AccueilLa reconnaissance : réponse à quels problèmes ?

*  *  *

Publié le lundi 22 octobre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Dans le champ de l’anthropologie philosophique et de la philosophie pratique, la reconnaissance apparaît aujourd’hui comme incontournable et évidente. Si la reconnaissance (psychologique, affective, sociale, politique et juridique) semble être indispensable à une rencontre de l’autre faite de confiance, de respect et d’estime mutuels, elle semble aussi être une exigence pour soi-même, comme sujet fiable et autonome. Et pourtant, à y regarder de plus près, elle mérite d’être interrogée à nouveaux frais.

Annonce

La Reconnaissance : réponse à quels problèmes ?

Dans le champ de l’anthropologie philosophique et de la philosophie pratique, la reconnaissance apparaît aujourd’hui comme incontournable et évidente. Si la reconnaissance (psychologique, affective, sociale, politique et juridique) semble être indispensable à une rencontre de l’autre faite de confiance, de respect et d’estime mutuels, elle semble aussi être une exigence pour soi-même, comme sujet fiable et autonome. Et pourtant, à y regarder de plus près, elle mérite d’être interrogée à nouveaux frais. Ce colloque se propose de déployer une réflexion en quatre temps.

1. Reconnaître l’autre et se reconnaître soi-même apparaissent comme des processus anthropologiques et des exigences morales fondamentales. Toutefois, la reconnaissance, comme notion et comme processus, présente des pièges et des limites qui lui sont inhérents et qu’il s’agira d’identifier à partir de situations concrètes.

2. Parler de reconnaissance intersubjective ou politique, n’est-ce pas toujours s’inscrire dans un contexte où les sujets se font face dans une maîtrise d’eux-mêmes ? Quels présupposés anthropologiques sont alors sous-jacents à cette exigence universelle de la reconnaissance et quelle est la visée de la reconnaissance ? Est-ce celle de sujets autonomes ou souverains ?

3. Dans la mesure où la rencontre, toujours inaccomplie, caractérise notre condition humaine comme telle, ne faudrait-il pas entendre la reconnaissance comme une visée éthico-anthropologique plus que comme une condition préalable à tout accueil de l’autre ou comme un objectif à atteindre?

4. Si la reconnaissance apparaît comme une exigence ethico-anthropologique fondamentale, est-ce dans tous les contextes socio-historiques ? Sa prétention à l’universalité n’est-elle pas illusoire ? Il s’agira d’interroger sa portée et de laisser surgir la question d'alternatives possibles à la reconaissance comme telle.

Jeudi 25 octobre 2007

Matin : Pertinence et limites de la reconnaissance

  • 9h-9h30 : Accueil (Hubert Faes, Doyen de la Faculté de Philosophie de l'Institut Catholique de Paris (ICP))
  • 9h30-10h15 : La question sociale en déconstruction et la quête de la reconnaissance. Retour sur la condition ouvrière (Fred Poché, Université catholique d'Angers)
  • 10h15-10h30 : discussion
  • 10h30-11h15 : Reconnaître un corps (politique) (Ronan Sharkey, ICP)
  • 11h15-11h30 : discussion
  • 11h30-11h45 : pause
  • 11h45-12h30 : Reconnaissance, culture et idéologie (Alfredo Gomez-Muller, ICP)
  • 12h30-12h45 : discussion
Après-midi : Reconnaissance, autonomie et souveraineté
  • 14h30-15h15 : Reconnaissance et autonomie (Slawomir Szczepaniak, Université de Varsovie)
  • 15h15-15h30 : discussion
  • 15h30-16h15 : La logique paradoxale de la reconnaissance (Marc Grassin, ICP)
  • 16h15-16h30 : discussion
  • 16h30-16h45 : pause
  • 16h45-18h00 : Table ronde (Serge Gougbemon, Hadi Rizk, Jean-Claude Bourdin)

Vendredi 26 octobre 2007

Matin : Le processus inachevé de la condition humaine

  • 9h30-10h15 : La condition humaine de la reconnaissance (Hubert Faes, ICP)
  • 10h15-10h30 : discussion
  • 10h30-11h15 : Reconnaissance et traduction (Eglé Bonan, ICP)
  • 11h15-11h30 : discussion
  • 11h30-11h45 : pause
  • 11h45-12h30 : Reconnaissance, vulnérabilité et intercorporéité (Nathalie Frogneux, Université catholique de Louvain)
  • 12h30-12h45 : discussion

Après-midi : Les alternatives à la reconnaissance ?

  • 14h30-15h15 : Reconnaissance: un question onto-éthique (Carmelo Vigna, Université de Venise)
  • 15h15-15h30 : discussion
  • 15h30-16h15 : Dialectique de la reconnaissance (Raul Fornet-Betancourt, Université de Bremen)
  • 16h15-16h30 : discussion
  • 16h30-16h45 : pause
  • 16h45-18h00 : Table ronde (Ronan Sharkey, Hubert Faes, Jean-Claude Bourdin)

PAF = 25 euros

Lieux

  • Institut Catholique de Paris (ICP), Faculté de Philosophie, 21 rue d'Assas 75006 PARIS
    Paris, France

Dates

  • jeudi 25 octobre 2007
  • vendredi 26 octobre 2007

Contacts

  • Valérie Delobel
    courriel : philosophie [at] icp [dot] fr

Source de l'information

  • Valérie Delobel
    courriel : philosophie [at] icp [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La reconnaissance : réponse à quels problèmes ? », Colloque, Calenda, Publié le lundi 22 octobre 2007, http://calenda.org/193738