AccueilTIC et citoyenneté : de nouvelles pratiques sociales dans la « société de l’information »

TIC et citoyenneté : de nouvelles pratiques sociales dans la « société de l’information »

Dossier thématique du vol. 21, numéro 1 de la revue Nouvelles pratiques sociales, automne 2008

*  *  *

Publié le mardi 03 avril 2007 par Corinne Cassé

Résumé

Appel à contributions pour le dossier thématique du vol. 21, numéro 1 de la revue Nouvelles pratiques sociales dirigé par Sylvie Jochems (Université du Québec à Montréal) et Maryse Rivard (Centre de documentation sur l'éducation des adultes et la condition féminine).

Annonce

Depuis quelques décennies déjà, des prophètes contemporains annoncent l’avènement d’un village global, d’une économie de savoir forte d’une intelligence collective. De Norbert Wiener à Marshall McLuhan puis à Bill Gates, l’utopie cybernétique fait de plus en plus d’adeptes dans bien des sphères d’activité de la société : industries culturelles, institutions gouvernementales, réseaux financiers, etc.

Plus récemment, la tenue des premiers Sommets mondiaux sur la société de l’information (SMSI en 2003 à Genève et 2005 à Tunis) s’est réalisée sur le constat que la révolution numérique est la troisième révolution industrielle (voire « postindustrielle ») caractérisée par une globalisation réticulaire soutenue par les technologies numériques, le cyberespace et les médias satellitaires. Des discours s’y entrechoquent et influencent le développement de nos sociétés.

Or, une critique s’élève et martèle le débat sur l’idéal informationnel de questions d’importance : quel est l’avenir du lien social? Peut-on craindre un déficit démocratique? Peut-on miser sur les innovations technologiques pour s’émanciper, progresser socialement, lutter contre la pauvreté et l’exclusion? On observe d’ailleurs que différents acteurs sociaux s’engagent maintenant sur les questions d’accès, d’usages et d’appropriation de l’information pour actualiser leur projet citoyen et qui va à l’encontre du paradigme informationnel.

Des chercheurs québécois de la discipline de la communication investiguent déjà ce champ de recherche qu’il s’agisse de communication médiatisée par ordinateur (CMO) ou de l’approche de la sociopolitique des usages des technologies de l’information et de communication (TIC) liée notamment aux enjeux citoyens . Cependant, force est de constater que ces nouvelles pratiques sociales sont peu connues pour ce qu’elles véhiculent comme rêves, valeurs, éthiques et concepts. Pourtant, ces nouvelles pratiques expérimentent et développent de nouvelles stratégies et tactiques qui gagnent à être connues. Particulièrement, au Québec, les pratiques sociales médiatisées par les TIC sont encore très peu documentées dans le domaine du travail social.

Conséquemment, pour son numéro d’automne 2008, NPS invite les praticiens, les étudiants engagés en intervention sociale, les militants des organismes syndicaux, communautaires et bénévoles, les professeurs et les chercheurs à réfléchir aux enjeux que pose la société dite de l’information pour les acteurs sociaux tant des institutions publiques, académiques que des mouvements sociaux.

Ce dossier est une contribution à l’identification des enjeux sociaux locaux, nationaux, mondiaux, mais aussi au repère de nouvelles pratiques sociales et académiques face au développement de la société de l’information.

Nous cherchons donc des contributions scientifiques mettant l’emphase sur les enjeux démocratiques que soulèvent de nouvelles pratiques sociales médiatisées par les TIC : pour qui, par qui?
Au service de quels besoins ou de quels groupes sociaux?
Par quelle appropriation sociale, par quels usages, vers quelles finalités et quelle éthique?

1-Analyses sur le sens des nouvelles pratiques sociales médiatisées par les TIC
 • Problématisation entre médiation, technique, intervention et pratique sociale : quels potentiels et enjeux démocratiques? Comment le déterminisme technologique s’actualise-t-il dans la sphère sociale?
 • Analyse du discours de représentants de la société civile : projet citoyen et société « de l’information »; proposition(s) de gouvernance médiatisées par les TIC; etc.
 • Problématisation de l’identité à l’ère de la virtualité et du cyberespace : émergence de nouveaux courants théoriques et pratiques « cyberféministe » et « cybermilitant »; les concepts de « Sujet nomade », « hybridité », « desembodiement » et leur portée citoyenne; etc.
 • Pouvoir médiatique : analyse de discours sur les problèmes sociaux diffusés sur Internet par les médias traditionnels, communautaires et alternatifs.

2-Analyses sur les méthodes et formes de nouvelles pratiques sociales médiatisées par les TIC
• Analyse de stratégies communicationnelles ayant recours aux TIC pour sensibiliser et mobiliser l’opinion publique :
- Organisations communautaires ou publiques qui visent à établir un rapport de force; organisations qui optent pour une stratégie conflictuelle médiatisée par les TIC; nouvelles pratiques en marketing social; analyse d’une pratique de communication participative; etc.
- Des pratiques liées à des phénomènes : la propagande haineuse, misogyne et antiféministe, etc.
 • Analyse des usages institutionnels des TIC et enjeux citoyens : cyberdémocratie et gouvernance par Internet; confidentialité, contrôle et usages de banques de données et de systèmes informatisés; etc.
 • Réflexions critiques et scientifiques sur les usages citoyens de nouveaux objets communicationnels (cellulaires, blogues, BlackBerry, liste de diffusion, etc.) :
- Quel(s) impact(s) pour le lien social et politique? Pensons à ces usages qui favorisent une mobilisation « spontanée »; à l’information qui prépare la prise de décision, mais qui est diffusée en dehors des lieux collectifs décisionnels; à la mobilité des acteurs sociaux; etc.
- L’accès et les usages de l’ordinateur et d’Internet induisent-ils une fracture politique à l’intérieur même de nos organisations?
- Développement et usages du « libre » : une option citoyenne!
- Nouvelles morphologies de pratiques sociales médiatisées par les TIC : réseaux, coalitions, engagement militant distancié, etc.
• Réflexions critiques et scientifiques sur le potentiel démocratique du cyberespace : Internet un lieu de liberté, d’expression et de débat?

_________________________________________

Les manuscrits doivent être soumis avant le 15 novembre 2007 par courrier électronique à Nouvelles pratiques sociales (nps@uqam.ca).

Pour toute question relative à ce numéro thématique, les auteur(e)s sont invité(e)s à communiquer avec les responsables : 

Sylvie Jochems

Professeure
École de travail social
UQAM
Tél.: 514-987-3000 poste 3702
Jochems.sylvie@uqam.ca

 

Maryse Rivard

Responsable des communications
Centre de documentation sur l'éducation des adultes et la condition féminine (CDÉACF)
Tél.: 514-876-1180 poste 334
rivard@cdeacf.ca

 

Rappel : Le guide pour la présentation des articles peut être fourni sur demande ou consulté sur notre site Web (http://www.nps.uqam.ca/appel/guide.php); toutefois, nous précisons déjà qu’aucun article ne devra dépasser 35 000 caractères (espaces compris), notes, bibliographie et tableaux inclus.

 

Catégories

Dates

  • jeudi 15 novembre 2007

Fichiers attachés

Mots-clés

  • technologies de l'information et de la communication, pratiques sociales, intervention sociale

Contacts

  • Annie Larouche
    courriel : nps [at] uqam [dot] ca

URLS de référence

Source de l'information

  • Annie Larouche
    courriel : nps [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« TIC et citoyenneté : de nouvelles pratiques sociales dans la « société de l’information » », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 03 avril 2007, http://calenda.org/192929