AccueilL'histoire de l'Unesco

*  *  *

Publié le lundi 17 décembre 2007 par Marie Pellen

Résumé

Le Comité scientifique international du projet Histoire de l’UNESCO prévoit d’organiser trois conférences internationales en 2009-2010 sur les thèmes suivants : 1. « Vers une histoire transnationale des organisations internationales : Méthodologie/Epistémologie » ; 2. «L’UNESCO et la Guerre froide » ; .3.« L’UNESCO et les questions de colonisation et de décolonisation ».

Annonce

Histoire de l'Unesco

Appel à contribution - 30 avril 2008

Le Comité scientifique international du projet Histoire de l’UNESCO prévoit d’organiser trois conférences internationales en 2009-2010, avec pour but commun d’encourager et de stimuler la recherche historique et la réflexion sur les programmes, activités et orientations de l’UNESCO de 1945 à aujourd’hui. Ces trois conférences font suite au colloque international sur l’histoire de l’UNESCO qui s’est tenu à Paris à l’occasion du 60e anniversaire de l’UNESCO en novembre 2005. On peut trouver des informations de base sur le projet Histoire de l’UNESCO et sur la composition de son Comité scientifique international à l’adresse www.unesco.org/archives.

Le Comité invite à manifester leur intérêt les historiens et autres étudiants et chercheurs qui s’intéressent à l’histoire de l’UNESCO en général et à un ou plusieurs des trois thèmes retenus Il n’est pas nécessaire qu’ils soient spécialisés dans l’histoire de l’UNESCO ou des organisations internationales, mais il faut qu’ils soient résolus à mener des recherches qui font appel aux archives et à l’histoire des organisations internationales.
Veuillez faire parvenir votre réponse avant le 30 avril 2008

Les thèmes

Le Comité a retenu les trois thèmes suivants :

1. « Vers une histoire transnationale des organisations internationales : Méthodologie/Epistémologie ». Cette conférence s’intéressera en particulier à l’UNESCO à titre d’étude de cas et adoptera une vue plus large des questions méthodologiques en rapport avec l’étude de l’histoire des organisations internationales. La conférence se tiendra à King’s College, Centre for History and Economics, l’Université de Cambridge, Royaume-Uni, 6-7 avril 2009.

2. « L’UNESCO et la Guerre froide ». L’UNESCO a été un terrain important de la Guerre froide, mais aussi un acteur ayant son propre agenda. Le but de la conférence est d’explorer différentes perspectives historiques concernant l’étendue de l’impact de la Guerre froide sur l’UNESCO et réciproquement. La conférence se tiendra au Heidelberg Center for American Studies, l’Université de Heidelberg, Allemagne, 4-5 mars 2010.

3. « L’UNESCO et les questions de la colonisation et de la décolonisation ». Parmi les États membres fondateurs de l’UNESCO figuraient à la fois des puissances coloniales et d’anciennes colonies. La conférence invite les étudiants et les chercheurs à utiliser différentes approches méthodologiques et différents cadres intellectuels pour réfléchir au rôle historique de l’UNESCO, à ses orientations pertinentes et à ses actions concernant le colonialisme et la période de la décolonisation. La conférence se tiendra à l’Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal, 1-2 octobre 2009.

L’appel à recherches : 2007-2010

Le Comité scientifique international du projet Histoire de l’UNESCO invite à manifester leur intérêt les historiens et autres étudiants et chercheurs qui s’intéressent à l’histoire de l’UNESCO en général et à un ou plusieurs des trois thèmes retenus - histoire transnationale, Guerre froide, colonisation et décolonisation. Ils devront soumettre un résumé de 100 à 500 mots décrivant leurs intérêts de recherche et un bref CV ainsi que leurs coordonnées personnelles. Il n’est pas nécessaire qu’ils soient spécialisés dans l’histoire de l’UNESCO ou des organisations internationales, mais il faut qu’ils soient résolus à mener des recherches qui font appel aux archives et à l’histoire des organisations internationales.

