AccueilLe poète irrévérencieux

Le poète irrévérencieux

Modèles hellénistiques et réalités romaines

*  *  *

Publié le lundi 08 octobre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Reste-t-il une place pour l'irrévérence et cette irrévérence prend-elle une forme spécifique dans la poésie ? C'est la question que se pose ce colloque, qui entend y répondre en réunissant des historiens et des philologues, les premiers étant à même de préciser les enjeux poétiques, et les seconds d'analyser les ressources propres à la poésie. Ce colloque vient à la suite d'une table ronde sur le même thème. Mais alors que la table ronde concernait exclusivement le Haut-Empire, le colloque opère un détour par les modèles hellénistiques et va jusqu'à la latinité tardive, afin de mesurer le caractère plus ou moins universel et pérenne de ce qui apparaît bien, à l'époque augustéenne, comme une poétique de l'irrévérence voilée.

Annonce

Le poète irrévérencieux

Modèles hellénistiques et réalités romaines

Ce colloque est le prolongement d'une table ronde intitulée "Le poète irrévérencieux : poésie et pouvoir sous le Haut-Empire romain", qui s'est tenue à la M.O.M. de Lyon le 17 octobre 2006/ La question posée était alors la suivante : dans un contexte politique fort peu favorable à la liberté de parole et dans une littérature qui prétend ou bien rester en marge des affaires du monde ou bien faire l'éloge du pouvoir en place, reste-t-il une place pour l'irrévérence et cette irrévérence prend-elle une forme spécifique dans la poésie ? L'idée était d'envisager les rapports du poète avec le pouvoir non pas à l'intérieur d'une oeuvre spécifique, comme le font déjà de nombreux travaux, ni même à l'intérieur d'un genre spécifique, mais à travers les différentes productions d'une époque suffisamment large pour qu'il soit possible de déterminer s'il existe, ou non, une forme d'irrévérence associée à un type de régime, irrévérence qui serait à l'oeuvre dans toutes les formes poétiques. Pour ce faire, il apparaissant nécessaire de réunir des historiens et des philologues, les premiers étant à même, mieux que les seconds, de préciser les enjeux politiques, les seconds étant à même, mieux que les premiers, de définir les ressources propres à la poésie (codes du genre, figures, métrique etc.)

L'extrême cohérence des communications de la table ronde autorise à parler d'une poétique de l'irrévérence voilée sous le Haut-Empire La question qui se pose est alors celle du caractère spécifiquement romain, ou au contraire plus ou moins universel, d'une telle poétique. C'est précisément autour de cette question que se réunit le présent colloque. C'est pourquoi il s'intéressera aux modèles hellénistiques d'une part, dont on connaît l'importance à Rome, et singulièrement à l'époque augustéenne, et aux productions de la latinité tardive d'autre part, alors que le modèle culturel romain est en pleine mutation. Mais on reviendra également à la période du Haut-Empire, afin de confirmer ou de nuancer les propos qui se sont tenus lors de la table ronde, et de donner aux historiens une place que le cadre un peu étroit de la table ronde ne leur avait pas tout à fait permis de prendre.

Vendredi 19/10 - matin

9 h : Bénédicte Delignon (ENS-LSH) : introduction

9h10 : Isabelle Cogitore (Grenoble 3) : "Libertas et ses enjeux, entre littérature et politique du Haut-Empire"

9h45 : Arnaud Suspène (Université d'Orléans) ; "La portée et les limites de l'adhésion des intellectuels au principat"

10h20 : pause

10h40 : Evelyne Prioux (CNRS, Lyon) : "Sotadès et Machon, figures de l'irrévérence"

11h15 : Christophe Cusset (ENS LSH) : "Irrévérence dans l'éloge du pouvoir lagide chze Théocrite"

11h50 : Yannick Durbec : "Callimaque et l'invective masquée"

Vendredi 19/10 : après-midi

14h Stéphane Benoist (Université Lille 3) : "Fragments de mémoire : en quête de paroles condamnées (d'Auguste à Théodose)"

14h35 : Philippe Le Doze (Université de Nantes) : "Les aristocrates romains et les poètes de la période augustéenne : intérêts et conséquences politiques d'un compagnonage"

15h10 ; Francesca Rohr-Vio (Venise) : "Gaio Cornelio Gallo nella poesia augustea tra storia e propaganda"

15h 45 : pause

16 h 05: Séverine Clément-Tarantino (ENS-LSH) : "Entre fama libera et monstres licencieux : remarques sur la poésie épique latine"

16h 40 : Marisa Squillante (Naples) : "La poesia di Ausonio tra desemantizzazione e 'scherzo d'arte'"

17h 15 : Florence Garambois (Université de Saint-Etienne) "L'épigramme de Theodoro et Hadriano et le panégyrique du consulat de Marius ou l'irrévérence en miroir"

Samedi 20 octobre

9h : Nathan Calonne (Paris XII) : "La uox poetae dans la Pharsale de Lucain"

9h35 : Etienne Wolff (Paris X) : "Ambiguités de Martial"

10h10 : Gérard Salamon (ENS LSH) : "Irrévérence livienne : quand l'historien se fait poète"

10h45 : pause

11h05 : Bruno Bureau (Université de Lyon II) : "Révérence de l'irrévérence et irrévérence de la révérence : le Contre Eutrope et le Panégyrique pour le 6ème Consulta d'Honorius de Claudien"

11h40 : Renaud Alexandre (Univerisité Paris IX) : "Pudor et libertas : l'irrévérence selon Sidoine Apollinaire"

12 h 15 : Gilles Sauron (Université Paris IV) : "Vénus Erycine, patrone des poètes irrévérencieux".

12h50 : Yves Roman (Université Lyon 2) : conclusion

Lieux

  • ENS-LSH, parvis René Descartes, 69 007 Lyon
    Lyon, France

Dates

  • vendredi 19 octobre 2007
  • samedi 20 octobre 2007

Fichiers attachés

Mots-clés

  • poésie, pouvoir, antiquité, irrévérence, liberté

Contacts

  • Bénédicte Delignon
    courriel : benedicte [dot] delignon [at] ens-lsh [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Bénédicte Delignon
    courriel : benedicte [dot] delignon [at] ens-lsh [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le poète irrévérencieux », Colloque, Calenda, Publié le lundi 08 octobre 2007, http://calenda.org/193636