AccueilEthnographier le bruit

Ethnographier le bruit

Journée d'étude des doctorants du L.A.M.I.C.

*  *  *

Publié le samedi 10 février 2007 par Corinne Cassé

Résumé

Le thème de la journée d’étude : Ethnographier le bruit Nos disciplines, les sciences humaines et sociales, invitent les étudiants-chercheurs à adopter une posture de recherche active. La journée d’étude des doctorants du L.A.M.I.C. sera l’occasion de mettre en avant une possible ethnographie du bruit. A la fois conçu dans sa dimension sonore et symbolique, le bruit, semble propice à s’ouvrir à toute forme de terrain et de démarche permettant alors une double entrée d’objet et méthodologique. En effet, il semble d’une part, que l’événement sonore et perturbateur que représente le bruit nécessite d’être ethnographié car l’enjeu perceptif qui, dès lors, le définit, semble permettre, d’autre part, d’interroger la place de l’événement bruit dans tout processus interprétatif et d’analyse scientifique. Les propositions (une page maximum) doivent être envoyées au plus tard le 15 mars. Date : Lundi 23 avril 2007. Format : 40 minutes par intervention (20 min de présentation et 20 min de questions). Lieu : Salle du conseil, UFR Lettres et Sciences Humaines (Carlone), LAMIC, UNSA. Contacts : VOILMY Dimitri (voilmy@gmail.com) ; OTTAVI Marie-Noëlle (ottavi5@hotmail.com)

Annonce

Journée d'étude - lundi 23 avril 2007 -

Organisée par le L.A.M.I.C. Laboratoire d’Anthropologie “Mémoire, Identité et Cognition sociale” (LAMIC, E.A. 3179)
Université de Nice Sophia-Antipolis.

 

« Tout étudiant qui n’a jamais attendu un coup de fil dans son dortoir un vendredi soir

sait combien un téléphone silencieux peut être bruyant. »

Ray Birdwhistell

 

 

Nos disciplines, les sciences humaines et sociales, invitent les étudiants-chercheurs à adopter une posture de recherche active par une ethnographie de terrain : observer les communautés et les acteurs insérés dans leur vie quotidienne, s’engager dans des observations participantes au plus près de nos informateurs. L’objet d’étude le bruit, que nous proposons pour cette journée, demande à être circonscrit : d’une part, il semble que l’événement sonore et perturbateur que représente le bruit nécessite d’être ethnographié car l’enjeu perceptif qui, dès lors, le définit, semble permettre, d’autre part, d’interroger la place de l’événement bruit dans tout processus interprétatif et d’analyse scientifique. Ce faisant, cet objet d’étude donne également l’occasion de proposer un questionnement sur la nature du contexte observé dont les acteurs et chercheurs en sciences sociales font alors l’expérience.

 

 

Le bruit peut- il être vécu ?

Comme le laisse entrevoir la citation, la dualité ‘silence/son’ pointe le sens le plus évident du bruit : celui d’une manifestation sonore, mais nous engage également vers une interprétation plus métaphorique, bien au-delà d’une appréhension uniquement auditive du phénomène. Cet événement profite ainsi d’un statut ambigu dans tout processus de production sociale et culturelle. Le bruit peut autant être une interférence rendant difficile la communication, qu’un moyen d’expression ou encore, un élément indésirable.

Toutefois, les acteurs comme les chercheurs doivent gérer ces bruits, prendre conscience des écarts de traitement symbolique ou conceptuel, qui font « qu’il y a du bruit » comme, par exemple, lorsque l’on ne parle pas de la même chose. Il sera dès lors intéressant d’analyser ces différences qui font aussi que nous avons parfois des difficultés à nous faire comprendre et à comprendre nos interlocuteurs. L’enjeu perceptif du bruit nous renvoie ainsi directement à son orchestration (« faire du bruit »), mais tout ce qui détourne l’attention, tous les « à-côtés » qui parfois dérangent peuvent-ils entrer dans un tel cadre interprétatif ? À partir de la pratique de terrain et des données, il sera ainsi question de revoir la position que nous, acteurs et chercheurs, entretenons avec cet objet, considéré a priori comme « marginal ».

 

Le bruit est donc vécu comme un détail qui ne se remarque pas de prime abord - que l’on ne traduit pas - mais qui intervient presque inévitablement dans l’expérience et l’observation de terrain (« bruit de fond »). Ainsi, nous considérerons aussi qu’un bruit est tout ce qu’on ne veut pas voir et qu’un participant rejette ou qu’un chercheur écarte.

