AccueilAgricultures, durabilité et territoires

Agricultures, durabilité et territoires

Appel à contributions pour Géocarrefour - Call for Papers for Geocarrefour

*  *  *

Publié le jeudi 06 septembre 2007 par Delphine Cavallo

Résumé

Nous souhaitons poser dans ce numéro la question de la durabilité de l’agriculture en lien avec celle des territoires ruraux. Les contributions sont attendues autour de trois axes principaux : 1) Comment se crée le consensus autour d’une agriculture durable ? 2) La remise en cause des types et des systèmes de production ; 3) La "vivabilité" de l'activité agricole. Envisager la question de la durabilité de l’agriculture en lien avec les territoires renouvelle la capacité de la géographie rurale à articuler espace, activité et dimension temporelle. Elle est un appel à l’ouverture disciplinaire. Des articles sur la France et l’Europe sont les bienvenus, mais aussi sur les Amériques ou d’autres régions du monde, notamment les pays dits « en voie de développement ».

Annonce

Géocarrefour - Appel à contribution / Call for paper

Date limite: le 1er février 2008

Agricultures, durabilité et territoires
Agricultures, sustainability and territories

Editeur invité - Guest editor :   Claire Delfosse, claire.delfosse@wanadoo.fr

L’agriculture est aujourd’hui au cœur de nombreux débats qui questionnent notre société : le débat sur l’alimentation et la sécurité alimentaire, celui sur l’environnement et les ressources énergétiques, celui sur le patrimoine rural et sa protection, ou encore la discussion sur son intégration dans la mondialisation… A l’heure où on remet en cause un certain nombre de pratiques agricoles et où à l’inverse on met en avant ses fonctions non productives, émerge la question de la redéfinition des métiers, des savoirs et des compétences.  L’agriculture s’insère aussi dans les débats sur la place à donner au travail, aux loisirs et à la vie de famille. Elle est l’objet de politiques et de règlements qui peuvent être contradictoires, comme ceux qui visent à encourager la diversification des activités sur l’exploitation agricole, alors que les normes exigent pour chaque activité des investissements importants. Enfin, l’agriculture, comme toute activité économique, se trouve confrontée à la question des soutiens publics à tel ou tel secteur de l’économie, et à celle de leur bien-fondé.

Nous souhaitons poser dans ce numéro la question de la durabilité de l’agriculture en lien avec celle des territoires ruraux. Car, ni les acteurs institutionnels, supranationaux (OMC, Europe) et locaux, ni les politiques adoptées ou en cours d’élaboration ne font l’impasse sur la durabilité des activités agricoles : l’Europe, par exemple, et son outil en matière d’intervention agricole (la nouvelle PAC) prévoit un volet de soutien aux activités respectueuses de l’environnement (BCAE), parallèlement à sa contribution aux dynamiques territoriales en milieu rural. Quant aux acteurs locaux et régionaux, il s’agit de rendre vivables les territoires et de répondre aux attentes sociétales. Les ONG, pour leur part, interrogent la durabilité des systèmes agricoles d’un point de vue global : ce qui est en jeu concerne à la fois la préservation des ressources, la sécurité alimentaire et environnementale. Enfin, les consommateurs à la recherche de réassurance redécouvrent la proximité et sont à l’affût de gages de qualité et d’éthique.

Ainsi posée, la question de la durabilité de l’agriculture prend en compte la totalité des impacts des activités agricoles sur l’environnement et les moyens d’action mis en œuvre ou à inventer dans l’optique d’un développement acceptable. Reste à voir, cependant, dans un contexte de « désagricolisation » (à discuter), si cette question ne peut pas être posée dans des termes qui répondent aux interrogations des agriculteurs et de la société sur leur devenir. Durabilité de l’agriculture peut s’entendre comme promesse de maintien de l’activité agricole, d’un point de vue économique, social, foncier…

Les articles proposés pourront dans ce numéro consacré à Agricultures, Durabilité et territoires ruraux, s’inscrire dans les axes suivants :

