AccueilLa participation politique et ses défis : territoires, action collective, registres

*  *  *

Publié le lundi 20 août 2007 par Delphine Cavallo

Résumé

Cette conférence internationale, bilingue avec traduction simultanée, portera essentiellement sur la démocratie participative dans les politiques urbaines et/ou territoriales en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord. Elle est organisée par la Chaire UNESCO "Politiques urbaines et citoyenneté" (http://chaire-unesco.entpe.fr), en collaboration avec l'Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat et l'UMR CNRS 5600. A noter également que la thématique de la conférence peut être alimentée par des projets d'article envoyés à la revue électronique http://metropoles.revues.org

Annonce

Les  débats  relatifs  à  la  démocratie  sur  un  registre  participatif  prennent  corps  au  sein de  sociétés  dans  lesquelles  le  rapport  entre  la  société  civile  et  le  politique  se recomposent  rapidement.  Plus  exactement,  c’est  un  type  d’organisation  du  politique historiquement  daté  qui  est  en  cause.  En  effet,  il  a  longtemps  été  inconcevable  de penser  le  politique  en  dehors  de  l’État,  de  ses  institutions  et  de  son  territoire contrôlé par  le  biais  d’un  ensemble  de  frontières  et  d’instruments  normatifs.  Ce  modèle politique  est  actuellement  remis  en  question.  

Pour  aller  à  l’essentiel,  on  fait  généralement  l’hypothèse  –  voire  le  postulat  –  que les régimes  politiques  contemporains  ont  une  tendance  à  la  pluralisation  ;  l’espace local,  plus  particulièrement  les  villes,  étant  des  terrains  d’observations  privilégiés  de cette  dynamique  dans  laquelle  la  place  des  élus  politiques  et  la  démocratie représentative  sont  questionnées  à  l’aune  d’un  «  impératif  délibératif  »  qui s’impose, aussi  bien  dans  les  pays  du  «  Nord  »  que  dans  les  pays  du  « Sud ».  

Entre  l’idéal  et  l’épreuve  des  faits,  la  participation  se  trouve  actuellement  confrontée  à un  certain  nombre  de  défis  et  d’enjeux  que  cette  conférence  international  se  propose d’analyser  à  travers  la  tenue  de  6  ateliers  centrés  sur  un  type  de  défi  particulier. Afin de  limiter  le  champ  investigué,  cette  conférence  se  focalisera  sur  les politiques à  dimension  territoriale  et/ou  urbaine.

Lundi 10 décembre

9 h 00 : Accueil des participants et petit-déjeuner

9 h 30 à 9 h 40 : Bernard Jouve, Titulaire de la Chaire UNESCO « Politiques urbaines et citoyenneté »

9 h 40 à 10 h 00 : Discours inaugural de Margit Mayer, Freie Universität, Berlin : Empowerment from Below & Activation from Above. Lessons from the intersection of urban social movements and the state in the neoliberal city”

10 h 00 à 12  h 00 : Atelier  1  :  La  démocratie  participative comme fabrication  du  consentement  et  du  concernement

Animation : Philippe Genestier, ENTPE, UMR CNRS 5600

Il  s’agira  dans  cet  atelier  d’explorer  l’univers  cognitif,  avec  ses  postulats,  ses  réquisits et  ses  axiomes,  le  système  référentiel,  avec  ses  schèmes  de  raisonnement,  ses justifications  et  son  argumentaire,  dans  lesquels  s’insère  la  notion  de  démocratie participative,  où  elle  trouve  son  sens  et  acquiert  sa  portée  opératoire.    Quel  principe d’autorité  gouverne  la  notion  de  légitimité  procédurale  et  quelle  philosophie  de  l’action organisée  s’exprime  au travers  de  la  mise  en  avant  des  processus  consultatifs  ?  Si une  notion  et  une  pratique  en  vogue  existent,  alors  la  question  se  pose  des conditions  matérielles  et  idéelles  de  leur  possibilité. 

