AccueilLes paradoxes des métiers de l'éducation

*  *  *

Publié le mercredi 16 mai 2007 par Natalie Petiteau

Résumé

C’est aux effets de la confrontation des acteurs éducatifs à de telles situations et à la façon dont ils y font face qu’est consacrée cette journée d’étude : comment vivent-ils leur exposition à ces attentes divergentes ? Composent-ils facilement avec elles ou ont-ils au contraire le sentiment d’être tiraillés entre des exigences difficiles à concilier ?

Annonce

Les paradoxes des métiers de l'éducation

Journée d’étude

Vendredi 1er juin 2007 (9h45-17h00)

 

 

Université Picardie Jules Verne (Amiens)

Faculté de Philosophie & SHS, Campus, Salle E 110 (bâtiment E, 1er étage)

 Etablissements scolaires appelés à traiter de manière égale tous leurs élèves tout en s’adaptant aux caractéristiques de leur « public » ; enseignants invités à former des citoyens tout en ayant à l’esprit les besoins du marché de l’emploi ; chefs d’établissement contraints de satisfaire à la fois les attentes des élus locaux, des parents et de leur tutelle ; universitaires sollicités par la « demande sociale » tout en se devant de respecter les règles de l’objectivité scientifique… 

Ces exigences ambivalentes ne sont pas propres aux métiers éducatifs. Elles sont typiques d’une société marquée par l’accroissement de la spécialisation et de la division fonctionnelles du travail. Mais elles revêtent une acuité particulière dans le monde éducatif tant l’exigence de performance, et la nécessité, pour ses acteurs, de parvenir à composer avec ces logiques hétérogènes se font aujourd’hui pressantes. Une situation d’autant plus délicate, pour ces derniers, qu’à l’instar de nombreux salariés, ils sont l’objet de multiples conseils (textes officiels, chartes professionnelles, préconisations individuelles, etc.) relatifs à la manière dont ils peuvent « gérer » de telles tensions mais sont dans le même temps invités à trouver « en eux » une solution à leurs problèmes – même quand les situations auxquelles ils sont confrontés trouvent leur origine dans des phénomènes structurels sur lesquels ils n’ont guère de prise.

 

C’est aux effets de la confrontation des acteurs éducatifs à de telles situations et à la façon dont ils y font face qu’est consacrée cette journée d’étude : comment vivent-ils leur exposition à ces attentes divergentes ? Composent-ils facilement avec elles ou ont-ils au contraire le sentiment d’être tiraillés entre des exigences difficiles à concilier ? La manière dont les individus s’accommodent de telles tensions tient à leur capacité à trouver un équilibre entre les déterminations externes qui s’imposent à eux. Une attention toute particulière sera donc portée, au cours de cette journée, à leur propension à arbitrer (le plus souvent de manière non délibérée) entre des logiques différentes. On s’interrogera ainsi, à cette occasion, sur les méthodes les plus propices à l’objectivation des « stratégies » auxquelles ils recourent pour surmonter d’éventuelles dissonances. Mais cette capacité tient aussi aux transformations des modes de construction des identités collectives — les difficultés ressenties étant aussi liées à l’émergence de nouvelles normes de professionnalité. Aussi s’interrogera-t-on également sur l’évolution des conditions structurelles de leurs pratiques professionnelles, en recourant au regard de l’historien et à la comparaison entre différents systèmes éducatifs européens.

 

Programme

 

- 9h45-10h : Accueil

- 10h-10h20 : Présentation de la journée (Sophie Richardot et Sabine Rozier / CURAPP)

 

MATINEE : FINALITES EDUCATIVES ET RELATION AU MONDE DES ENTREPRISES

- 10h20-10h40 : De l’ouvrier-citoyen au travailleur flexible : un siècle de rapports école / entreprises, Guy Brucy (historien, Université de Picardie / CURAPP).

- 10h40-11h : « Apprenons leur l’esprit d’entreprendre » : les relations entreprises / école,  Sabine Rozier (politiste, Université de Picardie / CURAPP)

- 11h-11h20 : Débat

- 11h20-11h40 : Les enseignants du supérieur en gestion entre connaissance et action, Fabienne Pavis (sociologue, Université de Nantes / CENS, CSE)

- 11h40-12h : Les sociologues praticiens entre deux univers de référence, Odile Piriou (sociologue, CNRS / LISE)

- 12h-12h20 : Débat

12h20-13h50 : déjeuner

APRES-MIDI : NOUVELLES NORMES DE PROFESSIONNALITE ET TENSIONS IDENTITAIRES

- 13h50-14h10 : « L’école est finie ? » : conflits sociocognitifs et arrêt des activités pédagogiques, Sylvain Delouvée (psychosociologue, post-doc ANR) et Frédéric Lebaron (sociologue, Université de Picardie / CURAPP)

- 14h10-14h30 : De la plainte à la fuite : figures de la crise du travail enseignant ?, Françoise Lantheaume (sociologue, Université de Lyon 2, ISPEF / UMR Education & Politiques)

- 14h30-14h50 : Débat

- 14h50-15h10 : Les fonctions directoriales dans l'enseignement supérieur helvétique. Les modes pluriels d'identification à un rôle, Muriel Surdez (politiste, Université de Fribourg / CRAPUL)

- 15h10-15h30 : L'évolution des modes de régulation de l'enseignement secondaire dans quelques pays européens, Lise Demailly (sociologue, Université de Lille I / IFRESI)

- 15h30-15h50 : Débat

 

- 15h50-16h05. Pause

 

- 16h05-16h25 : Les jeunes enseignants et les ZEP : l’improbable rencontre, Nathalie Oria (sociologue, Université de Picardie / CURAPP)

- 16h30-17h00 : Synthèse de la journée : Bertrand Geay (sociologue, Université de Picardie / CURAPP).

Catégories

Lieux

  • Université Picardie Jules Verne (Amiens), Faculté de philo. et SHS, Campus, Salle E 110
    Amiens, France

Dates

  • vendredi 01 juin 2007

Fichiers attachés

Mots-clés

  • éducation, enseignants, normes professionnelles, identité, tensions

Contacts

  • sabine rozier
    courriel : sabine [dot] rozier [at] u-picardie [dot] fr

Source de l'information

  • sabine rozier
    courriel : sabine [dot] rozier [at] u-picardie [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les paradoxes des métiers de l'éducation », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 16 mai 2007, http://calenda.org/193107