AccueilL'Afrique à l'épreuve des mutations

L'Afrique à l'épreuve des mutations

Colloque international

*  *  *

Publié le vendredi 28 septembre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Depuis les indépendances, les pays africains sont confrontés à de nombreuses transformations touchant à presque tous les aspects de la vie de l’homme et de la société. La situation coloniale a cédé le pas à de nouvelles « situations » non moins critiques pour le devenir de ces sociétés en prise aux « dynamiques du dedans et du dehors » (G. Balandier, 1987) dans un « village planétaire » qui intègre une inflation des idéologies nouvelles, des politiques, des conflictualités, des crises identitaires, des phénomènes/ problèmes émergents (VIH/SIDA, grippe aviaire, homosexualité, mutations familiales, etc.) ou ré émergents (pauvreté endémique, changements climatiques, modes et mutations culturelles et linguistiques, etc.). Ces réalités ne manquent pas souvent de mettre en échec les modèles de développement adoptés par les Etats. Des slogans et des intentions politiques pour l’amélioration des conditions de vie des populations se heurtent aux aléas de changements que personne ou presque n’arrive à maîtriser pour mettre en œuvre le bien-être durable des populations. Quelles sont les composantes de ces mutations et les réactions des sociétés africaines ? Quel est le rôle de l’état ? Quelles sont les incidences de ces mutations sur l’avenir de l’Afrique ?

Annonce

Appel à communication - colloque international sur le thème :

L’Afrique à l’épreuve des mutations - Africa in the era of change

Contexte et justification

Depuis les indépendances, les pays africains sont confrontés à de nombreuses transformations touchant à presque tous les aspects de la vie de l’homme et de la société. La situation coloniale a cédé le pas à de nouvelles « situations » non moins critiques pour le devenir de ces sociétés en prise aux « dynamiques du dedans et du dehors » (G. Balandier, 1987) dans un « village planétaire » qui intègre une inflation des idéologies nouvelles, des politiques, des conflictualités, des crises identitaires, des phénomènes/ problèmes émergents (VIH/SIDA, grippe aviaire, homosexualité, mutations familiales, etc.) ou ré émergents (pauvreté endémique, changements climatiques, modes et mutations culturelles et linguistiques, etc.). Ces réalités ne manquent pas souvent de mettre en échec les modèles de développement adoptés par les Etats. Des slogans et des intentions politiques pour l’amélioration des conditions de vie des populations se heurtent aux aléas de changements que personne ou presque n’arrive à maîtriser pour mettre en œuvre le bien-être durable des populations. Quelles sont les composantes de ces mutations et les réactions des sociétés africaines ? Quel est le rôle de l’état ? Quelles sont les incidences de ces mutations sur l’avenir de l’Afrique ?

Objectifs

Le présent colloque vise à faire un état des lieux des transformations survenues en Afrique ces vingt dernières années. Il est question d’examiner le vécu des populations et faire le point sur les différentes stratégies individuelles et/ou collectives qui ont été mises sur pied pour faire face à la nouveauté. Sans prétendre à l’exhaustivité, les communications devront porter sur les sous thèmes suivants :

  • Urbanisation, transformations sociales, changements socio-économiques et mutations démographique en Afrique ;
  • Politiques, paix, conflits et intégration nationale en Afrique ;
  • Société et dynamique du genre en Afrique ;
  • Education, citoyenneté et droits de l’homme en Afrique
  • Mondialisation, politique macroéconomique et développement en Afrique ;
  • Relations internationales, migrations et changement en Afrique
  • Ethnicité, construction des nouvelles identités et intégration sociale en Afrique
  • Corps et société en Afrique : regards ancien et nouveau
  • Crise environnementale, grandes pandémies et dynamique de développement en Afrique

Langue

Les textes proposés pourront être écrits en français ou en anglais, mais précédés chaque fois d’un résumé dans les deux langues

Calendrier

La date limite de recevabilité des résumés anglais ou en français est fixée au 15 novembre 2007.
Les auteurs seront informés le 30 novembre 2007 et la date limite pour les textes complets en anglais ou en français est  fixée au 20 décembre 2007.

Le colloque se tiendra du 10 au 12 janvier 2008 à Yaoundé (Djeuga Palace)

Format

Les propositions de publication de 15 pages maximum, adopteront le caractère « Times new roman », police 12.

