AccueilLa présence de Byzance dans l’Europe du Sud-Est aux époques moderne et contemporaine

*  *  *

Publié le lundi 22 octobre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

L’héritage et la perception de Byzance dans l’Europe du Sud-Est aux époques moderne et contemporaine sont le sujet du colloque international qui se réunira à Athènes du 22 au 24 septembre 2008. Contrairement à la thèse longtemps en faveur de Nicolas Iorga, le surgissement de nouveaux États souverains au XIXe et au XXe siècle ne marqua pas un point final au souvenir de Byzance, mais conduisit à autant d’appropriations, à des déclinaisons variées de la mémoire, à des dénis, voire au contraire à l’idée d’un héritage commun à partager. De la Grande Idée grecque aux guerres balkaniques récentes, de la politique des Églises orthodoxes aux historiographies nationales, combien d’empreintes sous-jacentes du passé médiéval ? Quel héritage byzantin pour l’ensemble du Sud-Est européen ?

Annonce

La présence de Byzance dans l’Europe du Sud-Est aux époques moderne et contemporaine

Colloque international, École française d’Athènes

22-24 septembre 2008

APPEL À COMMUNICATIONS

L’héritage et la perception de Byzance dans l’ensemble de l’Europe du Sud-Est aux époques moderne et contemporaine ont rarement été saisis comme sujet d’étude à part entière.
L’historiographie, il est vrai, a été durablement marquée par la célèbre Byzance après Byzance de l’historien roumain Nicolas Iorga (1932). Pour ce dernier, Byzance – « non pas seulement les dehors, mais aussi l’essence » –, s’incarna dans les princes roumains issus de l’aristocratie de l’ancien Empire jusqu’au début du XIXe siècle. C’est alors que « l’immuable pérennité byzantine », bouleversée par l’irruption des thèses des Lumières dans les Balkans, chavira face aux nationalismes. La guerre d’indépendance grecque, commencée en 1821 et appuyée par les philhellènes d’Occident, aurait mis un terme à cette Byzance qui avait su survivre sans État « quatre siècles après avoir vécu mille ans ».
Il nous semble aujourd’hui que le surgissement de nouveaux États souverains au XIXe et au XXe siècle ne marqua pas un point final, mais conduisit à autant d’appropriations de Byzance, à des déclinaisons variées du souvenir, à des dénis, voire bien au contraire à l’idée d’un héritage commun à partager. Qu’en est-il de ces anciennes terres d’Empire ou de celles qui, au Moyen Âge, furent durablement influencées par le voisinage du basileus de Constantinople ? De la Grande Idée grecque aux guerres balkaniques récentes, de la politique des Églises orthodoxes aux historiographies nationales, combien d’empreintes sous-jacentes du passé médiéval ? Quel héritage byzantin, donc, pour l’ensemble du Sud-Est européen ?
Deux ouvrages collectifs ont fait œuvre de pionniers sur ce thème et doivent être mentionnés : le premier édité par L. Clucas (The Byzantine Legacy in Eastern Europe, 1988), l’autre par J. J. Yiannias (The Byzantine Tradition After the Fall of Constantinople, 1991). Toutefois, ils furent surtout consacrés à l’héritage de Byzance en Russie et en Grèce ainsi qu’à l’histoire de l’art. La Grèce a reçu une attention particulière de la part des chercheurs (il faudrait citer les travaux de Sp. Vryonis, de P. Kitromilides, de R. Argyropoulos, et le recueil de D. Ricks et P. Magdalino, 1998), de même que la Roumanie, où les thèses de Nicolas Iorga ont continué d’être débattues (voir les travaux d’A. Pippidi). Récemment enfin, plusieurs volumes ont étudié les « néobyzantinismes » d’élites intellectuelles d’autres espaces européens dont le lien culturel avec Byzance est plus artificiel (Cormack et Jeffreys, 2000, pour le Royaume-Uni ; Auzépy, 2003, pour l’Europe de l’Ouest essentiellement ; Konstantinou, 1998, pour la littérature européenne ; Bullen, 2003, pour l’architecture).
Il nous a semblé que le sujet méritait d’être reconsidéré, qu’il autorisait la comparaison, les histoires croisées et la prise en compte de l’aire sud-est européenne dans son ensemble. Voici quelques axes proposés aux participants du colloque : Byzance et l’ethnogenèse des peuples de l’Europe du Sud-Est ; l’usage politique et idéologique de Byzance par les États-nations ; les Églises nationales et l’héritage de Constantinople ; la culture byzantine et la notion de patrimoine national. Le champ chronologique est ouvert : du XVIIIe siècle à nos jours.
C’est à une vaste réflexion sur une Byzance continuée, retrouvée ou réinventée dans cette région d’Europe qu’invite le colloque d’Athènes.
  • Olivier DELOUIS, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)-UMR 8167 Orient et Méditerranée, Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance
  • Anne COUDERC, École française d’Athènes/Université Paris I-UMR 8138 IRICE
  • Petre GURAN, Academia Romana, Institut d’Études du Sud-Est européen, Bucarest

Les propositions de communication (500 mots) doivent être rédigées en anglais ou en français et être envoyées avant le 30 janvier 2008 en se connectant à l’adresse suivante : http://www.efa.gr/byzance2008

Les langues du colloque sont le français et l’anglais

Travaux cités en abrégé :

M.-F. AUZÉPY (éd.), Byzance en Europe, Paris, 2003.
J. B. BULLEN, Byzantium rediscovered, Londres, 2003.
L. CLUCAS (éd.), The Byzantine Legacy in Eastern Europe, New York, 1988.
R. CORMACK et E. M. JEFFREYS (éd.), Through the Looking Glass. Byzantium through British Eyes, Aldershot, 2000.
E. KONSTANTINOU (éd.), Byzantinische Stoffe und Motive in der europäischen Literatur des 19. und 20. Jahrhunderts, Francfort, 1998 (Philhellenische Studien Band 6).
D. RICKS et P. MAGDALINO (éd.), Byzantium and the Modern Greek Identity, Aldershot, 1998.
J. J. YIANNIAS (éd.), The Byzantine Tradition After the Fall of Constantinople, Charlottesville et Londres, 1991, trad. grecque à Athènes, 1994.

Lieux

  • Ecole française d'Athènes
    Athènes, Grèce

Dates

  • mercredi 30 janvier 2008

Mots-clés

  • Byzance, Europe du Sud-Est, Balkans

Contacts

  • Olivier Delouis
    courriel : olivier [dot] delouis [at] labex-resmed [dot] fr
  • Anne Couderc
    courriel : anne [dot] couderc [at] efa [dot] gr
  • Petre Guran
    courriel : petreguran [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Olivier Delouis
    courriel : olivier [dot] delouis [at] labex-resmed [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La présence de Byzance dans l’Europe du Sud-Est aux époques moderne et contemporaine », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 22 octobre 2007, http://calenda.org/193733