AccueilL'Égypte des Lumières

*  *  *

Publié le mardi 27 mars 2007 par Corinne Cassé

Résumé

L'Egypte fait partie, au XVIIIe siècle, de ces pays fascinants situés dans un "Orient" mythique. S'ouvre, à partir de 1760, une période riche d'événements, avec à la clé plusieurs écrits de Voltaire, les premiers voyages d'érudits, la conquête napoléonienne, et les travaux scientifiques qui mèneront, en 1822, à Champollion.

Annonce

Le projet "L’Egypte des Lumières" est né d’une double motivation.

Il s’agissait tout d’abord d’offrir un autre regard sur l’Egypte. Loin des seules curiosités touristiques offertes par le fabuleux héritage de l’époque des Pharaons, il convenait de rappeler que l’Egypte a été, à l’époque moderne, le vecteur toujours vivant d’une série de représentations qui ont profondément marqué l’occident des Lumières. Il n’est, pour s’en convaincre, que de considérer l’importance des motifs égyptiens chez les principaux artistes du milieu et de la fin du XVIIIe siècle.
Or cette importance de la découverte de l’Egypte au siècle des Lumières doit s’accompagner d’une relecture des textes fondateurs de cette époque. Voltaire est, bien entendu, au cœur de cette mouvance. Les voyageurs, les savants, les chercheurs qui se sont aventurés jusqu’à Memphis et au-delà ont contribué, quant à eux, à une diffusion plus exacte de la réalité égyptienne.
Il s’agissait également d’instaurer, à partir de cette exploration historique, un dialogue interculturel entre un orient que l’on dit « proche » et un occident toujours en quête de nouveaux repères. Les échanges créés par cet ensemble de manifestations ; l’étude approfondie des questions qui sont au cœur de notre modernité ; l’appréhension plus authentique des ressemblances et des différences qui nourrissent aujourd’hui le dialogue orient-occident peuvent devenir les bases, souhaitons-le fécondes, d’une appréciation plus juste de notre histoire commune.

1. Une raison scientifique

Une grande partie du discours des Lumières s’est focalisé sur la découverte du monde égyptien, quitte à l’opposer aux « nouveaux mondes » de l’époque (Amérique, Chine).
Les hommes du début et du milieu du XVIIIe siècle ne disposaient pourtant sur l’Egypte que de connaissances disparates. A la fin du siècle en revanche, l’Egypte est au centre des préoccupations intellectuelles et, en 1785, l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres propose comme sujet de son concours annuel : « La valeur relative de l'Egypte par rapport à l'art grec ». Si le Directoire, au moment où est décidée l’invasion de l’Egypte, se préoccupe relativement peu de l’incidence culturelle d’une telle expédition, tel n’est pas le cas de Bonaparte, qui se fait accompagner de très nombreux savants.
Mais l’écrit le plus substantiel de cette période reste la fameuse Description de l'Egypte : dix-neuf volumes dont huit de textes et neuf de planches, plus deux atlas. La publication s’en échelonne de 1805 à 1822, date doublement symbolique, puisque c’est en 1822 que Champollion vient à bout de son travail de déchiffrement des hiéroglyphes.

Autant d’événements et d’écrits qui ne peuvent qu’intéresser l’historien ou le philosophe et nourrir une réflexion toujours d’actualité.

2. Une raison institutionnelle

Les Délices de Voltaire, par leur implication naturelle dans l’étude du dix-huitième siècle, sont le lieu le plus indiqué à une évocation du rôle de l’Egypte dans la pensée des Lumières.

Ils sont d’abord le lieu de réunion des meilleurs dix-huitiémistes de la planète. A titre d’exemple, un volume de lettres inédites de Voltaire y est actuellement en préparation, auquel contribuent, entre autres, Olivier Ferret, récemment élu à l’Institut Universitaire de France, Nicholas Cronk, directeur de la Voltaire Foundation d’Oxford, et enfin François Jacob, directeur de l’Institut et Musée Voltaire. Il va de soi que toutes ces personnes sont impliquées dans notre aventure égyptienne.

