AccueilPourquoi les sceaux ?

Pourquoi les sceaux ?

La sigillographie nouvel enjeu de l’histoire de l’art / Why Seals ? Sigillography, the Study of Seals as a new Issue in Art History. COLLOQUE INTERNATIONAL (octobre 2008, Université Lille3)

*  *  *

Publié le jeudi 15 mars 2007 par Sylvain Lesage

Résumé

Colloque international, Appel à contributions L'Equipe d’Histoire de l’Art pour l’Europe du Nord-Irhis de l’Université de Lille 3, en partenariat avec les Archives départementales du Nord et la Société française d’Héraldique et de Sigillographie, se propose de réunir, en octobre 2008, historiens, historiens d’art, littéraires, archéologues, spécialistes des arts du métal, conservateurs et restaurateurs, pour un colloque international (3 jours) consacré aux sceaux, dans un esprit de décloisonnement des disciplines.

Annonce

Centre de recherches IRHIS –Unité Mixte de Recherche

   (UMR CNRS 8529)

 

Université Charles-de-Gaulle –  Lille 3

 

COLLOQUE INTERNATIONAL

 (octobre 2008)

Appel à contributions

 

Pourquoi les sceaux ?

La sigillographie nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 

 Longtemps, en France, l’histoire de l’art médiéval s’est peu intéressée au sceau, en raison du cloisonnement des spécialités ; la sigillographie étant utilisée comme une simple science auxiliaire. Si à l’étranger d’exceptionnelles expositions lui ont fait une place importante, tant en Europe qu’aux Etats-Unis, dans les expositions françaises majeures de ces dernières décennies, sa présentation s’est limitée trop souvent à une description ou à simplement accompagner les chartes exposées. A partir de la fin des années 1970, pourtant, plusieurs études d’historiens et de trop rares historiens d’art, ainsi qu’une récente exposition associant sigillographie et histoire de l’art – Sceaux et usages de sceaux. Images de la Champagne médiévale (2003) –  sont venues nourrir la réflexion. De leur côté, les Archives nationales de France ont publié les deux premiers grands corpus iconographiques (1980 et 1991) et le troisième volume consacré aux sceaux de reines est en cours d’élaboration. A l’échelon d’un département comme le Nord, dont les archives conservent l’un des plus importants fonds sigillographiques français, deux programmes d’inventaire et de numérisation des pièces sont en cours, l’un aux Archives municipales de Douai, le second aux Archives départementales du Nord, en collaboration avec l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3.

C’est dans le cadre de ce second programme que l’Equipe d’Histoire de l’Art pour l’Europe du Nord-Irhis de l’Université de Lille 3, en partenariat avec les Archives départementales du Nord et la Société française d’Héraldique et de Sigillographie, se propose de réunir, en octobre 2008, historiens, historiens d’art, littéraires, spécialistes des arts du métal, conservateurs et restaurateurs, pour un colloque international (3 jours) consacré aux sceaux, dans un esprit de décloisonnement des disciplines, parmi lesquelles les gender studies et les Visual Studies auront toute leur place.

Cette manifestation viendra clore la première campagne de l’Inventaire des sceaux conservés aux Archives départementales du Nord (2002-2008) ; programme de recherches développé en association avec les ADN, sous l’égide du Service des sceaux des Archives nationales de France, et inaugurée par une journée d’études en avril 2003 (Prolégomènes à un inventaire, Institut Erasme (MSH) – Artes/Lille3).

L’enjeu scientifique principal de ce programme est la création à terme d’un répertoire de plus de 10000 pièces numérisées, datables et localisables. L’historien de l’art aura alors un considérable outil de recherches, tant du point de vue iconographique que stylistique. Depuis 2002, cette fructueuse collaboration Université-Services des Archives offre à des étudiants une formation des plus enrichissantes, spécifique à l’archivistique et à la conservation des sceaux, en même temps qu’elle leur permet de développer des travaux de recherches en lien avec le fonds inventorié.

Au cours de cette opération d’inventaire et à travers la diversité des sujets étudiés, ainsi qu’au regard de littérature académique, plusieurs points de réflexion ont émergé progressivement qui formeront les thématiques envisagées lors du colloque. Le colloque donnera lieu à publication d’actes.

 

I-                   Le sceau dans la société : Image, emblématique, culture visuelle

I.a. Entre le XIIe et le XVe siècle, l’apposition du sceau est le mode de validation le plus employé pour authentifier les actes, prenant alors la valeur d’une signature. Par sa fonction, sa place et l’image qu’il véhicule, le sceau pose la question de la nature du signe d’identité.

I.b. Cette image sigillaire est, par ailleurs, intimement lié à l’écrit. Dans la charte, le sceau est annoncé par le nom et la fonction du sigillant et/ou une formule de corroboration. De plus, une légende entoure généralement la figure au recto de la galette de cire et une seconde, parfois, sur le contre-sceau au revers. Le sceau devient alors objet manipulable, qu’on lit, qu’on regarde et dont on cherche l’annonce dans le document. Dans ce contexte, quel rôle exact tient cette image sigillaire ? Se situe-t-elle en marge du texte ou au contraire, joue-t-elle le même rôle que la miniature ou la lettrine historiée dans le codex, qui n’est pas, nous le savons, la simple illustration du texte ?

