AccueilMathias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l’État moderne

*  *  *

Publié le mardi 28 août 2007 par Delphine Cavallo

Résumé

Organisé par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (UPR 841 du CNRS) et la Bibliothèque nationale de Hongrie, avec la participation de l’Institut historique allemand de Paris et de la Bibliothèque nationale de France, le colloque « Mathias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l’État moderne » (15, 16 et 17 novembre 2007) s’inscrit dans l’histoire politique, culturelle et religieuse de l’Europe au temps de l’humanisme ; ses thèmes porteurs sont la transmission des textes, l’histoire du livre manuscrit et des premiers imprimés, et l’histoire des bibliothèques.

Annonce

Paris, 15-17 novembre 2007

le 15, de 16h à 18h : Institut historique allemand ;
les 16 et 17, toute la journée : INHA (salle Vasari)

Inscription recommandée par courriel à annie.dufour@irht.cnrs.fr ou donatella.nebbiai@irht.cnrs.fr Merci de préciser vos nom, prénom, adresse électronique, institution de rattachement.

Présentation

Organisé par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (UPR 841 du CNRS) et la Bibliothèque nationale de Hongrie, avec la participation de l’Institut historique allemand de Paris et de la Bibliothèque nationale de France, le colloque « Mathias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l’État moderne » (15, 16 et 17 novembre 2007) s’inscrit dans l’histoire politique, culturelle et religieuse de l’Europe au temps de l’humanisme ; ses thèmes porteurs sont la transmission des textes, l’histoire du livre manuscrit et des premiers imprimés, et l’histoire des bibliothèques.

Des conférenciers de huit pays (France, Hongrie, Italie, Allemagne, Espagne, Pays-Bas, Belgique, États-Unis) participent à cette manifestation, qui est le point de départ des commémorations prévues dans plusieurs pays européens, en 2008, à l’occasion des quatre cent cinquante ans de l’accession au trône du roi de Hongrie Mathias Corvin (1458-1490). L’action de ce souverain, fondateur d’une bibliothèque d’État, illustre bien les implications internationales d’une politique culturelle. Lieu d’élaboration et de diffusion des idées, la Corviniana s’impose parmi les autres bibliothèques contemporaines dans la seconde moitié du Quattrocento, alors que la Hongrie occupe une place stratégique entre Orient et Occident.

Ce colloque du CNRS a également bénéficié du soutien de la Région Île-de-France, du Ministère de la recherche, de l’Institut français de Budapest, de l’Institut universitaire de France, de l’Institut culturel hongrois de Paris, de l’Université d’Orléans et de l’Institut national d’histoire de l’art. Une exposition des manuscrits de Mathias Corvin conservés à Paris se tiendra à cette occasion à la BNF le 16 novembre 2007 (visite accompagnée à 16 h 30).

Programme

La bibliothèque du roi Mathias Corvin (1458-1490) est l’une des plus importantes collections de l’Europe du Quattrocento. Plus de deux cents manuscrits en subsistent, réalisés par les plus célèbres copistes et enlumineurs. Bibliothèque humaniste par excellence, elle s’inscrit dans un mouvement européen global : du milieu du Quattrocento aux premières décennies du xvie siècle, alors que s’affirment les États, les collections de livres servent la mise en place de politiques culturelles relayées par le mécénat et l’action de réseaux savants. Imaginée par son fondateur dès sa montée au trône en 1458, la Corviniana est une puissante arme politique qui sert à Mathias, entouré de ses savants conseillers, à nouer ou à renforcer des alliances. Lieu d’élaboration et de diffusion des idées, la Corviniana s’impose parmi les autres bibliothèques contemporaines alors que la Hongrie occupe une place stratégique entre Orient et Occident. Après sa dispersion, commencée tout de suite après la mort du monarque, la Corviniana devient un véritable mythe, célébré par les érudits de l’époque moderne. Les recherches des vingt dernières années permettent désormais d’ouvrir de nouveaux questionnements. Quelles sont ses caractéristiques spécifiques face aux autres grandes collections contemporaines ? Comment s’y organisent les locaux et les espaces ? Quel rôle a-t-elle joué, par rapport aux autres collections contemporaines, pour la diffusion des textes ? Outre les livres d’apparat, qui en sont une composante essentielle, d’autres manuscrits peuvent être rapprochés de cette collection (usuels, livres d’étude, livres liturgiques par exemple). Qu’en était-il des imprimés ? Voici quelques-uns des thèmes de ce colloque international qui annonce les grandes manifestations de 2008, à l’occasion du 450e anniversaire de l’accession au trône du grand souverain humaniste.

