AccueilMinorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale

*  *  *

Publié le mardi 27 février 2007 par Marin Dacos

Résumé

Le colloque international « Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale », organisé au Centre culturel de l’Ouest (abbaye royale de Fontevraud), 7-9 juin 2007, par les Universités de Poitiers et Nantes, réunit des spécialistes internationaux d'histoire sociale et culturelle des mondes arabo-musulman et latino-chrétien médiévaux ; on y observera, plus que les groupes minoritaires eux-mêmes, les processus de "minoration" (marginalisation, infériorisation, mais aussi formation de groupes restreints dominants et échappant à la norme sociale) ; le rapport avec la norme sociale est essentiel pour échapper aux problématiques classiques, qui animent la plupart des recherches sur la stratification socio-économique (groupes déterminés mécaniquement) et sur le critère religieux ("intolérance" à base idéologique).

Annonce

Programme Prévisionnel

« Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale »

Colloque international

organisé par le Centre d¹études supérieures de civilisation médiévale (CESCM, CNRS ‹ UMR 6223, Université de Poitiers) et l¹ Équipe de recherches sur les échanges en Méditerranée antique et médiévale (EREMAM, EE 0504, Université de Nantes), avec le soutien de France méridionale et Espagne (FRAMESPA, CNRS ‹ UMR 5136, Université de Toulouse II-Le Mirail), en partenariat avec le Centre culturel de l¹Ouest (Région des Pays de la Loire) et l¹Université Permanente (Université de Nantes).

Direction scientifique : Stéphane Boissellier, François Clément et John Tolan.

Centre culturel de l’Ouest

Abbaye royale de Fontevraud (Maine-et-Loire), 7-9 juin 2007

Jeudi 7 juin

15 h – 15 h 30. Ouverture du colloque

Allocutions d’ouverture, par Xavier Kawa-Topor, directeur du cco et MM. les Directeurs du CESCM et de l’EREMAM

Présentation du colloque, par Stéphane Boissellier

15 h 30 – 18 h. 1e séance

Vivre sa différence : de la marginalité à la minorité.

- François Clément (Maître de conférences de langue et civilisation arabes, Université de Nantes) : « Les homosexuels dans l’Occident musulman médiéval : peut-on parler de minorité ? ».

- Stéphane Boissellier (Professeur d’histoire médiévale, Université de Poitiers) : « Les pratiques coutumières d’une minorité au Portugal : les femmes ».

- Bernardo Vasconcelos e Sousa (Professor auxiliar de história, Universidade Nova de Lisboa) : « Les pauvres au regard de la charité au Portugal ».

- Monique Bourin (Professeur émérite d’histoire médiévale, Université de Paris I-Sorbonne) et Paul Freedman (Professor of Medieval History, Yale University) : « Le servage comme minorité ».

Vendredi 8 juin

9 h 30 – 12 h. 2e séance

Minorités de pouvoir, minorités au pouvoir

- Mounira Chapoutot-Remadi (Professeur d’histoire médiévale, Université de Tunis) : « Les Fatimides en Ifrîqiyya : une minorité arabe chiite ».

- Sylvie Denoix (Directrice de recherches au CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence) : « Construction sociale et rapport à la norme d’un groupe minoritaire dominant : les Mamlûks, Égypte-Syrie et Hedjaz, 1250-1517 ».

- Philippe Josserand (Maître de conférences d’histoire médiévale, Université de Nantes) : « Une élite de pouvoir : les frères capitulaires des ordres militaires du royaume de Castille (XIIe-XIVe s.) ».

- Ana Echevarria (Profesora Asociada, Universidad Nacional de Educación a Distancia) : « Entre minorité de fonction et minorité dominante : le cas des musulmans castillans du XIVe siècle ».

14 h 30 – 17 h. 3e séance

Voyageurs, mercenaires et captifs : des minorités de fortune.

- Abdelatif Ghouirgate (Maître de conférences d’arabe, Université de Nantes) : « Les Maghrébins au Proche-Orient : une minorité visible ? ».

- Pierre Moukarzel (Doctorant en histoire médiévale, Université de Poitiers) : « Les marchands de l’Occident chrétien en Orient ».

- John Tolan (Professeur d’histoire médiévale, Université de Nantes) : « Marchands, mercenaires et captifs : le statut légal des chrétiens latins en terre d’islam selon le juriste canonique Ramon de Penyafort (XIIIe s.) ».

- Kathryn Miller (Assistant Professor of History, Wesleyan University) : « Mediators and Middlemen in the Ransoming of Captives ».

17 h – 19 h. Visite de l’abbaye

21 h. Concert de l’ensemble L'Itinéraire médiéval (direction Katia Caré et Guy Robert)

Samedi

9 juin

10 h – 12 h. 4e séance

Minorités et contre-culture.