Suite aux réponses reçues, le Comité décidera des séances à organiser, des communications à présenter et du programme détaillé de chaque conférence. Les frais de voyage et d’hébergement des intervenants seront pris en charge. Un choix de communications présentées sera publié en anglais et en français une fois que les conférences se seront tenues. Les principaux résultats de ces conférences seront aussi présentés au 21e Congrès international des sciences historiques, qui se tiendra à Amsterdam, Pays-Bas, en août 2010.

Vous êtes prié d’adresser votre manifestation d’intérêt au Coordonnateur du projet Histoire de l’UNESCO, M. Jens Boel (j.boel@unesco.org), à qui vous pouvez aussi adresser vos demandes de renseignements concernant le processus de présentation. Veuillez aussi adresser une copie de votre message de « manifestation d’intérêt » au président du Comité scientifique international du projet Histoire de l’UNESCO, M. Jean-François Sirinelli, directeur du Centre d’histoire de Sciences Po, Paris (jean-francois.sirinelli@sciences-po.fr).

Veuillez faire parvenir votre réponse avant le 30 avril 2008.

Informations complémentaires :

Thème 1 : « Vers une histoire transnationale des organisations internationales : Méthodologie/ Epistémologie »

Depuis sa création en 1945, l’UNESCO a joué un rôle important pour ce qui est de faire avancer les débats méthodologiques et épistémologiques dans le domaine des études historiques, du lancement, après la Deuxième Guerre mondiale, du projet d’ « Histoire de l’humanité » et du premier Journal of World History à son engagement actuel dans les histoires transatlantiques de l’esclavage et des migrations. Le présent appel à manifestation d’intérêt s’adresse aux chercheurs qui sont désireux d’introduire des questions de ce genre dans l’étude des organisations internationales, s’agissant en particulier, mais pas exclusivement, de l’UNESCO. Nous invitons les historiens s’intéressant déjà ou voulant s’intéresser aux débats méthodologiques et épistémologiques à contribuer au réseau que l’UNESCO est en train de mettre en place et à manifester leur intention de participer à une conférence qui se tiendra au printemps 2009.

Bien que l’histoire transnationale ait maintenant sa place dans de nombreux domaines, contestant la prépondérance de l’État-nation comme cadre de la recherche sur les vies, expériences et événements du passé, elle n’a guère touché le domaine traditionnel des études internationales. La réflexion sur le contexte transnational dans lequel les organisations internationales sont nées et ont fonctionné soulève des questions difficiles non seulement pour les études nationales mais aussi pour l’histoire internationale et diplomatique. Elle met l’accent sur l’environnement dans lequel des organisations comme l’UNESCO ont vu le jour, environnement qui était fortement marqué par la prépondérance continue des États-nations, mais qui d’autre part inspirait et appelait d’autres types d’action et de connaissances politiques, sociales et culturelles. Notre but est d’encourager les travaux novateurs qui intègrent l’étude de l’UNESCO et des organisations internationales dans le courant dominant des histoires internationales et nationales et des approches interdisciplinaires.

Nous sommes particulièrement intéressés par des propositions portant sur un des thèmes suivants :

  • Archives transnationales
  • Histoire internationale des organisations internationales
  • Subjectivités et sujets

Thème 2 : « L’UNESCO et la Guerre froide »

Cette conférence vise à jeter les bases d’une nouvelle synthèse interprétative de l’histoire de l’UNESCO, en mettant particulièrement l’accent sur le rôle et la place de l’UNESCO dans la Guerre froide, sur la base des éléments fournis par de multiples archives et par les recherches déjà menées sur les organisations internationales. Les chercheurs sont invités à explorer l’histoire de l’UNESCO non seulement en tant que forum de la confrontation idéologique Est-Ouest, mais aussi en tant qu’entité qui a notablement influencé ce combat pour les cœurs et les esprits. Les approches du thème devraient souligner les perspectives transnationales, telles que celles de différents acteurs nationaux, organisations non gouvernementales, groupes d’activistes, etc. Les études incluant des aspects plus généraux de l’histoire de l’UNESCO, y compris son action de promotion de la coopération intellectuelle et ses diverses initiatives dans les domaines de l’éducation, de la science et de la culture, qui se sont déployées à l’UNESCO à l’époque de la Guerre froide, sont également bienvenues.

