AccueilLes dynamiques spatio-temporelles en archéologie

*  *  *

Publié le jeudi 01 mars 2007 par Marianne Blidon

Résumé

Le réseau ISA organise une école thématique internationale du 25 au 30 juin 2007 à Tours. Les enjeux portent sur l'application de modèles d’analyse et de simulation spatiale à des données archéologiques. Le programme de l'école s’articule autour de trois axes concernant l'étude des dynamiques spatio-temporelles en archéologie : - la modélisation spatiale des phénomènes archéologiques - la simulation des dynamiques spatiales - la gestion du temps dans les protocoles de traitement et d’analyse des données.

Annonce

Ce projet s'inscrit dans le cadre du réseau information spatiale et archéologie (http://isa.univ-tours.fr).

Pour les archéologues utilisateurs d’outils géomatiques (professionnels de l’archéologie préventive, ingénieurs, chercheurs, étudiants), l’école doit être un lieu de veille technologique fondée en grande partie sur les activités des animateurs du réseau.

D’un point de vue théorique, l’école vise à garantir la qualité des recherches archéologiques avec une formation, d’une part, sur les concepts géographiques de l’analyse, de la modélisation et de la simulation spatiale dispensée par des géographes et, d’autre part, aux développements en cours des outils conceptuels spécifiques aux questions spatiales en archéologie.

Les enjeux portent sur l'application de modèles d’analyse et de simulation spatiale à des données archéologiques. Ces outils, le plus souvent développés à des fins prospectives, l'objectif étant de proposer des scénarios prévisionnels à partir de données actuelles. Leur mise en œuvre en archéologie soulève plusieurs questions :

  • les jeux de données archéologiques étant par définition incomplets (il s'agit toujours d'un état des connaissances), les modèles doivent intégrer la gestion de l’incertitude ;

  • la simulation prospective étant appliquée à partir de cet état des connaissances considéré comme la situation connue dans le passé, il faut en examiner les conséquences sur les modèles ;

  • les modèles spatiaux utilisés sur des jeux de données pour des périodes récentes peuvent également être appliqués de manière rétrospective à des états antérieurs ;

  • l’intégration du temps dans les modèles doit tenir compte des spécificités liées à la longue durée et surtout à une grande diversité des échelles temporelles.

Les résultats attendus en archéologie :

  • réflexion sur les évolutions opérées par l’utilisation des outils de gestion de l’information spatiale dans la perception des objets d’étude et dans la formulation des problématiques archéologiques ;

  • renouvellement des questions dans l’étude des relations sociétés/territoires, sociétés/milieux par l’examen et l’adaptation éventuelle des concepts de la géographie ;

  • le cas échéant, élaboration d’outils conceptuels propres à l’étude des sociétés passées.

 Public concerné :

L'école s'adresse prioritairement :

- à des praticiens car l'utilisation des outils de traitement de l'information spatialisée en archéologie passe nécessairement par le développement des pratiques des logiciels.

- à des chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, doctorants et techniciens (CNRS, Université, Services régionaux de l'archéologie, INRAP, collectivités locales) impliqués dans des projets actuels ou en phase de préparation, mettant en œuvre les concepts et les outils du traitement de l'information spatialisée. Dans tous les cas il est souhaitable qu’ils aient une expérience en matière de traitement de données spatiales.

S’il reste de la place, des candidats au niveau de connaissance “ initiation préliminaire ” ou "non pratiquant", pourront être acceptés (sur avis de leur responsable d’équipe) s’ils formulent le type de projet dans lequel ils souhaiteraient s’engager et pour lequel ils pourraient trouver, parmi les présents, des partenaires ou au moins des conseillers.

Pré-requis :

Il est demandé une connaissance de base des notions d'information à référence spatiale, de SIG, de base de données et de la pratique informatique. Il ne s'agit pas d'une formation à des logiciels, les participants doivent savoir manipuler au moins une des applications SIG les plus fréquemment utilisées (MapInfo, ArcGis, Idrisi…).


- Recommandations :

Les participants sont invités à réfléchir à un projet qu'ils devront présenter et sur lequel ils travailleront en ateliers ou en groupes. Il peut s'agir d'un dossier en phase d'élaboration comme d'un programme déjà avancé. Les aspects concernant la structuration des données et les questions d'analyse spatiale seront privilégiés. Les présentations des projets porteront sur la construction des systèmes et mettront en avant les problèmes rencontrés.

Il n'est pas prévu de mise à niveau, ni avant ni pendant l'école.

Grands axes du programme :

Nous avons choisi d'articuler l'école thématique autour de trois axes concernant l'étude des dynamiques spatio-temporelles en archéologie :

  • la modélisation spatiale des phénomènes archéologiques ;

  • la simulation des dynamiques spatiales ;

  • la gestion du temps dans les protocoles de traitement et d’analyse des données.

 Intervenants :

- Christian Grataloup, Université de Paris 7 (France)

- Thierry Saint-Gérand, Université de Caen (France)

- Jacynthe Pouliot, Université Laval, Québec (Canada)

- Jean-Yves Blaise et Iwona Dudek, CNRS laboratoire Modèles et simulations pour l’architecture, l’urbanisme et le paysage, Marseille (France)

- Kristof Ostir, Znanstvenoraziskovalni center Slovenske akademije znanosti in umetnosti, Ljubljana (Slovenia)

- Marcos Llobera, University of Washington, Seattle (USA)

- Martijn van Leusen, Rijksuniversiteit Groningen (Netherlands)

- Philip Verhagen, Archeologisch Centrum Vrije Universiteit-Hendrik Brunsting Stichting, Amsterdam (Netherlands)

- Lena Sanders, CNRS laboratoire Géographie-cités, Paris (France)

- Vince Gaffney, University of Birmingham (United Kingdom)

- Jeremy Huggett, University of Glasgow (United Kingdom)

- Michel Fortin, Université Laval, Québec (Canada)

 

Lieux

  • Tours, France

Dates

  • lundi 25 juin 2007
  • samedi 30 juin 2007

Fichiers attachés

Mots-clés

  • archéologie, géomatique, dynamiques spatio-temporelles

Contacts

  • Xavier Rodier
    courriel : isa [dot] summerschool [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Nicolas Poirier
    courriel : nicolas [dot] poirier [at] aol [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les dynamiques spatio-temporelles en archéologie », Informations diverses, Calenda, Publié le jeudi 01 mars 2007, http://calenda.org/192756