AccueilLe postmoderne, un paradigme pertinent dans le champ artistique ?

Le postmoderne, un paradigme pertinent dans le champ artistique ?

Postmodern: a Relevant Paradigm in the Artistic Field ?

*  *  *

Publié le samedi 24 novembre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Postmodernité, postmodernisme, postmoderne... Ces termes sont apparus au cours des années 1960 dans le champ architectural pour s’imposer dans celui des arts plastiques à la fin des années 1970, sans toujours être rigoureusement définis. Ils demandent par conséquent à être interrogés de façon à comprendre s’ils ont pu ou peuvent être encore pertinents pour décrire certains phénomènes relatifs au champ artistique depuis les années 1960, et ce dans un esprit comparatiste.

Annonce

[english version below]

Le postmoderne, un paradigme pertinent dans le champ artistique ?

Postmodernité, postmodernisme, postmoderne... Ces termes sont apparus au cours des années 1960 dans le champ architectural pour s’imposer dans celui des arts plastiques à la fin des années 1970, sans toujours être rigoureusement définis. Présentée par exemple comme une période de désenchantement diagnostiquant la crise de l’universalité, la postmodernité a été associée, dans le domaine artistique, à la dissolution des utopies propres aux démarches d’avant-garde. Au début des années 1980, le « retour » de la peinture figurative, à travers la Trans-avant-garde, les Neue Wilden, ou encore la Bad Painting, a ainsi été interprété comme l’abandon d’une lecture téléologique de l’histoire diffusée par le modernisme greenbergien. Ce phénomène semblait révéler la fin des « métarécits » décrite par Jean-François Lyotard dans La condition postmoderne, publiée en 1979.

Né de cette perte des repères, le concept de postmoderne s’est prêté aux interprétations les plus diverses, le rendant particulièrement problématique. Il demande par conséquent à être interrogé de façon à comprendre s’il a pu ou peut être encore pertinent pour décrire certains phénomènes relatifs au champ artistique depuis les années 1960, et ce dans un esprit comparatiste. En effet, si l’appellation est très tôt fortement contestée, sinon abandonnée, en France - ainsi qu’en Allemagne et en Italie -, il semble ne pas en avoir été de même aux États-Unis où la notion de postmodernisme est parfois perçue comme un véritable paradigme.

Les communications devront s’inscrire dans un des axes suivants :

  • Théorie :

Quelles ont été les définitions du postmoderne dans le champ esthétique et philosophique tant européen qu’américain ? Quels enseignements peut-on tirer des différences de réception des pensées de Jean Baudrillard et Jean-François Lyotard, ou de la French Theory en général ?

  • Historiographie :

Peut-on identifier une méthodologie ou un discours critique spécifiquement postmodernes ? Que cristallise l’opposition à la pensée moderniste du critique Clement Greenberg ? Le postmodernisme peut-il être envisagé comme un changement de paradigme historiographique par rapport à ce modernisme ?

  • Pratique artistique :

Existe-t-il des postures, des procédures artistiques qui peuvent être qualifiées de postmodernes ? Les notions de simulation, d’ironie, de citation, de retour à la peinture, de réinterprétation « néo » de différents courants artistiques, en sont-elles les caractéristiques ?

  • Institution et marché de l'art :

Quelle(s) place(s) occupèrent les institutions, les commissaires d’exposition et le marché de l’art dans l’élaboration de ces notions ? Quel a été l’impact d’expositions telles que Après le Classicisme (Saint-Étienne, 1980), A New Spirit in Painting (Londres, 1981), Baroques 81 (Paris, 1981), ou Zeitgeist (Berlin, 1982) ?

Les propositions de communication de 300 mots maximum, rédigées en français ou en anglais, devront être envoyées avant le 25 janvier à danesi@free.fr, katia.schneller@free.fr, et helene.trespeuch@laposte.net.

Organisateurs : Fabien Danesi (Villa Médicis), Katia Schneller (Université Paris I) et Hélène Trespeuch (Université Paris I).

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Postmodern: a Relevant Paradigm in the Artistic Field ?

Postmodernity, postmodernism, postmodern… These terms appeared in the 1960s in architecture and took up in the plastic arts at the end of the 1970s, without being precisely defined. Postmodernity, sometimes understood as a period of disenchantment which bears witness to the crisis of universality, was associated in the artistic field with the dissolution of utopias specific to Avant-garde movements. At the beginning of the 1980s, the ‘return’ of figurative painting through Trans-avant-garde, Neue Wilden or Bad Painting, was then interpreted as the relinquishment of a teleological reading of history that had been spread by Greenbergian modernism. It seemed to coincide with the end of ‘metanarratives’ that Jean-François Lyotard described in The Postmodern Condition, first published in French in 1979.

The concept of Postmodern, which sprung from that loss of landmarks, has been given numerous and diverse interpretations, thus quickly becoming highly problematic. The questions this concept raises therefore need to be addressed, in a comparatist approach, in order to understand if it was or can still be relevant to describe certain artistic phenomena since the 1960s. Indeed, if the term was soon to be strongly challenged, and even sometimes abandoned, in France – as in Germany and Italy -, things seem to have been different in the United States where the concept of postmodernism is sometimes considered as a genuine paradigm.

The organisers invite proposals for papers along the following lines:

                    
  • Theory:
    How has Postmodernism been defined in European and American aesthetical and philosophical fields? What conclusions can we draw from the different ways in which Jean Baudrillard’s and Jean-François Lyotard’s thought, or what is generally called French Theory, were received?
  • Historiography:

Is there a methodology or a critical discourse that is specifically postmodern? What does the opposition to Clement Greenberg’s modernist thinking reveal? Can Postmodernism be understood as a change of historiographical paradigm from that Greenbergian modernism?

  • Artistic practice:

Are there any artistic positions or procedures that can be called postmodern? Are the concepts of simulation, irony, quotation, back to painting, reinterpretation of the different artistic movements called « Neo », characteristic of the postmodern creation?

  • Institutions and art market:

What role did institutions, curators and the art market play in defining the postmodern concept? What was the impact of such exhibitions as Après le Classicisme (Saint-Étienne, France, 1980), A New Spirit of Painting (London, U. K., 1981), Baroques 81 (Paris, France, 1981), or Zeitgeist (Berlin, Germany, 1982)?

Please send abstracts in French or English (max. 300 words) by January 25th to: danesi@free.fr, katia.schneller@free.fr, and helene.trespeuch@laposte.net.

Organisers: Fabien Danesi (Villa Médicis, Rome), Katia Schneller (Paris I – Sorbonne) and Hélène Trespeuch (Paris I – Sorbonne)

Catégories

Lieux

  • Auditorium de l’INHA, 2 rue Vivienne
    Paris, France

Dates

  • vendredi 25 janvier 2008

Mots-clés

  • postmodernité, postmodernisme, arts plastiques, histoire de l'art, Etats-Unis, Europe

Contacts

  • Helene Trespeuch
    courriel : helene [dot] trespeuch [at] laposte [dot] net
  • Katia Schneller
    courriel : katia [dot] schneller [at] free [dot] fr
  • Fabien Danesi
    courriel : danesi [at] free [dot] fr

Source de l'information

  • Helene Trespeuch
    courriel : helene [dot] trespeuch [at] laposte [dot] net

Pour citer cette annonce

« Le postmoderne, un paradigme pertinent dans le champ artistique ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le samedi 24 novembre 2007, http://calenda.org/193944