AccueilLes formes de la séduction aux XVIIe et XVIIIe siècles

Les formes de la séduction aux XVIIe et XVIIIe siècles

Colloque international de la société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles

*  *  *

Publié le dimanche 21 octobre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

La séduction est l'art de convaincre autrui que quelque chose représente un attrait particulier afin d'emporter ainsi l'adhésion de cette personne, de susciter son approbation, son admiration ou son désir. Cette démarche implique la mise en œuvre de procédés divers, y compris celle d'artifices parfois trompeurs. Étudier les formes de la séduction de telle ou telle époque - les XVIIe et XVIIIe siècles, en l'occurrence -, c'est se pencher sur l'esprit ou le " génie " même de cette époque.

Annonce

Colloque international de la société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles

La séduction est l'art de convaincre autrui que quelque chose représente un attrait particulier afin d'emporter ainsi l'adhésion de cette personne, de susciter son approbation, son admiration ou son désir. Cette démarche implique la mise en œuvre de procédés divers, y compris celle d'artifices parfois trompeurs. Toute séduction passe par une mise en forme, un discours, une représentation ou une rhétorique. Il n'est pas de séduction sans travail sur la forme. La façon de séduire - dans quelque domaine que ce soit : amoureux, esthétique, politique, religieux, etc. - est donc nécessairement tributaire d'un ensemble de facteurs culturels et historiques. Étudier les formes de la séduction de telle ou telle époque - les XVIIe et XVIIIe siècles, en l'occurrence -, c'est se pencher sur l'esprit ou le " génie " même de cette époque.

On comprendra la séduction au sens le plus large possible : anthropologique (la séduction dans les rapports humains) ; rhétorique (les moyens mis en oeuvre pour convaincre en charmant) aussi bien en littérature, dans le discours politique (l'argumentation partisane), que dans l'homilétique ; esthétique (les armes de l'artiste pour entraîner une adhésion dans la réponse à l'œuvre d'art), etc. On s'interrogera aussi sur le mensonge ou le faux comme armes de la séduction, sur les manipulations effectuées pour convaincre et faire adhérer à une cause ou un discours aussi bien que pour séduire l'autre dans la relation amoureuse. Les exemples de mensonge ou de faux (en art - on pense aux emprunts non avoués d'un auteur, d'un peintre ou d'un compositeur à ses homologues) pourront faire partie de cette étude de moyens d'entraîner l'adhésion à l'insu du récepteur " ciblé ". On pourra étudier les écarts entre le discours de la séduction au XVIIe et au XVIIIe siècle. Il s'agira en somme d'explorer à la fois la gamme des moyens de séduction utilisés alors - dont l'étude devrait livrer d'intéressants constats sur la sensibilité de l'époque, ses attentes, ses modes d'échange, son utilisation de la rhétorique - et des cas particuliers de " manipulation " idéologique, émotionnelle, esthétique, politique, etc. On s'intéressera tout autant aux outils de séduction utilisés par un auteur qu'à ceux mis en œuvre par ses personnages, en prenant soin de ne pas les confondre. L'étude des " formes de la séduction " pourra aussi inclure toute analyse des rapports entre les canons de la beauté (féminine comme masculine) et des " manières " qui les exaltent, tels qu'ils transparaissent aussi bien dans la peinture que dans la littérature. La forme à la fois première et ultime de la séduction ne réside-t-elle pas dans la rencontre entre la beauté du corps et du visage d'une personne et le charme qui les anime ?

