AccueilLa Silésie multiculturelle : mythe ou réalité ?

*  *  *

Publié le dimanche 25 mars 2007 par Natalie Petiteau

Résumé

Au cœur de l’Europe, la Silésie, entre monde germanique et monde slave, a toujours été une terre de passage et de mélange. Le XIXe siècle et l’éveil des nations, voire des Etats-nations, l’ont placée face à son destin de région frontalière. Au XXe siècle, Allemands et Polonais cohabitent, s’entre-déchirent. La représentation de la mosaïque culturelle que composent les différentes communautés de Silésie à cette époque sera l’occasion de s’interroger sur la dichotomie qui existe ou non dans leur vie quotidienne et leurs représentations. Cohabitation, vie commune, affrontement ? Lieux de vie communs, quartiers séparés ? Quelle était la vie des habitants de Breslau et de la Silésie dans l’entre-deux-guerres ? La multiculturalité est-elle un concept réinventé dans l’imaginaire d’après-guerre ? Etait-elle synonyme d’ignorance réciproque ou bien de réelles relations ? Quels étaient les lieux, les manifestations de cette multiculturalité urbaine ?

Annonce

Centre Interdisciplinaire d’Etudes Centre-européennes
(CIRCE, Paris IV – Sorbonne)
http://www.circe.paris4.sorbonne.fr/

Responsables : Xavier Galmiche et Delphine Bechtel
Organisation : Florence Lelait, Malgorzata Smorag-Goldberg, Agnieszka Niedwiedzal-Bédu
      
Colloque international

La Silésie multiculturelle : mythe ou réalité ?

7-8 décembre 2007


Le Centre Interdisciplinaire d’Etudes Centre-européennes a organisé le 24 novembre 2006, avec le concours de l’Ecole Doctorale n° 4 et le programme ACCES, une journée d’études consacrée à la notion de mémoire et de ses (re)constructions circonscrite à une région : la Silésie. Le cadre temporel de la réflexion privilégia la période postérieure à 1945.

Etant donné le succès de la journée d’études et l’ampleur du chantier de recherches mis en place dans ce domaine et dans le souci d’explorer une région et une période peu représentées dans la recherche française, le CIRCE a décidé d’organiser à l’automne 2007, dans la continuité de cette journée, un colloque international. La Silésie reste le terrain de réflexion, mais l’accent sera mis sur la période de l’entre-deux-guerres, voire antérieure. Outre la notion de mémoire, c’est celle de multiculturalité, de la cohabitation entre les différentes communautés, qui sera au centre de la réflexion. De nouvelles approches comme la construction d’une identité locale, d’une identité frontalière, l’histoire orale, la mémoire et la commémoration ainsi que la muséographie seront examinées avec attention.

Au cœur de l’Europe, la Silésie, entre monde germanique et monde slave, a toujours été une terre de passage et de mélange. Le XIXe siècle et l’éveil des nations, voire des Etats-nations, l’ont placée face à son destin de région frontalière. Au XXe siècle, Allemands et Polonais cohabitent, s’entre-déchirent. Après le plébiscite de 1921, les premiers mouvements de population séparent les communautés allemande et polonaise. Dans le même temps, Breslau se développe et bénéficie d’un rayonnement culturel, économique et politique grandissant. Au rythme effréné des années 1920 et 1930, de la crise économique et de la montée du national-socialisme, la capitale silésienne surgit dans la région comme une terre de brassage où les communautés nationales et religieuses, les milieux socioprofessionnels se côtoient, voire vivent ensemble jusqu’à l’heure néfaste de l’avènement d’Hitler.

La fin des années 1930 et la Deuxième guerre mondiale marquent le début d’une deuxième séparation : la disparition de la communauté juive (exil, déportation), l’affrontement entre Polonais et Allemands de Silésie. La terre de mélange devient la terre des conflits.

Après 1945, la majorité des Allemands est déplacée et remplacée par des Polonais et des Ukrainiens déportés eux des territoires de l’Est annexés par l’URSS. Etouffée, la Silésie allemande laisse la place à une Silésie polonaise, voire ukrainienne pour certains de ses habitants. Témoin de la barbarie nazie, de la résistance allemande, de l’expulsion des Allemands en 1945, du communisme, des grandes grèves des années 80, la Silésie se souvient des souffrances endurées, quelle que soit la nationalité des victimes.

La représentation de la mosaïque culturelle que composent les différentes communautés de Silésie à cette époque sera l’occasion de s’interroger sur la dichotomie qui existe ou non dans leur vie quotidienne et leurs représentations. Cohabitation, vie commune, affrontement ? Lieux de vie communs, quartiers séparés ? Quelle était la vie des habitants de Breslau et de la Silésie dans l’entre-deux-guerres ? La multiculturalité est-elle un concept réinventé dans l’imaginaire d’après-guerre ? Etait-elle synonyme d’ignorance réciproque ou bien de réelles relations ? Quels étaient les lieux, les manifestations de cette multiculturalité urbaine ? On s’interrogera sur ses différentes apparitions au travers des traces qui subsistent - topographiques, écrites, orales …

La réflexion sera particulièrement centrée sur la vie à Breslau, capitale régionale, dans l’entre-deux-guerres sous différents aspects : économique, politique, artistique. Les approches pourront être historiques, sociologiques, géographiques, historiques ou littéraires.

Sont invités à participer notamment les jeunes chercheurs, doctorants et docteurs, issus de toutes les disciplines susceptibles d’être concernées (littérature, sociologie, histoire, science politique, études slaves, études germaniques …).

Les propositions de communication d’une ou deux pages sont à envoyer avant le 15 mai à :
florence_lelait[at]yahoo.fr, maougocha[at]usa.net, agajiao[at]yahoo.fr

Lieux

  • Université Paris IV-Sorbonne (Centre Malesherbes)
    Paris, France

Dates

  • mardi 15 mai 2007

Mots-clés

  • Silésie, multiculturalité, minorités

Contacts

  • Florence Lelait
    courriel : florence_lelait [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Florence Lelait
    courriel : florence_lelait [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La Silésie multiculturelle : mythe ou réalité ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le dimanche 25 mars 2007, http://calenda.org/192878