Genèse idéologique du consentement, Florian Laurençon, ENS

Participation : Les conditions d’un contrôle, Dominique Mathieu, UMR 6588, CNRS

Paysage institutionnel complexe et déficits de participation, Marc Sauvez, Retraité, missions d’expertises et conseil

Sans raison, ni vertu. Réalités d’un CLIC dans le couloir de la chimie lyonnais, Françoise Lafaye, Magali Nonjon, Laboratoire RIVES, ENTPE/UMR 5600

Constituer la communauté participative : justice politique, démocratie participative et transformation du territoire, Romain Felli, Université de Lausanne

12 h 00 Repas

13 h 30 à 15 h 30 : Atelier  2  :  Les  « experts »  de  la  participation

Animation : Loïc Blondiaux, Institut d’Etudes Politiques de Lille

Jusqu’à  présent  ce  milieu  des  «  experts  »  et  des  «  professionnels  »  de  la participation,  cette  «  ingénierie  démocratique  »,  a  été  peu  étudié  en  tant  que  tel.  A ce  titre,  les  interventions  proposées  au  sein  de  cet  atelier  auront  pour  principal objectif d’approfondir  la  connaissance  de  ce  milieu  et  de  questionner  son  existence.  

Participation et projet de territoire : les parcs nationaux français à l’heure de la « vision partagée », Arnaud Cosson, Isabelle Mauz, Céline Granjou, CEMAGREF, Grenoble

Planification Urbaine Participative au Brésil : une analyse des rôles des juristes comme "professionnels" de la participation, Helena Dolabela Luciano Pereira, Institut d' Etudes Politiques d' Aix en Provence

La double professionnalisation (experte et citoyenne) et la dépolitisation de la démocratie participative, Laurence Bherer, Sandra Breux, Université de Montréal

La fabrication du « citoyen ordinaire » participant au développement territorial et aux choix technologiques, Marc Audétat, Alain Kaufmann, Catherine El-Bez, Claude Joseph, Université de Lausanne

Ce que participer veut dire. L’apport de la sociologie des professionnels de la participation dans l’étude du phénomène participatif, Magali Nonjon, CERAPS, Université Lille 2

15 h 30 Pause café

16 H 00 à 18 H 00: Atelier 3 : Démocratie participative et mouvements sociaux

Animation : Pierre Hamel, Université de Montréal

Dès  lors,  quel  bilan  doit-on  faire  de  l’action  des  mouvements  sociaux  pour  ce  qui  est de  la  démocratie  participative  et  à  sa  portée  effective  concernant  es  enjeux  de  justice sociale  et  de  citoyenneté  ?  Si  on  considère  le  poids  que  conservent  les  élites  dans les  décisions  publiques  et  leur  capacité  à  infléchir  le  système  politique  dans  son ensemble,  ne  faut-il  pas  revoir  le  capital  de  sympathie  qui  est  très  souvent  octroyé par  les  observateurs  de  la  scène  politique  à  l’action  citoyenne?  Enfin,  dans  quels termes  faut-il  penser  la  contribution  des  mouvements  sociaux  à  la  démocratie,  à  la lumière  de  l’exigence  participative  qui  a  maintes  fois  caractérisé  leur  action ?

La concurrence des espaces publics. Les mouvements sociaux contre la participation ?, Sandrine Rui, Université Victor Segalen, Bordeaux 2

Mouvements urbains montréalais : comment interpréter l’appel aux citoyens et à la démocratie participative ?, Anne Latendresse, UQAM

Le renouveau démocratique inachevé des Motivé-e-s, Baptiste Giraud, CRPS/Université Paris 1

Reinventing a Checkered Past:  Planning, Preservation, and Pluralism, Erica Avrami, Rutgers University

L’accès des seniors et personnes âgées à la res publica et au processus de décision locale, François Clément, CERSA-université Paris II

Weak impacts: social movements, participative practices and public policies in Rome, Ernesto d’Albergo, Giulio Moini, University of Rome «Sapienza»

18 H 30 : Intervention de Mr Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon (sous réserve)

Mardi 11 décembre

9 h 30 Accueil des participants et petit-déjeuner

10 H 00 à 12 H 00 : Atelier  4  :  L’action  publique  et  ses  publics  : comment  rendre  compte  des  formes  plurielles  de participation  des citoyens  ?

Animation : Yves Sintomer, Université Paris VIII

Cet  atelier  se  penchera  sur  l’analyse  des  différents  registres  de  participation  (formels, informels)  et  sur  leur  incidence  sur  le  contenu  des  politiques  publiques  à  dimension territoriale.  Quels  sont  les  registres  qui  permettent  le  plus  efficacement,  du  point  de vue  de  la  transformation  de  l’ordre  politique,  d’aboutir  à  ces  résultats  ?  Si  elle  veut être  efficace,  on  sait  que  la  participation  doit  s’appuyer  sur  un  certain  niveau d’organisation  et  de  structuration  de  la  société  civile.  Comment  ce  niveau d’organisation  interfère-t-il  avec  les  registres  de  participation  à  l’œuvre  ?

