AccueilDe l'amphore au conteneur

De l'amphore au conteneur

Conditionnement et arrimage des navires de mer des origines à nos jours

*  *  *

Publié le mardi 11 décembre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

L’objectif du colloque est l’étude sur la très longue durée du conditionnement et de l’arrimage des cargaisons maritimes, de leur adaptation aux types de trafics et de marchandises, ainsi qu’aux temps de navigation. L’approche est diachronique, sans aucune délimitation spatiale et ouverte à l’interdisciplinarité.

Annonce

De l’amphore au conteneur

Conditionnement et arrimage des navires de mer des origines à nos jours

Colloque interdisciplinaire

Sous l’égide du laboratoire CERHIO CNRS (équipe SOLITO)
Université de Bretagne Sud
Lorient - les 1er, 2 et 3 octobre 2008

L’objectif du colloque est l’étude sur la très longue durée du conditionnement et de l’arrimage des cargaisons maritimes, de leur adaptation aux types de trafics et de marchandises, ainsi qu’aux temps de navigation. L’approche est diachronique, sans aucune délimitation spatiale et ouverte à l’interdisciplinarité.

La restitution des différents procédés de conditionnement et d’arrimage concerne toutes les activités maritimes, le commerce au long cours, la pêche, le petit et le grand cabotage, les marines militaires et le transport de passagers, ainsi que tous les produits transbordés, ceux qui ont fondé les échanges du commerce maritime proche, lointain, colonial, comme les métaux précieux, les épices, les parfums, les teintures, les porcelaines et les indiennes, les thés et cafés, les pondéreux comme les huiles, le sel, les vins, les blés, les laines, les chanvres, les matériaux de construction, les métaux lourds, le charbon ou bien encore les hydrocarbures. La liste n’est pas exhaustive, ajoutons les plantes et les animaux, les produits de consommation alimentaire, les fruits et les légumes, ceux des artisanats ou des industries textile, mécanique, chimique, électronique, et aussi les vivres et l’eau destinés aux équipages et aux passagers, incluons enfin les rebuts et les matériaux de récupération.

Un cheminement technologique par paliers amène des modifications dans la capacité d’emport, parfois spectaculaires avec le dimensionnement actuel des porte-conteneurs, dans la recherche de la protection des marchandises et d’un optimum de stockage (vrac, étanchéité, empaquetage, etc.), dans la conservation des denrées périssables (salaison, fumage, techniques frigorifiques, etc.) et dans l’obtention des conditions de sécurité du transport maritime (gaz, produits chimiques). Cette optimisation de l’espace et de l’agencement des cargaisons correspond à des usages, à des savoir-faire et nécessite des personnels qualifiés comme le furent par exemple les maîtres arrimeurs dans les grands ports d’Europe au XVIIIe siècle. Faut-il confronter l’empirisme des méthodes d’arrimage aux recherches théoriques savantes ? En France, l’Académie royale des sciences a proposé par deux fois, en 1761 et 1765, des sujets pour le prix annuel sur la meilleure manière de lester et d’arrimer les navires.

Le thème de la normalisation du conditionnement depuis les temps les plus anciens mérite attention, il faudrait vérifier et comparer l’existence de dimensions normalisées selon les différents types de chargements (amphores, tonneaux, balles, caisses). Ces normes finissent par s’imposer selon une chronologie et des aires géographiques à définir. Cette normalisation a aussi affecté la structure des arrimages, en imposant des contraintes techniques aux navires en matière de lest, et en déplaçant ou redéfinissant les tâches professionnelles, commandant du navire, équipage manutentionnaire, arrimeur et fonction de l’ordinateur contemporain, etc.

L’histoire du conditionnement dans le transport maritime conduit à examiner les enjeux de l’augmentation des tonnages ou des flottes, les performances des systèmes propulsifs des navires et par là les choix économiques des producteurs, des armateurs, des fréteurs, des affréteurs. La mise en œuvre de différents processus de stockage et de conservation pose aussi la question des ruptures de charge et de la concordance des conditionnements, terrestre, fluvial et maritime. Le conditionnement est ainsi au coeur des réflexions sur l’intermodalité des transports et sur la fluidité des échanges, des échanges « mondialisés » selon les périodes et les espaces maritimes concernés.

