AccueilGrand prix de la réflexion pertinente et impertinente

Grand prix de la réflexion pertinente et impertinente

Appel à communications sur le développement durable, l’entrepreneuriat et les activités et le développement des territoires

*  *  *

Publié le jeudi 05 avril 2007 par Sylvain Lesage

Résumé

En association avec l'Académie des technologie, le CNRS et Lire la Politique, le Cercle des Entrepreneurs du Futur a décidé de lancer un appel à communications sur des thèmes émergents et controversés concernant trois catégories : le développement durable, l’entrepreneuriat et le développement des territoires. Dans chacune de ces catégories, le Cercle des Entrepreneurs du Futur décernera un prix d’un montant de 5 000 € et d’éventuelles mentions spéciales.Les lauréats pourront être sollicités en 2008 à l’initiative d’un ou plusieurs membres du Cercle pour proposer un projet de recherches complémentaires.

Annonce

Le Cercle des Entrepreneurs du Futur
en association avec l'Académie des technologies, le CNRS et Lire la Politique

Grand Prix de la Réflexion pertinente et impertinente

Appel à communications sur le développement durable, l’entrepreneuriat et les activités et le développement des territoires

Le Cercle des Entrepreneurs du Futur, créé en 2003, poursuit trois principaux objectifs : contribuer à la société de la connaissance, soutenir l’entrepreneuriat et les initiatives locales de développement, mutualiser les bonnes pratiques et les échanges d’expériences entre ses membres.

Depuis 2005, le Cercle des Entrepreneurs du Futur est piloté par la FNTP, la fédération Syntec, Epita et le CNE (Centre national de l'entrepreneuriat), un institut du CNAM. Il comprend 50 membres, dont 14 membres bienfaiteurs : Adecco, le BIPE, Colas, DGAC, FNTP, France Télécom, Monceau Assurances, Quick, SNCF, Schneider Electric, Sopra Group, Soparind Bongrain, fédération Syntec, UIMM.

Lors de la séance du 30 janvier 2007, les membres du Cercle ont pris la décision de lancer, à l’attention des chercheurs, des consultants ou autres professionnels, un appel à communications sur des thèmes émergents et controversés concernant l’entrepreneuriat et le développement durable d’activités dans les territoires, et qui peuvent être utiles aux entreprises.

Ces thèmes constituent autant de questions majeures ou de problématiques-clés dont des exemples sont fournis en annexe. Ils sont regroupés en trois catégories : développement durable, entrepreneuriat et activités, développement des territoires. Dans chacune de ces catégories, le Cercle des Entrepreneurs du Futur décernera un prix d’un montant de 5 000 € et d’éventuelles mentions spéciales. Les lauréats pourront être sollicités en 2008 à l’initiative d’un ou plusieurs membres du Cercle des Entrepreneurs du Futur pour proposer un projet de recherches complémentaires qui sera financé à hauteur de 30 000 € par projet et par an sur une période maximum de 2 ans.

Les réponses pourront être individuelles ou collectives. Elles devront privilégier le côté inductif et pertinent du raisonnement et ne pas hésiter à remettre en cause les idées dominantes en faisant preuve d’impertinence intellectuelle.

Elles seront évaluées par un jury présidé par le Recteur Christian Forestier. Les autres membres permanents du jury sont : Jean-Pierre Alix (conseiller à la Présidence, CNRS), Gilbert Azoulay (directeur délégué, AEF), le professeur Rémi Barré (directeur de la prospective, ministère de la Recherche) ; Jean-Claude Bouly (directeur du CNE-CNAM) ; le professeur Pierre Chapuy (CNAM) ; Philippe Durance (directeur de collection, L’Harmattan) ; Sylvie Esparre (directrice à la DIACT) ; Yves Farge (Académie des technologies), le professeur Michel Godet (CNAM, animateur du Cercle) ; Hugues de Jouvenel (délégué général de Futuribles) ; Alain Lebaube (journaliste) ; André Letowski (APCE) ; Luce Perrot (Lire la politique) ; Jacques Theys (directeur du Centre de prospective, ministère de l’Équipement) ; Frank Vidal (directeur d’Advancia) ; Jean-Claude Volot (président de l’APCE) ; quelques représentants des médias…

Pour évaluer certaines réponses, le jury pourra s’appuyer sur les avis d’un groupe d’experts composé de représentants des entreprises membres du Cercle ainsi que de personnes qualifiées extérieures au Cercle et sollicités ponctuellement.

