AccueilCalvin, fondateur d'une civilisation ? (1509-2009)

*  *  *

Publié le mardi 29 janvier 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

À l'occasion du 5e centenaire de la naissance de Jean Calvin, le colloque de Toulouse entend explorer la contribution du réformateur et de ses héritiers au développement d'une forme de "civilisation", dans ses aspects culturels, politiques, économiques, sociaux, sur la longue durée (16e-21e siècles) et sur les continents européen et nord-américain. Les approches historique, civilisationnelle et comparée sont au coeur du propos.

Annonce

Appel à communication

L'Université de Toulouse-Le Mirail et l'équipe Diasporas du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136 du CNRS) organisent du 26 au 28 novembre 2008 un Colloque international sur le thème :

Calvin, fondateur d'une civilisation ? (1509-2009).

Les projets, comprenant un titre et un synopsis (une page maximum), doivent être envoyés avant le 29 février 2008 aux deux adresses indiquées ci-dessous. Le Comité scientifique du colloque se réunira mi-mars pour étudier ces propositions et fera connaître sa décision à chaque personne ayant soumis un projet.

patrick.cabanel@wanadoo.fr
wanegffelen@wanadoo.fr

_____________________________

« Après la libération des âmes, la fondation d’une civilisation. Avec Luther, ses émules et ses rivaux, la Réforme avait donné tout son message proprement religieux et théologique, et les âges suivants ne pourront que le répéter et le compléter. Mais Luther s’était peu intéressé à l’incarnation de ce message dans le monde séculier, qu’il acceptait tel qu’il était […]. Il était réservé au Français et au juriste Calvin de créer, plus qu’une théologie nouvelle, un homme nouveau et un monde nouveau. L’homme “réformé” et le monde moderne. »

Ces quelques lignes et le titre même de la présente manifestation sont empruntés à l’historien Émile-Guillaume Léonard (Histoire générale du protestantisme, 1961). Ils en indiquent l’esprit : il ne s’agit pas pour nous de théologie ni même de religion, mais de société et de culture. Précisons davantage : l’angle d’approche impose de ne pas s’en tenir au XVIe siècle, quoique Calvin soit mort en 1564. Car il n’est pas sûr que l’impact du Réformateur, en terme de société et de culture, n’ait pas été, du moins pour une part, différé aux siècles suivants, pour persister jusqu’à nos jours.

Léonard anticipe sans doute quelque peu. Il n’empêche que, comme lui, quoique avec des nuances qu’il conviendra de préciser et d’approfondir, nous pensons que Calvin est fortement inscrit dans le processus occidental d’élaboration de la Modernité qui est toujours la nôtre. Il n’est que de se référer à l’étude classique entre toutes de Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1911), qui réfléchit à la « modernisation » à partir du seul protestantisme d’obédience « calviniste ». Ou aux pages non moins célèbres de De la Démocratie en Amérique (1835). Lorsque Tocqueville y écrit : « À côté de chaque religion se trouve une opinion politique qui, par affinité, lui est jointe », et qu’il y rapproche protestantisme et république, c’est encore la version réformée du premier qu’il a à l’esprit. Les traductions politiques, économiques, culturelles, artistiques, peut-être psychologiques… du protestantisme réformé issu de Calvin ont été une donnée fondamentale du monde moderne, au moins à en croire historiens et sociologues de la religion. Capitalisme, république, puritanisme, aniconisme, se trouvent sur notre chemin, qui ne doit pas craindre d’isoler l’objet « calvinisme » de l’ensemble protestant : disciple en théologie, Calvin est pionnier et législateur en matière sociale et politique.

Nous nous trouvons là devant une des racines de l’Europe, en vérité trop peu repérée encore. Or si Calvin et les siens ont échoué en France et si l’Europe protestante, à nos yeux, est celle du monde luthérien germanique et scandinave, plusieurs pays ou nations ont été marqués en profondeur par la seconde vague de la Réforme : outre la France, ce sont tout ou partie de la Suisse, les Pays-Bas, l’Écosse, la Hongrie (aujourd’hui, pour une part, la Roumanie), et même l’Angleterre à travers le puritanisme, voire la Tchécoslovaquie et l’Italie (avec les héritages des hussites et des vaudois). On ajoutera que le Refuge huguenot a essaimé des porteurs de calvinisme dans les villes et les intelligentsias des principaux pays européens du Nord et que bien des pères des futurs États-Unis d’Amérique appartenaient à cet univers culturel.

Tels sont les deux axes retenus pour ce colloque : l’exploration géographique d’une « autre Europe » jamais étudiée en tant que telle, à notre connaissance ; et la réouverture, pour le feuilleter à nouveau frais, du catalogue des affinités civilisationnelles du « calvinisme » : avec la démocratie, le capitalisme, le livre, l’école, l’autonomisation de la sphère laïque, à travers une focalisation du sacré sur des écritures prêchées et vécues comme parole divine pour ici et maintenant, avec d’importantes implications dans l’ordre de l’éthique, et en particulier un autre rapport aux juifs, peut-être un autre rapport au genre, sûrement une reformulation du devoir d’état comme vocation, d’où résulte une conception originale de la citoyenneté, etc.

Le colloque sera organisé autour de quatre thèmes : « l’accent calviniste du christianisme » (1) ; « calvinisme et civilisation » (2 : une journée entière sera consacrée à ce thème central, qui nécessite une rigoureuse prise en compte de la chronologie, les XVIe-XVIIe siècles différant sans doute fortement des siècles qui ont suivi) ; « des nations calvinistes ? » (3) ; « l’apport des minorités réformées dans certaines cultures nationales » (4).

L’occasion d’entreprendre un tel tour d’horizon est unique : le 500e anniversaire de la naissance de Jean Calvin, en 1509, dans le cadre d’une commémoration culturelle autant que religieuse, européenne et nord-américaine autant que française.

Lieux

  • Université de Toulouse-Le Mirail
    Toulouse, France

Dates

  • vendredi 29 février 2008

Mots-clés

  • Calvin, histoire, civilisation, Europe, Amérique du nord

Contacts

  • Cabanel Patrick
    courriel : patrick [dot] cabanel [at] wanadoo [dot] fr
  • Wanegffelen Thierry
    courriel : wanegffelen [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Cabanel Patrick
    courriel : patrick [dot] cabanel [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Calvin, fondateur d'une civilisation ? (1509-2009) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 29 janvier 2008, http://calenda.org/194292