AccueilLe vin et la République (1907-2007)

*  *  *

Publié le mercredi 07 mars 2007 par Sylvain Lesage

Résumé

Le colloque organisé les 18-19 et 20 octobre 2007 à Montpellier par le Comité d'histoire Politique et Parlementaire, les centres de recherche des universités de Montpellier I et de Montpellier III ainsi que le Comité Jean Jaurès entend commémorer le centenaire de la révolte du Midi viticole. Véritable modèle de mobilisation paysanne, cette révolte interroge les revendications et l'idéologie portés par ses différents acteurs mais aussi la réaction du monde politique tant national et local face à une question viticole qui joue un role structurant dans le régime politique républicain. Si les évènements de 1907 en Languedoc méditerranéen sont au centre de cette célèbration, l'optique envisagée se veut résolument pluridisciplinaire et comparative tant dans l'espace que dans le temps.

Annonce

Appel à contribution

 Le vin et la République( 1907-2007) 

Colloque de Montpellier, 18-19-20 octobre 2007

Au mois de juin 1907, la mutinerie puis la reddition du 17ème régiment d’infanterie à Agde, l’arrestation du docteur Ferroul, les grandes manifestations de Montpellier, de Perpignan ou de Narbonne, le phénomène de démissions des élus locaux (conseillers municipaux, généraux et d’arrondissement) mais aussi le vote de la loi du 29 juin contre la fraude constituent le point d’orgue du mouvement de révolte viticole et de revendications sectorielles du Languedoc méditerranéen depuis le printemps 1907 .

Cent ans après, le colloque organisé conjointement par le Comité d’Histoire Politique et Parlementaire (CHPP), les centres de recherche des universités de Montpellier III et de Montpellier I ainsi que le Comité Jean Jaurès entend commémorer ces événements tout en réfléchissant à leur portée et à leur singularité à travers le XXème siècle. Véritable modèle de mobilisation paysanne, la révolte viticole de 1907 interroge en effet, à travers ses modes d’action, les revendications et l’idéologie portées par ses différents acteurs (personnage emblématique et/ou structures mobilisatrices). Au-delà de ces questionnements « contestataires », c'est bien la réaction du monde politique tant national que local qui doit être appréhendé tant les rapports qui unissent le vin et la République semblent être structurants dans le régime politique républicain.

Si les événements de 1907 resteront naturellement au centre de la célébration de ce centenaire, l’optique envisagée se veut résolument pluridisciplinaire et comparative tant dans l'espace que dans le temps. Il s’agit à la fois de rendre compte des spécificités du  « modèle » languedocien, souvent appelé Midi rouge, mais aussi et surtout d'interroger sa postérité et son exemplarité à l’échelle du siècle et du cadre national voire international.  

La commémoration de 1907 est l'occasion d'interroger les rapports vin et République tout au long au siècle. Les communications traitant d'autres territoires viticoles, et notamment des anciens territoires d'Outre-Mer, sont souhaitées afin de pouvoir déterminer les spécificités des revendications viticoles languedociennes par rapport aux revendications sectorielles de la viticulture.

Quatre axes de réflexion seront privilégiés :

1) Les figures de la révolte et de la défense viticole : 

Démission de municipalités, grève des impôts … : le mouvement de 1907 en faveur de la défense viticole appartient à un registre d’action particulier même si les grandes manifestations du printemps 1907 ou la création de la Confédération Générale des Vignerons renvoient à des formes de mobilisation plus traditionnelles.  

L’étude de la « geste » de 1907, de sa mémoire mais aussi des autres formes de mobilisations viticoles, comme en Champagne en 1909, constitue autant de moyens de mesurer  la spécificité et l’exemplarité à l’échelle du siècle du mouvement de 1907. Les « manifestations paysannes » durant le XXe siècle ou les mobilisations de 1976 en Languedoc sont des événements qui pourront être étudiés dans cette séquence.

2) Les questions viticoles au Parlement et dans la vie politique locale et régionale :

Comme en témoignent les débats autour de la loi du 29 juin 1907, la question viticole interpelle à intervalles réguliers le Parlement mais aussi les partis et les institutions locales (conseils municipaux ou conseils généraux). Les communications pourront être centrées sur la place du vin dans les discussions parlementaires, dans les programmes des différents partis et durant les campagnes électorales, sur le contenu et les conditions d’adoption de la législation viticole, sur les stratégies parlementaires et notamment le modèle du « député du vin ». L'approche pourra être multiscalaire et centrée tant sur le débat national que territorial.

3)   La question du vin : enjeux économiques et sociaux :

Autour du vin se structure toute une économie qui met en jeu autant les petits et grands  producteurs que les négociants et les industriels des secteurs connexes (industries chimiques, tonneliers…). A l'image du poids de la monoviticulture en Languedoc méditerranéen, la place du vin dans les débats politiques locaux et nationaux est en effet largement déterminée par l'importance qu'il revêt pour les économies et les sociétés des principales régions productrices. Les communications auront pour but de mesurer ces aspects socio-économiques

4)  Vin, République et construction des identités territoriales :

La construction de la « République des Républicains » tend à mettre en place un Etat centralisé et unitaire. Pour autant, autour de la question viticole se structure une identité de territoire qui, en mettant en avant ses spécificités, entre en conflit avec cette logique unificatrice. Le colloque peut être l’occasion de s’interroger sur la place du vin dans la structuration du « Midi rouge » et / ou de son corollaire le « Midi blanc ». La vigne et son modèle d'exploitation lié à la structure foncière déterminent une identité « rouge », celle-ci pourra être interrogée  dans d'autres territoires (Limousin, Bretagne, ...).

Comité Scientifique :

Geneviève Gavignaud-Fontaine ( Montpellier III), Jean Garrigues ( CHPP, Université d’Orléans), Paul Alliès ( Montpellier I), Fabien Nicolas ( docteur en science politique, Montpellier ), Philippe Lacombrade ( docteur en histoire contemporaine, Montpellier).

Les propositions de communications, n'excédant pas 1000 signes doivent être adressées au plus tard le 30 avril 2006 à Philippe Lacombrade ( philippe.lacombrade@wanadoo.fr) et/ou Fabien Nicolas ( fabien.nicolas@club-internet.fr)

Lieux

  • Montpellier, France

Dates

  • lundi 30 avril 2007

Mots-clés

  • Révolte viticole de 1907, Vin, République, Midi rouge

Contacts

  • Lacombrade Philippe
    courriel : philippe [dot] lacombrade [at] wanadoo [dot] fr
  • Nicolas Fabien
    courriel : fabien [dot] nicolas [at] club-internet [dot] fr

Source de l'information

  • Philippe Lacombrade
    courriel : philippe [dot] lacombrade [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le vin et la République (1907-2007) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 07 mars 2007, http://calenda.org/192793