AccueilPeintres de l’encrier. Le livre illustré en Belgique (XIXe-XXe siècles)

*  *  *

Publié le mercredi 05 mars 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

L’Université libre de Bruxelles organise un colloque international les 6 et 7 mars 2009 sur l’illustration de la littérature par les peintres, en Belgique, durant les XIXe et XXe siècles. Les relations qui se tissent entre image et écriture constituent un élément récurrent dans l’histoire culturelle belge. Ce phénomène d’interaction prend des voies multiples et variées dans lesquelles le livre joue un rôle essentiel. Dans le contexte esthétique belge où les écrivains se pensent comme des peintres, l’édition illustrée offre un lieu particulièrement propice au croisement des arts.

Annonce

Peintres de l’encrier. Le livre illustré en Belgique (XIXe-XXe siècle)

Colloque international

Organisé à l’Université libre de Bruxelles les 6 et 7 mars 2009

Le Groupe de Recherche en Art moderne – GRAM – de l’Université libre de Bruxelles organise un colloque international les vendredi 6 et samedi 7 mars 2009 sur l’illustration de la littérature par les peintres, en Belgique, durant les XIXe et XXe siècles. L’ULB a fait du livre un champ d’investigation dont le caractère significatif s’exprime autant dans les matières enseignées que dans les activités de sa Réserve précieuse. Depuis plusieurs années, le GRAM multiplie les projets pour saisir la dimension picturale en jeu dans le livre, en resituant cet objet singulier dans le champ des arts décoratifs qui connaissent un développement remarquable durant ce qu’il est convenu d’appeler la « fin de siècle ». Conçues au sein de l’ULB, des expositions comme Mot à main. Image et écriture dans l’art en Belgique (2006) et Le musée imaginaire de Maurice Maeterlinck (2008) ont mis en évidence le rôle majeur joué par les peintres dans la redéfinition du livre.

Les relations qui se tissent entre image et écriture constituent un élément récurrent dans l’histoire culturelle en Belgique. Ce phénomène d’interaction prend des voies multiples et variées. Celles-ci vont de l’ekphrasis à la peinture-mot en passant par la critique d’art, les écrits de peintres, le dessin épistolaire, la peinture littéraire, l’installation lettriste, le Mail Art, la poésie visuelle. Le livre joue ici un rôle essentiel. Il constitue un objet symbolique fondamental dans la culture occidentale. La période contemporaine en témoigne. De Mallarmé à Broodthaers, les poètes et les artistes multiplient les interventions sur la matérialité du support pour redéfinir le sens du livre en inscrivant la destinée de ce dernier dans une relation à l’image.

Dans le contexte esthétique belge où les écrivains se pensent comme des peintres, l’édition illustrée offre un lieu particulièrement propice au croisement des arts, et de ce fait, à l’étude du phénomène d’interaction entre le champ de la littérature et celui de la peinture. Le livre illustré fournit, en effet, une opportunité essentielle à l’homme de lettres belge, celle de s’affirmer comme un écrivain tout en intégrant au dispositif littéraire la dimension picturale qu’il revendique comme une part constitutive de son identité. L’illustration du livre rassemble image et écriture dans les limites d’un seul et même objet fondamentalement hybride, à voir et à lire, où texte et représentation ne forment plus deux réalités distinctes, mais une seule et même totalité signifiante. A la fin du XIXe siècle, le rôle descriptif traditionnellement confié à l’illustration implose au bénéfice d’une mise en image dont l’économie repose sur la disjonction des parts littéraire et visuelle du livre illustré. Cette évolution pose question. Aucune étude d’ensemble n’a encore été consacrée à la problématique de l’illustration de peintres en Belgique. Deux orientations de recherches peuvent être dégagées.               