Multipliant les exemples d’enquête, nous chercherons à dresser le portrait ethnographique d’un bruit vécu entre son et interférence, acte et marginalité. Il s’agit de considérer le bruit non seulement en tant qu’élément sonore, mais également de l’envisager de manière métaphorique, qui le présenterait comme un phénomène de rupture par rapport à une vision habituelle.

Le bruit peut-il être oublié ou étudié ?

Cerner les multiples facettes du bruit en tant que percept rencontre donc une autre orientation, celle plus méthodologique de la posture de recherche et des intérêts analytiques du chercheur. Il s’agit dès lors d’interroger le bruit dans et hors champ de la recherche. Aussi on se demandera si l’on peut dissocier ce double mouvement de définition de l’objet social « bruit » comme percept, de l’aspect plus méthodologique de la démarche d’enquête et d’objectivation qui décide de faire - dans et hors champ de l’expérience - du bruit réel et perceptible un élément ou un corpus d’enquête pour le chercheur ?

Les perspectives de l’acteur et celles du chercheur sont-elles semblables face au « bruit » ? N’y a t-il pas une différence d’investissement dans l’action structurée en terme de différences de buts (pratique vs analytique) qui jouerait sur les modalités d’appréhension et d’interprétation du bruit ?

L’ethnographie du « bruit » est-elle une ethnographie d’une expérience vécue comme un « détail » (cf. Albert Piette) ou perçu comme tel, et par qui (l’acteur, le chercheur, ou les deux simultanément ?)?

Comment s’articule le « souci du détail » dans l’ethnographie des percepts d’un bruit avec le contexte social ? De plus, comment ces processus de « catégorisation » et de « typification » de la réalité sociale - parfois oubliés et parfois étudiés - permettent de réévaluer l’intervention de cet environnement social dans l’analyse scientifique en sciences humaines et sociales ?

 

Les bruits entraînent le regard, soulignent les déplacements et parfois conduisent l’étude sur une piste nouvelle ou différente que le chercheur ne voudrait peut-être pas emprunter, mais qui pourtant existe et s’impose à lui. Le bruit, propice à s’ouvrir à toute forme de terrain et de démarche, permet une double entrée, de méthodologie et d’objet.

Afin d’obtenir une implication commune vis-à-vis de cet objet de recherche, nous proposons une journée de discussions où les contributions de chacun s’articuleront autour de deux axes de recherche :

 

AXE 1 : le bruit comme expérience perceptuelle et pragmatique

·         Comment le bruit est-il géré dans l’interaction interpersonnelle ? Le bruit est-il un problème interactionnel ?

·         Le bruit se définit-il uniquement en opposition à des situations organisées et contrôlées ?

·         Est-il possible de dégager la logique et d’appréhender la multiplicité des déterminants qui structurent les phénomènes de communication ?

·         Le bruit comme écart différentiel, objet et support de créativité pour qui s’en saisit.

 

AXE 2 : le bruit comme métaphore du « hors champ » de la recherche

·         Le bruit comme expérience sensorielle, une modalité de la présence au monde hors champ et pourtant saisie et structurée par certains contextes, acteurs sociaux, etc.

·         Comment circonscrire l'expérience pertinente ? Quelle place pour l'observateur ? Qu'est-ce que l'expérience ?

·         Comment catégoriser le bruit en sciences humaines ?

 

Le thème de la journée d’étude : Ethnographier le bruit
Date : Lundi 23 avril 2007.

Format : 40 minutes par intervention (20 min de présentation et 20 min de questions).
Lieu : Salle du conseil, UFR Lettres et Sciences Humaines (Carlone), LAMIC, UNSA.

Les propositions (une page maximum) doivent être envoyées au plus tard le 15 mars.

Contacts : VOILMY Dimitri (voilmy@gmail.com) ; OTTAVI Marie-Noëlle (ottavi5@hotmail.com)

 http://www.unice.fr/LAMIC

 

Catégories

Lieux

  • Salle du conseil, UFR Lettres et Sciences Humaines (Carlone), UNSA
    Nice, France

Dates

  • jeudi 15 mars 2007

Contacts

  • ottavi marie noelle
    courriel : ottavi5 [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Marie-Noëlle Ottavi
    courriel : ottavi5 [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Ethnographier le bruit », Appel à contribution, Calenda, Publié le samedi 10 février 2007, http://calenda.org/192661