I.c. L’usage du sceau a touché les hommes et les femmes, toutes catégories sociales confondues, ainsi que les collectivités et les personnes morales. Parce qu’il engage la responsabilité de son possesseur, le sceau fournit sur le sigillant des informations dignes de foi pour l’historien, ce qui est rare pour une image médiévale. Au même titre que les images dévotionnelles, les enluminures, les enseignes de pèlerinages dont les premiers exemples empruntent au sceau sa forme et son nom, ou, à partir du XVe siècle, les médailles, le sceau participe de la culture visuelle de l’homme médiéval : il est reproductible, forme des séries et voyage. Il participe à l’effervescence emblématique de la société des derniers siècles du Moyen Age, dont l’une des manifestations les plus importantes pour l’histoire de l’art occidental est l’émergence du portrait moderne, et dans laquelle l’image sigillaire trouve pleinement sa place. Les communications envisageant le sceau à la fois dans sa spécificité et dans sa « relation dynamique avec la société » seront privilégiées.

 

II-                Le sceau : création artistique

Objet précieux par sa fonction même, la matrice, servant à frapper la galette de cire, devait être exécutée avec soin : sculptée dans l’os ou l’ivoire, gravée ou fondue dans le métal puis retravaillée au burin au sortir de la fonte, sertissant parfois une intaille, antique ou médiévale. Par le nombre considérable d’empreintes conservées en Europe, datables avec précision (pour les personnes physiques) et parfaitement localisables grâce au document auquel elles sont appendues, ces sceaux, en tant qu’œuvres d’art, sont non seulement une inestimable source iconographique, témoins et acteurs de l’évolution de certains thèmes religieux ou profanes, mais sont également à la pointe des modes artistiques, des recherches et des changements stylistiques ; en particulier, pour les matrices créées pour les grands personnages et les institutions importantes, œuvres d’orfèvres spécialisés. A l’instar des arts précieux, leur création associait naturellement plusieurs métiers artistiques, peintres/enlumineurs, ivoiriers, sculpteurs, orfèvres.

 II.a. Pourront être envisagées, ici, les questions iconographiques et stylistiques, celles de la transmission des modèles et de la manière dont les sceaux ont pu prendre part à la diffusion d’un style dans un milieu donné : ainsi du style 1200 au gothique ou du passage de ce dernier à la Renaissance. Qu’en est-il, par ailleurs, des liens entre les manuscrits enluminés issus des scriptoria et le dessin des sceaux des grandes abbayes au XIIe siècle ?

L’émergence des portraits réels ou fictifs dès le XIIIe siècle, avec le développement des têtes de profil puis de trois-quarts, pose, entre autres, la question de la permanence du goût pour le classicisme antique à l’époque gothique, au-delà des années 1230, et interroge alors la notion du réalisme supposé du portrait, renvoyant, par ricochet, à la problématique du portrait comme emblème.

Les architectures suscitent les mêmes interrogations et les mêmes enjeux, entre réalisme et symbolisme ; et cela dès le XIIIe siècle. Leurs structures en faible relief ne nous renvoient-elles pas immanquablement aux arts précieux des chasses orfévrées ou des ivoires en même temps qu’à l’architecture monumentale ? La notion d’illusionnisme qui s’applique à l’architecture feinte des vitraux et de la peinture murale à la fin du XIVe siècle, est-elle pertinente pour qualifier l’architecture miniature de certains sceaux contemporains ?

II.b. Seront également privilégiées les communications envisageant la production, les techniques de fabrication et les arts du métal, en particulier l’orfèvrerie. Quels rapports avec les arts précieux et les arts du livre ? Y-a-t-il eu, à partir du milieu du XVe siècle, un lien entre les graveurs de sceaux, les orfèvres et les premiers ateliers d’imprimerie à caractères fixes ou mobiles ?

Enfin, des études de cas, à partir de séries par exemple, pourront permettre d’envisager la question fondamentale de la localisation des ateliers de graveurs.

 

III-             Le sceau dans les musées et les archives : Conservation, restauration, inventaire

III.a. Comme tout objet manufacturé avec des produits naturels, le sceau est fragile, soumis aux variations hygrométriques et aux manipulations. La confrontation des moulages effectués par Germain Demay au XIXe siècle avec les originaux – quand ils existent encore! – montre l’état de détérioration avancée de certains d’entre ces derniers. Il convient donc de réfléchir aux questions fondamentales, avant toute étude, de conservation, de restauration et de présentation d’objets aussi fragiles, menacés de disparaître à courts termes, avec les outils et les connaissances actuels, développés par les services des sceaux des grandes institutions patrimoniales françaises et étrangères.