Participation et démocratie: reconstitution de l’« opposition loyale » ? La Politique québécoise de reconnaissance et de soutien auprès des organismes de base contestataires, Deena White, Université de Montréal

Reframing Environmental Governance: The Contradictions of Collaborative Planning, the New Institutionalism and Democratic Governance in the Toronto Region, Gerda R. Wekerle, L. Anders Sandberg, York University, Toronto

De la revendication à l’action : l’autoconstruction en Aquitaine dans la Reconstruction de 1945. Quand la société civile se donne le droit au logement et à la ville, Julie BOUSTINGORRY, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le rôle des associations de résidents dans le conflit autour de l’usage du sol à Delhi, Stéphanie Tawa Lama-Rewal, EHESS, Paris

Public Action and its Different "Publics": Analyzing the many forms of citizen participation, Michael C.K. Ma, York University, Toronto

12 h 00 Repas

13 H 30 à 15 H 30 : Atlier 5 : La participation au défi des échelles spatiales

Animation : Christian Lefèvre, Université Paris VIII

Les procédures de démocratie participative, les institutions  et  les instruments  ont  comme caractéristiques  principales  d’être  en  très  grande  majorité  conçus  et  mis  en  oeuvre  à de  échelles  réduites,  essentiellement  le  quartier  ou  la  commune.  Il  en  ressort  un hiatus  entre  d’un  côté  la  pertinence  territoriale  de  l’échelle  des  problèmes  et  enjeux urbains  et  d’autre  par  celle  des  diverses  formes  de  participation  de  la  société  civile. Ce  hiatus  peut  être  d’autant  plus  renforcé  si  l’on  considère  les  règles  formelles  de  la participation  (qui  a  le  droit  de  participer  ?  Quels  sont  les  thèmes  abordés  ?  Sur quelles  échelles  territoriales  les  questions  sont-elles  posées  ?)  qui  souvent  ne sélectionnent  pas  forcément  les  personnes  ou  organismes  les  plus  concernés  par  les problèmes  et  politiques  à  mener  (cas  classique  où  ne  peuvent  participer  que  les résidents  alors  que  les  problèmes  posées  intéressent  aussi  et  peut-être  surtout  ceux qui  viennent  travailler  mais  qui  ne  sont  pas  résidents).

Participation politique et développement durable urbain : une analyse transversale par les échelles d’action publique, Christine Blanc, Philippe Hamman, Flore Henninger, Centre de Recherche et d’Etude en Sciences Sociales, Université Marc Bloch de Strasbourg.

La participation politique (re)visitée par les TIC : la réinvention des échelles de l’action publique, Olivier Glassey, Jean-Philippe Leresche, Observatoire Science, Politique et Société (OSPS) et Institut d’études politiques et internationales (IEPI), Université de Lausanne

La re-territorialisation de la participation à l'échelle des enjeux urbains : Une approche géographique de la gouvernabilité à Los Angeles, Pierre Lefevre, Université Toulouse le Mirail

La métropole : échelle subsidiaire de la participation ? Nicolas Douay, Université de Montréal – Faculté de l’Aménagement, Université P. Cézanne

Débat public et développement durable dans le plan d’urbanisme de la Ville de Montréal, Michel Gariépy, Mario Gauthier, Université de Montréal, Université du Québec en Outaouais

15h 30 Pause café

16 H 00 à 18 H 00 : Atelier  6 :  L’empowerment:  portée  et  limites

Animation : Marie-Hélène Bacqué, Université d’Evry

L’objectif  de  cet  atelier  sera  d’examiner  la  portée  réelle de l’empowerment.  Il  s’agira notamment  d’examiner  les  conditions  de  possibilité  d’ordre  socio-politiques, économiques,  institutionnelles  qui  affectent  le  développement  de  pratiques  relevant  de l’empowerment.  Une  attention  particulière  sera  portée  à  l’endroit  de  la  question  du  lien entre  l’empowerment  dans les politiques urbaines et/ou territoriales et  les  transformations de  l’Etat-providence  tant  il  apparaît  évident  que  les  pratiques  qui  lui  sont  associées conduisent  à  une  redéfinition  des  frontières  et  de  responsabilités  entre  l’Etat  et  la société  civile.