Ils ne sont du reste pas les seuls, et c’est un véritable panel des chercheurs les plus impliqués dans la recherche orientaliste qui ont accepté de participer aux événements projetés. Citons, parmi d’autres, Daniel Lançon, auteur du tout récent ouvrage L’Egypte littéraire (1776-1882), avec préface d’Yves Bonnefoy (éditions Geuthner, Paris, 2006), ou Alain Grosrichard, professeur à l’université de Genève et auteur des fameuses Structures du sérail (Paris, Seuil, 1979).

Les Délices participent enfin pleinement à la politique de mise en valeur du patrimoine qui est celle de son institution de rattachement, la Bibliothèque de Genève. Est-il besoin de rappeler que les collections les plus précieuses de la Bibliothèque sont précisément celles du cabinet d’Egyptologie ?

3. Une raison stratégique

Le projet L’Egypte des Lumières est enfin l’occasion d’une programmation transfrontalière franco-genevoise et d’une coopération renouvelée avec des partenaires internationaux.

Renouvelée, car une telle coopération a déjà, ces trois dernières années, porté ses fruits. Il n’est que de se souvenir des deux projets Voltaire à l’Opéra (2004) et Tremblez, terriens ! Voltaire et le tremblement de terre de Lisbonne (2005) qui avaient permis le développement d’une programmation culturelle cohérente basée sur une solide assise scientifique.

Une coopération supplémentaire est envisagée avec l’université égyptienne de Monofayeh : le commissaire de l’exposition prévue aux Délices n’est autre en effet que Sadek Neaimi, enseignant en cette université et auteur d’un ouvrage intitulé L’Islam des Lumières : images de la civilisation islamique chez les philosophes français du xviiie siècle (Paris, L’Harmattan, 2003).

 

L’Egypte des Lumières : principes généraux

L’Egypte des Lumières se compose d’une importante exposition située dans la maison de Voltaire, d’une programmation culturelle appelée à nourrir la réflexion engagée par l’exposition et d’une série d’initiatives portée par  une dynamique transfrontalière.

 

1. Une exposition au Musée Voltaire

Plusieurs axes seront proposés aux visiteurs :

Présentation de tableaux s'inspirant des motifs égyptiens ;
Exposition d’objets égyptiens antiques conformes à l'original, accompagnés des commentaires faits à l’époque par les philosophes des Lumières ;
Diffusion de récits de voyageurs ;
Présentation d’extraits d’opéras du XVIIIe siècle consacrés à l’Egypte.
Découverte de textes « égyptiens » dans leur édition originale.

S’agissant des récits de voyages au XVIIIe siècle l’exposition se propose de mettre l’accent sur les titres suivants :

Benoit Maillet, Description de l'Egypte
Norden, Voyage en Egypte et en Nubie
Savary, Lettres sur l'Egypte
Vivant Denon, Voyage dans la Basse et la Haute-Egypte
Fourmont, Description historique et géographique d'Héliopolis
Paul Lucas, Voyage du Sieur Paul Lucas

La présentation de ces textes fondamentaux sera agrémentée des plus belles planches de la fameuse Description de l’Egypte extraite des collections de la Bibliothèque de Genève
Autres formes d’accompagnement des objets exposés : la musique. Il est impossible en effet d’oublier qu’un des plus grands opéras du XVIIIe siècle,  à savoir La Flûte enchantée de Mozart, organise son propos thématique et mélodique sur des motifs égyptiens. D’autres œuvres, sans doute moins connues, ne seront pas oubliées, et le visiteur sera en mesure, grâce à un système d’écoute adapté, d’en goûter les charmes.
 

2. Médiation culturelle : une vaste programmation

Les Nuits des Délices sont maintenant connues de tous les habitués de la maison de Voltaire. Il s’agit d’une série de conférences proposées tous les jeudis soirs à 18h30 et qui font appel aux meilleurs spécialistes. La programmation du cycle L’Egypte des Lumières est la suivante :

Jeudi 19 avril, 18h30
Marie Breguet, société Roucher-Chénier : « L’Égypte dans l’imaginaire de Roucher : de l’égyptologie à l’égyptomanie »

Mercredi 25 avril, 18h30
Sadek Neaimi, université de Monofayeh : « Voltaire et les animaux sacrés »

Jeudi 3 mai, 18h30
Fawzia Assad, écrivain et philosophe : « La nuit des Lumières »

Jeudi 24 mai, 18h30
Sarga Moussa, directeur de recherches au CNRS : « Nul pays n'est moins pittoresque : L'Égypte de Volney ».

