AccueilFilm et histoire sociale

*  *  *

Publié le lundi 15 octobre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Dans une société nourrie d’images, produites par des institutions officielles (administrations par exemple), par des professionnels et spécialistes des médias ou – et ce de manière déjà très ancienne – par des particuliers, le film reste encore une source marginale pour les historiens. Le plus souvent, ceux-ci l’utilisent comme illustration ou comme évidence pour démontrer des faits ; un autre usage fréquent est l’analyse de cette production dans le champ de l’histoire culturelle. Le parti retenu pour ce séminaire est autre. Il s’agit de prendre les films comme des sources pour l’historien au même titre que d’autres archives qui lui sont plus familières. Ces deux journées visent donc à interroger la manière dont des historiens peuvent inscrire ces sources dans leur corpus d’étude et, plus encore, les utiliser pour leurs recherches et travaux.

Annonce

Film et histoire sociale

Jeudi 25 et vendredi 26 octobre 2007
MSH-Alpes –Grenoble
Séminaire organisé par le LARHRA-Grenoble

Dans une société nourrie d’images, produites par des institutions officielles (administrations par exemple), par des professionnels et spécialistes des médias ou – et ce de manière déjà très ancienne – par des particuliers, le film reste encore une source marginale pour les historiens. Le plus souvent, ceux-ci l’utilisent comme illustration ou comme évidence pour démontrer des faits ; un autre usage fréquent est l’analyse de cette production dans le champ de l’histoire culturelle.
Le parti retenu pour ce séminaire est autre. Il s’agit de prendre les films comme des sources pour l’historien au même titre que d’autres archives qui lui sont plus familières.
Ces deux journées visent donc à interroger la manière dont des historiens peuvent inscrire ces sources dans leur corpus d’étude et, plus encore, les utiliser pour leurs recherches et travaux.
En effet, si les images fascinent, elles posent aussi des questions de méthode, tant dans leur production que dans leur exploitation. A la différence des images fixes, les films présentent une difficulté supplémentaire, celle de « passer », de se dérouler sans l’arrêt nécessaire à l’observation précise de ce qui est dit, montré ou non montré.
A travers quelques exemples ciblés qui touchent à des thèmes de l’histoire sociale seront abordées les méthodes et les modes d’analyse de ces formes de récit complet et complexe (image, texte et son). On traitera également de la construction de certaines sources documentaires (problèmes techniques, scientifiques, déontologiques et économiques), du problème de leur collecte-conservation, des questions de leur usage, et au final des représentations qu’elles contribuent à construire.

Jeudi 25 octobre 2007

9h00 Présentation des journées – Anne-Marie Granet-Abisset, professeur, Université Pierre Mendès France, UMR LARHRA

9h30-12h Les documentaires télévisés

  • « A la découverte des Français », une écriture par l’image de la société des années 60
    Maryline Crivello, Maître de conférences, Université de Provence, UMR TELEMME, MMSH Aix-en-Provence
  • Représenter l’actualité du terrorisme et de la violence internationale : l’exemple de la série « 24h chrono »
    Isabelle Gaillard, Maître de conférences, Université Pierre Mendès France, UMR LARHRA

14h-17h Les films familiaux, témoins d’une histoire, témoignage pour l’histoire

  • Cinémathèque des pays de Savoie: constitution d'une mémoire audiovisuelle (à partir des documentaires « La route des prés », « Un amateur éclairé », « Ugine radieuse »)
    Marc Rougerie, responsable collecte et valorisation, Cinémathèque Pays de Savoie, Veyrier du Lac
  • L’exemple des fonds du Musée Dauphinois
    Anne-Marie Granet-Abisset

Vendredi 26 octobre 2007

9h-12h Réaliser des sources pour l’histoire : problèmes et méthodes d’analyse

  • Filmer « ce qui est difficile à voir »
    Jean-Noël Pelen, chargé de recherche au CNRS, UMR TELEMME, MMSH
  • Filmer la culpabilité : l’exemple de la collecte d’entretiens vidéo sur le STO
    Anne-Marie Granet-Abisset et Michel Szempruch (réalisateur, Repérages, Grenoble)

14h30-16h30 Table ronde Les films, des sources pour l’histoire : quelles pratiques, quels usage ?

avec les intervenants du séminaire ainsi qu’Anne Dalmassso (maître de conférence, UPMF, UMR LARHRA) Chantal Spillemaecker (conservatrice, Musée Dauphinois) et Marie-Claire Vanneuville (directrice, Association Femmes SDF, Isère)

Lieux

  • Amphithéâtre, MSH-ALpes, 1221 rue centrale, domaine universitaire, Saint Martin d'hères
    Grenoble, France

Dates

  • jeudi 25 octobre 2007
  • vendredi 26 octobre 2007

Mots-clés

  • film, mémoire, représentation, construction histoire, sources, méthode

Contacts

  • Anne-marie Granet-abisset
    courriel : anne-marie [dot] granet [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Anne-marie Granet-abisset
    courriel : anne-marie [dot] granet [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Film et histoire sociale », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 15 octobre 2007, http://calenda.org/193689