Jeudi 15 novembre, Institut historique allemand
8 rue du Parc-Royal, Paris

  • 16 h : Accueil des participants et mot de bienvenue de Gudrun Gersmann, directrice de l’Institut historique allemand

Session I :
La Corviniana : naissance et affirmation d’une légende
Sous la présidence de Carmen Codoñer (Université de Salamanque)

  • 16 h 15 : Introduction, par Sándor Csernus (Université de Szeged, Institut Bálint Balassi)
  • 16 h 45 : Pause
  • 17 h 00 : Table ronde : La Corviniana et les réseaux de l’Europe savante (István Monok, Bibliothèque nationale de Hongrie, Frédéric Barbier, EPHE, ENS, Donatella Nebbiai, CNRS-IRHT)

Vendredi 16 novembre, Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne, 75002 Paris (salle Giorgio Vasari, 1er étage)

  • 9 h 00 : Mot d’accueil d’Anne-Marie Eddé, directrice de l’IRHT

Session I, suite
Sous la présidence d’István Monok

  • 9 h 15 : Les manuscrits : copistes, libraires, éditeurs (Edit Madas, Bibliothèque nationale de Hongrie)
  • 9 h 45 : Philologie et rhétorique dans la bibliothèque de Mathias Corvin (Carmen Codoñer, Université de Salamanque)
  • 10 h 15 : Manuscrits en rapport avec la Corviniana à Besançon (Marie-Claire Waille, Bibliothèque municipale de Besançon)
  • 10 h 30 : Discussion et pause

Session II : Les usages, les modèles et les contenus
Sous la présidence de Werner Paravicini

  • 10 h 45 : Les Corvina et l’édition imprimée des textes humanistes (István Monok, Bibliothèque nationale de Hongrie)
  • 11 h 15 : Il primo Speculum principis dedicato a Mattia Corvino : Andreas Pannonius, De regis virtutibus (Sándor Bene, Académie de Hongrie, Institut des sciences littéraires)
  • 11 h45 : Usages de l’emblématique dans les livres de Mathias Corvin et pratiques contemporaines du discours politique (Laurent Hablot, Université de Poitiers)
  • 14h : Table ronde : La Corviniana face aux grandes collections contemporaines
    Sous la présidence de Nicole Bériou (Université de Lyon II)
    • Tra Napoli e Buda : la biblioteca dei re d’Aragona e la Corviniana (Concetta Bianca, Université de Florence)
    • Mathias Corvin et la politique culturelle de Louis XI (Jean-François Maillard, CNRS-IRHT)
    • Les origines de la Bibliothèque Vaticane (Jeannine Fohlen, CNRS-IRHT)
    • La librairie des ducs de Bourgogne : signification politique d’une bibliothèque princière (Hanno Wijsman, Université de Leyde)
    • L’Angleterre : des bibliothèques des rois à une bibliothèque royale (Jean-Philippe Genet, Paris I, Laboratoire de médiévistique occidentale, Paris)
  • 16 h : Discussion
  • 16 h 30  : Visite de l’exposition : « Manuscrits et incunable de Mathias Corvin conservés à Paris », présentée par Marie-Hélène Tesnière, Bibliothèque nationale de France, 58, rue de Richelieu, 75002 Paris
  • 20 h : Réception et exposition à l’Institut culturel hongrois de Paris, 92, rue Bonaparte, 75006 Paris

Samedi 17 novembre, Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne, 75002 Paris (Salle Giorgio Vasari, 1er étage)

Session II, suite
Sous la présidence d’Henri Ferreira Lopes (Bibliothèque de Besançon)

  • 9 h 30 : Les savoirs scientifiques (Marie-Élisabeth Boutroue, CNRS-IRHT)
  • 10 h : L’astronomie : Mathias Corvin, János Vitéz et l’horoscope de la fondation de l’Université de Pozsony en 1467 (Jean-Patrice Boudet, Université d’Orléans et Darin Hayton, Haverford College, Pennsylvanie)
  • 10 h 30 : Discussion et pause
  • 11 h : I manoscritti greci di Mattia Corvino (Caterina Tristano, Université de Sienne)
  • 11 h 30 : Die Bibliotheca Corviniana. Lateinische Übersetzungen griechischer Autoren (Peter Ekler, Bibliothèque nationale de Hongrie).
  • 12 h : Discussion

Session III : La bibliothèque, le pouvoir et l’État moderne
Sous la présidence de Jean-Patrice Boudet (Université d’Orléans)

  • 14 h : Livres et pouvoir royal en France aux XIVe et XVe siècles (Marie-Hélène Tesnière, Bibliothèque nationale de France)
  • 14 h 30 : La bibliothèque du souverain et les cénacles humanistes (Donatella Nebbiai, CNRS-IRHT)
  • 14 h : Le souverain humaniste et la culture classique entre antiquité et modernité (Árpád Mikó, Galerie nationale de Hongrie)
  • 15 h 30 : Discussion et pause
  • 16 h : Table ronde de conclusions et débats
    Sous la présidence de Thierry Delcourt (Bibliothèque nationale de France)
    Avec la participation de Dominique Vanwijnsberghe (Institut royal du patrimoine artistique de Belgique), de László Szörényi (Académie des Sciences de Hongrie, Institut des sciences littéraires) et d’Ernesto Milano (Bibliothèque Estense, Modène)

Lieux

  • Institut historique allemand le 15 ; INHA (salle Vasari) les 16 et 17
    Paris, France

Dates

  • jeudi 15 novembre 2007
  • vendredi 16 novembre 2007
  • samedi 17 novembre 2007

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Matthias Corvin, histoire des bibliothèques, humanisme, bibliothèques princières, corviniana, histoire du livre

Contacts

  • Donatelle Nebbiai
    courriel : donatella [dot] nebbiai [at] irht [dot] cnrs [dot] fr
  • Annie Dufour
    courriel : annie [dot] dufour [at] irht [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Thierry Buquet
    courriel : t [dot] buquet [at] ifporient [dot] org

Pour citer cette annonce

« Mathias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l’État moderne », Colloque, Calenda, Publié le mardi 28 août 2007, http://calenda.org/193416