Les membres du jury sont désignés de manière intuitu personae et ne peuvent donc se faire représenter, ni répondre personnellement à l’appel. Ils s’abstiendront de participer à l’évaluation spécifique d’une réponse impliquant éventuellement tel ou tel membre de leur organisation.

Une large publicité est envisagée pour la diffusion de cet appel et des réponses primées.

Détails de l’appel à communications

Lancement : avril 2007. Déclaration d’intention de communiquer pour le 6 juin 2007. Réponses pour le 15 septembre 2007. Délibération du jury avant le 15 novembre 2007. Remise des prix avant le 10 décembre 2007.

Les propositions de communication peuvent être relatives à des travaux empiriques (description de cas d'étude, d'intervention ou de recherche), expérimentaux (relatant des expériences de terrain) ou théoriques (réflexions sur des notions ou des questions clés, etc.) en relation avec les thèmes proposés et n’ayant pas encore fait l’objet d’une publication.

La communication devra indiquer la catégorie dans laquelle s’inscrit sa réponse. Elle devra comprendre entre 30 000 et 60 000 signes (espaces compris), soit environ 10 et 20 pages au format A4, ainsi qu’une bibliographie. Chaque auteur devra joindre un CV, ainsi qu’un résumé de sa communication (3 000 signes maximum, espaces compris). Les manuscrits et autres documents fournis ne seront pas restitués aux candidats. Les auteurs primés s’engagent à renoncer à leurs droits d’auteur, de diffusion, etc., au bénéfice du Cercle des Entrepreneurs du Futur. Ce dernier s'engage à faire figurer le nom des auteurs dans les diffusions qu'il fera.

Dans chaque catégorie, une communication sera distinguée par le jury et recevra un prix de 5 000 €. Le jury se donnera également la possibilité de distinguer, dans chaque catégorie, une à deux communications supplémentaires par une mention spéciale et une attribution de 2 500 € par mention.

Les communications primées seront publiées ou mises en ligne sur le site du Cercle des Entrepreneurs du Futur.

Conditions d’éligibilité

Pour être éligible, les communications doivent satisfaire les conditions suivantes :

  • les candidats doivent s’engager à autoriser la publication de leur communication, sous toutes formes ;
  • les réponses doivent être rédigées en français ;
  • les réponses doivent être adressées sous forme électronique et sous forme papier, impérativement identiques. Elles doivent avoir été soumises dans les délais, au format demandé, et être complètes (tous les éléments demandés doivent être fournis) ;
  • la communication doit entrer dans le champ d’une des trois catégories précitées ;
  • les candidats ne doivent pas être membres du jury.

Critères d’évaluation

Les communications seront notamment évaluées à partir des critères spécifiques suivants :

  • caractère novateur, ambitieux et impertinent ;
  • pertinence méthodologique ;
  • caractère inductif du raisonnement ;
  • utilité opérationnelle, possibilité de mise en œuvre.

Procédure de sélection

Le jury désignera en son sein, pour chaque communication éligible, deux rapporteurs chargés de l’évaluation. Si ces rapporteurs le jugent utiles, ils pourront solliciter un ou plusieurs membres du groupe d’experts pour fournir un avis qualifié sur la communication proposée.

Lors d’une première séance, après audition des évaluations faites par les rapporteurs, le jury votera pour établir la liste des communications retenues pour chaque catégorie.

Lors d’une seconde réunion, le jury votera, parmi les communications retenues pour chaque catégorie, pour déterminer la communication primée et les éventuelles mentions spéciales.

Les votes du jury seront effectués à la majorité qualifiée des membres présents. En cas d’ex-æquo, la voix du Président du jury sera prépondérante.

Les candidats fourniront une déclaration d’intention de communication en précisant la catégorie ainsi que la ou les questions qu’ils envisagent de traiter. Cette déclaration devra être adressée par mail au plus tard le 31 mai 2007 à l’adresse suivante : entrepreneursdufutur@cne-cnam.fr en utilisant le modèle de déclaration fourni (cf. fichier joint).

