AccueilLa performance filmée : « la marche »

*  *  *

Publié le mercredi 13 février 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Laurent Malone (artiste) et Sébastien Thiery (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), parleront du déplacement urbain conçu comme outil de perception et de connaissance, et comme démarche politique. Au cours du séminaire, La performance filmée, nous tenterons de rapprocher les performances rituelles des premières et les performances artistiques relevant de l'art contemporain. À partir des documents filmiques des ethnologues et de ceux produits par les artistes de la scène contemporaine, nous examinerons, si possible en présence des réalisateurs, les exemples tirés de contextes les plus variés, des chorégraphies de masques dogons aux rituels inuit, des performances de Joseph Beuys à celles de Bill Viola. Nous interrogerons, d'une part, les procédés filmiques utilisés, et, d'autre part, le statut sociétal de la performance.

Annonce

Dans le cadre du séminaire

"La performance filmée"

dirigé par Caterina Pasqualino,
Mardi 19 février INHA, 2, rue Vivienne, Paris, de 17h00 à 19h00, Salle
Nicolas-Claude Fabri de Peiresc.

Thème du séminaire : "La marche"

Laurent Malone (artiste) et Sébastien Thiery (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), parleront du déplacement urbain conçu comme outil de perception et de connaissance, et comme démarche politique.

Le 19 février 2008

La performance filmée. EHESS
Caterina Pasqualino, chargée de recherche au CNRS
1er et 3e du mois de 17 h à 19 h (INHA, salle Nicolas-Claude Fabri de
Peiresc, 2 rue Vivienne 75002 Paris) ; séance du 5 février 2008 en
salle Pierre-Jean Mariette

Il n'est pas anodin de constater que les théories du rituel élaborées par les anthropologues ont subi une évolution analogue aux pratiques artistiques contemporaines : elles n'ont cessé d'estomper la frontière, autrefois considérée rédhibitoire, entre des sociétés stigmatisées
comme « primitives » et un monde occidental considéré plus « évolué ».
Au cours du séminaire, La performance filmée, nous tenterons de rapprocher les performances rituelles des premières et les performances artistiques relevant de l'art contemporain. À partir des documents filmiques des ethnologues et de ceux produits par les artistes de la scène contemporaine, nous examinerons, si possible en présence des
réalisateurs, les exemples tirés de contextes les plus variés, des chorégraphies de masques dogons aux rituels inuit, des performances de Joseph Beuys à celles de Bill Viola. Nous interrogerons, d'une part, les procédés filmiques utilisés, et, d'autre part, le statut sociétal
de la performance.

L'année 2008, sera consacré au thème de la transe. Nous envisagerons tout d'abord la transe en tant que performance, c'est-à-dire comme une somme de gestes et d'incantations dotée d'une autonomie de sens partielle. Les exemples seront pris, entre autre, dans les rituels de Santeria (Brésil, Cuba), du Palo Monte(Cuba), dans le chamanisme mongol ou dans leduendegitan (Espagne). Dans un second temps, la transe sera étudiée comme un état second propre à déposséder, le temps de la performance, le corps des individus « chevauchés » par les dieux. Ce phénomène sera comparé à « l'état second » qui touche certains artistes lors d'un acte créateur exceptionnel. Comme la possession par les dieux transfigure les
participants d'u rituel, lorsque l'inspiration frappe les peintres, les musiciens, les acteurs ou les écrivains, elle commande leur action en les plongeant dans un état d'inconscience.

Lieux

  • INHA, 2, rue Vivienne, Paris, de 17h00 à 19h00, Salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
    Paris, France

Dates

  • mardi 19 février 2008

Mots-clés

  • marche, art, transe, performance

Contacts

  • Caterina Pasqualino
    courriel : catpasq [at] club-internet [dot] fr

Source de l'information

  • Caterina Pasqualino
    courriel : catpasq [at] club-internet [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La performance filmée : « la marche » », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 13 février 2008, http://calenda.org/194386