AccueilCroire à la lettre : écrire la religion en Europe, 1600-1800

Croire à la lettre : écrire la religion en Europe, 1600-1800

Writing Religion in Early-Modern and Enlightenment Europe

*  *  *

Publié le samedi 29 mars 2008 par

Résumé

Outil de communication entre les croyants, les congrégations et les communautés, mais aussi entre les membres du clergé et les fidèles, la lettre reste le principal moyen d’expression de la piété et du sentiment religieux en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le but de ce colloque est donc d’explorer les modalités de l’écriture épistolaire religieuse dans l’espace européen. Il proposera, d’une part, des études des grandes correspondances religieuses trop souvent négligées au profit des correspondances philosophiques et/ou politiques et, d’autre part, des correspondances plus intimes dans lesquelles les correspondants sont amenés à exprimer leur foi ou leur absence de foi.

Annonce

Appel à communication

Institut de Recherches sur la Renaissance, L’Âge Classique et les Lumières (CNRS, UMR 5186), Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Croire à la lettre : Écrire la religion en Europe, 1600-1800

Vendredi 19 et samedi 20 juin 2009

Dans des siècles marqués par des débats sur les doctrines religieuses, apposer son nom au bas d’un document n’est jamais chose anodine. Envoyer une lettre, notamment, peut se révéler dangereux : confiée à un agent chargé de la transmettre, quand la lettre quitte la relative protection que lui offrait le cabinet de son expéditeur, elle peut être immédiatement interceptée et son contenu travesti. Elle devient alors le témoin muet de la duplicité, de la trahison ou de l’hérésie supposée de son auteur. Exprimant des positions personnelles qui remettent en question, contredisent, voire ridiculisent la position des gouvernements et des Églises, les lettres occupent un espace souvent mal défini entre la sphère publique et la sphère privée. Des motifs très variés président à leur écriture et à leur envoi.

Outil de communication entre les croyants, les congrégations et les communautés, mais aussi entre les membres du clergé et les fidèles, la lettre, qu’elle soit ouverte ou secrète, qu’elle appelle une réponse ou le silence, qu’elle soit cachée, interceptée, imprimée ou diffusée, qu’elle soit isolée ou fasse partie d’un corpus plus large, reste le principal moyen d’expression de la piété et du sentiment religieux en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le but de ce colloque est donc d’explorer les modalités de l’écriture épistolaire religieuse dans l’espace européen.

Il proposera, d’une part, des études des grandes correspondances religieuses trop souvent négligées au profit des correspondances philosophiques et/ou politiques et, d’autre part, des correspondances plus intimes dans lesquelles les correspondants sont amenés à exprimer leur foi ou leur absence de foi.

On pourra étudier, sans que la liste soit exhaustive :

– la nature des lettres : lettres de reconnaissance, lettres pastorales, lettres écrites en prison, lettres patentes, lettres de mission, lettres scientifiques ; correspondance privée, publique ou fictive (Lettres persanes, les Provinciales…)

– les scripteurs et les destinataires : lettres entre congrégation, lettres d’un ministre à une congrégation ou, à l’inverse, lettres de la hiérarchie (papale, épiscopale, synodale) au clergé ou à l’ensemble des fidèles, correspondance entre les fidèles

– la fonction des lettres : communication pratique, spirituelle, disciplinaire ; lettre comme témoignage de la conversion, lettre comme véhicule des orthodoxies et hétérodoxies

– les modèles : classiques, bibliques, patristiques, réformés

– la circulation des manuscrits : nationale ou internationale

– les agents de diffusion : ministres, fidèles, marchands, colporteurs

– la censure (réseaux d’espionnage, dénonciations, interception) et les stratégies de contournement, dont les codes secrets

– le passage de la lettre à l’imprimé : intermédiaires marché du livre et agents culturels, traductions, modification du contenu entre manuscrit et imprimé

– le statut du « silence », dont l’interruption de la relation épistolaire

– les outils de traitement de l’information par les chercheurs : comment travailler sur les correspondances ?

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 30 juin 2008 aux organisatrices, Anne Page, anne.page@univ-montp3.fr et Clotilde Prunier, clotilde.prunier@univ-montp3.fr. Les doctorants et jeunes chercheurs sont tout particulièrement invités à proposer un sujet de communication. Les intervenants retenus seront notifiés par courrier le 30 septembre 2008.

Call for paper

Writing Religion in Early-Modern and Enlightenment Europe
An international conference on religious letters and correspondence

Friday 19th June – Saturday 20th June 2009

Institut de Recherches sur la Renaissance, L’Âge Classique et les Lumières (CNRS, UMR 5186)

University of Montpellier, France

In centuries profoundly marked by intense discussion of religious doctrine, putting one’s name to anything could be a hazardous undertaking. The dispatch of a letter, in particular, could be an especially dangerous indiscretion ; entrusted to a carrier, it left the safety of the author’s protection and was vulnerable to interception or misrepresentation, serving as a mute witness to what was construed as (and may indeed have been) deception, treachery or heresy. Often expressing personal commitments that questioned, contradicted or even ridiculed the official positions of governments and churches, letters were often poised uneasily between the public and the private domain. Many different motives were involved in their dispatch.

Letters are therefore key documents for the study of religious communication, feeling and piety in Early-Modern and Enlightenment Europe. This conference will examine epistolary writing from c. 1600-1800, focusing on correspondence in which the writers explore their religious commitments and doubts, and investigating the way letters served as the principal means of communication between the members of the clergy and believers, and between believers and the Churches.

Papers in the following areas are particularly welcome :

– the nature of letters : pastoral letters, prison letters, patent letters, mission letters, scientific letters, public, private or fictional correspondence.

– relationships between writers : letters between Churches, letters from ministers to their flocks, letters from the ecclesiastical hierarchy (either papal, episcopal, synodal) to the clergy, religious correspondence between believers.

– the role of the letters : daily communication about the affairs of the Church, spiritual counsel, cases of conscience, questions of discipline, letters as testimonies to private conversion, letters as vehicle for religious orthodoxy and heterodoxy.

– the epistolary models : Pauline writings, Classical, Patristic and Reformed models

– the circulation of manuscript letters in Europe.

– the transmission of the letters by private agents, traders, hawkers.

– censorship : spying and the interception of letters, strategies to avoid censorship such as codes and ciphers.

– the passage from script to print : the cultural intermediaries, the role of the book-trade, the translation of letters, the change of contents between manuscript and printed text.

– the status of « silence » : the interruption of correspondence.

– challenges for the scholar : how to study religious correspondence in Early-Modern and Enlightenment Europe.

Proposals for 30-minute papers (in English or French) should be sent before 30th June 2008 to the conveners :

  • Anne Dunan-Page, anne.page@univ-montp3.fr and
  • Clotilde Prunier, clotilde.prunier@univ-montp3.fr

Selected contributors will be notified by 30th September 2008.

Lieux

  • Montpellier, France

Dates

  • lundi 30 juin 2008

Mots-clés

  • religion, correspondance, XVIIe siècle, XVIIIe siècle

Contacts

  • Clotilde Prunier
    courriel : clotilde [dot] prunier [at] univ-montp3 [dot] fr
  • Anne Page
    courriel : anne [dot] page [at] univ-amu [dot] fr

Source de l'information

  • Clotilde Prunier
    courriel : clotilde [dot] prunier [at] univ-montp3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Croire à la lettre : écrire la religion en Europe, 1600-1800 », Appel à contribution, Calenda, Publié le samedi 29 mars 2008, http://calenda.org/194696