Les propositions de communication individuelles et collectives sont à envoyer sous forme électronique au plus tard le 15 septembre 2007 à l’adresse suivante : entrepreneursdufutur@cne-cnam.fr ; et sous forme papier par voie postale au plus tard le 15 septembre 2007, en 5 exemplaires, le cachet de la poste faisant foi, à l’adresse suivante :

A l’attention de Sylvane Lanieu
CNE-CNAM
6, rue du Docteur Heydenreich
CS 65228
54052 - Nancy cedex

Pour tous renseignements complémentaires : entrepreneursdufutur@cne-cnam.fr 
ou 03 83 85 49 00

Annexe

Exemples de questions ou de problématiques-clés par catégorie
(liste non limitative proposée par les membres du Cercle des Entrepreneurs du Futur)

1 – Développement durable

  • Le développement durable peut-il se passer d’une définition claire ?
  • De l’utilité et des limites du principe de précaution.
  • Le développement durable est-il une contrainte ou une opportunité pour les entreprises ?
  • A quelles conditions la mondialisation est-elle compatible avec les enjeux climatiques ?
  • Construction, habitat et réseaux : quels impacts sur le développement durable ?
  • Y a-t-il des conséquences positives au réchauffement de la planète ?
  • Les biocarburants sont-ils vraiment intéressants tant d’un point de vue économique que d’un point de vue écologique et pourquoi ?
  • Quelles seraient les conséquences économiques et sociétales d’une agriculture 100 % biologique, sans pesticides ?
  • Compétitivité économique et environnementale des modes de transport (air, fer, mer) : peut-on vivre sans automobile ? Peut-on vivre sans transport aérien ?
  • Les produits biologiques peuvent-ils être dangereux pour les consommateurs ? Pourrait-on vivre sans produits chimiques ?
  •  …

2 – Entrepreneuriat et activités

  • Comment expliquer la faible proportion de grandes PME et PMI (plus de 500 personnes) exportatrices dans notre pays ? Comment y remédier ?
  • Quels sont les facteurs freins et moteurs à la création, au développement et à la reprise d’entreprise ? Comment développer l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes (dès la formation initiale) ? Comment expliquer que la moitié des entrepreneurs restent solo ? Quels sont les obstacles à la première embauche ? La relève des artisans est-elle assurée ?
  • Les entreprises les plus performantes d’un secteur sont-elles celles qui font le plus de dépenses de R&D ?
  • Comment expliquer le faible taux d’activité des seniors en France ?  Pourquoi et comment y remédier ? Faut-il faire varier les rémunérations en fonction de l’âge, au lieu de les augmenter à l’ancienneté ?
  • Y a-t-il une taille critique pour la compétitivité et la performance des entreprises et des territoires ? N’y a-t-il pas un mythe de la taille critique des entreprises qui confondent souvent taille, croissance et profitabilité ?
  • Rôle et place de la technique dans l’innovation des entreprises. Facteur essentiel ou secondaire ? Place et rôle des TPE dans l’innovation.
  • Comment transformer les handicaps individuels en différences positives ?

3 – Développement des territoires

  • La France peut-elle se développer sans industrie ?
  • Comment améliorer la performance des services publics ?
  • Facteurs freins et moteurs à la mobilité géographique des actifs. Propositions pour y remédier.
  • Impacts des mobilités sur le lien social.
  • Pôles de compétitivité et pôles de qualité de vie et de services : quelles complémentarités ? Quelles oppositions ? Comment les rendre compatibles afin d’améliorer l’attractivité d’un territoire par le développement de son économie productive (produire pour exporter) et présentielle (produire pour la consommation locale) ? Existe-t-il des effets pervers des pôles de compétitivité ?
  • Comment organiser une offre de services compétitive pour répondre aux besoins des personnes âgées, dépendantes ou non ?
  • Situations familiales, inégalités de revenus, de statut et de patrimoine : conséquences sur les modes de vie et la répartition des populations sur le territoire. Propositions pour corriger les principales inégalités.
  • Impacts sur les coûts de production, de la gratuité des télécommunications, quelle que soit la durée et la distance et, en corollaire, compétitivité des entreprises implantées dans des territoires ne permettant pas l’accès à cette communication gratuite.
  • Quelles contributions des pratiques culturelles au développement des territoires ?
  • Comment améliorer l’efficacité du système de santé ? La France manque-t-elle de médecins ou d’infirmières ? Diagnostic de l’offre médicale en France. L’évolution des techniques médicales : concentration ou déconcentration de l’offre de soins ? Comparaisons internationales. Conséquences du vieillissement.
  • Le retour vers les villages, mythe ou réalité ?
  • La succession des agriculteurs : qui va prendre la relève et assurer la mémoire des territoires ?
  • Prospective patrimoniale : paysages, patrimoines, bio-diversité, architectures.

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • samedi 15 septembre 2007

Fichiers attachés

Mots-clés

  • développement durable, entrepreneuriat, développement des territoires

Contacts

  • Sylvane Lanieu
    courriel : entrepreneursdufutur [at] cne-cnam [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Philippe Durance
    courriel : philippe [dot] durance [at] cnam [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Grand prix de la réflexion pertinente et impertinente », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 05 avril 2007, http://calenda.org/192940