AccueilLes campagnes électorales de 1848 à nos jours

*  *  *

Publié le mercredi 07 mars 2007 par Corinne Cassé

Résumé

Loin des visions normatives sur ce qui serait « une bonne campagne », cette journée aura pour but de comprendre les processus socio-historiques et politiques à l’œuvre dans les campagnes électorales ; elle permettra à la fois de penser comment se sont faites les campagnes électorales et comment elles sont en train de se faire.

Annonce

Journée d'études du Comité d’Histoire Parlementaire et Politique

Vendredi 29 mars 2007

 

Palais du Luxembourg
15, rue Vaugirard- 75 006 Paris
Salle Clemenceau

 

Loin des visions normatives sur ce qui serait « une bonne campagne », cette journée aura pour but de comprendre les processus socio-historiques et politiques à l’œuvre dans les campagnes électorales ; elle permettra à la fois de penser comment se sont faites les campagnes électorales et comment elles sont en train de se faire.

Ici, seules les élections présidentielles et législatives seront étudiées. Les enjeux pour ces deux types de campagnes ont été pendant longtemps appréhender de manière distincte, mais depuis la réforme du quinquennat et les élections de 2002, la campagne présidentielle et législative sont imbriquées et analysées conjointement. A une vision diachronique, s’ajoute celle synchronique, puisque lors des élections législatives cohabitent une campagne nationale et autant de campagnes que de circonscriptions. L’histoire des campagnes électorales est faite de petites histoires, mais au-delà des spécificités de chacune d’entre elles, des cadres d’analyses et des lois tendancielles se dégagent. La campagne électorale varie selon qu’elle intervienne à la suite d’un décès, d’une dissolution, d’une démission, en période de cohabitation ou non.

Les campagnes électorales permettent de rendre compte des transformations de l’espace politique français, du champ partisan, des propriétés des hommes politiques et de leurs pratiques. Depuis les premières élections et la généralisation du suffrage, les citoyens ont fait l’apprentissage de l’acte de votation, les hommes politiques professionnalisés celui de la campagne électorale. Quelques soient la conjoncture politique et la concurrence politique, la compétition électorale réclame de plus en plus de technicité. La compétition s’est en outre accrue, de 5 candidats à la députation par circonscription en 1958 à 15 en 2002. Le temps de la campagne électorale est enfin devenue une occasion pour de nombreux acteurs sociaux de faire entendre leurs voix et de faire pression sur les candidats.

Sous la Cinquième République, la temporalité, le déroulement et l’orchestration des campagnes ont subi de profondes transformations liées notamment à l’évolution des organisations partisanes, aux processus de personnalisation de la vie politique, de privatisation de l’espace public. L’information des citoyens et leurs compétences politiques ayant également évolué, les logiques de vote ont été modifiées, les relations entre les candidats et les électeurs complexifiées. A la campagne officielle s’ajoute la pré-campagne, c’est-à-dire la période où se construit l’offre électorale, qui tend à commencer de plus en plus tôt et à structurer la vie politique dans son ensemble (du vote des adhérents pour la désignation du candidat à l’annonce de la candidature en passant par la structuration des comités électoraux). Avec la professionnalisation croissante des métiers politiques ou des métiers liés au politique, de nouveaux acteurs apparaissent et renouvellement les pratiques électorales, notamment les professionnels de la communication : au tractage, au porte à porte, à l'affichage se substitueraient les spots télévisés, les pages webs…

De toutes les campagnes, les campagnes présidentielles sont les plus encadrées juridiquement. Non seulement le financement de la vie politique est réglementé (ordonnance de 1958, loi de 1988, puis de 1990), la Commission nationales des comptes de campagne et des financements politiques veille sur les recettes et des dépenses des campagnes électorales ; mais l’information politique et la médiatisation des candidats sont également surveillées par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel avec l’augmentation de l’influence des journaux télévisés et des émissions politiques. L’interdiction de publier des sondages pendant la semaine précédant chaque tour de scrutin établie en 1977 ramenée au jour du scrutin en 2002 fût une des dispositions le plus discutées.

