AccueilLes héritages culturels dans l'urbanisme et l'architecture au XXIe siècle

Les héritages culturels dans l'urbanisme et l'architecture au XXIe siècle

Projets urbains, architecture et identités culturelles en Europe, Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie

*  *  *

Publié le lundi 04 juin 2007 par Sylvain Lesage

Résumé

Certains projets d’urbanisme intègrent les éléments de la mondialisation des échanges et des cultures. Ils se veulent, d’une certaine manière, tous des « ponts entre les civilisations ». Ils s’inspirent de formes plus ou moins abstraites, en adéquation ou en totale rupture avec les cultures nationales ou régionales traditionnelles. Comment ces projets intègrent-ils le patrimoine urbanistique et architectural ancien ? Dans quelle mesure les similitudes et les convergences entre l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie révèlent-elles une cohérence géographique et architecturale dans la valorisation des identités passées ?

Annonce

Colloque international organisé par l’université Paris-Sorbonne-Abu Dhabi
(Émirats arabes unis)

Au début du XXIe siècle, la multitude des projets d’urbanisme traduit bien l’explosion urbaine en Europe, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie. Le phénomène de croissance urbaine continue de s’accélérer. Les projets urbains n’ont jamais connu autant d’avenir qu’aujourd’hui. La plupart révèle les grandes tendances de l’urbanisme et de l’architecture du XXIe siècle. Par projet urbain, il faut entendre la conception d’un aménagement futur d’un espace urbain, à l’échelle d’un quartier jusqu’à celle d’une ville nouvelle.

19-20 mai 2008
Abu Dhabi

Les héritages culturels dans l’urbanisme et l’architecture au xxie siècle

Projets urbains, architecture et identités culturelles en Europe, Afrique du nord, Moyen-Orient et Asie au xxie siècle.

Les projets les plus innovants et ambitieux se découvrent actuellement. Aux Emirats Arabes Unis, il suffit de prendre connaissance des aménagements des îles artificielles de Dubaï, les célèbres projets de Palm Island et de The World, pour le constater. Le projet d’urbanisme et d’architecture de l’île de Saadiyat, à Abu Dhabi, capitale des Emirats Arabes Unis, a été présenté officiellement en 2007. Il fait aussi partie des grandes aspirations culturelles et politiques du pays. Actuellement île de sable de 25 km2, Saadiyat devrait se transformer en pôle touristique et résidentiel de la ville pour 2012-2018. De grandes institutions culturelles occidentales, comme Le Louvre ou le Guggenheim devraient y être installées dans un style architectural futuriste. Celui du Centre des Arts Vivants, élaboré par Zaha Hadid, séduit les experts d’art moderne comme le grand public. L’inspiration de l’huître perlière, dont l’exploitation a précédé celle du pétrole dans le Golfe Arabo-Persique, a conduit à ce projet architectural au dessin arrondi en osmose avec l’environnement naturel. Le projet architectural du musée du Louvre de Jean Nouvel, tout géométrique et en rondeur avec un dôme ajouré filtrant les rayons puissants du soleil, suscite aussi les éloges comme les critiques. L’ensemble est conçu dans un projet d’urbanisme de très grande envergure. En Afrique du Nord, en Europe et au Moyen-Orient, tous ces projets posent cependant la question de leur rapport avec les héritages culturels et les identités du passé. Certains amènent à considérer ou à reconsidérer ces aspects sous un angle patrimonial, c’est-à-dire à s’inspirer des aménagements d’urbanisme et des formes architecturales anciennes, parfois étrangères, pour créer ou recréer un contexte patrimonial.

