AccueilL'écriture de l'histoire… et de la préhistoire d'hier à aujourd'hui

L'écriture de l'histoire… et de la préhistoire d'hier à aujourd'hui

Colloque organisé à Lyon du 14 au 16 mai 2008

*  *  *

Publié le vendredi 15 février 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Le passé de l’historien se construit dans le présent. C’est une construction, et une construction scripturaire. C’est pourquoi l’histoire, disait Michel de Certeau dans L’écriture de l’histoire, est « historiographie ». À ce titre, on peut dire la même chose de la préhistoire. Comme pour l’histoire, le passé que construit le préhistorien varie, en fonction du présent dans lequel il le construit. Ce colloque, organisé dans le cadre du CEROR (Centre d’Étude et de Recherche sur l’Occident Romain) par Sophie A. de Beaune et Michel Debidour, professeurs à l’Université Jean Moulin Lyon 3, a pour vocation à réunir préhistoriens et historiens autour d’un thème de réflexion commune : l'influence du contexte idéologique, politique, religieux… sur nos pratiques et nos interprétations en archéologie et en histoire.

Annonce

L'écriture de l'histoire… et de la préhistoire d'hier à aujourd'hui

Colloque organisé à Lyon du 14 au 16 mai 2008

Présentation

Le passé de l’historien se construit dans le présent. C’est une construction, et une construction scripturaire. C’est pourquoi l’histoire, disait Michel de Certeau dans L’écriture de l’histoire, est « historiographie ». À ce titre, on peut dire la même chose de la préhistoire. Comme pour l’histoire, le passé que construit le préhistorien varie, en fonction du présent dans lequel il le construit.
Ce colloque qui réunira des spécialistes de différentes périodes, de la préhistoire à l’époque actuelle, entend réunir préhistoriens et historiens autour d’un thème de réflexion commune, l’objectif étant de provoquer un véritable échange entre spécialistes ayant peu l’occasion de se côtoyer. L’influence du contexte historique de la recherche concerne en effet aussi bien historiens qu’archéologues, et ce, quelle que soit la période de recherche envisagée.
Les idées sur le passé de l’homme ont toujours été tributaires des connaissances et des mentalités de leur époque. Ainsi, les Romains de l’Antiquité voyaient leur passé d’une manière bien différente de la nôtre. De même, les historiens du Moyen Âge ne pouvaient l’envisager comme nous le faisons aujourd’hui. C’est donc à travers les yeux de nos prédécesseurs, parfois lointains, mais parfois presque nos contemporains, que ce colloque invite à se pencher sur notre passé.
La diversité des communications retenues permet d’aborder le contexte et son influence sur les idées concernant la préhistoire, la protohistoire, l’Antiquité, le Moyen-Âge et même les temps modernes. Les aires culturelles sont aussi variées puisque, si une bonne partie des communications concernent la France, d’autres s’intéressent à la Grèce, à Rome, à la Russie et à l’Afrique. Parmi les nombreux thèmes traités, citons l’évolution des objectifs de fouilles selon le contexte historique, le nationalisme et la recherche des origines, la récupération de l’histoire par les tenants du pouvoir, l’interprétation politique des données archéologiques et historiques… Outre l’interprétation changeante des événements historiques, on verra que l’histoire et l’archéologie ne sont pas à l’abri de l’évolution des modes. Ainsi les techniques n’ont que récemment retenu l’attention des historiens et des anthropologues.
Nous espérons que cette confrontation entre différentes spécialités permettra de mettre en évidence des convergences entre elles. Cette rencontre historiographique et épistémologique ne peut qu’être bénéfique car elle permettra dans tous les cas un échange qui n’a que trop rarement l’occasion de se produire entre historiens et archéologues, et encore moins entre spécialistes d’époques différentes. Par ailleurs, il nous paraît utile de rappeler que notre travail est largement interprétatif et qu’il est tributaire du contexte idéologique et intellectuel dans lequel nous le pratiquons, que nous en soyons conscients ou non.

