AccueilInterart. Penser l'interdisciplinarité et les formes artistiques

*  *  *

Publié le lundi 18 février 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Partant du constat que les disciplines enferment les différentes formes d’art à l’intérieur de champs clos et que les rapprochements entre elles relèvent le plus souvent du comparatisme ou de passerelles ponctuelles, il a semblé utile de développer une approche plus transversale encouragée par le contexte artistique des cinquante dernières d’années. En partant des œuvres mais aussi des théories, et en nous appuyant sur les concepts de performativité, d’hybridation et de multimédia, nous chercherons ainsi à saisir ces phénomènes internes à l’art.

Annonce

Interart. Penser l'interdisciplinarité et les formes artistiques

Séminaire

EHESS, 105 bd Raspail, 75006 - Salle 3
17h-19h

Partant du constat que les disciplines enferment les différentes formes d’art à l’intérieur de champs clos et que les rapprochements entre elles relèvent le plus souvent du comparatisme ou de passerelles ponctuelles, il a semblé utile de développer une approche plus transversale encouragée par le contexte artistique des cinquante dernières d’années. On observe ainsi deux orientations sur la scène artistique dont l’une tend à dissoudre les frontières et à désorienter les catégorisations sous l’impulsion des processus de performativité, d’hybridation et de multimédia, et l’autre à abolir la frontière entre l’art et le « non-art » poussée par un phénomène d’esthétisation et de théâtralisation d’autres champs culturels (politique, médias, sport, quotidien, etc.). Ce double contexte semble interroger et mettre à l’épreuve, au moyen d’un large mouvement de désorientation, l’hermétisme des disciplines autrefois clairement définies et délimitées par leurs objets spécifiques, leurs propres méthodologies et approches théoriques.

Dans le contexte du développement des Interart Studies, le séminaire Interart s’est ainsi mis en place, autour de l’idée selon laquelle il existe des zones d’influence réciproque dans lesquelles les formes d’art circulent, s’échangent et se nourrissent entre elles, bouleversant les disciplines de l’art (histoire de l’art, musicologie, études cinématographiques, études théâtrales, littératures comparée et nationale, etc.), la délimitation des objets et les méthodologies. Ce positionnement amène à penser en termes de phénomène artistique plutôt qu’en termes de genre, permettant ainsi d’appréhender de façon globale les productions, et de mettre à jour les dynamiques interdisciplinaires qui les sous-tendent ainsi que les processus de différenciation qui s’y développent.

Dès lors, le travail de réflexion est guidé par les questions suivantes : En quels termes repenser une classification ? Quelles nouvelles approches théoriques développer pour aborder l’interdisciplinarité en art ? Est-ce que de nouvelles structures ne sont-elles pas déjà en train d’émerger? Comment penser le « non-art » via l’esthétisation de la culture aide-t-il à penser la circulation des formes artistiques ? Peut-on enfin envisager, dans une perspective anachronique, que ce travail qui prend en considération les pratiques artistiques contemporaines, permette une relecture des œuvres et des événements artistiques du passé ? Enfin, est-il envisageable d’imaginer une seule discipline à l’intérieur des études de l’art qui puisse en contenir tous les différents types de phénomènes de l’Interart ?

En partant des œuvres mais aussi des théories, et en nous appuyant sur les concepts de performativité, d’hybridation et de multimédia, nous chercherons ainsi à saisir ces phénomènes internes à l’art.

Programme

10 mars 2008

Perin Emel Yavuz, doctorante, CRAL-EHESS
L’œuvre plastique à l’aune du texte : implications de la photographie et du langage dans l’affirmation d’un nouveau paradigme dans les années 1960-1970

Valérie Mavridorakis, Maître de conférence en histoire de l’art contemporain, Rennes 2
Le principe de minimalité : une interaction objets plastiques – concepts esthétiques dans les années 1960-1970

Discutante : Katia Schneller, doctorante, Paris 1

14 avril 2008

Jean-Marie Schaeffer, directeur de recherches, CRAL-EHESS
Titre à préciser

Maggie C. Flinn, Assitant professor, Department of French – Unit for Cinema Studies, University of Illinois at Urbana Champaign
Le partage de l'image mobile

Discutants: Jean-François Guennoc et Perin Emel Yavuz

26 mai 2008

Chloé Conant, Maître de conférence en littérature comparée, Université de Limoges
La photographie mise en fiction, ou l’art de la théorie

Magali Nachtergael, ATER en histoire de l’art contemporain, Bordeaux 3, doctorante, Paris 7
Esthétique de la théorie : La Coulure, chez Benoît Maire (en présence de l’artiste)

Discutante : Perin Emel Yavuz

9 juin 2008

Evgenia Giannouri, doctorante en cinéma, Paris 3
Laboratoire d’erreurs critiques ou le dialogue imaginaire entre Gus van Sant et Edward W. Said

Marc Plas, artiste
Captation des images et hybridation des supports

Discutant : Jean-François Guennoc

23 juin 2008

Jean-François Guennoc et Nicolas Geneix, agrégé de lettres et doctorant, Paris-Sorbonne
Ceci n’est pas un récit de voyage filmé, ou de la relation aux frontières

Johanna Vaude, artiste
Hybridation : cinéma expérimental et nouvelles technologies

Discutante : Perin Emel Yavuz

Lieux

  • EHESS, 105 bd Raspail, 75006 - Salle 3
    Paris, France

Dates

  • lundi 10 mars 2008
  • lundi 14 avril 2008
  • lundi 26 mai 2008
  • lundi 09 juin 2008
  • lundi 23 juin 2008

Mots-clés

  • hybridation, performativité, multimédia, interdisciplinarité, formes artistiques

Contacts

  • Perin Emel Yavuz
    courriel : pe [dot] yavuz [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Perin Yavuz
    courriel : perin [dot] yavuz [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Interart. Penser l'interdisciplinarité et les formes artistiques », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 18 février 2008, http://calenda.org/194408