AccueilHistoires de vie, témoignages, autobiographies de terrain

Histoires de vie, témoignages, autobiographies de terrain

Formes d’énonciation et de textualisation

*  *  *

Publié le samedi 22 septembre 2007 par Delphine Cavallo

Résumé

Nous nous interrogerons sur les modalités suivant lesquelles on raconte, collecte et analyse des histoires de vie de l’observé et/ou de l’observateur, du natif et/ou de l’anthropologue. Dans cette perspective, les contributions de spécialistes de disciplines diverses font émerger des points de vue complémentaires sur des catégories centrales dans les sciences de la culture telles que l’objectivation de l’observation et la représentation du dialogue, la figuration de la voix du narrateur et du sujet agent, l’abstraction du métalangage et son efficacité symbolique, le savoir comme produit et le savoir comme procès de la recherche, etc. Un regard interdisciplinaire se révèle être pertinent pour investiguer la valeur (instrumentale et méthodologique) des histoires de vie et, de manière plus générale, pour comparer le savoir de l’anthropologie avec celui d’autres disciplines telles que la linguistique, la sémiotique ou l'histoire.

Annonce

Università di Palermo 

Dipartimento di Beni Culturali, Storico-archeologici, Socio-antropologici e Geografici

Workshop international

Les 12 et 13 octobre 2007

Histoires de vie, témoignages, autobiographies de terrain : formes d'énonciation et de textualisation

Ce workshop est le résultat d’une recherche menée conjointement par des anthropologues de l’université de Palerme et de Lausanne sur la signification d’histoires de vie, témoignages et autobiographies de terrain. À ce stade de la recherche, nous entendons nous interroger, avec des spécialistes de disciplines différentes, sur les modalités suivant lesquelles on raconte, collecte et analyse des histoires de vie de l’observé et/ou de l’observateur, du natif et/ou de l’anthropologue. Dans cette perspective, les contributions de spécialistes de disciplines diverses (anthropologie, linguistique, sémiotique, épistémologie, critique littéraire et de la culture, etc.) sont particulièrement bienvenues pour faire émerger des points de vue complémentaires sur des catégories centrales dans les sciences de la culture telles que l’objectivation de l’observation et la représentation du dialogue, la figuration de la voix du narrateur et du sujet agent, l’abstraction du métalangage et son efficacité symbolique, le savoir comme produit et le savoir comme procès de la recherche, etc.

Les questions sémiotiques et anthropologiques que les participants pourront se poser sont nombreuses. Quel rapport s’instaure, par exemple, entre l’expérience et la narration ou entre l’acte de parole inter-individuel et la textualisation ? Quel rôle jouent, dans la forme finale et dans la rédaction de l’écrit, la mémoire de l’observateur et les formes de transcriptions partielles telles que les notes de terrain ? Quelles significations prennent, dans les histoires de vie, les multiples stratégies de représentation du Moi et d’où tirent-elles leur valeur ? Et, encore, quels processus sont sous-entendus (ou éludés) dans l’interprétation et l’écriture de l’interaction qui s’établit entre Nous et les Autres ? Finalement, de quelle manière l’opposition énoncé/énonciation peut servir à repenser les formes de l’expérience et de la subjectivité condensées dans les histoires de vie, les témoignages ou les autobiographies de terrain ? Ce ne sont que quelques-unes des questions que les participants pourront se poser afin de montrer le double statut épistémologique (moyen et finalité) des histoires de vie, des témoignages et des autobiographies de terrain. Dans cette optique, un regard interdisciplinaire se révèle être pertinent pour investiguer leur valeur (instrumentale et méthodologique) et, de manière plus générale, pour comparer le savoir de l’anthropologie avec celui d’autres disciplines telles que la linguistique et la sémiotique.