Parmi les questions qui pourraient être abordées à la conférence, il y a celle de savoir si les relations Est-Ouest ont été ou non redéfinies du fait des initiatives de l’UNESCO, par exemple par son parrainage de conférences inter-civilisations et la publication de sa collection sur l’histoire mondiale. Le rôle de l’UNESCO en tant que lieu de rencontre de scientifiques, de chercheurs et de groupes professionnels très divers de toutes les régions du monde, y compris de pays situés de part et d’autre du Rideau de fer, pourrait être analysé dans cette perspective. Des communications pourraient aussi traiter du rôle joué par la Guerre froide dans les entreprises stratégiques de l’UNESCO, par exemple dans le domaine des politiques de la communication, ainsi que dans les projets de l’Organisation dans différents États membres, en particulier les pays en développement et les nouveaux pays indépendants.

Nous encourageons fortement le recours à des sources et des archives très diverses.

Thème 3 : « L’UNESCO et les questions de la colonisation et de la décolonisation »

On ne saurait écrire l’histoire de l’UNESCO sans réfléchir à sa relation avec l’émancipation massive des peuples et des nations qui s’est produite après 1946. Comment ces phénomènes ont-ils interagi avec l’évolution propre de l’UNESCO, à savoir son orientation, ses thèmes, ses structures et ses fonctions, son financement, son leadership et les conflits internes de l’institution et ses réseaux en concurrence ? Cette histoire comporte de multiples facettes. Même si l’on considère les acteurs en jeu, des questions se posent concernant non seulement les relations entre les colonisateurs et les colonisés mais aussi le rôle que l’UNESCO elle-même a joué dans la décolonisation.

Quel a été le rôle de l’UNESCO dans les débats explosifs concernant l’avenir de ces empires coloniaux dont les (anciens) maîtres figuraient parmi les puissances exerçant l’influence majeure sur les programmes et le financement de l’UNESCO, et dont la légitimité historique était encore renforcée par leur statut de membres fondateurs de l’Organisation ? Comment cette institution, qui était censée consacrer son action et ses ressources à la promotion de l’éducation et de la culture pour la paix, s’est-elle positionnée par rapport à des mouvements de libération nationale qui s’exprimaient parfois par la violence ?

Il est certain que l’UNESCO a apporté de nombreuses contributions, sous diverses formes, à la construction et à la consolidation des nouveaux États-nations issus du processus de décolonisation. L’action de l’UNESCO a ainsi contribué à la concrétisation et à la consolidation des indépendances nationales. Dans un cadre bilatéral comme dans un cadre multilatéral, l’UNESCO a lancé de nombreux programmes et projets ou approuvé des initiatives visant à aider ces nouveaux États, en particulier dans le domaine de l’éducation et de la formation. En même temps, la décolonisation a profondément influencé les idées et les développements dans les métropoles. De quelles manières l’UNESCO a-t-elle contribué à la pensée postcoloniale, non seulement dans les anciennes colonies mais aussi dans les sphères métropolitaines?

Ce type d’enjeux transnationaux de l’histoire des rapports de l’UNESCO avec la décolonisation demeurent dans une large mesure inexplorés. C’est pourquoi les manifestations d’intérêt sont particulièrement encouragées de la part des chercheurs qui s’intéressent aux approches transnationales de l’UNESCO et de la décolonisation, y compris des thèmes tels que les suivants :

  • L’UNESCO et les concepts de race ;
  • La série d’Histoires publiées par l’UNESCO ;
  • L’UNESCO face aux questions coloniales et aux luttes de libération nationale
  • La décolonisation en Afrique et en Asie et son impact sur l’UNESCO ;
  • La « décolonisation des esprits » - le rôle de la culture et de l’éducation ;
  • La décolonisation et l’avenir des dialogues culturels.