Programme

Mercredi 14 mai, matin

10 h 00 Inscription et accueil des participants

10 h 30 Ouverture du colloque par Nicole Gonthier, Doyen de la Faculté des Lettres de l’Université Jean Moulin Lyon 3

10 h 45 Sophie A. de Beaune, Université Jean Moulin Lyon 3 et UMR 7041 ArScAn, Nanterre
Introduction

11 h 00 Philippe Soulier, UMR 7041 ArScAn, CNRS, Nanterre
Un siècle d’écriture de l’Histoire en Archéologie métropolitaine : entre programmes, pratiques et réglementations.

11 h 30 Laurent Olivier, Musée d’Archéologie Nationale, Saint-Germain-en-Laye
Aux origines de l’archéologie française : entre discours historique et démonstration anthropologique (XVIe-XVIIIe siècles).

12 h 00 René Treuil, Université Paris I Panthéon Sorbonne, Paris
Le passé décomposé.

12 h 30 Pause repas (Rotonde, bâtiment de la Recherche, 18 rue Chevreul, 6e étage)

Mercredi 14 mai, après-midi
L’histoire et l’archéologie, instruments de la politique et de la religion

Présidente de séance : Claudine Cohen

14 h 30 Catherine Wolff, Université Jean Moulin Lyon 3
Des différents jugements portés sur les brigands de l’Antiquité.

15 h 00 Maïté Billoré, Université Jean Moulin Lyon 3
Écrire l’histoire au service du prince : les intellectuels dans l’entourage des Plantagenêt (1150-1204).

15 h 30 Philippe Jockey, Université Aix-Marseille
De l’estompement des couleurs de la Grèce antique à l’invention d’une Grèce blanche : contribution à l’histoire d’un mythe moderne.

16 h 00 Pause

16 h 30 Yann Le Bohec, Université Paris 4, Paris
César et le De bello gallico : sources et objectifs.

17 h 00 Alain Dubreucq, Université Jean Moulin Lyon 3
Lecture du passé et souveraineté à l’époque carolingienne.

17 h 30 Fanny Defrance-Jublot, EPHE, Paris
Les milieux catholiques face au transformisme dans les années sombres (1939-1945).

18 h 00 Discussion

18 h 30 Fin des travaux

Jeudi 15 mai, matin
L’archéologie et l’histoire, enjeux identitaires et territoriaux

Président de séance : Yann Le Bohec

9 h 00 Alexandre Baralis, Institut Français d’Études Anatoliennes, Istanbul (Turquie)
La Protohistoire de la Thrace. Enjeux identitaires et territoriaux.

9 h 30 Marie Isaia, Université Jean Moulin Lyon 3, Lyon
L’histoire à contresens : la construction européenne, clé de lecture de l’empire carolingien.

10 h 00 Marion Liboutet, DRAC Lorraine, Service régional de l’archéologie et Centre d’études Africaines, EHESS, Paris
Écrire l’histoire aujourd’hui en Afrique du Sud : entre choix scientifiques et enjeux politiques.

10 h 30 Pause

11 h 00 Réjane Roure, Université de Montpellier, et Loup Bernard, Université de Strasbourg
Naissance de la Protohistoire méridionale.

11 h 30 Mireille Chazan, Université Paul Verlaine, Metz
Les historiens messins du Moyen Age et les monuments civils de leur passé.

12 h 00 Hara Procopiou, Université Paris I Panthéon Sorbonne, Paris
L’archéologie de la continuité : perception du monde rural en protohistoire égéenne.

12 h 30 Pause repas (Rotonde, bâtiment de la Recherche, 18 rue Chevreul, 6e étage)

Jeudi 15 mai, après-midi
Construction de l’archéologie : évolution des centres d’intérêt

Président de séance : Philippe Soulier

14 h 30 Émilie Reix, Université Jean Moulin Lyon 3, Lyon
Solutré au cœur des controverses chronologiques et anthropologiques de la fin du XIXe siècle à nos jours.

15 h 00 François Sigaut, EHESS, Paris
L’absence des techniques dans l’historiographie classique.

15 h 30 Philippe Boissinot, EHESS, Toulouse
Écrire l’histoire de la Protohistoire, une discipline à l’identité souple.

