AccueilTerrains d’asile. Corps, espaces, politiques

*  *  *

Publié le mercredi 27 février 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Le colloque Terrains d’Asiles développera une réflexion transversale et interdisciplinaire sur les conditions de réalisation des enquêtes sur ces terrains sensibles, souvent d’un accès difficile, sur la position du chercheur et notamment la proximité et la distance de ses analyses et de ses engagements vis-à-vis des experts, des agences onusiennes, militaires et humanitaires, des ayants droit et des associations de victimes.

Annonce

Apppel à communication pour le Colloque international « Terrains d’asile – corps, espaces, politiques »

Les déplacements de personnes et/ou de populations en situation précaire sur les plans physique ou juridique, économique ou social, constituent un fait majeur des sociétés contemporaines. Que ces déplacements soient contraints par des persécutions ou par des guerres, des catastrophes ou la misère, ils concernent plusieurs dizaines de millions d’individus dans le monde. Intégrant le clivage global entre Nord et Sud, l’exil se fait d’abord au sein même des pays d’Afrique, d’Asie, du Proche-Orient ou d’Amérique latine, puis entre les pays d’un même continent, enfin en se déplaçant vers un autre continent, et notamment vers l’Europe au sein de laquelle les parcours peuvent se poursuivre...

Réfugiés, déplacés, sinistrés, demandeurs d’asile, retenus, maintenus, tolérés, déboutés, refoulés, retournés, reconduits… à ces catégories institutionnelles de classement, d’identification et de gestion des personnes en déplacement, « en instance » ou mises à l’écart, sont associés trois grands registres de pratiques et représentations, qui formeront les trois thèmes majeurs du Colloque – les corps, les espaces et les politiques.

Les représentations du corps et de la personne seront examinées autour notamment des figures de la victime, de la souffrance, de la vulnérabilité. Lieu d’inscription des violences, le corps est aussi une ressource mobilisée devant les institutions. En devenant attestation de la violence, il permet une forme de reconnaissance, et il peut être le lieu d’une possible réparation. Plus généralement, on s’intéressera à la formation d’une conception de la personne au-delà des aires géoculturelles classiques, et dans les contextes durables que créent aujourd’hui les violences, les mises à l’écart et l’assistance humanitaire. Les espaces de transit et de confinement feront l’objet d’un second ensemble de réflexions. Ces espaces sont soumis ponctuellement ou durablement à des interventions de contrôle et d’assistance. Gérés comme des espaces d’exception, lieux d’intervention humanitaire et/ou militaire, ils peuvent être aussi, dans la durée, le cadre de mises en œuvre de nouvelles formes d’urbanité, de dynamiques culturelles et politiques, de transformations sociales et identitaires.

Enfin, la question des politiques de contrôle, d’assistance et de mise à l’écart, sera examinée, notamment grâce à des études de cas dans les grandes organisations non gouvernementales et onusiennes, mais aussi des dispositifs mis en œuvre par les États. Nous nous proposons ainsi de comprendre les interactions entre, d’une part, des logiques de contrôle, voire de répression, d’autre part, des logiques d’assistance, souvent dans un cadre humanitaire. Nous nous intéresserons par exemple aux opérations de production de jugement sur le bien-fondé des demandes d’asile ou aux relations politiques entre agences onusiennes et gouvernements nationaux. Enfin, face aux stratégies institutionnelles, une égale attention sera portée à l’enquête sur les stratégies individuelles ou collectives de confrontation, négociation, polémique qui se développent sur les scènes politiques inédites provoquées par l’intervention humanitaire ou les mises à l’écart.

En plus de ces trois thèmes de réflexions, le Colloque Terrains d’Asiles développera une réflexion transversale et interdisciplinaire sur les conditions de réalisation des enquêtes sur ces terrains sensibles, souvent d’un accès difficile, sur la position du chercheur et notamment la proximité et la distance de ses analyses et de ses engagements vis-à-vis des experts, des agences onusiennes, militaires et humanitaires, des ayants droit et des associations de victimes.

Colloque organisé les 18, 19 et 20 septembre 2008 à l’Ehess par le Programme ASILES « Corps des victimes, espaces du sujet. Réfugiés, sinistrés et clandestins, de l'expérience au témoignage », ATP « Terrains, Techniques, Théories», Ministère de la Recherche, CEAf, IRIS, TERRA. Comité d’organisation : M. Agier, R. Bazenguissa-Ganga, M. Bernardot, D. Fassin, R. Rechtman et J. Valluy. Secrétariat : Alice Corbet, CEAf, 96 bd Raspail, Paris 6e.

Date limite de réception des propositions de communication : 21 mars 2008.
Date d’envoi des communications : 27 juin 2008
Toutes correspondances et notamment les réponses à l’appel à communications devront être envoyées à : terrains.dasiles@yahoo.fr

Lieux

  • EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris
    Paris, France

Dates

  • vendredi 21 mars 2008

Mots-clés

  • asile, réfugiés, demandeurs d'asile, victime, identité, interventions humanitaires

Contacts

  • Alice Courbet
    courriel : corbetalice [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Lidia Meschy
    courriel : Lidia [dot] Meschy [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Terrains d’asile. Corps, espaces, politiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 27 février 2008, http://calenda.org/194473