D’une part, sur un plan interne, l’implication des peintres joue un rôle essentiel. Celle-ci se déroule sur le mode du « duo » comme organisation privilégiée du dialogue entre les arts. Le présent colloque se donne pour objectif d’analyser les modalités de fonctionnement et d’élaboration de cette structure bicéphale rassemblant un homme de lettres et un artiste qui est d’abord peintre ou sculpteur avant d’être illustrateur. Les exemples abondent : Camille Lemonnier et Constantin Meunier, Emile Verhaeren et Théo Van Rysselberghe, Max Elskamp et Henry van de Velde, Maurice Maeterlinck et George Minne, René Magritte et Paul Nougé, Christian Dotremont et Serge Vandercam, le même Dotremont et Pierre Alechinsky… En tant que champ de recherche, le livre illustré par les peintres n’a, jusqu’ici, pas encore fait l’objet d’un consensus théorique reconnu et appliqué. Le colloque est conçu de sorte à croiser les méthodes afin de mener le savoir au-delà des cloisonnements théoriques. Ouvert aux historiens de l’art et de la littérature, aux spécialistes de l’histoire du livre, aux bibliophiles, il entend promouvoir une approche interdisciplinaire de ce que François Chapon appelle le « livre de peintres ». Dans ce contexte, il serait fructueux de dégager un axe de travail sur la problématique du livre illustré comme œuvre complète, non seulement à travers la figure du poète qui illustre ses textes par ses propres créations (Max Elskamp, Jean de Boschère, Henri Michaux, Christian Dotremont…), mais aussi à travers le créateur de « livres d’artiste » qui, dans le contexte des nouveaux médias voyant le jour à partir des années 1960, aborde le livre en tant que catégorie plastique à part entière (Marcel Broodthaers, Jacques-Louis Nyst…).

D’autre part, pour compléter et nuancer l’analyse, il pourrait s’avérer intéressant, dans une perspective davantage dirigée vers les aspects externes du livre illustré, de mettre en lumière et d’analyser les lieux de sociabilité qui rendent possibles la pratique de l’illustration de la littérature par les peintres, et la transformation du livre en objet d’art. L’émergence d’une littérature illustrée est, en effet, inséparable du personnel qui matérialise les échanges entre peintres et écrivains, ainsi que des lieux qui les révèlent au public. On pourra ainsi mettre en évidence le rôle de l’éditeur et de la galerie d’art, des revues illustrées, de l’auto-édition, des sociétés de bibliophiles, mais aussi des lieux d’exposition et des moyens de diffusion

Informations pratiques

Le colloque aura lieu à l’ULB. Les actes seront publiés en 2009 sous la forme d’une livraison spéciale dans la revue internationale Le Livre & l’estampe.

Les communications se feront en français. Les participants disposeront de 20 minutes pour la présentation de leur exposé, qui sera suivi d’une discussion en fin de session.

Les propositions doivent comporter le titre et un résumé d’environ 1000 signes. Elles seront adressées avant le 1er juin 2008 à l’adresse électronique suivante : denis.laoureux@ulb.ac.be. L’acceptation des propositions sera communiquée avant le 1er juillet 2008. Il n’y a pas de frais d’inscription.

Comité organisateur

  • Responsable du colloque : Denis Laoureux (Belgique, Université libre de
  • Bruxelles/GRAM).
  • Laurence Brogniez (Belgique, Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur).
  • Julie Bawin (Belgique, Université de Liège).
  • Amélie Favry (Belgique, Université libre de Bruxelles/GRAM).

Comité scientifique 

  • Nathalie Aubert (Angleterre, Oxford Brookes University).
  • Jane Block (USA, University of Illinois).
  • Antoine Coron (France, Bibliothèque nationale de France).
  • Fabrice Preyat (Belgique, Fonds national de la Recherche scientifique).
  • Claude Sorgeloos (Belgique, Bibliothèque royale Albert Ier).

Lieux

  • Université libre de Bruxelles
    Bruxelles, Belgique

Dates

  • dimanche 01 juin 2008

Mots-clés

  • livre, illustration, bibliophilie, littérature, peinture, art, Belgique

Contacts

  • Denis Laoureux
    courriel : denis [dot] laoureux [at] ulb [dot] ac [dot] be

URLS de référence

Source de l'information

  • Denis Laoureux
    courriel : denis [dot] laoureux [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Peintres de l’encrier. Le livre illustré en Belgique (XIXe-XXe siècles) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 05 mars 2008, http://calenda.org/194526