AccueilLes chiffres du crime en débat

Les chiffres du crime en débat

Pour une exploitation raisonnée des statistiques pénales en sciences sociales

*  *  *

Publié le vendredi 09 novembre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

La statistique pénale ne fait pas l’unanimité, dans la communauté scientifique comme en dehors, c’est un fait. Qu’elle soit policière, judiciaire, pénitentiaire ou criminelle, son utilisation provoque souvent des débats tendus, et ce depuis ses toutes premières origines au début du XIXe siècle. Les limites épistémologiques et méthodologiques à son utilisation sont nombreuses et constituent autant de pièges rappelant aux plus téméraires combien l’usage de ces chiffres demande patience et mesure. A la fois discours scientifique et production administrative, tableau de bord de l’activité des institutions pénales et fenêtre ouverte sur la société, la statistique fascine autant qu’elle fait peur.

Annonce

Les chiffres du crime en débat
Pour une exploitation raisonnée des statistiques pénales en sciences sociales

La statistique pénale ne fait pas l’unanimité, dans la communauté scientifique comme en dehors, c’est un fait. Qu’elle soit policière, judiciaire, pénitentiaire ou criminelle, son utilisation provoque souvent des débats tendus, et ce depuis ses toutes premières origines au début du XIXe siècle. Les limites épistémologiques et méthodologiques à son utilisation sont nombreuses et constituent autant de pièges rappelant aux plus téméraires combien l’usage de ces chiffres demande patience et mesure. A la fois discours scientifique et production administrative, tableau de bord de l’activité des institutions pénales et fenêtre ouverte sur la société, la statistique fascine autant qu’elle fait peur. Les nombreux débats qui ont traversé la question pénale au cours des deux derniers siècles (prison, peine de mort, alcoolisme, récidive, immigration, jeunesse délinquante, etc.) ont abondamment mobilisé ce corpus, trop fréquemment peut-être pour l’être toujours à bon escient.

Mais que peut donc faire le chercheur en sciences sociales avec cette masse de chiffres ? Indubitablement, il serait peu productif de s’en détourner par principe, sous prétexte que les données peuvent présenter un caractère plus ou moins équivoque, voire erroné… Quelle source historique, quel document possède ce caractère de vérité faisant qu’il ne prête pas à discussion et interprétation ? N’est-ce pas là l’essence même de notre formation critique, que d’utiliser dans toute leur mesure des données imparfaites ? Accumulées systématiquement depuis parfois près de deux siècles, les statistiques pénales nous renseignent à une échelle macroscopique (nationale ou régionale) sur des populations auxquelles il est difficile d’accéder par ailleurs, cette foule de gens vivant aux confins de la norme et de la marge. L’histoire et les sciences sociales ont besoin de séries chronologiques et ces statistiques les leur fournissent.

Comment dès lors utiliser ces chiffres, sans tomber dans les travers trop souvent pris par les utilisateurs contemporains ? Comment peut-on, avec le recul du temps, utiliser des séries dont criminologues et statisticiens n’ont pu établir la portée de manière univoque ? Le colloque tentera de rassembler toute l’expertise sur la question, en présentant des recherches abouties reposant en grande part sur les statistiques pénales. L’objectif est clair : placer des balises qui permettront, à terme, d’établir une procédure d’utilisation critique de ces "chiffres du crime".

______________________________________

Jeudi 6 décembre 2007

9:30 – 10:15
Inscription - Accueil

10:15 : Introduction : Xavier Rousseaux (FNRS, UCL)

10:30 – 12:00 : Statistiques criminelles et discours sur le crime
Présidence : Claire Lemercier (CNRS, Institut d'histoire moderne et contemporaine)
  • Une guerre de chiffres. L'usage des statistiques par les discours abolitionniste et réglementariste sur la prostitution à Bruxelles (1844-1948)
    Aurore François (FNRS, UCL)
    Christine Machiels (FNRS, UCL)
  • Que faire de la statistique policière des arrestations dans la Seine au 19e siècle ?
    Jean-Claude Farcy (CNRS, Université de Bourgogne)
  • Des chiffres du crime hors de contrôle – L’exemple français
    Jean-Hugues Matelly (CERP-Toulouse)
    Christian Mouhanna (CNRS, CESDIP)
12:30 – 13:00 : Collation

