AccueilFerdinand Foch

*  *  *

Publié le vendredi 21 décembre 2007 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Quatre-vingt-dix ans après l’Armistice de 1918, que reste-t-il d’un des principaux artisans de la victoire alliée, Ferdinand Foch ? Officier et penseur militaire, stratège et écrivain, le maréchal Foch semble prisonnier d’une image quasi-hagiographique. Profitant du renouveau historiographique des études consacrées à la Première Guerre Mondiale, en France et à l’étranger, il est intéressant de revenir sur le premier chef d’une coalition militaire internationale, sans toutefois se limiter à ses seules actions de guerre.

Annonce

Appel à contribution

Colloque Ferdinand Foch « Je sais Vouloir »

Paris, École militaire, 6 et 7 novembre 2008

À l’occasion des commémorations de la Victoire de 1918, trois grands centres militaires (Centre de la Doctrine d’Emploi des Forces, Collège d’Enseignement Supérieur de l’Armée de Terre, Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan), en collaboration avec des universitaires français et étrangers, ont décidé d’organiser un grand colloque international autour de la personnalité, de l’action et de la pensée de Ferdinand Foch (1851-1929), maréchal de France, de Grande-Bretagne et de Pologne.
Que reste-t-il aujourd’hui du maréchal Foch ? Figé dans le marbre et prisonnier d’un courant hagiographique qui ne voit en lui que le généralissime des armées alliées de la fin de la Première Guerre Mondiale, le maréchal Foch est d’abord un officier polytechnicien, engagé volontaire dans la guerre de 1870-1871 dont l’action militaire s’exerce des combats de Morhange (1914) aux affrontements de la guerre polono-bolchevique de 1919-1921. Du commandement d’un corps d’armée français à celui d’une coalition internationale, conseiller des autorités politiques, Foch est en charge de responsabilités à tous les niveaux, tactiques et stratégiques.
Mais Foch est aussi penseur de la chose militaire et de l’art de la guerre. Après de longues années de quasi-oubli, cités, tronqués mais rarement étudiés, les écrits militaires du maréchal méritent d’être redécouverts. Les deux ouvrages fondateurs Des principes de la guerre et La Conduite de la Guerre illustrent une pensée originale, fruit d’une époque particulière. On peut toutefois s’interroger sur leur confrontation au réel dans les vingt-cinq premières années du XXe siècle (au-delà de la rupture de la Première Guerre Mondiale) et sur la lecture qui en est faite dans les armées des anciens belligérants, de l’entre-deux-guerres à la Seconde guerre mondiale, voire jusqu’à aujourd’hui. Foch a-t-il su adapter sa pensée aux bouleversements technologiques et à la révolution mécanique qu’offre le moteur dans la bataille (avions, camions, chars, artillerie…) ? Son influence est-elle significative, en France ou à l’étranger, au-delà des années 1920 ? Pourquoi relire Foch et comment tirer parti de son enseignement ?

Thèmes

Trois grands thèmes seront abordés au cours de quatre demi-journées :
- Foch avant 1914 (carrière militaire ; naissance, expressions successives et évolutions de sa pensée, etc.)
- Foch pendant la Grande Guerre (cohérence entre pensée et action ; relations avec ses pairs, avec les autorités politiques françaises et alliées, influences réciproques, réalité du « commandement interallié », etc.)
- L’héritage de Foch (rôle dans les Etats successeurs d’Europe orientale, position à l’égard de la révolution russe, influence éventuelle sur l’organisation et la doctrine des armées alliées après 1920, Foch et la société française de son temps, la « maison Foch » au sein du ministère de la Guerre durant l’entre-deux-guerres, présence dans la réflexion militaire après 1945, etc.)

Soumission des propositions de communications

Les propositions de communications (20 minutes) devront parvenir au Conseil scientifique avant le vendredi 25 février 2008 sous la forme d’un résumé d’une page, accompagné des coordonnées complètes de l’auteur. Elles sont à adresser sous forme électronique aiu professeur François Cochet (cochet.francois2@orange.fr) ou au lieutenant-colonel Rémy Porte (remi.porte@cesat.terre.defense.gouv.fr ou remy-porte@orange.fr), co-directeurs scientifiques.

Le comité scientifique enverra sa réponse avant 15 mars 2008 et diffusera à cette date le programme de travail des deux journées. Toutes les informations pratiques pourront être trouvées sur les sites internet des organisateurs à partir du début du mois d’avril 2008.

Informations pratiques

Le colloque se tiendra à l’École militaire (1 Place Joffre, 75007 PARIS, Métro École militaire) le 6 et 7 novembre 2008.
Les communications pourront être en français ou en anglais, au choix du communicant (traduction simultanée assurée)
Les intervenants seront pris en charge par le comité d’organisation pour leurs frais de déplacement, d’hébergement et d’alimentation pendant la durée du colloque.

Lieux

  • Ecole Militaire
    Paris, France

Dates

  • lundi 25 février 2008

Mots-clés

  • Ferdinand Foch

Contacts

  • Professeur François Cochet
    courriel : cochet [dot] francois2 [at] orange [dot] fr
  • Rémy Porte
    courriel : remy-porte [at] orange [dot] fr

Source de l'information

  • Guillaume Lasconjarias
    courriel : glasconjarias [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Ferdinand Foch », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 21 décembre 2007, http://calenda.org/194102