Bibliographie

Elle sera présentée selon les normes suivantes :

Ela, Jean-Marc, (1994), L’irruption des pauvres. Société contre pouvoir, argent et ingérence, Paris, L’Harmattan.

Malaquais, Dominique, (2001), « Arts de faire au Cameroun », Politique africaine, N°82, pp. 101-118.

Passet R., (1979), L’économique et le vivant, Payot, Paris, 278p

LE CENTRE NATIONAL D’EDUCATION / MINISTERE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

Institution publique de recherche en sciences sociales, le CNE est un centre de recherche du Ministère camerounais de la recherche scientifique et technique. Il a connu une restructuration en 1996 suite à la fermeture de l’ex ISH. Avec l’arrivée des chercheurs de l’Ex Ish en son sein dans le seconde moitié de la décennie 1990, le Centre voit son effectif s’accroître considérablement en se diversifiant par ailleurs à d’autres spécialisation que le seul domaine de l’éducation. Il voit également se complexifier davantage sa mission surtout avec le recrutement en 2002 de seize nouveaux chercheurs dont le profil balaie une gamme variée de spécialités.

Telle que définie lors de sa création, la mission du CNE a subit d’importantes mutations avec des dynamiques de recomposition dont il sera l’objet en moins d’une décennie. A ce titre, le CNE a pour mission de :

  • relancer et coordonner la recherche institutionnelle en sciences sociales et humaines au Cameroun ;
  • mettre en œuvre des programmes de recherche obéissant aux demandes des utilisateurs potentiels ;
  • re-dynamiser la coopération sou-régionale, régionale et internationale en sciences sociales ;
  • inscrire les sciences sociales dans les nouvelles approches de programmation impliquant l’interdisciplinarité ;
  • organiser des séminaires et colloques afin de disséminer des résultats de recherche en collaboration avec les organismes compétents

Pour tenter de répondre aux besoins de la population et du gouvernement, plusieurs programmes de recherche en sciences sociales pour le développement sont en cours d’exécution parfois en collaboration avec des organismes nationaux et internationaux (UNESCO, ANRS, COMMONWEALTH, Coopération brésilienne, CNLS, etc.). Ces études pluridisciplinaires couvrent des domaines aussi variés:

  • NTIC et SIDA,
  • approche comportementale des ripostes au VIH SIDA,
  • les implications des catastrophes,
  • l’évaluation des structures d’éducation non formelle au Cameroun
  • Politiques sociales
  • Dynamiques sociales
  • La gestion des pertes post recolt
  • Ecosystèmes
  • Croissance urbaine et problèmes sociaux

Ainsi le CNE regorge aujourd’hui une vingtaine de chercheurs des différents domaines des sciences sociales et humaines : 01 géographe, 01 ethno-écologue, 05 sociologues, 03 économistes, 04 historiens, 02 linguistes, 02 spécialistes en littérature et civilisation, 02 spécialistes en éducation, 02 agro-économistes et 01 anthropologue. Toutefois, à côté de ce potentiel scientifique le Centre a un important personnel d’appui : un chef du personnel, un responsable du courrier, une sécrétaire, une standardiste, des bibliothécaires

La demande de l’expertise en sciences sociales s’intensifie davantage dans un contexte de paupérisation croissante des couches sociales vulnérables en posant aux sciences sociales et aux institutions spécioalisées comme le CNE de nouveaux défis en matière de recherche pour le développement. Ainsi, les sollicitations s’amplifient depuis l’émergence de l’initiative PPTE qui repose en réalité la prise en compte des populations dans la planification du développement. C’est ce qui justifie la production d’un tel document afin de mettre à la disposition des demandeurs de ressources celles qui sont disponibles, leurs profils et leurs compétences respectives.

Catégories

Lieux

  • Yaoundé (Cameroun)
    Yaoundé, Cameroun

Dates

  • jeudi 15 novembre 2007

Mots-clés

  • mutations, société, Afrique

Contacts

  • Tohnain Nobert
    courriel : tohnole [at] yahoo [dot] com
  • Dr. TAMAJONG Elizabeth
    courriel : vukehtamajong [at] yahoo [dot] com

Pour citer cette annonce

« L'Afrique à l'épreuve des mutations », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 28 septembre 2007, http://calenda.org/193571