AccueilLe Saint-Laurent en guerre (1608-2008)

*  *  *

Publié le mercredi 16 janvier 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Ce colloque propose de revisiter les 400 ans d’histoire militaire du fleuve Saint-Laurent et de son golfe. Il s’agit ici d’inscrire dans le temps long une région aux accents parfois mythique, d’en explorer les rythmes, les ruptures comme les continuités à travers des thèmes tels que les enjeux géopolitiques et stratégiques, les opérations militaires, les systèmes et les politiques de défense, les conflits armés comme moteurs de développement économique, les représentations et les lieux de mémoires. La plupart de ces aspects, non exhaustifs, peuvent être traités dans le contexte de toutes les époques et dans des perspectives pluridisciplinaires et /ou comparatives. Contact: beatrice.richard@rmc.ca

Annonce

Musée Naval de Québec

Le Saint-Laurent en guerre (1608-2008)

13e Colloque d’histoire militaire Canada-Québec
Ville de Québec, les 6 et 7 novembre 2008
Appel à communications

Depuis l’installation de Champlain dans son Abitation à Québec, en 1608, le fleuve Saint-Laurent s’est imposé comme un axe géopolitique et stratégique majeur en Amérique du Nord. À partir du 17e siècle, son contrôle par les Européens repose sur les alliances avec les nations autochtones, partenaires militaires et diplomatiques incontournables jusqu’au début du 19e siècle. Et pour cause, les premiers occupants connaissent depuis longtemps les secrets du « chemin qui marche »… Durant les guerres iroquoises et intercoloniales, ce dernier devient une voie maîtresse et le centre névralgique d’une colonie militaire redoutée au sud: la Nouvelle-France. C’est aussi sur cet axe que se jouera en partie l’issue de la guerre de Sept ans en Amérique, puis celle des invasions anglo-américaines de 1775 à 1776. Après l’avènement des États-Unis, les incursions américaines de 1812 ou les raids patriotes de 1838 rappelleront à ses défenseurs canadiens la vulnérabilité de cette nouvelle frontière. Il faudra attendre la signature du Traité de Washington (1871) pour que le fleuve entre dans une ère plus paisible. L’apparition des sous-marins allemands dans les eaux canadiennes pendant les guerres mondiales réactive toutefois l’alerte, cette fois-ci partagée avec le voisin américain. Ces invasions d’un nouveau type marquent les balbutiements d’un système de défense continental intégré que soudera la guerre froide : depuis près d’un siècle, les dangers venus d’ailleurs obligent la bannière étoilée et la feuille d’érable à faire front commun pour assurer la sécurité du fleuve, phénomène accentué depuis le 11 septembre 2001.

Ce rappel historique se veut le point de départ d’un appel à communications pour revisiter les 400 ans d’histoire militaire du fleuve et de son golfe, et ce dans le cadre d’un colloque organisé conjointement par le Collège militaire royal du Canada et le Musée Naval de Québec. Il s’agit ici d’inscrire le Saint-Laurent dans le temps long, d’en explorer les rythmes, les ruptures comme les continuités.

Quelle a été l’évolution des enjeux géopolitiques et stratégiques reliés à cette région du monde? Quels furent – et quels sont encore – ses défis de sécurité récurrents? La guerre a-t-elle constitué un moteur déterminant de son développement? Existe-t-il une mémoire collective, un imaginaire, du Saint-Laurent en guerre? Dans quelle mesure les conflits qui l’ont agité ont-ils contribué à la genèse d’une société et d’un patrimoine militaire originaux? Jusqu’à quel point la géographie et l’environnement du fleuve ont-ils influencé la conduite de la guerre? Quels ont été les impacts politiques, au Canada et au Québec, de la militarisation de cette voie d’accès stratégique? Quelle sera la place du Saint-Laurent face aux guerres du 21e siècle? Autant de questions que nous souhaitons aborder à travers les thèmes suivants :

  1. Les enjeux géopolitiques et stratégiques : accessibilité et navigabilité, efficacité et vulnérabilité, contrôle et sécurité du fleuve et de ses installations portuaires - incluant la Voie maritime.
  2. Les opérations militaires : les guerres amérindiennes, les guerres iroquoises, les guerres intercoloniales, les révolutions/évolutions militaires, les cycles de conquête et d’invasion, les guerres de course et les sièges, les guerres mondiales.
  3. Les systèmes et les politiques de défense : les ouvrages de défense, les bases militaires, la vulnérabilité aux actions terroristes, les partages/conflits de souveraineté Canada/États-Unis.
  4. Les guerres comme moteurs de développement économique : installations portuaires, construction navale, industrie de guerre, exploitation des ressources naturelles.
  5. Les représentations : discours et récits, historiographie, art, théâtre, littérature, cinéma, médias.
  6. Les lieux de mémoires : monuments ou lieux commémoratifs, centres d’interprétation, musées, etc.

La plupart de ces aspects, non exhaustifs, peuvent être traités dans le contexte de toutes les époques et dans des perspectives pluridisciplinaires et /ou comparatives.

Prière de faire parvenir vos propositions de communication par courriel, avant le 1er juillet 2008. Celle-ci doit comporter 250 mots maxima, incluant la problématique et la thèse proposée, et indiquer le titre de la communication. Veuillez également nous faire parvenir un bref cv (une page) indiquant vos coordonnées complètes, vos intérêts de recherches et publications ou réalisations récentes. Adresser le tout à Béatrice Richard (pour le comité scientifique): beatrice.richard@rmc.ca

Les communications présentées dans le cadre de ce colloque seront soumises à l’évaluation du comité scientifique pour une éventuelle publication. Nous demanderons par conséquent aux conférenciers sélectionnés de remettre, si possible, leurs textes à la fin du colloque.

Comité d’organisation :

Marc Imbeault, division des Études permanentes, Collège militaire royal de Saint-Jean, André Kirouac, Musée Naval de Québec; Béatrice Richard, département d’Histoire, division des Études permanentes, Collège militaire royal du Canada.

Comité scientifique :

Magali Deleuze (Département d’histoire, Collège militaire royal du Canada), Jean Lamarre (Département d’histoire, CMR), Béatrice Richard (Département d’histoire, division des Études permanentes, CMR), Stéphane Roussel (Département de Sciences politiques, Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes, Université du Québec à Montréal)

Lieux

  • Ville de Québec (Canada)
    Québec, Canada

Dates

  • mardi 01 juillet 2008

Mots-clés

  • géostratégie, guerre, sécurité, Canada, Québec, Saint-Laurent

Contacts

  • Béatrice Richard
    courriel : beatrice [dot] richard [at] rmc [dot] ca
  • Jean Lamarre
    courriel : jean [dot] lamarre [at] rmc [dot] ca
  • Magali Deleuze
    courriel : magali [dot] deleuze [at] rmc [dot] ca

Source de l'information

  • Béatrice Richard
    courriel : beatrice [dot] richard [at] rmc [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Le Saint-Laurent en guerre (1608-2008) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 16 janvier 2008, http://calenda.org/194209