AccueilDe la gouvernance néolibérale à la gouvernance néoconservatrice

*  *  *

Publié le jeudi 10 janvier 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Le colloque, qui aura lieu à Québec, sera l’occasion d’un examen de la gouvernance mondiale à la lumière du passage de l’idéologie néolibérale à l’idéologie néoconservatrice. Ce colloque comprendra trois séances de présentations thématiques (de trois heures chacune) portant sur chacun des trois axes. Chacune des trois séances thématiques comprendra une conférence principale prononcée par un présentateur invité et des présentations prononcées par les participants sélectionnés à partir de l’appel de communication ou sur invitation spéciale. Nous privilégierons les communications d’étudiants gradués, de chercheurs et de professeurs, de manière à provoquer de bénéfiques échanges. Les approches théoriques tout comme les études de cas sont acceptées.

Annonce

De la gouvernance néolibérale à la gouvernance néoconservatrice

Le colloque sera l’occasion d’un examen de la gouvernance mondiale à la lumière du passage de l’idéologie néolibérale à l’idéologie néoconservatrice. Nous étudierons plus particulièrement la dynamique du «retour de l’État» sous la poussée sécuritaire, la perspective d’une fermeture à l’égard de la participation de la société civile dans les affaires internationales et le processus d’éclosion de nouvelles puissances qui tendent à créer un monde multipolaire.

Au tournant des années 2000, l’évocation du «retrait de l’État» était la norme dans le discours politique sur la mondialisation. Le vent a tourné, soutiennent maintenant les apôtres du retour à l’État et l’heure est à la sécurité. Le néoconservatisme tend à transformer profondément la gouvernance mondiale en mettant l’emphase sur le rôle des «États forts». Or, cela se produit au moment même où de nouvelles puissances économiques, politiques et culturelles émergent résolument de la poussée néolibérale des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix.

L’État, subitement, réapparaît au centre de l’analyse et du discours politique. La montée simultanée du néoconservatisme et de nouvelles puissances représente un choc pour la gouvernance mondiale et ne manquera pas de causer des tensions entre ses différents pôles. Trois axes de tensions seront privilégiés: Retour de l’État: sécurité ou prospérité?; Action sociale pour la démocratisation: espace ou acteur?; Reconfiguration géopolitique: empire et nouvelles puissances.

Ce sont ces transformations qu’il s’agit d’étudier dans le présent colloque. Trois axes de tensions seront privilégiés :

Retour de l’État : sécurité ou prospérité?
Action sociale pour la démocratisation : espace ou acteur?
Reconfiguration géopolitique : empire et nouvelles puissances.

Organisé par la Chaire de recherche du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie de l'UQAM.

Dans le cadre du 76ème Congrès de l’ACFAS qui se tiendra au Centre des congrès de Québec, les 6 et 7 mai 2008.

Veuillez adresser votre proposition de communication avant le 11 février 2008 par courriel à Pierre-Paul St-Onge chaire.mcd@uqam.ca

- Un titre de 180 caractères maximum, espaces compris
- Un résumé de 1500 caractères ou moins, espace compris


Catégories

Lieux

  • Centre des congrès de Québec
    Québec, Canada

Dates

  • lundi 11 février 2008

Mots-clés

  • néolibéralisme, néoconservatisme, État, société civile, impérialisme, reconfiguration politique, société civile, gouvernance mondiale

Contacts

  • Pierre-Paul St-Onge
    courriel : chaire [dot] mcd [at] uqam [dot] ca

Source de l'information

  • Pierre-Paul St-Onge
    courriel : chaire [dot] mcd [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« De la gouvernance néolibérale à la gouvernance néoconservatrice », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 10 janvier 2008, http://calenda.org/194175