AccueilSociologie d'une nouvelle figure artistique : le metteur en scène de théâtre

*  *  *

Publié le jeudi 04 octobre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Le séminaire est consacré à l'analyse de cette figure particulière de l'artiste : le metteur en scène de théâtre. Il rassemble des interventions de sociologues, historiens, spécialistes du théâtre, professionnels du théâtre. Cette confrontation doit permettre de multiplier les points de vue, offrir des perspectives nouvelles et originales de recherche.

Annonce

Sociologie d'une nouvelle figure artistique : le metteur en scène de théâtre

Longtemps marginale, au moins en France, dans le développement de la sociologie de l'art (qui a privilégié les champs littéraires et plastiques), la sociologie du théâtre s'est développée depuis plusieurs années en France, principalement dans le cadre de la sociologie du travail et des professions (Menger, 2005 ; Paradeise, 1998 ; Proust, 2006), en étudiant notamment la crise récurrente du régime de l'intermittence et des systèmes de production et de diffusion. La figure centrale de ces recherches est celle du comédien comme expression générique de l'activité théâtrale.

Pourtant, depuis la fin du XIXe siècle, avec la constitution de la mise en scène comme œuvre d'art, dotée de propriétés spécifiques, le metteur en scène constitue une figure centrale dans les champs de production théâtrale, sa légitimité dépendant, néanmoins, des pôles de ces champs. Ainsi, dans le cas français, on peut opposer le théâtre public (ou cette suprématie est une caractéristique centrale, même si elle reste régulièrement contestée) au théâtre privé au sein duquel priment l'auteur dramatique et la star, le mode de régulation économique (régulation marchande vs économie administrée) constituant une des dimensions centrales de cette opposition.

Le séminaire se propose d'engager une réflexion sur cette nouvelle position en examinant plusieurs dimensions.

L'inscription du metteur en scène dans la division du travail artistique, technique, administratif. La production théâtrale est une activité immédiatement collective. La position du metteur en scène est donc indissociable d'un état de la division du travail et donc de ses rapports, parfois difficiles, avec d'autres agents. On peut aussi considérer la manière dont s'articulent les différentes activités du metteur en scène qui peut endosser le rôle de chef d'entreprise, d’intellectuel, de notable local.

Si on considère le théâtre public et le poids des collectivités publiques, la carrière du metteur en scène (considérée ici d'un point de vue interactionniste, en considérant les différentes positions occupées et le parcours dans différents espaces sociaux) est indissociable de la capacité de ces dernières à peser sur leur activité, à organiser une carrière (au sens, ici, plus administratif, comme le montrent les parcours de certains d'entre eux commençant par une petite compagnie indépendante de région pour finir à la direction d'un théâtre national parisien). On peut alors analyser les compétences, les dispositions sociales qui permettent (ou qui interdisent, empêchent) ces carrières. On peut aussi questionner le point de vue de ces collectivités publiques, les procédures et les catégories de jugement qu'elles utilisent pour organiser ces carrières.

Une des caractéristiques centrales de la position de metteur en scène est sa dimension immédiatement européenne puisque, de manière quasi simultanée, apparaissent les figures de Craig, Appia, Copeau, Stanislavski dont les débats, conflits et désaccords constituent un des éléments décisifs dans la constitution d'un champ spécifique. Ce séminaire s'efforcera de diversifier les points de vue en ne se limitant pas à la situation française. Cette perspective doit permettre de préciser la spécificité des configurations nationales (voir par exemple, pour le cas allemand, de Verdalle, 2006) qui mettent en jeu la part respective du marché et de l'Etat dans la régulation de la production théâtrale et dans le déroulement des carrières, ainsi que les relations que les metteurs en scène entretiennent avec les différentes catégories de professionnels (on pense par exemple au couple metteur en scène / dramaturge qui caractérise, en partie, le théâtre allemand ou à la place de l'intendant, dans ce même théâtre, à la direction des institutions).

Si la perspective sociologique reste dominante, elle ne sera pas exclusive. Le séminaire, au cours de cette première année, fera appel à des chercheurs relevant d'autres disciplines ainsi qu'à des professionnels engagés dans l'activité théâtrale, soit en tant que metteur en scène ou collaborateur artistique, soit en tant que responsable de l'administration du ministère de la culture.

________________

Menger P.M., 2005, Les intermittents du spectacle. Sociologie d'une exception, Paris, éd. de l'EHESS.

Paradeise C, 1998, Charby J, Vourc'h F (collab.), Les comédiens. Professions et marchés du travail, Paris, PUF

Proust S, 2006, Le comédien désemparé. Autonomie artistique et interventions politiques dans le théâtre public, Paris, Economica – Anthropos.

Verdalle de L, 2006, Le théâtre en transition. De la RDA aux nouveaux Länder, Paris, éd. de la MSH, collection Dialogiques.

_________________

Calendrier des séances :

Le séminaire se déroulera un jeudi par mois de 16h à 18h (sauf mention contraire) aux dates suivantes :

29 Novembre 2007

  • Serge Proust (Université de Saint-Etienne) et Laure de Verdalle (UVSQ/CNRS, laboratoire Printemps) : Présentation du séminaire.