16 h 00 Pause

16 h 30 Lioudmila Iakovleva, Institut d’Archéologie de l’Académie des Sciences d’Ukraine, Kiev, Ukraine et CNRS UMR 7041 ArScAn, Nanterre
Les fouilles paléolithiques en Russie et en Ukraine au XXe siècle dans leur contexte historique.

17 h 00 Olga Polychronopoulou, École Supérieure de Restauration des Antiquités, Athènes
La préhistoire égéenne à l’aune du classique.

17 h 30 Sasha Pakharieva, Université Taras Shevshenko, Kiev, Ukraine et Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Impact des relations entre paléontologues et préhistoriens français au XIXe siècle et au début du XXe siècle sur la préhistoire russe.

18 h 00 Discussion

18 h 30 Fin des travaux

Vendredi 16 mai, matin
Histoire, archéologie et idéologie

Président de séance : René Treuil

9 h 00 Jean-Pierre Legendre, Service régional de l’archéologie de Lorraine, Metz
Archéologues et historiens de l’art au service du nazisme : l’exemple de la Lorraine annexée au IIIE Reich (1940-1944).

9 h 30 Jean Combier, CNRS
L’évolution des idées sur les habitats du Paléolithique supérieur.

10 h 00 Michel Debidour, Université Jean Moulin Lyon 3
Étudier et comprendre le timbrage des amphores : esquisse d’une historiographie critique.

10 h 30 Pause

11 h 00 Hervé Duchêne, Université de Bourgogne, Dijon
Salomon Reinach ou la préhistoire opportuniste.

11 h 30 Serge Bardet, Université d’Évry
Romanisation: utile outil historiographique ou notion idéologique à répudier?

12 h 00 François Djindjian, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et UMR 7041, Nanterre
Influences des théories linguistiques de Nicolas Marr (1864-1934) et de l’article de Joseph Staline (1950) sur la préhistoire soviétique : apports et autocritiques.

12 h 30 Pause repas (Rotonde, bâtiment de la Recherche, 18 rue Chevreul, 6e étage)

Vendredi 16 mai, après-midi
L’archéologie, au gré des mentalités et des modes

Président de séance : François Sigaut

14 h 30 Georgia Kourtessi-Philippakis, Université Paris I Panthéon Sorbonne et UMR 7041, Nanterre
À la recherche des origines en Grèce : Le Paléolithique et la pierre taillée.

15 h 00 Renaud Lippé, Université de Montréal
Pierres à convictions : le concept de transition Paléolithique moyen-supérieur en France des origines à la seconde moitié du XXe siècle.

15 h 30 Pascal Semonsut, Université Paris IV, Paris
Le Néolithique des historiens. L’image du Néolithique dans les manuels scolaires du primaire et du secondaire en France dans la seconde moitié du XXe siècle.

16 h 00 Pause

16 h 30 Claudine Cohen, EHESS, Paris
Les philosophes dans la caverne : regards philosophiques sur l’art paléolithique.

17 h 00 Vassiliki Chrysovitsanou, École Supérieure de restauration des antiquités et des œuvres d’Art, Institut technologique d’Athènes (Grèce)
La revalorisation des statuettes cycladiques : du « primitif » au « classique ».

17 h 30 Florian Berrouet, Université Bordeaux I
L’invention de Lascaux dans la France d’après-guerre : vers une autre humanité ?

18 h 00 Discussion générale

18 h 30 Fin des travaux

Lieux

  • Université Lyon 3, Bât. de la Recherche, Amphi Doucet-Bon,18 rue Chevreul, 69007 Lyon
    Lyon, France

Dates

  • mercredi 14 mai 2008
  • jeudi 15 mai 2008
  • vendredi 16 mai 2008

Mots-clés

  • histoire de la préhistoire, histoire de l'archéologie, histoire de l'histoire, contexte historique

Contacts

  • Sophie A. de Beaune
    courriel : sophie [dot] de-beaune [at] mae [dot] u-paris10 [dot] fr
  • Annelise Poulet, secrétaire du CEROR ~
    courriel : ceror [at] univ-lyon3 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sophie A. de Beaune
    courriel : sophie [dot] de-beaune [at] mae [dot] u-paris10 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'écriture de l'histoire… et de la préhistoire d'hier à aujourd'hui », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 15 février 2008, http://calenda.org/194399