 chemin du Pont de la Planche
    Laon, France (02)

Dates

  • dimanche 01 avril 2007

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Tourbières, Histoire

Contacts

  • Delphine GRAMOND
    courriel : Delphine [dot] Gramond [at] paris4 [dot] sorbonne [dot] fr

Source de l'information

  • Groupe d'Histoire des Zones Humides (Delphine GRAMOND) ~
    courriel : delphine [dot] gramond [at] paris4 [dot] sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Histoire de la tourbe et des tourbières », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 09 février 2007, http://calenda.org/192659