Paris, 22, 23 ET 24 novembre 2007

Les formes de la séduction aux XVIIème et XVIIIème Siècles

Jeudi après-midi 22 novembre

La Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, salle Bourjac

  • 14h30. Frédérique Fouassier (Université de Tours) : " Séductrices malgré elles ? Etude de quelques personnages de vierges érotisées sur la scène jacobéenne ".
  • 15h15. Guillaume Coatalen (Université de Cergy-Pontoise) : " Le rituel de la séduction comme art poétique dans quelques pièces Elisabéthaines et Jacobéennes ".
  • 16h15. Nathalie Mandon (Université Jean Moulin-Lyon 3) : " 'Join in the triumph' : rire et rhétorique dans le théâtre de William Congreve ".
  • 17h. Thierry Demaubus (Université de Picardie) : " Portrait du roi : espace symbolique et séduction".

Vendredi matin 23 novembre

Censier, 13 rue de Santeuil, 75005 - Paris - salle Las Vergnas

  • 9h. Laurence Lux-Sterritt (Université de Aix-en-Provence) : " La Séduction au service de la perfidie : représentations des missionnaires de la Contre-Réforme en Angleterre ".
  • 9h45. Koji Yamamoto (Post-grad. University of York) : 'A Seductive Con Artist? Andrew Yarranton's promotion of technical ingenuity after the Restoration'.
  • 10h45. Patrick Menneteau (Université de Sud-Toulon-Var) : " La sensation et la réflexion selon John Locke, ou la rhétorique au service de la séduction ".
  • 11h30. Florence March (Université d'Avignon) : " Jeux de séduction dans la comédie de la Restauration anglaise : de la pratique sociale à la pratique théâtrale ".

Vendredi après-midi 23 novembre

Censier, 13 rue de Santeuil, 75005 - Paris - salle Las Vergnas

  • 14h30. Guest-speaker - Peter Wagner : 'Eroticism in Hogarth's Art'.
  • 15h30-18h30. Assemblée Générale de la Société, suivie d'un pot.

Samedi matin 24 novembre

La Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, salle Bourjac

  • 9h. Claire Bardelmann (Université de Metz) : " 'Shall I ever get him by singing?' : séduction musicale et typologie dramatique dans The Northern Lass de Richard Brome ".
  • 9h45. Vanessa Alayrac (Université de Lille III) : " Sous le charme de Cathay : figures de la séduction dans le décor extrême-oriental en Angleterre au dix-huitième siècle ".
  • 10h45. Claire Cage (Department of History, Johns Hopkins University, Baltimore) : 'Discourses of Clerical Seduction in Eighteenth-Century England'.
  • 11h30. Marlène Bernos (Allocataire monitrice, Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle) : " Les formes de séduction et la prostitution à Londres au 18éme siècle ".

Samedi après-midi 24 novembre

La Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, salle Bourjac

  • 14h30. Nathalie Zimpfer (LIRE-SEMA, ENS-LSH de Lyon) : " L'homilétique swiftienne ou l'anti-séduction comme manipulation ".
  • 15h15. Elisabeth Martichou (Université de Paris XIII) : " Dialogues on the Usefulness of Ancient Medals de Joseph Addison et Polymetis de Joseph Spence ou le dialogue philosophique comme forme de séduction ".
  • 16h15. Amélie Junqua (Doctorante Paris VII) : " La ligne courbe ou le droit chemin : esquive et signes de la séduction littéraire de Joseph Addison (1711) et Laurence Sterne (1768) ".
  • 17h. Stéphanie Gourdon (Université Lumière Lyon 2, LERMA, Université de Provence) : " Mary Wollstonecraft, intellectuelle et femme : discours de vérité et manipulation rhétorique ".

Lieux

  • La Sorbonne
    Paris, France

Dates

  • jeudi 22 novembre 2007
  • vendredi 23 novembre 2007
  • samedi 24 novembre 2007

Fichiers attachés

Mots-clés

  • séduction

Contacts

  • Pierre Dubois
    courriel : pierre [dot] dubois [at] paris-sorbonne [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Alain Kerhervé
    courriel : alain [dot] kerherve [at] univ-brest [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les formes de la séduction aux XVIIe et XVIIIe siècles », Colloque, Calenda, Publié le dimanche 21 octobre 2007, http://calenda.org/193724