AccueilMémoires de la Résistance et de la guerre

Mémoires de la Résistance et de la guerre

Redéploiements en région Rhône-Alpes

*  *  *

Publié le vendredi 20 avril 2007 par Sylvain Lesage

Résumé

Autour de la Résistance et de la guerre s’est forgée depuis 60 ans en France une mémoire nationale que des travaux d’historiens revisitent. Les musées et mémoriaux de la Résistance s’appuient sur ces travaux et s’inscrivent dans des sites et des territoires, dans un dialogue avec les mémoires à l’œuvre. Aujourd’hui l’attention à l’émergence de nouveaux acteurs, de nouveaux récits et de nouveaux usages publics de la mémoire incite à poser l’hypothèse d’un redéploiement mémoriel. Tel est le constat et l’orientation d'un cycle de réflexion dont l'objectif est d’examiner les diverses manifestations de ces redéploiements, d’envisager les ressources et les défis d’un travail continué d’histoire et de mémoire à l’échelle locale et nationale et entrecroisé à l’échelle européenne. La première séance de ce cycle, mercredi 13 juin 2007, portera sur les redéploiements de ces mémoires en Région Rhône-Alpes.

Annonce

Mémoires de la Résistance et de la guerre :
redéploiements en région Rhône-Alpes 

Autour de la Résistance et de la guerre s’est forgée depuis 60 ans en France une mémoire nationale qui se voulait unifiée et qui a été marquée par des divisions et des polémiques politiques. Des travaux d’historiens, bénéficiant de l’ouverture d’archives et de récits de témoins, revisitent progressivement ces années noires. Les musées et mémoriaux de la Résistance, dont certains ont vocation nationale, s’appuient sur ces travaux, tout en s’inscrivant dans des sites et des territoires - ce qui les conduit à dialoguer avec les mémoires à l’œuvre et avec les institutions qui soutiennent leur travail de mise en patrimoine dans un souci pédagogique et parfois de valorisation d’une ressource touristique. 

Aujourd’hui l’attention à l’émergence de nouveaux acteurs, de nouveaux récits et de nouveaux usages publics de la mémoire incite à poser l’hypothèse d’un redéploiement mémoriel. Ce redéploiement prend l’allure d’un événement contemporain qui modifie une mémoire héroïsante et doloriste, figée dans le seul devoir de mémoire, pour s’enrichir, sous des formes singulières et localisées, par des croisements et des partages en deçà et au-delà de la seule échelle nationale.

Tel est le constat et l’orientation qui conduisent à mettre en place sur l’année 2007 un cycle de réflexion sur les redéploiements des mémoires de la Résistance et de la guerre. Son objectif est d’en examiner les diverses manifestations, et d’envisager les ressources et les défis d’un travail continué d’histoire et de mémoire à l’échelle locale, nationale et européenne. A l’échelle régionale, l’historiographie des lieux de mémoires fait apparaître de nouveaux usages et récits de mémoire, tenant compte tant des études historiennes réalisées que des transmissions et renouvellements générationnels, et de l’importance accrue des collectivités territoriales dans l’institutionnalisation de ces mémoires. A l’échelle internationale, les manières de commémorer font apparaître les sens différents accordés à ces mémoires et à leurs usages publics selon les contextes nationaux (France, Allemagne, Italie…), ainsi que les enjeux liés à leurs évolutions dans un contexte de construction européenne. Au-delà de l’opposition entre mémoire et histoire, quelles nouvelles formes de constructions publiques des mémoires de la guerre et de la Résistance se dessinent, entre transmission historienne, débat public et pédagogie sociale ? 

La journée du mercredi 13 juin 2007, première séance de ce cycle, porte sur les évolutions récentes des lieux de mémoires et d’histoire dans la région Rhône-Alpes, dans leurs rapports avec les sites et les territoires, et en appui sur l’expérience de professionnels. Comment rendre compte des nouveaux usages de la mémoire de la Résistance et de la guerre, en lien avec les singularités des territoires et leur développement autant qu’avec les récits nationaux ? Quels sont les acteurs, les formes commémoratives, les usages publics de l’histoire qui émergent et modifient les configurations de ces mémoires ? Quels changements produisent ou induisent la circulation et la diversité des publics, dans les formes et les contenus des productions mémorielles ? Comment les professionnels et les chercheurs qui se trouvent à l’intersection de l’histoire et de l’actualité de ces sites se saisissent du renouvellement des récits historiques et de leur inscription territoriale ?

