AccueilEnseigner l’éducation physique et sportive : entre le dire et le faire

*  *  *

Publié le mardi 16 octobre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Il existe des décalages entre les discours institutionnels qui gouvernent l’Education Physique et Sportive et les réalités de son enseignement. Cette tension entre programmes et pratiques pédagogiques constitue une sorte de lieu commun, paradoxalement peu interrogé : les caractéristiques des établissements et des acteurs participent de ces écarts. Il s’agit ici d’en identifier la nature et les causes, de les mesurer à des niveaux d’échelle différents, d’envisager de nouvelles voies. Ces questionnements concernent toutes les disciplines. Ils permettent aux enseignants d’interroger leur trajectoire, d’apprécier « l’effet établissement », de saisir la complexité de l’hétérogénéité scolaire. En conséquence, ces journées d’études s’adressent aux étudiants et à tous les enseignants ; l’objectif est de comprendre que le dire et le faire ne s’accordent que sous conditions.

Annonce

 

« Enseigner l’éducation physique et sportive : entre le dire et le faire »

Journées d’études organisées par l’Atelier SHERPAS
(Sociologie, Histoire, Education, Représentations, Pratiques et Activités Sportives),
composante du Centre de Recherches et d’Etudes « Histoire et Sociétés »
(CREHS, 4027), Université d’Artois.
Et l’UFR des STAPS de Liévin,
Université d’Artois.

17 et 18 JANVIER 2008

_________________________

Qui peut prétendre accéder facilement à la compréhension de telle ou telle réalité sociale ? Si nous prenons « le » cas de l’Ecole, nous sommes nombreux à revendiquer la « bonne » manière de voir. Les législateurs et l’expertise parce qu’ils participent à sa structuration, les enseignants et les personnels administratifs parce qu’ils l’organisent, les parents et les élèves parce qu’ils en sont les premiers « usagers ». On l’aura compris, chacun dispose d’une vision légitime mais le plus souvent intimement fondée sur des expériences subjectives. Dans ces conditions, nous sommes là encore nombreux à vouloir les dépasser : pour multiplier nos repères, pour optimiser nos investissements, pour faciliter le fonctionnement du système éducatif et donc pour en assurer les enjeux. Pourtant force est de constater que les passages se font difficilement ; ils sont fragiles et le plus souvent localisés. Sans doute faut-il y voir ce qui explique l’importance que l’on accorde aux problèmes de la visibilité du système éducatif, de son mouvement « réel », de sa capacité à digérer sa diversité. Comme on ne peut pas contribuer au destin d’un groupe social voire d’une institution sans en maîtriser la dynamique, il faut nécessairement la saisir en jouant sur deux tableaux c’est-à-dire en adoptant une position particulière : à la fois proche et distanciée. Ceci n’est possible qu’à condition de corriger ce qui sépare l’intention de la réalisation, l’effet d’annonce de la mise en pratique, le dire et le faire. Nous proposons ici d’en faire la démonstration depuis la situation de l’Education Physique et Sportive. En France. Aujourd’hui.

Nul n’est besoin d’être chercheur pour imaginer ou constater les décalages pouvant exister entre les discours institutionnels qui gouvernent cette discipline et les réalités de son enseignement. Cette tension entre programmes et pratiques pédagogiques constitue une sorte de lieu commun, paradoxalement peu interrogé : les caractéristiques des établissements et des acteurs participent de ces écarts. Il s’agit ici d’en identifier la nature et les causes, de les mesurer à des niveaux d’échelle différents, d’envisager de nouvelles voies.

Partagés par d’autres disciplines, ces questionnements ne consistent pas seulement à relire l’EPS sous l’angle rebattu de sa singularité ou de sa conformité scolaires. Ils doivent permettre aux enseignants d’interroger leur trajectoire, de mieux apprécier « l’effet établissement », de saisir la complexité de l’hétérogénéité, au-delà des poncifs. Pour les rassurer dans leur quotidien. Pour éclairer leurs pratiques professionnelles. Pour participer autrement à la connaissance de l’EPS. Pour qu’étudiants et « nouveaux enseignants » prennent conscience, au plus tôt, que « le dire et le faire » ne s’accordent que sous conditions.

