AccueilLa Serbie post-Milosevic : continuités/discontinuités

*  *  *

Publié le lundi 29 octobre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

L'objectif de cette manifestation est d'évaluer les changements politiques, économiques et sociaux qui se sont produits en Serbie depuis octobre 2000.

Annonce

La Serbie post-Milosevic : continuités/discontinuités

L’Association française d’études sur les Balkans (AFEBALK) organise une table ronde sur la Serbie le vendredi 8 février 2008, à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris.

Merci d’adresser vos propositions (en anglais ou en français, 1 feuillet maximum) à contact@afebalk.org jusqu’au 14 décembre 2007.

L’analyse que l’on peut développer sur la transition démocratique en Serbie dépend de l’interprétation des événements d’octobre 2000 caractérisés par le retrait de Slobodan Milošević de la vie politique du pays. Doit-on parler de révolution, d‘insurrection ou de simples changements politiques ?

Depuis la chute de Slobodan Milošević en octobre 2000, la Serbie a connu plusieurs élections parlementaires (élections législatives en décembre 2000, décembre 2003 et janvier 2007) et changements de gouvernement[1]. L'alternance s'effectue désormais dans un environnement pacifié tandis qu'au cours des années 1990 le Parti socialiste au pouvoir refusait l'éventualité d'une défaite aux élections et ne reconnaissait pas ses défaites électorales provoquant ainsi de graves crises politiques.

Pour autant, la transition démocratique est-elle consolidée en Serbie? Dans quelle mesure existe-t-il un danger de remise en cause des acquis démocratiques? Les forces nationalistes et autoritaires (en premier lieu le Parti radical serbe et le Parti socialiste de Serbie) peuvent-elles remettre en cause l'évolution démocratique que connaît la Serbie depuis l'automne 2000? Les questions territoriales, liées à la résolution du statut du Kosovo en particulier, auront-elles des conséquences sur la vie politique du pays?

Dans quelle mesure y a-t-il eu rupture avec le régime de Slobodan Milošević? Les services de renseignements, autrefois principaux rouages du pouvoir du président yougoslave, sont-ils complètement sous le contrôle du pouvoir politique? D'un point de vue systémique, la Serbie est-elle sortie d'un système économique et social où l'Etat est omniprésent? Sur le plan idéologique, quelles sont les éventuelles continuités avec le précédent régime ?

Plus de sept ans après l'effondrement du régime de Slobodan Milošević en Serbie, une évaluation de la transition démocratique et des changements en cours dans les sphères économique et sociale apparaît utile alors que le pays piétine dans son processus d'adhésion à l'UE faute de livrer au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie les principaux inculpés Ratko Mladić et Radovan Karadžić.



[1] Les gouvernements Djindjic (janvier 2001-mars 2003), Zivkovic (mars-décembre 2003), Kostunica (mars 2004-….).

Lieux

  • Maison des Sciences de l'Homme - 54, Bd Raspail 75006 Paris
    Paris, France

Dates

  • vendredi 14 décembre 2007

Mots-clés

  • Serbie, transition démocratique

Contacts

  • Yves Tomic
    courriel : yves [dot] tomic [at] afebalk [dot] org

URLS de référence

Source de l'information

  • Yves Tomic
    courriel : yves [dot] tomic [at] afebalk [dot] org

Pour citer cette annonce

« La Serbie post-Milosevic : continuités/discontinuités », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 29 octobre 2007, http://calenda.org/193780