20 décembre 2007

  • Denis Declerck : Le metteur en scène, le ministre et le fonctionnaire : l’impossible trio.

24 janvier 2008

  • Didier Plassard : Le metteur en scène : homme-mémoire, interprète ou démiurge.

14 février 2008

  • Jean-Claude Bérutti : Le metteur en scène et le directeur.

13 mars 2008

  • Sophie Proust : Direction d’acteurs et division du travail artistique du metteur en scène

10 avril 2008

  • Frédéric Martel : Le metteur en scène aux Etats-Unis versus le metteur en scène en France.

22 mai 2008 : séance exceptionnelle

  • 10h30-12h30 - Didier Plassard : Le metteur en scène : homme-mémoire, interprète ou démiurge
  • 12h30-13h30 : pause déjeuner
  • 13h30-15h30 - Sophie Proust : Direction d’acteurs et division du travail artistique du metteur en scène
  • 15h30-16h : pause
  • 16h-18h : Célia Bensa Ferreira Alvès : Le metteur en scène directeur de théâtre dans la division du travail théâtral : de la prestation au bénéfice de service.

19 juin 2008

  • Pascal Goetschel : Les enjeux intellectuels dans la définition du metteur en scène

Lieu :

ENS de Cachan, 61 avenue du Président Wilson, 94 235 Cachan.
Accès : RER B, station Bagneux (voir plan d'accès ci-dessous).
Bâtiment Laplace, salle Michael Pollak (210, 2ième étage)

Pour toute information complémentaire, contacter les organisateurs :
Laure de Verdalle (UVSQ/CNRS – laboratoire Printemps) deverdalle@yahoo.fr
Serge Proust (Université de Saint-Etienne – MoDys UMR5264) serge.proust@univ-st-etienne.fr

Présentation des intervenants

Denis Declerck

L'intervention sera centrée sur les interactions entre metteurs en scène et administration de la culture. Elle tentera d'analyser et de comprendre les principaux modes de légitimation à l'œuvre de "l'émergence" à la "consécration". Le ministère de la culture, par l'intermédiaire de ses agents, des comités d'experts et des différents échos émanant de la profession, semble en mesure de percevoir et de juger l’activité des metteurs en scène et d’organiser, du moins en partie, leur carrière. De leurs côtés les artistes, et tout particulièrement les metteurs en scènes, disposent de ressources individuelles et collectives leur permettant d’orienter les catégories de jugement de l’administration ainsi que les décisions que celle-ci est amenée à prendre. Mais ce jeu complexe d’acteurs, qui s’est développé au cours de la période allant de 1960 au milieu des années 90, a connu un bouleversement considérable de ses us et coutumes à la faveur de l’arrivée de nouveaux participants et de nouveaux circuits de décision issus du double mouvement de déconcentration et de décentralisation. Face à cette recomposition des critères et des modalités de choix, chacun semble désemparé : les uns par le pouvoir qu’ils croient perdu, les autres par de nouvelles prérogatives qu’ils n’assument pas toujours, les derniers par la nouvelle complexité à laquelle ils doivent faire face et s’adapter.

Denis Declerck a été directeur de théâtres « de ville » à Vienne de 1989 à 1992 puis à Béziers de 1992 à 1999 avant de rejoindre le ministère de la culture en tant que conseiller théâtre et action culturelle à la DRAC Nord Pas de Calais jusqu’en 2004, puis la Direction de la Musique de la Danse du Théâtre et des Spectacle (DMDTS) en tant qu’inspecteur pour le théâtre. Il est actuellement chargé de mission auprès de la sous-directrice chargée de l’emploi, de la formation et de l’économie à la DMDTS.

Didier Plassard

Cette communication comportera deux volets. Un premier réexaminera la rupture esthétique que constitue l¹invention de la mise en scène moderne, à la fin du 19e siècle, en tant qu¹émergence d¹un nouveau statut de la représentation théâtrale : chaque production, qui n¹était jusqu¹alors considérée que comme une interprétation de l¹oeuvre dramatique, tend à acquérir le statut d¹oeuvre autonome. Les notions de type et d¹occurrence, reprises à la sémiologie, aideront à préciser cette mutation.

Le deuxième volet présentera brièvement trois positions possibles pour le metteur en scène moderne : celle d¹homme-mémoire, par laquelle la représentation théâtrale se fait conservation et questionnement du passé ; celle d¹interprète, par laquelle elle se fait commentaire de l¹oeuvre ou de la société ; celle enfin de démiurge, qui confère à cette représentation le statut d¹un monde possible

Didier Plassard est professeur à l¹Université Rennes 2 - Haute Bretagne, où il enseigne la littérature comparée et les études théâtrales. Il a publié L'Acteur en effigie (L¹Age d¹Homme, 1992), Les Mains de lumière (Institut International de la Marionnette, 1996, rééd. 2005).