L’histoire d’Internet au sein des campagnes électorales est récente. Lors des élections présidentielles de 1995, l’accès et l’usage d’Internet ne sont pas encore assez répandus pour intéresser les hommes politiques. Quant à la campagne pour les législatives de 1997, elle a été trop brève pour permettre aux candidats de construire une communication spécifique (sites, newsletters…). Ainsi, les élections de 2007 sont la première occasion de mettre en exergue les effets des nouvelles technologies de l’information et de la communication sur le déroulement des campagnes électorales et de les comparer à ceux des techniques traditionnelles de communication politique.

Programme

Matinée

L’apprentissage des campagnes électorales

9h30- 11h

Président/ modérateur : Gilles LE BEGUEC

(Professeur des Universités, Université de Paris X)

 

La campagne révolutionnaire et la révolution dans les campagnes du printemps 1848

Eric ANCEAU (Maître de Conférences, Université de Paris IV-Sorbonne)

 

Aux origines de la propagande "à l'américaine": les campagnes électorales boulangistes 1888-1889

Jean GARRIGUES (Professeur des Universités, Université d'Orléans)

 

Les partis politiques en campagne sous la IVe République, l'exemple du parti radical

Frédéric FOGACCI (ATER, Université Paris IV-Sorbonne)

 

Une interprétation stratégique des campagnes présidentielles sous la Ve République

Olivier ROUQUAN (Docteur en science politique)

 

Les limites d'un apprentissage: Gaston Defferre et les campagnes présidentielles de 1965 et 1969

Anne-Laure OLLIVIER (ATER, Université d’Orléans)

 

Témoignage : Valérie PECRESS (Députée des Yvelines, porte-parole de l’UMP)

Les campagnes électorales sous la Ve République

11h-12h30

Président/ modérateur :

Jean-Marie MAYEUR

(Professeur émérite, Paris IV)

 

Après-midi 

Les campagnes électorales face au droit

Président/ modérateur :

Jean GARRIGUES

Professeur des Universités, Université d'Orléans, Président du CHPP

14h00 – 15h30

 

Les campagnes électorales à l’épreuve de la loi

Jean-Claude COLLIARD (Professeur des Universités, Université de Paris I)

 

Une réforme improbable : l'enjeu du financement de la vie politique française 1970-1987

Eric PHELIPPEAU (Maître de conférences, Université de Paris X)

 

Témoignage : Jean-Marcel BICHAT (Délégué national à l’Histoire auprès du Premier secrétaire du PS)

 

Vers un renouvellement des campagnes de communication ?

15h30-17h

Président/ modérateur :

Jean-Claude COLLIARD

(Professeur des Universités, Université de Paris I)

 

La pression de l’information dans les campagnes présidentielles

Jacques GERSTLE (Professeur  des Universités, Université de Paris I)

 

La représentation médiatique de Ségolène Royal en campagne

Frédérique MATONTI (Professeure des Universités, Université de Paris I)

 

Les présidentiables entre surplomb et proximité

Christian LE BART (Professeur des Universités, Université de Rennes I)

 

__________________________________ 

La journée d’études est ouverte à tous, mais l’inscription est nécessaire et à envoyer avant le 26 mars à Ludivine Vanthournout (Ludivine.Vanthournout@malix.univ-paris1.fr).

 

Lieux

  • Palais du Luxembourg, salle Clemenceau
    Paris, France

Dates

  • jeudi 29 mars 2007

Mots-clés

  • campagnes électorales, élections présidentielles, élections législatives, histoire politique, sociologie politique

Contacts

  • Ludivine Vanthournout
    courriel : Ludivine [dot] Vanthournout [at] malix [dot] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • Ludivine Vanthournout
    courriel : Ludivine [dot] Vanthournout [at] malix [dot] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les campagnes électorales de 1848 à nos jours », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 07 mars 2007, http://calenda.org/192800