-         Comment se crée le consensus autour d’une agriculture durable. Autour de l’agriculture durable un certain nombre de lieux communs émergent. Le premier tient dans les produits de qualité ou les produits dits de terroir qui seraient susceptibles de contribuer au développement durable des territoires ruraux. D’ailleurs une analyse du cahier des charges des AOC françaises est révélatrice à cet égard. Autre lieu commun : prôner de nouveaux modes de commercialisation en circuits courts. Ces circuits ont un impact indéniable sur l’agriculture proche des villes. D’autre part l’engouement pour le commerce éthique a des effets sur l’évolution de l’agriculture et le développement des pays du Sud. La patrimonialisation de l’agriculture, souvent impulsée par les acteurs territoriaux, est un moyen d’inscrire l’agriculture dans la durée : elle réactive la profondeur historique et se veut un pari pour l’avenir. Enfin, l’agriculture, est dans certains cas et dans sa dimension paysagère, perçue comme une épiphanie de la « nature ».

-         Remise en cause des types et des systèmes de production. On peut revenir sur la question de l’intensivité et de l’extensivité de l’agriculture et de leurs effets spatiaux. Il peut être intéressant ici de faire un bilan des orientations prises au nom du développement durable en agriculture : agriculture biologique, agriculture raisonnée, OGM, multifonctionnalité… L’analyse de la durabilité des systèmes agricoles passe aussi par celle des stratégies des firmes agro-alimentaires. Les choix sociétaux comme celui de cultiver des biocarburants ne sont pas sans effets sur l’environnement et la sécurité alimentaire.  

-         « Vivabilité » de l’activité agricole. Certains choix faits au nom du maintien de l’agriculture, dont le lien avec le développement durable reste à préciser, peuvent ne pas être vivables pour les agriculteurs et leurs familles : diversification agricole, pluriactivité… Par ailleurs, l’évolution des territoires ruraux eux-mêmes (« exode urbain », évolution des services, développement des loisirs en milieu rural…) peut remettre en question la viabilité des exploitations agricoles et leur reproductibilité, en termes de foncier et de mode de vie par exemple.

Envisager la question de la durabilité de l’agriculture en lien avec les territoires renouvelle la capacité de la géographie rurale à articuler espace, activité et dimension temporelle. Elle est un appel à l’ouverture disciplinaire. Des articles sur la France et l’Europe sont les bienvenus, mais aussi sur les Amériques ou d’autres régions du Monde, notamment les pays dits « en voie de développement ».

Les auteurs intéressés ont intérêt à prendre contact avec Claire Delfosse, éditrice scientifique du numéro : claire.delfosse@wanadoo.fr

Les articles devront être adressés au secrétaire scientifique de la revue, avec copie à Claire Delfosse, pour le 1er février 2008 au plus tard (buisson@univ-lyon3.fr). Les auteurs respecteront les normes éditoriales et les instructions pour les illustrations à consulter sur www.geocarrefour.org .

La revue encourage vivement les auteurs non francophones à soumettre des propositions en anglais, qui seront publiées en anglais ou traduites.

Les articles seront examinés par deux évaluateurs anonymes désignés par le comité de rédaction. La réponse concernant l’acceptation, la révision ou le rejet des articles sera communiquée dans les trois mois.

Agricultures, sustainability and territories

Today, agriculture is in the centre of many debates which question our society : debates about food, and food safety, the environment and the energy resources, the country heritage and its conservation, about its integration into globalization. At a time when a number of country practices are being challenged, when on the contrary the non-productive functions of agriculture are being emphasized, farming is also involved in the question of giving new definitions of trades, knowledge and know-how. It also plays a role in the debates about the place to be given to work, leisure and family life. It is the object of policies and rules which can contradict each other, for example those which aim at encouraging the diversification of activities on the farm, while norms demand high investments for each activity. Last but not least, farming, like any economic activity, is faced with the problem of the support of public authorities to such or such economic sector, and to the question of their validity.

