AccueilL’enseignement secondaire féminin et l’identité féminine enseignante

*  *  *

Publié le vendredi 11 mai 2007 par Sylvain Lesage

Résumé

En hommage à Françoise Mayeur, journée d'études sur l'enseignement secondaire féminin et l'identité féminine enseignante

Annonce

Exposé des motifs

En 1977, Françoise Mayeur publiait L’enseignement secondaire des jeunes filles sous laTroisième République. Dans cet ouvrage, elle retraçait la naissance, au milieu de nombreux débats, de cette institution, dont elle montrait l’évolution jusqu’à l’imparfaite identification à l’enseignement secondaire masculin, en 1924. Soulignant sa spécificité, en termes de programme, de personnel et de valeurs, elle montrait comment le nouvel enseignement héritait d’une certaine vision de la femme, tout en étant conduit à évoluer sous l’action de mutations sociales et économiques.

Cet ouvrage précurseur est à l’origine de nombreuses recherches, qui ont suivi d’autre part le mouvement général de l’histoire de l’éducation : l’établissement a ainsi été envisagé, tant pour son architecture que pour ce qu’il révèle d’adaptation au milieu local ; le renouveau de la biographie a permis de cerner le rôle de certains acteurs ; l’étude des groupes de pression a mis à jour le poids d’associations diverses. Par ailleurs, l’introduction en France des gender studies a relancé les recherches, en conduisant notamment à approfondir la question des identités féminines enseignantes.

Ce sont ces pistes qui servent de balises à cette journée d’études. Se plaçant dans la lignée des travaux initiés par Françoise Mayeur, cette journée privilégiera l’enseignement secondaire français à l’époque de la Troisième République, sans exclure d’utiles comparaisons.

La première partie se placera dans le contexte institutionnel de l’enseignement secondaire féminin avant 1914. On s’intéressera donc aux acteurs institutionnels et aux établissements. Par ailleurs, plus encore que son homologue masculin, l’enseignement secondaire féminin a dû tenir compte des autorités locales. Au travers d’exemples tant parisiens que provinciaux, on cherchera donc à préciser la relation entre l’offre locale et la demande familiale et sociale, et à établir les rapports entre le pouvoir central et les autorités locales et académiques. 

Tout en élargissant le cadre temporel jusqu’au contexte contemporain, la seconde partie s’intéressera au monde enseignant, notamment au regard de l’apport de l’histoire du genre. L’identité féminine enseignante sera appréhendée selon la diversité des positions occupées et en relation avec les collègues masculins. On s’interrogera aussi sur l’éventuelle spécificité de la vocation féminine, aujourd’hui débattue.

À l’heure où surgissent de nouvelles interrogations sur la mixité, la parité et l’égalité des chances, il nous a paru intéressant d’aborder ces problèmes en considérant leur enracinement historique. 

Responsable scientifique : Yves Verneuil (IUFM Champagne-Ardenne).Comité scientifique :

 

Philippe Buton (professeur d’histoire contemporaine à l’université de Reims - Champagne-Ardenne)

Pierre Caspard (directeur de recherche, directeur du SHE, INRP-ENS)

Jean-Noël Luc (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris IV-Sorbonne)

Jean-Marie Mayeur (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris IV-Sorbonne)

Bruno Poucet (professeur d’histoire de l’éducation, IUFM de Picardie)

Rebecca Rogers (professeur d’histoire de l’éducation à l’université Paris V)  

Programme

Chaque intervention est limitée à 20 minutes.

Vendredi 8 juin 2007

9 heures : Accueil

9h30 : Ouverture par Gilles Baillat, directeur de l'IUFM de Champagne-Ardenne 

9h45 : L’enseignement secondaire féminin pendant la Troisième République

Président de séance : Philippe Buton 

  • Françoise Mayeur, une pionnière exigeante de l’histoire de l’enseignement secondaire féminin dans l’historiographie de l’histoire de l’éducation (Jean-Noël Luc, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris IV-Sorbonne)
  • L’enseignement secondaire féminin à Troyes entre autorités locales et contrôle de l’administration centrale (Jean-Louis Humbert, professeur agrégé d’histoire, président de l’Association des amis du musée aubois d’histoire de l’éducation)
  • L’affirmation de l’enseignement secondaire public des filles dans l’académie de Lille (1880-1914) : développer les qualités acquises sans compromettre les qualités natives (Jean-François Condette, maître de conférences en histoire contemporaine à l’IUFM de Lille)
  • 10h45 – 11h05 : discussion
  • 11h05 –11h25 : pause
  • Octave Gréard et l’instruction des jeunes filles (Stéphanie Dauphin, professeur à l’IUFM d’Arras, doctorante à l’université Paris IV-Sorbonne)
  • Les lycées de jeunes filles : une typologie architecturale spécifique ? (Marc Le Cœur, doctorant en histoire de l’art à l’université de Paris I) 

12h15- 12h30 : discussion 

12h30-13h15 : visite du musée aubois (Guy Baron, professeur agrégé d’histoire, ancien responsable du Musée aubois et Rémi Huth, professeur de français-histoire-géographie et formateur à l’IUFM de Reims)

13h15-14h15 : repas

14 heures 15 : Identité féminine et enseignement

Président de séance : Marc Deleplace

  • Comprendre l’identité féminine enseignante : l’apport de l’histoire du genre (Rebecca Rogers, professeur d’histoire de l’éducation à l’université Paris V)
  • Les enseignantes du privé : quelle spécificité ? (Bruno Poucet, professeur d’histoire de l’éducation à l’IUFM d’Amiens)
  • Les vocations d’enseignantes dans les centres de formation spécialisée du premier degré de Beaumont et de Suresnes (Dominique Lerch, docteur d’Etat en histoire, ancien inspecteur d’académie de l’Aube et ancien directeur du CNEFEI)
  • 15h15-15h35 : discussion
  • 15h35-15h55 : pause
  • Les professeurs de l’enseignement secondaire et la coéducation entre les deux guerres (Yves Verneuil, maître de conférences en histoire contemporaine à l’IUFM de Champagne-Ardenne)
  • L’accès des professeurs femmes à l’enseignement dans les classes préparatoires : repères chronologiques et données quantitatives sur la féminisation dans la seconde moitié du XXe siècle (Marlaine Cacouault-Bitaud, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Paris V).

16h35-16h50 : discussion 

16 h50 : conclusion (Yves Verneuil)

17h00 : cocktail

Lieux

  • Centre IUFM
    Troyes, France

Dates

  • vendredi 08 juin 2007

Mots-clés

  • éducation, enseignement secondaire, femmes ,genre

Contacts

  • Yves Verneuil
    courriel : yves [dot] verneuil [at] reims [dot] iufm [dot] fr

Source de l'information

  • Yves Verneuil
    courriel : yves [dot] verneuil [at] reims [dot] iufm [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’enseignement secondaire féminin et l’identité féminine enseignante », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 11 mai 2007, http://calenda.org/193090