Pour susciter l’intérêt et les contributions des chercheurs, différents thèmes sont proposés :

  • Les traces, les objets et les sources : les découvertes et les enseignements de l’archéologie, les documents iconographiques, les archives, les sources imprimées. Existe-t-il des témoignages, une littérature pratique, formatrice, savante sur les méthodes de conditionnement et d’arrimage?
  • Les innovations technologiques : la conception de navire spécifiques, mono ou pluri fonctionnel, l’adaptation à la demande des types de fret et de navigation, les inventions appliquées ou dérivées, etc.
  • Les procédés et les formes de conditionnement des marchandises, de l’eau et des vivres (emballage, normalisation, conservation) et le type de conditionnement en fonction des trafics, des flottes et des tonnages.
  • Les techniques et les systèmes d’arrimage, les professions afférentes (les arrimeurs et les jaugeurs).
  • Les zones logistiques portuaires et leurs installations (quais, grues de manutention, glacière, hangars, magasins, etc.), les professions de manutention.
  • La législation, les assurances, l’évaluation des pertes et les responsabilités.
  • Les dynamiques économiques et industrielles induites (céramique, verrerie, tonnellerie, corderie, ferblanterie, toilerie, vannerie, etc.)

De la barque non pontée au grand cargo, de la pirogue à la jonque de haute mer, ce sont tous les moyens de conditionnement développés par les hommes pour transporter sur mer leurs provisions, leurs récoltes, leurs objets de troc et de commerce qui formeront la matière d’une analyse comparative sur toutes les côtes, les mers et les océans.

Les contributions pourront être présentées à partir de recherches individuelles ou collectives relevant de programmes spécifiques ; des synthèses de nature thématiques, chronologiques, géographiques ou disciplinaires permettant de faire le point sur l’état des connaissances actuelles seront aussi les bienvenues.

Modalités pratiques, contact et inscription

- Lieu du colloque : Université de Bretagne Sud - Lorient - Maison de la Recherche de la Recherche en Sciences Humaines et Sociales - Bâtiment « LE PAQUEBOT »

- Comité d’organisation et laboratoire référent : CERHIO-SOLITO CNRS FRE 3004 Université européenne de Bretagne -. (S. Llinares, D. Frère, G. Le Bouëdec), laboratoire membre du GIS d’Histoire Maritime.

- Contacts : sylviane.llinares@univ-ubs.fr et dominique.frere@univ-ubs.fr

Envoi des propositions : sylviane.llinares@univ-ubs.fr

  • Date limite d’envoi des propositions de communication : 31 mars 2008
  • La fiche d’inscription renseignée sera complétée avec le titre et le résumé de la communication n’excédant pas une page, la fiche sera accompagnée d’un court CV de présentation d’une page maximum. (http://www.univ-ubs.fr/solito/ fiche d’inscription en ligne à partir du 15 décembre 2007)
  • Communication du programme: 1er juin 2008

Organisation :

  • Secrétariat de la Maison de la Recherche : http://www.univ-ubs.fr/mdr
    4, rue Jean Zay
    56 321 Lorient Cedex
    Tél. : 02-87-87-65-07
    Fax : 02-97-87-65-25

  • Langues du colloque : Français et Anglais de préférence
  • Frais d’inscription : 15 euros (communications, pause-café, dossier du colloque)
  • En fonction du nombre de participants et une fois le programme établi, les modalités de prise en charge des frais d’hébergement et de déplacement des intervenants seront définies.

Publication :

  • Remise des textes pour le 1er septembre 2008 (40 000 signes maxi, 2 illustrations).
  • Après validation des communications par les comités de lecture des maisons d’édition sollicitées.

Lieux

  • Université de Bretagne Sud
    Lorient, France

Dates

  • lundi 31 mars 2008

Mots-clés

  • conditionnement, arrimage, navires de mer

Contacts

  • Sylviane Llinares
    courriel : sylviane [dot] llinares [at] univ-ubs [dot] fr

Source de l'information

  • Sylviane Llinares
    courriel : sylviane [dot] llinares [at] univ-ubs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« De l'amphore au conteneur », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 11 décembre 2007, http://calenda.org/194041