VENERDI 12 OTTOBRE

Facoltà di Lettere e Filosofia, viale delle Scienze - Aula Seminari

9h30 Apertura del Workshop : Gabriella d’Agostino e Stefano Montes

Presiede : Antonino Buttitta

10h00

Claude Calame (EHESS, Paris)

Entre témoignage, vraisemblable et fabrication poétique : l'historiographie grecque classique

10h30

Eric Wauters et Elise Chopin (Universitè du Havre-CIRTAD)

Histoires de vie et archives judiciaires, ou comment dire les maux ?

11h00

Elisabeta Nicolescu (Université Spiru Haret, Bucarest)

L'énonciation autobiographique et le «récit source» (Un  modèle d'analyse des paramètres thématiques et ontologiques des différents types de récits de vie)

11h30 Pausa

12h00

Evelyne Guihur (Université de Bretagne-sud, Lorient)

Modalités du verbe et du sujet : se raconter en mission au XVIIe-XVIIIe siècles

12h30

Stefano Montes  (Università di Palermo)

Marc Bloch e Bronislaw Malinowski sul campo. Frammenti di vita a confronto

13h00 – 15h00 Pausa

Presiede : Stefano Montes

15h00

Kevin Dwyer (American university, Cairo)      

Explorations in Moroccan life stories: two books, two genres

15h30

Katell Morand (Paris X-Nanterre/laboratoire d’ethnomusicologie)

Fragments de vies : quand les bergers se racontent par la musique

16h00

Mathieu Claveyrolas (CNRS, EHESS, Paris)

L’histoire de vie d’un informateur exceptionnel : matériau, analyse et écriture

16h30 Pausa

17h00

César Ramirez  (Laboratoire Icar 4 – Université Lumière Lyon 2)

La mise en place de l’instance d’énonciation dans un corpus d’ex-voto mexicains récents

17h30

Gabriella d’Agostino (Unversità di Palermo)

Storie di vita e memoria dell’Italia in Eritrea. Esperienza e narrazione

SABATO 13 OTTOBRE

Polo didattico, Edificio 19, viale delle Scienze, Aula Seminari A

Presiede : Gabriella D’Agostino

9h30

Mondher Kilani (Université de Lausanne)

Comment rendre crédible le témoignage ? La controverse autour du cannibalisme

10h00

Vanessa Manceron (CNRS, Musée national d’histoire naturelle, Paris)

Une vie sans histoire ?, ou comment l’ethnologue passe de l’expérience singulière d’une rencontre et d’un récit de vie à la mise en mots d’une histoire collective

10h30

Paola Trevisan (Università di Verona)

Etnografia di un libro: autorialità, pubblico e scrittura nelle storie di vita dei sinti dell’Emilia

11h00 Pausa

11h30

Benjamina Ramanantsoa Ramarcel  (Université d’Antananarivo, Madagascar)

Témoignages personnels et Récits de vie, un espace de contrainte mémorielle. Le cas des témoins-protagonistes de l’insurrection malgache de 1947

12h00

Melle Belfarhi Khadija (Université d’Annaba, Algérie)

La Métalangue Discursive de la Littérature Moderne

12h30 Chiusura dei lavori

Pour d’autres renseignements contacter :

Gabriella D’Agostino (antropos@unipa.it) et Stefano Montes (montes.stefano@tiscalinet.it)

Lieux

  • Facoltà di Lettere e Filosofia, viale delle Scienze - Aula Seminari
    Palerme, Italie

Dates

  • vendredi 12 octobre 2007
  • samedi 13 octobre 2007

Mots-clés

  • histoires de vie, épistémologie, anthropologie, sémiotique

Contacts

  • Stefano Montes
    courriel : montes [dot] stefano [at] tiscalinet [dot] it
  • Gabriella D'Agostino
    courriel : antropos [at] unipa [dot] it

Source de l'information

  • Licia taverna
    courriel : licia [dot] taverna [at] tiscalinet [dot] it

Pour citer cette annonce

« Histoires de vie, témoignages, autobiographies de terrain », Colloque, Calenda, Publié le samedi 22 septembre 2007, http://calenda.org/193536