AccueilLa migration des mineurs non accompagnés en Europe

*  *  *

Publié le samedi 10 février 2007 par Marianne Blidon

Résumé

Ce colloque prétend pouvoir générer un espace d’échanges et de discussions sur cette question qui demeure peu traitée. Ses principaux objectifs sont : d’une part, installer un dialogue entre les chercheurs et les professionnels afin de proposer un traitement social et juridique cohérent et respectant la prééminence des droits de protection de l’enfance devant les règles de contrôle des flux migratoires ; d’autre part, fédérer l’effort de recherche sur cette nouvelle question afin de mieux appréhender les dynamiques migratoires aujourd’hui à l’oeuvre et ainsi développer une réflexion méthodologique visant à accroître la connaissance des contextes sociaux d’origine de ces mineurs et saisir la pluralité des dimensions de ce depart d’un nombre croissant d'enfants quittant seuls leur pays.

Annonce

LA MIGRATION DES MINEURS NON ACCOMPAGNÉS EN EUROPE : LES CONTEXTES D’ORIGINE, LES ROUTES MIGRATOIRES, LES SYSTÈMES D’ACCUEIL

MIGRINTER - Poitiers, 10-11 octobre 2007

(English version below)

Ils peuvent être des adolescents qui, faute de perspectives chez eux, partent à leur initiative en quête d’aventure et d’un meilleur avenir. Il peut aussi s’agir d’une nouvelle stratégie migratoire planifiée au sein des familles où les enfants se voient attribuer la responsabilité de financer les frais du foyer. Quelle que soit la formule, la migration indépendante des enfants et des jeunes de moins de 18 ans devient une manifestation migratoire récente mais consolidée qui frappe notre sensibilité en tant qu’Européens: il ne s’agit plus seulement d’adultes mais de « gamins » qui risquent leurs vies dans des parcours migratoires bien souvent dangereux comme ceux des enfants entassés dans une pirogue en route pour les îles Canaries (ils ont été plus de 1000 à tenter cette traversée en 2006) ou bien ceux les amenant à traverser des frontières cachés dans la carrosserie d’un poids lourd. Ils peuvent aussi être « accompagnés » d’un passeur qui fera semblant d’être un parent ou bien être victimes de la traite trompés par les fausses promesses d’un réseau de trafiquants. Comment réagit-on en Europe face à cette réalité croissante ? En général, la prise en charge a suivi une tendance ambiguë combinant les normes répressives destinées au contrôle des flux migratoires et des demandeurs d’asile avec l’application timide des normes internationales de protection de l’enfance. En conséquence, les mineurs non accompagnés font l’objet dans la plupart des pays de l’Europe d’un double traitement : ils sont protégés en tant qu’enfants mais rejetés en tant qu’étrangers en situation irrégulière. Dans certains pays comme le Royaume Uni ou l’Allemagne, il a été décidé de ne pas appliquer la Convention des Nations Unies des Droits de l’Enfant aux mineurs étrangers. Dans les pays du Sud comme l’Espagne ou l’Italie, on assiste à une instrumentalisation du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant en l’invoquant pour procéder à des rapatriements forcés contre la volonté de l’enfant et de sa famille. En France, les mineurs isolés étrangers peuvent bénéficier d’une protection en tant qu’enfants en danger jusqu’à leur majorité bien qu’un certain nombre de moyens (ex : détention et refoulement immédiat) soit mis en place pour les empêcher d’accéder au territoire. Ce colloque prétend pouvoir générer un espace d’échanges et de discussions sur cette question qui demeure peu traitée aujourd’hui. Ses principaux objectifs sont: d’une part, installer un dialogue entre les chercheurs et les professionnels spécialisés sur cette nouvelle question de société afin de proposer un traitement social et juridique cohérent et respectant la prééminence des droits de protection de l’enfance devant les règles de contrôle des flux migratoires (cf. la récente décision de la Cour européenne des droits de l’Homme) ; d’autre part, fédérer l’effort de recherche sur cette nouvelle question afin de mieux appréhender les dynamiques migratoires aujourd’hui à l’oeuvre et ainsi développer une réflexion méthodologique visant à accroître la connaissance des contextes sociaux d’origine de ces mineurs et saisir la pluralité des dimensions de ce depart d’un nombre croissant d'enfants quittant seuls leur pays.

 Appel à communications :

Le laboratoire Migrinter, Université de Poitiers- CNRS, le Centre Jacques Berque, Ambassade de France au Maroc- CNRS et l’Observatoire International de la Justice Juvenile- OIJJ, vous invitent à présenter vos propositions de communication (350 mots maximum + un bref curriculum vitae) qui devront porter sur un des thèmes de recherche suivants :

- Analyse des différents systèmes de prise en charge des mineurs étrangers en Europe et de la réalité que vivent ces mineurs « protégés » au quotidien.

- Résultats de recherche sur la situation des mineurs non accompagnés disparus ou inconnus des systèmes de protection dans les différents pays de l’Europe (mineurs victimes de la traite, mineurs exploités, mineurs en errance, etc.).

- L’intégration, interprétation et application pratique à l’encontre des mineurs étrangers non accompagnés des principes fondamentaux de la Convention des Droits de l’Enfant, en particulier le principe d’intérêt supérieur, dans les différents politiques et législations nationales.

- Les différents contextes d’origine des mineurs : profils des mineurs migrants « potentiels » ou déjà émigrés ; analyse socio-anthropologique des familles et/ou des communautés locales ; variété des projets migratoires.