- Thomas Deswarte (Maître de conférences d’histoire médiévale, Université de Poitiers) : « Des chrétiens minoritaires dans la Chrétienté : les mozarabes, les Francs et l’adoptianisme ».

- Robert Moore (Professor of Medieval History, University of Newcastle) : « Popular heresy in mid-twelfth-century Italy ».

- Adnan Ahmed Husain (Assistant Professor of History, Queens University) : « Translating Identity and Converting Texts: The Culture of Muslim Religious Minorities in Late Medieval Spain ».

14 h – 16 h. 5e séance

Les minorités au miroir de la culture dominante.

- Charles Garcia (Maître de conférences d’espagnol, Université de Poitiers) : « Envahisseurs, usurpateurs, alliés ou collaborateurs ? Représentation et imaginaire des Francs dans l’Espagne médiévale ».

- Céline Pérol (Maître de conférences d’histoire médiévale, Université de Clermont-Ferrand) : « Du popolo minuto aux magnats, approche historiographique des minorités dans la société toscane, XIIIe-XVe siècle) ».

- Damian Smith (Professor of Medieval History, University of London) : « How the majority viewed the minority : The papacy and the war on terror ».

16 h – 16 h 30. Clôture du colloque

- Martin Aurell (Professeur d’histoire médiévale, Université de Poitiers, membre de l’Institut Universitaire de France) : « Premières conclusions ».

Colloque ouvert au public (droit d'inscription : 50 euros)

Présentation scientifique :

Ce colloque, réunissant des spécialistes reconnus, vise à combiner les approches idéologiques des minorités médiévales avec des approches sociales, aussi bien dans le monde arabo-musulman que dans la monde latino-chrétien méridional. Cette conjonction est doublement novatrice.

Sur le plan stratégique et pratique, les rencontres entre spécialistes des mondes chrétien et musulman médiévaux sont fort rares autour de thématiques d’histoire sociale et culturelle (y compris dans les études des phénomènes coloniaux ou des échanges culturels) ; or, ces thématiques sont les seules à pouvoir fonder une véritable histoire comparée des civilisations, au-delà de comparaisons superficielles des productions artistiques ou littéraires (ou, plus dangereuses et polémiques, des textes religieux). Il est bon que la réflexion scientifique, dégagée de tout a priori politique, vienne dépassionner le débat purement polémique sur le « choc des civilisations ».

Sur le plan épistémologique, les recherches sur le fait minoritaire se sont focalisées sur les groupes religieux « dissidents » (infidèles et hérétiques), surtout en Méditerranée où les contacts entre chrétiens et musulmans orientent décisivement la réflexion ; or, comme la religion a été longtemps conçue comme une « mentalité » (un ensemble de croyances et de convictions), la définition confessionnelle de ces minorités a malheureusement orienté les recherches vers la théorisation des rapports entre groupes que les intellectuels médiévaux ont élaborée. Sans abandonner ni renier cette perspective, qui a toute sa place, ce colloque entend multiplier les approches et les objets d’étude, en introduisant les minorités dont la définition est moins théorisée que les groupes religieux, telles que les femmes, les esclaves, les délinquants, les groupes d’âge… ; cet abordage plus « social » s’articule autour de la norme, parce qu’elle est à l’intersection entre les pratiques gouvernementales et populaires et les discours savants, et il permet de remonter aux processus de formation des groupes au sein du corps social. Au-delà des comportements individuels, qui ont été le mieux étudiés, on s’interrogera sur la production en quelque sorte automatique d’exclusion par les régulations sociales. Cette conception renouvelée des minorités permet d’abandonner la conception victimaire qui a dominé jusqu’aux études les plus savantes, et de faire de ces groupes infériorisés et marginalisés un véritable révélateur du fonctionnement des sociétés médiévales qui les ont produits ; en effet, malgré l’argument souvent avancé que l’étude des marges éclaire le « centre » des sociétés, les minorités ont été surtout conçues comme le fruit de mesures d’exception, alors que nous les envisageons comme le produit de régulations ordinaires. Cette problématique rejoint et peut éclairer des débats actuels sur le communautarisme ou l’exclusion par voies économique ou sexuelle.

Lieux

  • Abbaye royale de Fontevraud
    Fontevraud-l'Abbaye, France

Dates

  • jeudi 07 juin 2007
  • vendredi 08 juin 2007
  • samedi 09 juin 2007

Mots-clés

  • minorité, moyen âge, norme sociale

Contacts

  • John Tolan
    courriel : john [dot] tolan [at] humana [dot] univ-nantes [dot] fr
  • Stéphane Boissellier
    courriel : boissell [at] orange [dot] fr
  • François Clément
    courriel : francois [dot] a [dot] clement [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Stéphane Boissellier
    courriel : boissell [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale », Colloque, Calenda, Publié le mardi 27 février 2007, http://calenda.org/192748