 PROGRAMME

Séminaire organisé dans le cadre du programme de recherches territorialisées 2005-2007

"Quand la ville se raconte... Enjeux culturels et urbains du travail de mémoire", financé par l'Etat et les collectivités territoriales Rhône-Alpes.

« Travail de mémoire et mémoires partagées : vérités, traduction, événements, reconnaissance ».

 9 h 00 - 9 h 15 : Accueil des participants.

 9h 15 - 9h 30 : Ouverture et présentation de la journée : Dominique BELKIS, Université Jean Monnet - Modys, responsable du programme de recherche

 9h 30 - 10h : Introduction : François PORTET, conseiller à l’ethnologie, DRAC, Des évolutions des mémoires de la Résistance et de la seconde guerre mondiale à l’échelle régionale.

Matinée. Lieux de mémoires et d’histoire de la Résistance et de la guerre : rapports aux sites et aux territoires

10h - 11h 30 : Des professionnels retracent l’évolution des relations entre les structures qu’ils animent et les territoires dans lesquels ils s’inscrivent. Après avoir rappelé les périodes-clefs qui ont marqué l’histoire de ces structures, il évoquent les rôles et missions qui leur sont aujourd’hui attribués, et parlent de leurs rapports aux territoires comme espaces d’inscription et d’initiatives.

Intervenants : Isabelle DORE-RIVE, directrice du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon ; Geneviève ERRAMUZPE, directrice de la Maison mémorial des enfants juifs exterminés d’Izieu ; Jean-Claude DUCLOS, conservateur en chef du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, Grenoble.

11h 45 - 12h 45 : Christiane HOSS, historienne, cofondatrice de Actives Museum, L’expérience de Actives Museum et le travail de préfiguration de Topographie de la terreur, Berlin.

 Après-midi. Mémoires publiques de la Résistance et de la guerre : sites, acteurs, récits, enjeux

14h - 14h 15 : Introduction : Alain BATTEGAY, sociologue Modys, Le présent de la mémoire et de l’histoire  

14h 15 - 14h 45 : Marina GUICHARD CROZET,  doctorante en anthropologie politique, Université Jean Monnet – Modys , Les associations de résistants et l’institutionnalisation de la mémoire de la Résistance sur le plateau des Glières.

14h 45 - 15h 15 : Marie-Thérèse TETU, socio-anthropologue Modys, Philippe HANUS, Centre permanent d’initiation à l’environnement du Vercors, Un tournant mémoriel sur le Vercors entre blocage et ressources.

15 h 15 - 15h 45 : Anne-Marie GRANET ABISSET, historienne, UPMF Grenoble, LARHRA , Les usages de la mémoire en territoire délicat : quand l’histoire s’en mêle.

16h - 16h 45 : Alban BENSA, anthropologue EHESS, La mémoire des lieux : réflexions théoriques et comparatives.

17h - 18h : Débat animé par André BRUSTON, sociologue, urbaniste, Entre traces et récits, la négociation des mémoires du futur.


 13 juin 2007 de 9h à 18h - Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation – 14, avenue Berthelot – 69007 Lyon


Inscription gratuite avant le 1er juin

Catégories

Lieux

  • Centre d'Histoire de la Resistance et de la Déportation, 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon
    Lyon, France

Dates

  • mercredi 13 juin 2007

Mots-clés

  • résistance, guerre, histoire, mémoires, musées, territoires

Contacts

  • Marie-Thérèse Têtu, Dominique Belkis, Alain Battegay ~
    courriel : memoire_seminaire [at] no-log [dot] org

Source de l'information

  • Marie Thérèse Têtu
    courriel : memoire_seminaire [at] no-log [dot] org

Pour citer cette annonce

« Mémoires de la Résistance et de la guerre », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 20 avril 2007, http://calenda.org/192993