La notion de patrimoine urbanistique et architectural n’est pas interprétée de la même manière selon les cultures. En premier lieu, l’évolution des entités politiques, sans tendre ici à identifier toutes les raisons, explique probablement, cette dynamique. En effet, la mise en valeur du patrimoine architectural en Europe s’inscrit dans un processus long de construction d’une identité européenne. Les derniers aménagements de Dresde, ville reconstruite après la Seconde Guerre mondiale, rappellent la Venise du Nord de l’Europe. Au Moyen-Orient, dont on sait que la naissance des Etats modernes date du siècle précédent, la valorisation du patrimoine renvoie, parfois, à une démarche de légitimité historique et politique. Aux Emirats Arabes Unis, dont la fédération a été fondée en décembre 1971, la recherche en cours des identités bédouines dans l’architecture et l’urbanisme met en exergue une richesse culturelle qui avait été mise à l’écart dans les grands projets élaborés entre les années 1970 et 1980. Les nouveaux projets urbains soutiennent la grandeur nationale et le rayonnement régional du pays. En somme, cette valorisation du patrimoine historique ne suit pas une même dynamique ni les mêmes finalités.

Certains projets d’urbanisme intègrent les éléments de la mondialisation des échanges et des cultures. Ils se veulent, d’une certaine manière, tous des « ponts entre les civilisations ». Ils s’inspirent de formes plus ou moins abstraites, en adéquation ou en totale rupture avec les cultures nationales ou régionales traditionnelles. Comment ces projets intègrent-ils le patrimoine urbanistique et architectural ancien ? Dans quelle mesure les similitudes et les convergences entre l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie révèlent-elles une cohérence géographique et architecturale dans la valorisation des identités passées ? 

L’intérêt de ce colloque consiste à mieux comprendre les divergences comme les similitudes d’évolution de la notion de patrimoine dans l’urbanisme et l’architecture en Europe, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie au XXIe siècle. Ce colloque, international et pluridisciplinaire, se propose d’aborder quatre axes majeurs d’études :

1. La nature et la diversité des projets d’urbanisme qui valorisent les identités culturelles du passé.

2. La lecture critique des mécanismes d’intégration ou de rejet des éléments patrimoniaux dans l’urbanisme et l’architecture contemporains.

3. La hiérarchie des valeurs historiques et esthétiques dans les projets d’urbanisme et d’architecture.

4. Les rapports entre les identités culturelles, le patrimoine architectural et la ville à travers les débats, les acteurs et les premières réalisations au début de ce siècle.

 Ce colloque est organisé par Philippe Boulanger, maître de conférences en géographie et aménagement à l’Université Paris-Sorbonne, directeur des études du département de Géographie à l’Université Paris Sorbonne-Abu Dhabi, et Céline Hullo-Pouyat, responsable des études du département d’Archéologie et d’Histoire de l’Art de l’Université Paris Sorbonne-Abu Dhabi. Il se tiendra à l’Université Paris Sorbonne-Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis le 19 et 20 mai 2008.

Les propositions d’intervention sont à adresser avant le 15 novembre 2007 à Philippe Boulanger (philippe.boulanger@psuad.ac.ae) ou à Céline Pouyat (celine.pouyat@psuad.ac.ae). Les frais de restauration et d’hôtellerie, éventuellement les frais de transport selon les financements disponibles, sont pris en charge par l’Université Paris Sorbonne-Abu Dhabi. 

Proposition d’inscription à renvoyer avant le 15 novembre 2007 

NOM :

Prénom :

Nationalité :

Sexe :

Fonction :

Adresse personnelle :

Adresse professionnelle :

Numéro de téléphone :

Courriel (adresse Internet) :

Proposition d’intervention : 

Résumé de votre proposition d’intervention (500 mots environ) :

Lieux

  • Emirats arabes unis
    Abu Dhabi, Émirats arabes unis

Dates

  • jeudi 15 novembre 2007

Mots-clés

  • culture, urbanisme, architecture, patrimoine, identités culturelles

Contacts

  • Philippe Boulanger
    courriel : PBoulanger1 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Philippe Boulanger
    courriel : PBoulanger1 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les héritages culturels dans l'urbanisme et l'architecture au XXIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 04 juin 2007, http://calenda.org/193203