Jean-Claude Berutti

interviendra à partir de sa double position de metteur en scène et de directeur d'institution et de son expérience européenne en France, en Allemagne et divers pays européens. En France, à la différence d'autres pays comme l'Allemagne où existe une distinction entre l'intendant – directeur de théâtre – et le metteur en scène, les artistes concentrent les deux responsabilités artistiques et administratives. L'intervention précisera les fondements et les modalités de cette situation en réfléchissant aux conditions d'affirmation de l'autonomie artistique dans l'activité de mise en scène.

Jean-Claude Berutti est co-directeur de La Comédie de Saint-Etienne. Il a mis en scène de nombreux spectacle en France et dans divers pays européens. Il est président de la Convention Théâtrale Européenne.

Sophie Proust

est maître de conférences en études théâtrales à l’université de Lille III et chargée de cours à l’université de Paris VIII. Après avoir été assistante à la mise en scène d’Yves Beaunesne, Denis Marleau et Matthias Langhoff, elle vient de fonder sa propre compagnie théâtrale : Le Cri du temps. Elle interviendra sur la direction d’acteurs et division du travail artistique du metteur en scène : A priori, dans le travail théâtral, la direction d'acteurs appartiendrait à la chasse gardée du metteur en scène et semblerait impliquer une relation directe entre ce dernier et ses interprètes. Pourtant, le metteur en scène sait aussi s’entourer de collaborateurs (collaborateurs artistiques, assistant à la mise en scène, dramaturge) qui peuvent être délibérément des rouages supplémentaires dans la relation, et des intermédiaires nécessaires entre production et esthétique, lien en définitive plutôt méconnu et ayant peu suscité l’intérêt de la recherche jusqu’à aujourd’hui. De fait, le salaire de ces collaborateurs justifie certainement la discrétion qu’ils savent arborer. Il s’agira de rendre compte de cette collaboration de l’ombre, en soulignant ce qui peut la faire osciller entre partage, délégation du travail artistique ou/et allégeance vis-à-vis du metteur en scène.

Proust, Sophie, 2006, La direction d'acteurs dans la mise en scène théâtrale contemporaine, préfacé par Patrice Pavis, Vic la Gardiole, L’Entretemps.

Frédéric Martel

est Maître de conférences à l'IEP de Paris. Il a publié De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006 et Theater : sur le déclin du théâtre en Amérique (et comment il peut résister en France), Paris, La Découverte, 2006.

Célia Bense Ferreira Alvès

est membre du GETI (Université Paris 8). Au travers de l’exemple de Peter Brook, metteur en scène et directeur du Théâtre des Bouffes du Nord, elle a étudié, dans le cadre de sa thèse de sociologie, les modalités de répartition des tâches entre le metteur en scène et certains participants à la production et la diffusion d’un spectacle (directeurs administratifs, secrétaires, régisseurs, acteurs, ouvreurs, critiques et bailleurs de fonds). L’examen de la nature des relations que le metteur en scène entretient avec ces participants lui permet d’envisager le rôle social joué par ce type de metteur en scène. Elle montre ainsi la manière dont le metteur en scène, au travers des tâches qu’il effectue, délègue ou encore dénie, renverse sa position initiale de prestataire de service qui lui permet d’acquérir une étiquette artistique alors même qu’il n’effectue pas la tâche cardinale de « jouer » devant un public.

Bense Ferreira Alves, Célia, 2006, Précarité en échange. Enquête sur l’implication au travail, La Courneuve, Aux lieux d’être.

Pascale Goetschel

est maître de conférence Maître de conférences à Paris I Panthéon-Sorbonne, membre du Centre d'histoire du XXe siècle. Son intervention sera consacrée à la manière dont, en France, de la fin du XIXe siècle aux années 1970, des revues spécialisées construisent la figure du metteur en scène de théâtre. Celle-ci s'ébauche autour de considérations esthétiques, sociales et politiques, entre querelles nationales et volonté de trouver une place dans un jeu artistique international.

Goetschel, Pascale, 2004, Renouveau et décentralisation du théâtre, Paris, PUF.

Catégories

Lieux

  • ENS - Ecole Normale Supérieure, 61 Av. du Pdt Wilson. Bât Laplace - salle M Pollak (210 - 2ème ét)
    Cachan, France

Dates

  • jeudi 29 novembre 2007
  • mercredi 18 juin 2008
  • jeudi 20 décembre 2007
  • jeudi 14 février 2008
  • jeudi 13 mars 2008
  • jeudi 10 avril 2008
  • jeudi 22 mai 2008
  • jeudi 19 juin 2008

Fichiers attachés

Mots-clés

  • travail artistique, théâtre, metteur en scène

Contacts

  • Serge Proust
    courriel : serge [dot] proust [at] univ-st-etienne [dot] fr

Source de l'information

  • Serge Proust
    courriel : serge [dot] proust [at] univ-st-etienne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Sociologie d'une nouvelle figure artistique : le metteur en scène de théâtre », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 04 octobre 2007, http://calenda.org/193612