- Les parcours migratoires : routes utilisées, moyens de transport, situation dans les pays ou lieux de transit, modalités des franchissements de frontières.

Le comité scientifique du colloque sélectionnera prioritairement des contributions en provenance des différents chercheurs et professionnels des pays d’origine et des pays européens concernés par ces nouvelles migrations.

Date limite pour la réception des propositions de communication: 15 mars 2007

Envoyer à Daniel Senovilla Hernández : dansenher@yahoo.es et William Berthomière : william.berthomiere@mshs.univ-poitiers.fr

Date limite pour la réception du texte complet des communications sélectionnées : 15 juillet 2007

ENGLISH VERSION

UNACCOMPANIED MINORS IN EUROPE: THE CONTEXTS OF ORIGIN, THE MIGRATION ROUTES AND THE RECEPTION SYSTEMS

MIGRINTER - POITIERS, FRANCE, OCTOBER 10TH & 11TH 2007

They can be teenagers facing a lack of perspectives and leaving their homeland on their own searching for adventure and a better future. It can also be a new strategy of the families giving the children the financial responsibility for the whole family welfare. In any case, the migration of separated children and youngsters under 18 years old becomes a recent but consolidated manifestation that shocks our European sensibilities: we are no further talking about adults but “kids” risking their lives in extremely dangerous migration routes like those children squeezed inside a pirogue trying to reach the Canary Islands coasts (more than 1.000 minors have arrived there along 2006) or those ones hidden in the underside of a lorry to cross the border. An adult pretending to be a relative of them whereas he really is a smuggler can also accompany them or they can be cheated by false promises and become victims of traffickers.

What is the reaction of European countries facing this increasing reality? Up until know, the different countries remain quite ambiguous as they combine repressive policies to control the migration flows with the timid implementation of the international rules regarding children’s rights. Consequently, unaccompanied minors are subject to a double treatment: they are entitled to care measures and services as children but removed and rejected as illegal immigrants. Some countries, such as Germany and the United Kingdom have preferred to establish a restriction on the implementation of CRC to their “unaccompanied asylum-seeking minors.” Other South Mediterranean countries like Spain and Italy tend to instrumentalise the interpretation of the best interest principle as a tool to justify the forced return of “unaccompanied foreign minors” under their national care systems as the only and most suitable solution in their best interest. In France, the “isolated foreign minors” are entitled to the services of the care system until they reach the age of majority as other children “at risk”, but the authorities do their best at the ports of entry- including the minors’ deprivation of liberty and immediate repatriation- to avoid them entering into the country.

This conference aims to generate a forum of exchange and discussion on this issue and pretend to establish two main objectives: on the one hand, to establish a dialogue between researchers and specialized practitioners in order to put forward a more coherent social and legal treatment that should make prevail the respect of children’s rights over immigration rules (as a recent judgement from the European Court of Human Rights has established); on the other hand, to integrate the research findings on this issue with the purpose of achieving a better understanding of the current migration trends and to develop a methodological thought in order to get a better knowledge of the contexts of origin and the different dimensions of this increasing depart of separated children from numerous countries.

Call for papers.

The research centre MIGRINTER, Université de Poitiers, CNRS, the Centre Jacques Berque, Rabat and the International Juvenile Justice Observatory, Brussels, hereby open an invitation to researchers from a wide range of academic disciplines as well as experts and practitioners from field work to propose papers in one of the following fields:

- Analysis of the different care systems and policies concerning the legal and social treatment of unaccompanied asylum seeking/ migrant minors in Europe as well as the reality that these children face in their everyday life.

- Research findings on the situation of unaccompanied minors victims of trafficking or exploitation in the different European countries besides those getting out from the care facilities and becoming invisible to the authorities.

- The implementation, interpretation and inclusion of the fundamental principles of the Convention on the Rights of the Child, particularly the best interest principle, in the European state policies and legal rules concerning the treatment of unaccompanied asylum seeking/foreign minors.

- The different contexts of origin of migrant children: the profiles of children in migration and potential migrants, sociological and anthropological analysis of their families and local communities; the different migration projects and perspectives.

- The migration routes: the migration paths, the means of transport, the situation at transit countries, the methods used for illegal border crossing.

The Scientific Committee will establish a priority for papers coming from researchers or practitioners from the main countries of origin or destination concerned by this type of migration.

Abstract deadline (350 words + brief CV): Mars 15th 2007 Complete selected papers deadline: July 15th 2007.

Please send your abstracts to Daniel Senovilla Hernández: dansenher@yahoo.es And William Berthomière: William.berthomière@mshs.univ-poitiers.fr

 

 

Lieux

  • MIGRINTER - CNRS, MSHS POITIERS, 99 avenue du Recteur Pineau - 86000 POITIERS - FRANCE
    Poitiers, France

Dates

  • mercredi 10 octobre 2007

Mots-clés

  • Migration, Mineurs migrants, immigration

Contacts

  • Daniel Senovilla Hernández
    courriel : dansenher [at] yahoo [dot] es
  • William BERTHOMIERE
    courriel : wberthom [at] univ-poitiers [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • William BERTHOMIERE
    courriel : wberthom [at] univ-poitiers [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La migration des mineurs non accompagnés en Europe », Appel à contribution, Calenda, Publié le samedi 10 février 2007, http://calenda.org/192660