13:00 – 16:30 : Session spéciale
Conserver, diffuser et exploiter les statistiques criminelles belges: le prototype Quetelet.net
Présidence : Claire Lobet (FUNDP)
Inauguration : Karel Velle (AGR/AE)
  • Genèse, déploiement et avenir du projet Quetelet.net
    Frédéric Vesentini (FNRS, UCL)
  • Présentation du prototype Quetelet.net
    Virginie Detienne (FUNDP)
  • Quetelet.net, une innovation dans la diffusion des statistiques
    Robin Lucas (FUNDP)
14:30 – 15:00
Pause

  • Sous la loupe : le processus de dématérialisation des données
    Guillaume Baclin (FNRS, UCL)
  • Sous la loupe : la génération automatisée des commentaires critiques
    Virginie Detienne (FUNDP)
  • Statistiques et société : regards pluriels sur l'usage du chiffre
    Marc Debusschere (Statistics Belgium)
    Walter Depauw (SPF-Justice)
    Rolande Depoortere (AGR/AE)
    Aurore Flament (SPF-Justice)
    Robin Lucas (FUNDP)
    Charlotte Vanneste (INCC)
    Toon Vrints (UGent)

Vendredi 7 décembre 2007

9:00 – 10:30 : Statistiques criminelles et fonctionnement des institutions pénales
Présidence : Bruno Aubusson de Cavarlay (CNRS, CESDIP)
  • Les archives contre la statistique officielle : l’impossible bilan répressif de la 11e brigade mobile (1908-1914)
    Laurent López (Centre G. Chevrier/CESDIP – CNRS, CRH XIXe s. – Paris IV)
  • Vues uniques sur une population à risque ? Une comparaison entre les comportements de mineurs ciblés par l’activité policière et ceux jugés par la Cour des jeunes délinquants à Montréal, 1924-1949
    Jean Trépanier (CICC, Université de Montréal)
    François Fenchel (CICC, Université de Montréal)
  • Death Penalty in Post-war Belgium: a symbolic offering (1944-1950) ?
    Koen Aerts (UGent)
10:30-11:00 : Pause

11:00 – 12:30 : Statistiques criminelles et comportements déviants : le cas des violences physiques
Présidence : Daniel Fink (Office fédéral de la statistique - Suisse)
  • The history of the crime and the violence in Spain (1875-1936) : figures, methods and sources (1875-1936)
    Gutmaro Gómez Bravo (Complutense University Madrid)
  • Les statistiques judiciaires et l’évolution des violences létales en Belgique (1870-1997)
    Wivine Lamontagne (UCL)
    Frédéric Vesentini (FNRS, UCL)
  • La criminalité en France depuis 1826 : continuité des séries chronologiques, tendances et évolutions
    Jean-Michel Bessette (Université de Franche-Comté)
    Nicolas Bourgoin (Université de Franche-Comté)
12:30 – 14:00 : Collation

14:00 – 16:00 : Table ronde : Faut-il brûler les statistiques criminelles ?
Présidence : Marcelo Aebi (Université de Lausanne)
  • Clive Emsley (Open University)
  • Charlotte Vanneste (INCC)
  • Jean-Claude Farcy (CNRS, Université de Bourgogne)
  • Bruno Aubusson de Cavarlay (CNRS, CESDIP)
  • Daniel Fink (Office fédéral de la statistique - Suisse)
16:00 : Pause

16:15 : Remise du Best Paper Award

____________________________________

Toutes les informations sur l'événement se trouvent à l'adresse suivante :

http://www.quetelet.net/colloque

Lieux

  • Louvain-la-Neuve, Belgique

Dates

  • jeudi 06 décembre 2007
  • vendredi 07 décembre 2007

Mots-clés

  • statistiques, crime, justice, histoire, droit, délinquance

Contacts

  • Frédéric Vesentini
    courriel : frederic [dot] vesentini [at] uclouvain [dot] be

URLS de référence

Source de l'information

  • Vesentini #
    courriel : vesentini [at] chdj [dot] ucl [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Les chiffres du crime en débat », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 09 novembre 2007, http://calenda.org/193864