Call for paper

The International Scientific Committee for the UNESCO History Project is planning to organize three international conferences in 2009-2010, with the common purpose of encouraging and stimulating historical research and reflections on UNESCO’s programmes, activities and orientations from 1945 to date. These three conferences are a follow up to the international symposium on UNESCO’s history that took place in Paris on the occasion of the Organization’s 60th anniversary in November 2005. Background information on the UNESCO History Project and on the composition of its International Scientific Committee is available at: www.unesco.org/archives

The themes

The Committee has selected the following three themes:

1. “Towards the Transnational History of International Organizations: Methodology / Epistemology”. This conference will pay special attention to UNESCO as a case-study, and take a broader view of methodological issues relating to the study of the history of international organizations. The conference will be hosted by the Centre for History and Economics at King's College, Cambridge University, United Kingdom, and take place on 6 and 7 April 2009. 

2. “UNESCO and the Cold War”. UNESCO was an important arena for the Cold War, but it was also an actor with an agenda of its own. The purpose of the conference is to explore different historical perspectives concerning the extent of the Cold War’s impact on UNESCO and vice versa. The conference will be hosted by the Heidelberg Center for American Studies at the University of Heidelberg and take place on 4 and 5 March 2010. 

3. “UNESCO and Issues of Colonization and Decolonization”. Among UNESCO’s founding Member States were both colonial powers and former colonies. This Conference invites students and scholars utilizing a range of methodological approaches and intellectual frameworks to reflect on UNESCO’s historical role, relevant orientations and actions in regard to colonialism and the era of decolonization. The conference will be hosted by the Cheikh Anta Diop University in Dakar, Senegal, and take place on 1 and 2 October 2009. 

The Research Call: 2007-2010

The International Scientific Committee for the UNESCO History Project invites expressions of interest from historians and other students and scholars who have an interest in the history of UNESCO in general and in one or more of the three selected themes of transnationalism, the Cold War, and colonization and decolonization. Applicants should submit an abstract of approximately 100-500 words detailing their research interests, and a short cv, along with full contact information. Applicants do not have to be historians of UNESCO or international organizations, but they should have a commitment to pursuing research which draws on the archives and histories of international organizations.

Further to the replies received, the Committee will decide on the sessions to be organized, the papers to be presented and the detailed programme of each conference. The costs of travel and accommodation of the speakers will be covered. A selection of papers presented will be published in English and French, when the conferences have taken place. The main results of these conferences will also be presented at the 21st International Congress of Historical Sciences, which will take place in Amsterdam, the Netherlands, in August 2010. 

Please e-mail your expression of interest to the Coordinator of the UNESCO History Project, Mr. Jens Boel (j.boel@unesco.org), to whom you may also address enquiries concerning the submission process. Please send a copy of your “expression of interest” message to the Chairman of the International Scientific Committee for the UNESCO History Project, Professor Jean-François Sirinelli, Director of the Centre d’histoire de Sciences Politiques, Paris (jean-francois.sirinelli@sciences-po.fr).

Please submit your proposal for one or more of the three conferences before 30 April 2008. 

Further details:

Theme 1: “Towards the Transnational History of International Organizations: Methodology / Epistemology”

Since its creation in 1945, UNESCO has played an important role in advancing methodological and epistemological discussions in the field of historical studies, from its post-Second World War initiation of the ‘History of Humanity’ project and the first Journal of World History, to its current engagement with the trans-Atlantic histories of slavery and migration. This call for expressions of interest is directed at scholars who are keen to bring questions of this sort to the study of international organizations, with a special, although not exclusive, reference to UNESCO. We are inviting historians with a developed or developing interest in methodological and epistemological debates surrounding transnational history to contribute to a network currently being established by UNESCO, and to express their interest in participating in a conference which will take place in Spring 2009.

While transnational history has now taken hold in numerous fields, challenging the dominance of the nation-state as the framework for the investigation of past lives, experiences, and events, it has hardly touched the traditional field of international studies. Reflection on the transnational context in which international organizations have come into existence and operated raises challenging questions for not only national studies, but also for international and diplomatic history. It places the emphasis on the realm in which organizations such as UNESCO came to life, which on the one hand was firmly rooted in the context of the continued salience of nation-states, but on the other inspired and required other kinds of political, social and cultural spheres of agency and knowledge. Our aim is to encourage innovative work that brings the study of UNESCO and international organizations into the mainstream of international and national histories and interdisciplinary approaches.