In this issue, the question discussed is that of farming sustainability, connected to the question of country territories. Because neither institutional, international (WTO, EC), local actors, nor policies, current or developing, neglect farming activities : the European Community, for instance, and its tool for intervention in agriculture (the new Common Agricultural Policy) will support activities which respect the environment (BCAE), just as it contributes to the dynamics of territories in the countryside.

For local and regional actors, what matters is to make territories livable, and to meet societal expectations. NGOs, as for them, question the sustainability of country systems from a global point of view: what is at stake is both resource conservation, and food and landscape safety. Finally, consumers, who need to be reassured, are discovering proximity and expecting ethic and quality guaranties. Considered in that way, the question of agriculture sustainability takes into account the whole range of the farming impacts on the environment, and the measures already implemented or to be invented with the aim of enabling an acceptable development. However, in the context of a decline of farming activities (to be discussed), it remains to be seen if the solutions to this problem could also fill the needs of farmers and society. Agriculture sustainability could be understood as a promise of a future for farming activities, regarding economic, social and land-related aspects.

The articles included in this issue of “Agriculture, sustainability and rural territories” will deal with the following questions:

- How is the consensus about a sustainable agriculture created?

A certain number of commonplaces about sustainable agriculture can be found. The first is the idea that quality products or “terroir” products can contribute to a sustainable development of rural territories. A close look at the “schedule of conditions” of French “AOCs” is quite telling. Another commonplace is to advocate new ways of marketing, in short distribution channels. Those channels have an obvious impact for the farmers who are close to towns. Besides, the recent passion for fair trade has effects on agriculture and the development of Southern countries. Agriculture seen as a heritage, often promoted by local actors, is a means to fit agriculture in time: it reactivates the historical depth and intends to be a challenge for the future. Last of all, in some cases, as for as the landscape is concerned, farming is seen as an epiphany of “nature”

- A challenge of production types and systems. We can come back to the question of intensiveness and extensiveness of agriculture, and its effects on the land. Here, it can be interesting to assess the directions taken in the name of the development of sustainable agriculture : organic agriculture, integrated pest management, GMO culture, multifunctionality… The analysis of the sustainability of country systems is connected to that of the strategies of food industry firms. The societal choices, such as the choice to grow biofuel, are not without effects on the environment and food safety.

- “Bearability” of farming activity. Some choices, which are made in the name of agriculture preservation, can be unbearable for farmers and their families: the diversification of agriculture, multiactivity… Besides, the changes in rural territories themselves (“town depopulation”, changes in services, increase in leisure in the countryside…) can challenge the viability of farms and their ability to be taken over, as for as land ownership and ways of life are concerned for example.

To think about the problem of agriculture sustainability, connected to territories, enables rural geography to link space, activity and time. It is a call to work with other disciplines. Articles about France, Europe are welcome, but also about America for example, or other regions of the world.

Foreign and non-francophone authors are strongly encouraged to submit articles that will be published in English or translated into French. Submitted papers will be evaluated anonymously by two referees appointed by the Editorial Board.

The deadline for submissions is the 1st of February 2008.

Interested authors may contact Claire Delfosse, at claire.delfosse@wanadoo.fr

Proposed articles must comply with the instructions given to authors for texts and illustrations. For more information please refer to the following website: http://www.geocarrefour.org

Papers should be sent by e-mail to the journal (buisson@univ-lyon3.fr) and to Claire Delfosse (claire.delfosse@wanadoo.fr).

Dates

  • vendredi 01 février 2008

Mots-clés

  • agriculture, durabilité, territoire

Contacts

  • Claire Delfosse
    courriel : claire [dot] delfosse [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Eric Verdeil
    courriel : eric [dot] verdeil [at] normalesup [dot] org

Pour citer cette annonce

« Agricultures, durabilité et territoires », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 06 septembre 2007, http://calenda.org/193445