AccueilL'État et la diversité culturelle et religieuse au Canada, 1800-1914

*  *  *

Publié le mardi 11 septembre 2007 par Delphine Cavallo

Résumé

Ce colloque se veut l'occasion d'analyser le rapport historique que l'État canadien a entretenu avec la diversité religieuse et culturelle, et ce, particulièrement entre 1800 et 1914 où l'importance de l'immigration a multiplié les défis liés à la cohabitation multiculturelle. Tout en cherchant à retracer les origines idéologiques et normatives de la politique actuelle du multiculturalisme, il s'agira de voir si l'expérience historique du Canada en matière de gestion de la diversité culturelle peut être porteuse d'enseignements en vue d'affronter les défis actuels dans ce domaine.

Annonce

Le groupe de recherche SoDRUS (Société, Droit et Religions de l'Université de Sherbrooke) organise son 4e colloque international sous le thème :

Aux racines du multiculturalisme canadien : l’État et la diversité culturelle et religieuse au Canada, 1800-1914

Sherbrooke (Canada), 6 au 8 février 2008

Appel à communication

Comme projet social, le multiculturalisme canadien entend faire place aux expressions culturelles qui le composent. Tel que défini dans la politique du multiculturalisme canadien de 1971, son principe consiste en la valorisation et le partage du patrimoine culturel de tous les citoyens canadiens. Mais à quel moment la promotion ou la valorisation d’une identité culturelle a-t-elle une valeur intégrative ou, au contraire, à quel moment conduit-elle à la création d’une mosaïque culturelle désintégrée et à l’accroissement des solitudes au sein de la société canadienne? En d’autres termes, comment parvenir à concilier la promotion des identités culturelles et la création d’une conscience multiculturelle à la fois au sein de la société canadienne et dans l’esprit de chacun de ses citoyens? 

Ce colloque se veut l'occasion d'analyser le rapport historique que l'État canadien a entretenu avec la diversité religieuse et culturelle, et ce, particulièrement entre 1800 et 1914 où l'importance de l'immigration a multiplié les défis liés à la cohabitation multiculturelle. Tout en cherchant à retracer les origines idéologiques et normatives de la politique actuelle du multiculturalisme, il s'agira de voir si l'expérience historique du Canada en matière de gestion de la diversité culturelle peut être porteuse d'enseignements en vue d'affronter les défis actuels dans ce domaine.

Par ailleurs, le colloque offre aussi l'occasion de se familiariser avec le contexte social et juridique du multiculturalisme hors des frontières canadiennes. Un panel du colloque sera réservé à l'analyse comparative de la réalité canadienne avec celle vécue dans d'autres pays.

Le SoDRUS invite des propositions qui toucheront un vaste éventail de sujets liés à la thématique générale et qui proviendront d'un grand nombre de champs disciplinaires. Des communications en français et en anglais sont bienvenues. Le colloque sera tenu à Sherbrooke les 6, 7 et 8 février 2008. Les propositions doivent se faire par courriel (sodrus@usherbrooke.ca) ou en ligne (www.pages.usherbrooke.ca/sodrus/activites/index.htm) avant le 15 novembre 2007.

Au-delà des outils législatifs, l’instrument le plus efficace dans la réalisation du multiculturalisme demeure sans doute le citoyen et l’éthos canadiens tels qu’ils se sont développés au cours des derniers siècles. Le Canada se définit lui-même comme un pays composé de trois peuples fondateurs, d’une multitude d’immigrants, et qui contrairement à son voisin américain, aurait depuis ses débuts cherché à créer un consensus et un modus vivendi entre les communautés culturelles qui le composent. En ce sens, le multiculturalisme d’aujourd’hui prendrait racine dans un éthos et une pratique sociale de l’accommodement ayant jalonné l’histoire canadienne. Mais qu’en est-il historiquement du rapport entre les autorités publiques canadiennes et la diversité culturelle et religieuse?

Quelles stratégies ont-elles déployées en vue d’intégrer la pluralité de la société canadienne et créer un modus vivendi entre les communautés culturelles et religieuses? S’agit-il d’une oeuvre d’assimilation ou faut-il parler d’un embryon de multiculturalisme? Étaient-ce les autorités politiques qui faisaient la promotion de ce modus vivendi ou se voulaient-elles plutôt à la remorque des initiatives de la société civile? Enfin, les solutions du passé peuvent-elles aider à affronter les défis actuels? C’est avec l’objectif d’apporter des éléments de réponse à ces questions que le SoDRUS consacre son quatrième colloque international à l’étude du rapport historique que l’État canadien a entretenu avec la diversité religieuse et culturelle, et ce, plus particulièrement entre 1800 et 1914, une période durant laquelle le Canada a reçu un flot d’immigrants fort diversifiés qui a doublé sa population et multiplié les opportunités d’accommodement. Quelles sont les lois, les jurisprudences ou les ententes administratives dont s’est alors doté le pays pour encadrer la diversité culturelle? Que révèlent-elles de l’attitude et des objectifs poursuivis par l’État canadien en cette matière? Cette expérience historique peut-elle livrer des enseignements porteurs de solutions ou indicateurs de pistes à suivre face aux enjeux contemporains que soulève la pluralité religieuse et culturelle au Canada? Voilà autant de questionnements sur lesquels les participants au colloque seront invités à réfléchir.

Lieux

  • Centre judiciaire, Université de Sherbrooke
    Sherbrooke, Canada

Dates

  • jeudi 15 novembre 2007

Mots-clés

  • multiculturalisme, diversité, État, histoire

Contacts

  • SoDRUS #
    courriel : sodrus [at] usherbrooke [dot] ca

Source de l'information

  • Groupe de recherche société, droit et religions de l'université de Sherbrooke ~
    courriel : sodrus [at] usherbrooke [dot] ca

Pour citer cette annonce

« L'État et la diversité culturelle et religieuse au Canada, 1800-1914 », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 11 septembre 2007, http://calenda.org/193469