AccueilVivre et construire l'Europe à l'échelle territoriale de 1945 à nos jours

*  *  *

Publié le mardi 22 janvier 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Il s’agit d’aborder l’histoire de la construction européenne non du point de vue institutionnel, mais dans sa dimension socioculturelle et pratique en la croisant avec l’histoire locale et régionale et en mobilisant les autres sciences humaines, principalement la géographie, la sociologie et la science politique.

Annonce

Vivre et construire l’Europe à l’échelle territoriale de 1945 à nos jours

Colloque du CERHIO UMR 6258
HIRES – Université d’Angers
19-20 mars 2009

Maison des sciences humaines – Université d’Angers

Appel à communications

« L’Europe des régions » désigne à la fois une revendication des peuples et un objectif politique de l’Union européenne. Mais quelle réalité concrète et quelle épaisseur historique cette expression recouvre-t-elle pour les populations européennes ? Dans quelle mesure les relations européennes initiées à l’échelle territoriale ont-elles joué un rôle dans l’appropriation par les Européens d’une conscience européenne ?

L’objectif général de ce colloque est de faire le point sur l’histoire des liens tissés entre les collectivités territoriales des Etats européens. Des jumelages de communes aux grandes opérations régionales européennes (arc atlantique, arc méditerranéen) en passant par des relations fondées sur l’histoire et toutes sortes d’initiatives associatives dans les domaines scolaire, sportif, culturel, est-il possible d’établir une typologie et une chronologie de tous ces partenariats ? En quoi ces relations résultant d’initiatives de terrain ont-elles permis aux Européens de mieux se connaître, de se rencontrer, de vivre l’Europe au quotidien et de faire avancer la construction européenne en faisant se rapprocher les sociétés ?

Il s’agit ici d’aborder l’histoire de la construction européenne non du point de vue institutionnel, mais dans sa dimension socioculturelle et pratique en la croisant avec l’histoire locale et régionale et en mobilisant les autres sciences humaines, principalement la géographie, la sociologie et la science politique. En réfléchissant à un niveau infra-national relativement peu étudié, où collaborent société civile et collectivités territoriales, l’objectif est de se rapprocher des acteurs pour interroger le sens concret qu’ils donnent à l’idée d’Europe. On étudiera donc le contenu des initiatives européennes menées par les citoyens au niveau local, leur réception par les populations et leur éventuel encouragement et prolongement par les politiques territoriales. L’horizon de cette enquête est la question difficile du sentiment d’appartenance à l’Europe et de son évolution depuis 1945. Ce faisant, on rejoint le chantier de recherche sur les identités européennes qui s’interroge sur ce qui fait et modifie l’identification des citoyens à l’Europe, en interaction avec le contexte international et les grandes étapes de la construction européenne. Les liens complexes entre identité régionale et identité européenne seront naturellement au cœur de la réflexion.

L’aire géographique envisagée pour l’analyse de ces échanges est large : si elle englobe de manière privilégiée les pays des Communautés puis de l’Union européenne, elle ne s’y réduit pas et inclut des coopérations avec les autres pays européens, notamment à l’Est. Les angles d’approche possibles étant multiples, nous les regroupons ici en quatre grands ensembles :

Axe 1 : Les initiatives

Ce premier axe entend prendre la mesure de la diversité des initiatives d’échanges européens prises au niveau local. Les jumelages de communes européennes sont sans doute l’un des aspects les plus connus. Aujourd’hui, il en existe 30 000 que le CCRE (Conseil des Communes et Régions d’Europe) considère comme « un moyen vital d’amener l’Europe aux citoyens ». Mais les jumelages ne constituent pas les seules initiatives d’amitié internationale. On pourra s’interroger sur les autres formes de coopérations européennes menées localement, que ce soit dans les domaines de l’éducation (échanges scolaires, universitaires), de la culture (le cinéma par exemple avec le réseau européen des cinémas d’art et d’essai), du sport ou des coopérations économiques. L’objectif est non pas de multiplier les exemples locaux, mais de dresser une typologie des échanges, en lien avec les grandes phases d’une chronologie à établir en interaction avec le contexte international. La problématique portant sur les effets anticipateurs ou accompagnateurs des initiatives locales par rapport à la construction européenne pourra être abordée.