Le 17 janvier 2008

9H-10H : accueil des participants

10H-12H00 : conférences inaugurales

  • Michel Volondat (IGEN EPS)
    « Les programmes d’EPS : des textes à la réalité ».
  • Evelyne Héry (MCF, Université Rennes 2)
    « Réformes scolaires et pratiques pédagogiques, une histoire d’écarts »
  • Jacques Méard (MCF, IUFM de Nice)
    « Le nécessaire écart entre travail prescrit et travail réel en EPS ».
  • Echanges et débats.

12H00-14H00 : pause déjeuner, café

14H-16H : « L’EPS dans ses établissements : une EPS d’établissement ? »

Président de séance : Preuvot Didier, IPR EPS, académie de Lille.

  • Azziz Jellab (MCF, Université d’Artois)
    « L’établissement scolaire et le défi démocratique : entre injonctions institutionnelles et ‘‘adaptations’’ locales ».
  • Bernard Blondeau (Proviseur de la Cité Scolaire, Le Quesnoy)
    « Les projets d’établissement : cohérences et décalages ».
  • Jean-Louis Boujon (Directeur national UNSS)
    « Ambitions et réalités des AS scolaires en France ».
  • Echanges et débats.

Le 18 janvier 2008

9H-10H : accueil des participants

10H- 12H : « Instructions et professions : un corps à corps au quotidien ? »

Président de séance : Maillard Dominique, IPR EPS, académie de Lille.

  • Michaël Attali (MCF, Université Joseph Fourier, Grenoble 1)
    « Transformations pédagogiques et mise en tension professionnelle ».
  • Caritey Benoît (MCF, Université de Bourgogne)
    « Parcours de vie des enseignants d’EPS et diversité des pratiques professionnelles ».
  • Thérèse Perez-Roux (MCF, IUFM Nantes)
    « Rapport à la discipline, représentations du métier et réalités professionnelles ».
  • Echanges et débats.

12H00-14H00 : pause déjeuner, café

14H00-16h00 : « L’EPS existe-t-elle sans les élèves ? »

Président de séance : Tribalat Thierry, IPR EPS, académie de Lille

  • Gilles Combaz (MCF, Université René Descartes Paris 5).
    « La légitimité de la culture scolaire mise à l’épreuve. Le cas de l’éducation physique et sportive ».
  • Geneviève Cogérino (Professeur, Université Lyon 1) :
    « Des filles, des garçons : une EPS à deux vitesses ? »
  • Florence Guyard Bouteiller (Agrégé d’EPS, Université Pierre Mendès-France, Grenoble).
    « Intégration et adaptation des élèves à besoins éducatifs particuliers en EPS ».
  • Echanges et débats.

16H00-17H00 : synthèse et conclusions

**************

Comité d’organisation : Sofiane Abaamrane, Jean Bréhon, Annie Carton, Olivier Chovaux, Nathalie Jelen, Hugo Juskowiak, Nicolas Penin, Nathalie Niedzwialowska, Williams Nuytens, Fatia Terfous.

Lieu des sessions : UFR STAPS de Liévin, Université d’Artois, chemin du marquage, 62800 Liévin

Contact : Tél : 03/21/45/85/10, fax : 03/2145/84/76, ateliersherpas@univ-artois.fr

Le programme scientifique de l’Atelier pour le plan quadriennal 2006/2009 est consultable sur le site de l’Université d’Artois (rubrique « centre de Recherches », Atelier SHERPAS).

Catégories

Lieux

  • UFR STAPS CHEMIN DU MARQUAGE 62800 LIEVIN
    Liévin, France

Dates

  • jeudi 17 janvier 2008
  • vendredi 18 janvier 2008

Mots-clés

  • eps, le dire et le faire

Contacts

  • Jean Brehon
    courriel : jean [dot] brehon [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Jean Brehon
    courriel : jean [dot] brehon [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Enseigner l’éducation physique et sportive : entre le dire et le faire », Colloque, Calenda, Publié le mardi 16 octobre 2007, http://calenda.org/193694