III.b. Etudier les sceaux c’est bien sûr s’intéresser aux matrices qui les ont produits. Pour ces objets, œuvres d’orfèvres ou de graveurs, se posent également la question de leur restauration et de leur conservation. L’engouement des érudits et des collectionneurs du XIXe siècle pour ce type d’objets d’art soulève de manière moins attendue la question des faux.

III.c. Enfin, nouvel enjeu de la recherche, l’informatisation d’inventaires établis sur des critères établis par le Comité international de sigillographie et associés à la numérisation des pièces devient un outil des plus précieux pour le chercheur et un acteur essentiel de la large diffusion des savoirs via internet. Dans ce processus essentiellement basé sur des critères diplomatiques, quelle place peut être faite à l’image et à sa description, dans une perspective interdisciplinaire ?

 

Ces quelques questions soulevées ici ne constituent qu’une trame non exhaustive, aidant à structurer la réflexion. Toutes propositions de communication permettant d’élargir les problématiques liant la sigillographie à l’histoire de l’art et aux arts figuratifs seront les bienvenues.

 

Table ronde clôturant le colloque :

Le 15 février 2007, la Section provisoire de sigillographie du Conseil International des Archives a réuni, au British Museum de Londres, un groupe de chercheurs appartenant à diverses disciplines, histoire, histoire de l’art, archéologie, archivistique. Le but était de réfléchir à la mise en place d’une organisation internationale chargée de promouvoir l’étude des sceaux et des pratiques sigillaires, et d’encourager les rencontres entre spécialistes, dans un esprit de décloisonnement des disciplines. Dans un premier temps, il s’agirait de considérer les sceaux et les documents scellés de l’Europe médiévale, quitte à élargir par la suite à l’étude des sceaux du proche et de l’extrême Orient. 

Le colloque sera l’occasion de faire le point sur cette initiative, au cours d’une Table ronde qui en conclura les travaux.  Toutes et tous sont invités à venir partager leurs réflexions et à faire part de leurs propositions.

 

 

Modalités pratiques

Le colloque aura lieu au Palais des Beaux-arts de Lille ou aux Archives départementales du Nord (23-24-25 octobre 2008).

Langues : français ou anglais.

Les actes du colloque seront publiés.

 

Si vous souhaitez proposer une communication correspondant à l’une des thématiques évoquées, veuillez adresser un courriel à Marc Gil (marc.gil@univ-lille3.fr) ou à Jean-Luc Chassel (chassel@laposte.net) avant le 1er juillet 2007

 

Votre proposition devra comporter :

·        votre institution d’affiliation ;

·        le titre de votre contribution ;

·        son résumé précis (400 mots) ;

·        un bref curriculum vitae, comprenant une sélection de vos publications précédentes.

 

L'ensemble des propositions sera examiné par le comité scientifique qui établira la sélection des communications.

 

Comité scientifique :

Brigitte Bedos-Rezak (New York University)

Elizabeth New (Cambridge, Fitzwilliam Museum)

Michel Pastoureau (Paris, Ecole Pratique des Hautes Etudes)

Ruth Wolf (Florence, Kunsthistorisches Institut- Max-Planck-Institut)

Inès Villela-Petit (Paris, Bibliothèque nationale de France, cabinet des médailles)

 

Comité d’organisation :

 

Marc Gil (Centre de Recherches IRHIS/Université Charles-de-Gaulle – Lille 3)

Jean-Luc Chassel (Université Paris X-Nanterre)

Rosine Cleyet-Michaud (Archives départementales du Nord, Lille)

Société Française d’Héraldique et de Sigillographie (Paris)

Josèphe Broutin (Ingénieur d’études- IRHIS/Université Charles-de-Gaulle – Lille 3)

Jean-Christophe Van Thienen (Université Charles-de-Gaulle – Lille 3)

 

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous adresser aux organisateurs du colloque :

 

Marc GIL, maître de conférences à l’université de Lille 3

marc.gil@univ-lille3.fr

Université de Lille 3- Laboratoire IRHiS - UMR CNRS 8529

BP 60149

F-59653 Villeneuve d'Ascq cedex

et

Jean-Luc Chassel, maître de Conférences à l’université de Paris X Nanterre

chassel@laposte.net

Université de Paris X Nanterre, Département des Sciences Juridiques, Administratives et Politiques

200, Avenue de la République

91001 Nanterre Cedex

Lieux

  • Lille, France

Dates

  • dimanche 01 juillet 2007

Mots-clés

  • archives, archéologie, arts visuels, gender studies, graveur, gravure, histoire, histoire de l'art, moyen âge, orfèvrerie, sceaux, sculpture, sigillographie, images, textes

Contacts

  • marc Gil
    courriel : marc [dot] gil [at] univ-lille3 [dot] fr
  • Jean-Luc Chassel
    courriel : chassel [at] laposte [dot] net

Source de l'information

  • marc Gil
    courriel : marc [dot] gil [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Pourquoi les sceaux ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 15 mars 2007, http://calenda.org/192833