Axe 2 : Les acteurs

Ce deuxième axe s’intéresse aux acteurs locaux issus de la société civile qui sont à l’origine de ces échanges européens. On envisage autant les acteurs individuels que les acteurs collectifs agissant à l’échelle territoriale (associations, Eglises, institutions culturelles, dépôts d’archives), parfois en lien avec les organes élus de la décentralisation. En effet, si les acteurs porteurs de l’idée européenne au plan national commencent à être mieux connus des historiens (grâce notamment aux travaux sur les élites ou les experts politiques, administratifs, économiques ou militaires), il n’en va pas de même pour les acteurs locaux. Pour comprendre les raisons de leur engagement européen et leur influence au sein de la Cité, on pourra mobiliser différents outils méthodologiques comme la sociologie des réseaux, la prosopographie ou l’histoire orale. Les archives administratives comme associatives peuvent être mises à contribution.

Il est envisagé d’organiser une table ronde de témoins : « retours d’expériences »

Axe 3 : L’Europe comme enjeu et objet de politique locale

Cet axe souhaite interroger les liens entre l’idée européenne et la vie politique locale et régionale. Pour ce faire, on peut s’intéresser à la manière dont l’Europe a pu constituer un enjeu politique, par exemple lors des campagnes électorales. On pense également à la dimension européenne des politiques territoriales : ainsi on pourra étudier entre autres la construction de maisons de l’Europe financées par les collectivités, les formes de coopération régionale décentralisée ou la promotion des capitales culturelles européennes induisant une dynamique économique et culturelle. Il s’agit de développer à partir de l’analyse locale une réflexion sur la dimension politique de l’Europe. Les propositions de communication devront prendre en compte les échelles territoriales propres au pays concerné.

Axe 4 : La réception de ces politiques et de ces initiatives dans la population : la question de l’identité européenne

La question de la réception de ces initiatives et de ces politiques européennes diverses par les populations locales est centrale pour comprendre les voies complexes et sinueuses de l’identification des Européens à l’Europe et la démocratisation de celle-ci. Ce dernier axe a donc pour ambition une étude des représentations de l’Europe et de l’appropriation de l’idée européenne à l’échelle territoriale. A cet égard, on pourra mobiliser la presse locale et régionale comme indicateur de l’opinion, mais aussi les résultats régionaux des différents sondages, référendums et scrutins européens en les mettant en regard avec les dynamismes régionaux en matière d’échanges européens. L’objectif sera d’esquisser une typologie des régions sensibilisées par leurs pratiques d’échanges à l’idée européenne.

De manière générale, le colloque s'efforcera de déterminer si ces pratiques locales ont eu une
incidence sur la dynamique de la construction européenne.

Organisateurs :

  • Yves Denéchère, Université d’Angers, HIRES, CERHIO UMR 6258
  • Marie-Bénédicte Vincent, Université d’Angers, HIRES, CERHIO UMR 6258

Comité scientifique :

Marie-Thérèse Bitsch (Université de Strasbourg III), Corinne Defrance (UMR IRICE), Anne Dulphy (Ecole polytechnique et IEP Paris), Robert Frank (Université Paris I), Jean-Baptiste Humeau (Université d’Angers), Hartmut Kaelble (Université Humboldt, Berlin), Florin Platon (Université de Iasi, Roumanie), Eric Remacle (Université Libre de Bruxelles)

Propositions :

Les propositions de communication comportant un titre et un résumé d’une vingtaine de lignes sont à envoyer accompagnées d’un court CV avant le 31 mai 2008 aux deux adresses suivantes :

yves.denechere@univ-angers.fr et mariebvincent@yahoo.fr

La décision du comité de sélection des communications sera indiquée par courriel avant fin juin 2008.

Lieux

  • Université d'Angers, Maison des Sciences Humaines, 11 bd Lavoisier, 49045 Angers Cedex
    Angers, France

Dates

  • samedi 31 mai 2008

Mots-clés

  • Europe, territoires, politique locale, jumelages

Contacts

  • yves denéchère
    courriel : yves [dot] denechere [at] univ-angers [dot] fr
  • Marie-Bénédicte Vincent
    courriel : mariebvincent [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • yves denéchère
    courriel : yves [dot] denechere [at] univ-angers [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Vivre et construire l'Europe à l'échelle territoriale de 1945 à nos jours », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 22 janvier 2008, http://calenda.org/194254