AccueilL’escale portuaire

L’escale portuaire

Mythes et réalités d’un lieu d’échanges de l’Antiquité au XXIe siècle

*  *  *

Publié le jeudi 12 juillet 2007 par Delphine Cavallo

Résumé

Faire escale : le colloque de l’université du Havre propose d’étudier sous différents angles et dans l’interdisciplinarité ces lieux d’étape de la navigation : topographie changeante des escales, réseaux de distribution des marchandises et des hommes, transformation des quartiers portuaires, enjeux de l’histoire militaire, droit des gens de passage et des marchandises, migrations, circulation et diffusion des épidémies, porte d’entrée dans l'univers colonial, imaginaire de la littérature, de la peinture, de la chanson ou du cinéma, etc.

Annonce

L’escale portuaire : mythes et réalités d’un lieu d’échanges de l’Antiquité au XXIe siècle

Colloque interdisciplinaire – 22-24 octobre 2008
(CIRTAI & GRIC – Université du Havre)

Appel à contribution

Le chargement ou le déchargement des marchandises, le transport des passagers, l’approvisionnement des navires, leurs réparations en cours de voyage, leur rassemblement pour former un convoi, les conditions météorologiques aussi (l’alternance saisonnière des moussons par exemple) ont été, entre autres choses, des impératifs obligeant à faire escale, que ce soit sur les grandes routes maritimes ou dans des périples « à l’aventure », que le séjour soit accidentel ou étape d’un itinéraire préétabli (pour un scientifique par exemple).
Le colloque de l’Université du Havre qui se réunira du 22 au 24 octobre 2008 propose d’étudier sous différents angles et dans l’interdisciplinarité ces lieux d’étape de la navigation, à forte portée symbolique.

• Il y a d’ailleurs, depuis l’Antiquité, une topographie changeante des escales en fonction de la construction des axes commerciaux ou des empires maritimes. On ne fréquenta pas toujours les même Échelles de Barbarie ou du Levant. La Havane eut son heure de gloire au temps de la flotte de Las Indias et les Petites Antilles offrirent des ports de relâche aux corsaires et pirates qui la convoitaient, avant de se transformer en colonies de plantation.

• Si l’on trouve dans cette interface nécessaire des réseaux de distribution des marchandises et des hommes, tout ou partie des activités portuaires (pilotes, lamaneurs & dockers, commissionnaires et consignataires, avitaillement, entrepôts et chantiers navals, etc.), il s’agira de définir plus strictement ce qui en fait la spécificité technique, matérielle, économique. Depuis les années 1920, la mécanisation de la manutention a permis une vitesse plus grande de rotation des navires, une transformation et un redéploiement des moyens de transports multimodaux de la marchandise, et donc aussi un changement du rôle de l’étape portuaire dans les circuits maritimes.

• Le raccourcissement de la durée des escales qui accompagne cette mutation, ainsi que l’éloignement du port et de la ville, ont contribué aussi à une transformation des quartiers portuaires autrefois parcourus par des marins ou des voyageurs de toutes nationalités.

• Les étapes furent aussi des enjeux importants dans l’histoire militaire et diplomatique et les puissances navales ont mené souvent une véritable politique des escales, s’efforçant, par la force ou la négociation avec les indigènes, d’en faire des points d’appui stratégiques, des entrepôts pour l’avitaillement des navires en eau douce, en vivres, en bois ou en charbon, voire les premiers jalons de futures conquêtes coloniales.

• L’escale est lieu de rencontre, parfois de brassage ou de conflit, mais rarement un lieu neutre. Elle pose la question du Droit des gens de passage et des marchandises (contrebande, procédures de dédouanement, législation particulière de la vente sur le lieu d’escale, etc.).

• Le port d’escale est aussi lieu de passage, d’un monde à l’autre, pour des migrants dont l’arrivée et le séjour plus ou moins long reposent parfois sur des structures familiales, religieuses, professionnelles, associatives... ou mafieuses : on sait le rôle d’escales (forcées), dans les réseaux de migrations clandestines, de certains ports ou de petites îles comme Pantelleria ou Lampedusa.

• L’escale constitue une interface et un lieu de transfert pour la circulation et la diffusion des épidémies. L’escale est un lieu fondamental dans la dynamique circulatoire des épidémies et pandémies parce quelle produit un lieu mettant en interaction des espaces et des populations différentes. L’escale se caractérise par ailleurs comme ayant une fonction d’isolement, en particulier lors de la mise en place de mesures sanitaires destinées à contrôler les épidémies (quarantaines, patentes…).

• L'escale portuaire est jusqu'après la seconde guerre mondiale et la mise en place de lignes aériennes, un élément important d'entrée dans l'univers colonial. Des fonctionnaires en "croisière de retour" vers la métropole aux voyagistes d’aujourd’hui, le tourisme d’escales est une forme de dépaysement programmé qui renvoie à une autre dimension du lieu : l’animation des vieux ports, à forte densité de population résidente, a longtemps nourri l’imaginaire de la littérature, de la peinture, de la chanson puis du cinéma. Que l’on pense au capitaine Steelcok d’Alphonse Allais, se précipitant, aussitôt le navire à quai, “ chez les amoureuses professionnelles, comme on va chez le marchand de conserves et de porc salé ” (Amours d’escale). Sans rapport, cela va sans dire, avec l’exemple précédent, c’est sans doute cet imaginaire qui en fait un moment particulier des croisières touristiques d’aujourd’hui comme il suggère de nommer “ L’Escale ” des salles de spectacle ou des cafés.

Les propositions de communication sont à envoyer, avant le 31 décembre 2007, à :

  • John Barzman, john.barzman@wanadoo.fr
  • Jean-Pierre Castelain, jpcastel@club-internet.fr
  • ou Eric Wauters, eric.wauters@wanadoo.fr

Lieux

  • Université du Havre
    Le Havre, France

Dates

  • lundi 31 décembre 2007

Mots-clés

  • escale, port, commerce, migration, transport, imaginaire

Contacts

  • Eric Wauters
    courriel : Eric [dot] WAUTERS [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Eric Wauters
    courriel : Eric [dot] WAUTERS [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’escale portuaire », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 12 juillet 2007, http://calenda.org/193352