AccueilFrance-Belgique : sculpteurs/sculpture

France-Belgique : sculpteurs/sculpture

Journée d'études du laboratoire IRHiS à l'Université Charles-De-Gaulle - Lille 3

*  *  *

Publié le mercredi 04 avril 2007 par Corinne Cassé

Résumé

La journée d'études du programme France-Belgique organisée annuellement par le laboratoire IRHiS à l'Université Charles-De-Gaulle - Lille 3 portera cette année sur le thème "sculpteurs/sculpture". Soit l'occasion de découvrir à la lumière de nouvelles sources le parcours international d'artistes français ou belges plus ou moins connus (Fernand Khnopff, Antoine Bourdelle, Henri Boncquet, Alexandre Charpentier, Auguste Rodin ou George Minne).

Annonce

Programme

10 h 00 : Présentation de la journée.
Par François Robichon et Frédéric Chappey

10 h 15 – 10 h 45 : Lettres d’amis sculpteurs français adressées à Navez.
Par Alain Jacobs (conservateur au Cabinet des estampes, Bibliothèque Royale de Belgique)

De son retour d’Italie en 1882 à sa mort en 1899, François-Joseph Navez n’a cessé d’entretenir une correspondance avec ses amis français, établis à Paris ou séjournant à Rome. La communication révélera l’importance documentaire de cette correspondance inédite.

10 h 45 – 11 h 15 : Le Grand Prix de Rome belge de sculpture, Henri Boncquet.
Par Patrice Bellanger (expert)

Présentation de cet artiste (1868-1908), auteur de Thor combattant les serpents, sculpture en plâtre réalisée pour le concours du Prix de Rome en 1877 et acquise sur le marché de l’art sans identification.

11 h 15 – 11 h 45 : Parcours de sculptrices entre Belgique et France. Présence et réception.
Par Marjan Sterckx (post-doctorante, université de Leuven)

Parcours croisés de sculptrices françaises en Belgique et de leurs collègues belges en France, leur présence dans les Salons et leur réception par la critique d’art.

11 h 45 – 12 h 15 : Wolfers et la France.
Par Bruno Fornari (conservateur au musée des Beaux-Arts de Gand)

12 h 15 – 12 h 45 : La Belgique inimitable. Khnopff au musée d’Orsay.
Par Anne Pingeot (conservateur général au musée d’Orsay)

Célèbre terre de contrefaçon pour les livres, la Belgique le fut aussi pour la sculpture comme le montraient les "duos" rassemblés dans le catalogue de l'exposition Paris-Bruxelles, Bruxelles-Paris (Paris/Gand, 1997), par Jacques van Lennep et moi-même. Mais il est un domaine où la Belgique devança définitivement la France, c'est celui du symbolisme. L'acquisition récente à Bruxelles de la tête en marbre de Futur, ou Une jeune femme anglaise (1898), de Fernand Khnopff (1858-1921) permet de faire le point sur la collection du musée d'Orsay et de présenter, avant sa publication dans 48-14, ce « morceau du palais Stoclet ».

Discussion

13 h 00 – 14 h 00 : Déjeuner

14 h 00 – 14 h 30 : Alexandre Charpentier et la Belgique ; un exemple de connivence artistique au temps de l’Art Nouveau.
Par Claire Leblanc (conservatrice adjointe du musée d’Ixelles)

La carrière du sculpteur-médailleur français Alexandre Charpentier (1856-1909) a profité d’un épanouissement considérable grâce au relais des milieux artistiques avant-gardistes belges de la fin de siècle. Des collaborations de travail, des échanges intellectuels et des liens d’amitié se tissèrent notamment avec Octave Maus, Constantin Meunier ou encore Théo Van Rysselberghe… Ainsi, de 1890 à 1909, Alexandre Charpentier fit de la Belgique son cadre d’exposition favori et put y connaître un important succès d’estime et commercial.

14 h 30 – 15 h 00 : « Rodin en Belgique » (Musée Rodin, 1997) : dix ans après.
Par Antoinette Le Normand-Romain (directeur général de l’INHA)

En 1997, le musée Rodin organisait une exposition intitulée Vers L’Âge d’airain. Rodin en Belgique qui fut l’occasion d’étudier en profondeur le séjour de Rodin à Bruxelles (1871-1877). Dix ans ont passé depuis ; le regard que l’on porte sur l’oeuvre de l’artiste a évolué ; de nouvelles oeuvres ont fait leur apparition. Le moment est venu de faire le point sur les années belges qui furent véritablement des années déterminantes pour Rodin car elles se terminèrent par la réalisation de L’Âge d’airain, sa première grande statue.

15 h 00 – 15 h 30 : George Minne et la France, une relation manquée.
Par Inga Rossi-Schrimpf (attachée scientifique aux Musées royaux des Beaux-Arts)

George Minne créa ses oeuvres les plus novatrices au début de sa carrière, entre 1886 et 1908. Pendant cette même période, il rencontrera au moins un succès d’estime auprès des littéraires et des cercles avant-gardistes de son pays, tels que Les XX. Étant donnés l’interaction et les échanges qui existaient entre les avant-gardes parisiennes et bruxelloises au cours des années 1890, on pouvait s’attendre à un accueil similaire dans la capitale française. Mais rien n’est moins vrai. On s’interrogera sur les raisons de l’indifférence française vis-à-vis de l’oeuvre de ce « virtuose de la douleur ».

15 h 30 – 16 h 00 : Discussion et pause

16 h 00 – 16 h 30 : Les acquisitions de sculpture belge par l’État français, 1919-1939.
Par Céline De Potter (doctorante Lille 3 - IRHiS)

Si la Belgique est la nation la mieux représentée dans la collection de sculptures des écoles étrangères contemporaines du Musée du Luxembourg avant 1914, c’est surtout, en réalité, grâce à de nombreux dons. La période de l’entre-deux-guerres confirme cette tendance, avec néanmoins quelques achats surprenants et inattendus.

16 h 30 – 17 h 00 : Bourdelle et la Belgique.
Par Frédéric Chappey (maître de conférences Lille 3 - IRHiS)

Bourdelle (1861-1929) a entretenu de nombreuses relations professionnelles et amicales en Belgique. La plus importante rétrospective de son oeuvre sera présentée de son vivant au Palais des beaux-arts en 1928, soit trois années avant la rétrospective posthume du musée de l’Orangerie en 1931.

17 h 00 – 17 h 30 : Le monument équestre d’Albert Ier (Paris, 1934-1938).
Par François Robichon (professeur Lille 3 - IRHiS)

Un peu abandonnée aujourd’hui, cette statue équestre revêtit une forte dimension politico-diplomatique dans le contexte de réarmement de l’Allemagne.

Conclusion de la journée

Lieux

  • Université Charles-De-Gaulle - Lille 3 - Maison de la recherche - Salle des colloques
    Lille, France

Dates

  • vendredi 13 avril 2007

Mots-clés

  • sculpture, France, Belgique, XIXe-XXe

Contacts

  • Martine Aubry
    courriel : aubry [at] univ-lille3 [dot] fr
  • François Robichon
    courriel : frobichon [at] magic [dot] fr
  • Frédéric Chappey
    courriel : fchappey2000 [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Céline De Potter
    courriel : de-potter [dot] celine [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« France-Belgique : sculpteurs/sculpture », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 04 avril 2007, http://calenda.org/192938