Myth and reality of the “black housing movement” in Britain. A critical perspective on community empowerment, Valérie Sala Pala, INED, Paris

Construction de la demande, empowerment  et espace public : réflexion à partir du théâtre de l’opprimé, Pierre Lénel, CNAM – CNRS, Paris

Conditions d’apparition et obstacles au développement de l’empowerment au niveau local, Sophie Maire, U. F. R.  de Psychologie, Sociologie, Sciences de l’Education. Université de Rouen

L’engagement citoyen  aux côtés de personnes en détresse et ses limites. L’expérience du réseau « Pont-aux-Oies » avec les familles Roms d’Ex-Yougoslavie à Tours, Olivier Legros, UMR 6173 Citeres-Emam, Université de Tours

Du pouvoir des institutions participatives à l’empowerment des citoyens : Leçons à partir de trois expériences de budget participatif en Europe, Julien Talpin, Institut Universitaire Européen, Florence

Dynamiques participatives et diversité des modes de gouvernance pour l’accès à l’eau : le concept d’empowerment en débat » Quelques enseignements tirés de cas de villes africaines et marocaines, Catherine Baron, Lereps, Université de Toulouse1

Comité  scientifique

Marie-Hélène  Bacqué  (Université  d’Evry),  Silvio  Caccia  Bava  (Institut  Polis,  Brésil),  Loïc Blondiaux  (Université  Lille  2),  Philippe  Genestier  (UMR  CNRS  5600),  Mona  Harb (Université  Américaine  de  Beyrouth),  Aziz  Iraki  (Institut  National  d’Aménagement  et d’Urbanisme,  Maroc),  John  Flint  (Sheffield  Hallam  University),  Pierre  Hamel  (Université de  Montréal),  Bernard  Jouve  (UMR  CNRS  5600),  Vladimir  Kolossov  (Université  de Moscou),   Françoise Lafaye (UMR CNRS 5600), Christian  Lefèvre  (Université  Paris  8), Laurent  Lepage  (Université  du  Québec  à  Montréal),  Gaspar  Mairal  Buil   (Université  de Saragosse), Emmanuel  Négrier  (Université  de  Montpellier,  CNRS),  Gilles Pollet (Institut d’Etudes Politiques de Lyon), Anaïk  Purenne  (UMR  CNRS  5600),  Franck  Scherrer (Institut d’Urbanisme  de  Lyon),  Peter  Simmons    (University  of  East  Anglia),  Yves  Sintomer  (Université  Paris  8),  Marie-Gabrielle  Suraud  (Université  Toulouse  3).

Lieu : Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines à Lyon

Dates : 10 - 11 décembre 2007

Langues : La conférence sera bilingue (Anglais, Français) avec traduction simultanée

Contact : tavernier@entpe.fr

BULLETIN D’INSCRIPTION

A envoyer par fax au 33 (0)4 72 04 70 88

NOM :                            PRENOM :                                  E-mail :

INSTITUTION DE RATTACHEMENT :

Avant le 10 Novembre 2007 : Etudiants : 50 €     Institutionnels : 110 €

Après le 10 Novembre 2007 : Etudiants : 70 €     Institutionnels : 150 €

- Par Chèque bancaire à l’ordre de « Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat », ENTPE, Rue Maurice Audin, 69518 Vaulx-en-Velin Cedex, France mentionnant au verso « Colloque La participation politique et ses défis »

- Par Bon de commande à l’ordre de « Agent Comptable de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat », ENTPE, Rue Maurice Audin, 69518 Vaulx-en-Velin Cedex, France

- Par Carte Bancaire

Type de Carte :   Master Card                     Visa                Eurocard

Nom du titulaire de la Carte :

Numéro de la carte : ___________________________________

Date limite de validité : …/….

Clé de 3 chiffres figurant au verso de la Carte Bancaire : …

Lieux

  • Ecole Normale Supérieure Lettres Sciences Humaines
    Lyon, France

Dates

  • lundi 10 décembre 2007
  • mardi 11 décembre 2007

Mots-clés

  • politiques urbaines, démocratie locale, comparaison internationale, participation politique

Contacts

  • Nadine Tavernier
    courriel : chaire-unesco [at] entpe [dot] fr

Source de l'information

  • Bernard Jouve
    courriel : jouve [dot] bernard [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« La participation politique et ses défis : territoires, action collective, registres », Colloque, Calenda, Publié le lundi 20 août 2007, http://calenda.org/193408