Jeudi 31 mai, 18h30
François Rosset, université de Lausanne : « L’Égypte de Jean Potocki »

Jeudi 7 juin, 18h30
Christophe Paillard, université de Lyon III : « Tott au pays de Toth : l’Égypte dans la pensée stratégique française à l’aube de la Révolution »

Jeudi 14 juin, 18h30
Anne-Marie Garagnon, université de Paris IV Sorbonne : « Le Taureau blanc, étude stylistique »

Jeudi 21 juin, 18h30
Daniel Lançon, IUFM d’Orléans-Tours : « Vers une reconnaissance des altérités : l’Égypte de Savary en héritage »

Jeudi 13 septembre, 18h30
Jacques Berchtold, université Paris III Sorbonne Nouvelle : « Sethos de l’abbé Terrasson »

Jeudi 20 septembre, 18h30
Barbara Roth-Lochner, directrice du département des manuscrits de la Bibliothèque de Genève : « Papyrus, Genizah, Rifaud… Les ressources égyptiennes du département des manuscrits de la BGE »

Jeudi 27 septembre, 18h30
Claude Ritschard, conservatrice des Musées d’art et d’histoire, Genève : « Visions d’Égypte, de l’imaginaire à l’observation scientifique »

Outre ce cycle de conférences, le Musée proposera  une série de lectures des principales œuvres « égyptiennes » des Lumières. Plusieurs comédiens seront appelés à participer à ces manifestations.

3. Ferney-Voltaire : une coopération transfrontalière

La ville de Ferney-Voltaire développe, depuis quelques années, une programmation en lien direct avec les expositions du Musée Voltaire. C’est ainsi qu’en 2004 les Estivales de Ferney avaient proposé une série d’événements touchant à l’exploitation lyrique des œuvres de Voltaire. Même chose, en 2005, avec la commémoration du 250e anniversaire du tremblement de terre de Lisbonne.
En complément de l’exposition genevoise consacrée à L’Egypte des Lumières, la ville de Ferney-Voltaire accueillera une programmation culturelle diversifiée, placée sous l’intitulé Voltaire à Tanis, en référence à l’une des pièces de théâtre du philosophe et en utilisant un visuel explicite (œil d’Horus).
Au-delà de l’exotisme, il s’agira de mettre en exergue comme chaque année l’actualité des combats voltairiens en faveur de la tolérance tout en rendant justice à l’engouement pour l’Egypte qui fut, bien avant Champollion, celui du Siècle des Lumières.

Lieux

  • Institut et Musée Voltaire - 25, rue des Délices - 1203 Genève (Suisse)
    Genève, Confédération Suisse

Dates

  • jeudi 19 avril 2007
  • mercredi 25 avril 2007
  • jeudi 03 mai 2007
  • jeudi 24 mai 2007
  • jeudi 31 mai 2007
  • jeudi 07 juin 2007
  • jeudi 14 juin 2007
  • jeudi 21 juin 2007
  • jeudi 13 septembre 2007
  • jeudi 20 septembre 2007
  • jeudi 27 septembre 2007

Mots-clés

  • Voltaire, Égypte, Napoléon, Roucher, Volney, Potocki, Tott, Savary, Terrasson, Papyrus, Genizah, Rifaud, exposition, Genève, Champollion

Contacts

  • Institut et Musée Voltaire ~
    courriel : institut [dot] voltaire [at] ville-ge [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • Institut et Musée Voltaire ~
    courriel : institut [dot] voltaire [at] ville-ge [dot] ch

Pour citer cette annonce

« L'Égypte des Lumières », Informations diverses, Calenda, Publié le mardi 27 mars 2007, http://calenda.org/192891