We are particularly interested in proposals that engage any of the following themes:

  • Transnational Archives
  • The International History of International Organizations
  • Subjectivities and Subjects

Theme 2: “UNESCO and the Cold War”.

This conference aims at laying the groundwork for a new interpretive synthesis of UNESCO’s history, with a particular emphasis on the role and place of UNESCO in the Cold War, based on multi-archival evidence and existing scholarship of international organizations. Scholars are invited to explore the history of UNESCO not only as a forum for the East-West ideological contest but also as an entity which distinctly influenced this struggle for hearts and minds. Approaches to the theme should emphasize transnational perspectives, such as those of different national actors, non-governmental organizations, activist groups, etc., throughout the world. Studies incorporating broader aspects of the history of UNESCO, including the Organization’s work for international understanding, its efforts in promoting intellectual cooperation, and its various initiatives in the field of education, science and culture, which unfolded at UNESCO in measure with the Cold War, are also welcome.

Among the questions that might be taken up at the conference is whether or not East-West relations came to be redefined as a result of UNESCO's initiatives, for instance through its sponsorship of inter-civilizational conferences and the publication of its world history series. The role of UNESCO as a meeting place for scientists, scholars and a wide variety of professional groups from all parts of the world, including countries on opposing sides of the Iron Curtain, could be analyzed from this perspective. Papers might also address the Cold War dimension of UNESCO’s strategic undertakings, for instance, in the field of communication policies, and the Organization’s projects in individual Member States, in particular in developing countries and newly independent states.

We strongly encourage the use of a distinct variety of sources and archives.

Theme 3: “UNESCO and Issues of Colonization and Decolonization”.

The history of UNESCO cannot be written without reflection on its relationship to the mass decolonization of both peoples and nations which occurred after 1946. How did these phenomena intertwine with developments at UNESCO, including its: orientation, themes, structures and functions, financing, leadership, and conflicts at the heart of the institution and its competing networks? This is a multi-faceted history. Even in terms of the actors involved, questions emerge concerning not only the relationships between the colonizers and the colonized, but the role which the institution of UNESCO itself played in decolonization.

What was UNESCO’s role in the explosive debates concerning the future of these colonial empires, whose (former) masters were among the powers exercising the greatest influence over UNESCO’s programs and finance, and whose historic legitimacy was further ingrained by their status as founding members of the organization? How did this institution, which was supposed to dedicate its actions and resources towards the promotion of education and culture for the purposes of peace, position itself in regard to national liberation movements that sometimes expressed themselves through violence?

There is no doubt that UNESCO made numerous contributions, in diverse forms, to the construction and the consolidation of the new nation states which emerged through the process of decolonization. In doing so, UNESCO’s actions contributed to the achievement and consolidation of national independence. Within both bilateral and multilateral frameworks, UNESCO established numerous programmes and projects, or endorsed initiatives to help these new states, particularly in the area of education and training. At the same time, decolonization deeply influenced ideas and developments in imperial centers. In what ways did UNESCO facilitate the shaping of post-colonial thought in former colonial, as well as metropolitan spheres?

Such transnational aspects of UNESCO’s history in relation to decolonization remain largely unexplored. For this reason, expressions of interest are especially encouraged from researchers engaging in transnational approaches to UNESCO and decolonization, including themes such as:

  • UNESCO’s engagement with notions of race;
  • UNESCO series of Histories;
  • UNESCO’s role in regard to colonial questions and struggles for national liberation;
  • Decolonization in Africa and Asia and the impact upon UNESCO;
  • “Decolonizing the minds” – the roles of culture and education;
  • Decolonization and the future of cultural dialogues.

Lieux

  • Cambridge, Grande-Bretagne

Dates

  • mercredi 30 avril 2008

Mots-clés

  • Unesco, histoire

Contacts

  • Jens Boel
    courriel : j [dot] boel [at] unesco [dot] org
  • Caroline Michotte
    courriel : c [dot] michotte [at] unesco [dot] org

Source de l'information

  • Jens Boel
    courriel : j [dot] boel [at] unesco [dot] org

Pour citer cette annonce

« L'histoire de l'Unesco », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 17 décembre 2007, http://calenda.org/194078