AccueilLe particulier, le commun, l'universel

Le particulier, le commun, l'universel

La question de la diversité culturelle à l'école

*  *  *

Publié le mardi 08 avril 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Ces journées d’étude, organisées par le groupe « Universalisme et pluralité des cultures » de l’UMR Éducation et politiques, visent à interroger l’articulation ou les tensions entre ce qui est particulier à chacun, commun à tous ou universel dans l’école. Elles s'inscrivent dans une conjoncture générale marquée par une tendance à la communautarisation et à l’ethnicisation des questions sociales, qui relève peut-être moins, en France, d’un processus de repli sur le « nous » face à « eux » que d’un travail de qualification et de catégorisation des questions d’inégalité, d’échec scolaire, de violence, etc. De plus, ces journées d’étude s’inscrivent dans contexte institutionnel de changement introduit, en France, à la suite d’autres pays, par le projet du socle commun de connaissances et de compétences.

Annonce

Le particulier, le commun, l'universel

La question de la diversité culturelle à l'école

Institut national de recherche pédagogique (INRP), Lyon 7e, métro Debourg

Ces journées d’étude, organisées par le groupe « Universalisme et pluralité des cultures » de l’UMR Éducation et politiques, visent à interroger l’articulation ou les tensions entre ce qui est particulier à chacun, commun à tous ou universel dans l’école. Elles s'inscrivent dans une conjoncture générale marquée par une tendance à la communautarisation et à l’ethnicisation des questions sociales, qui relève peut-être moins, en France, d’un processus de repli sur le « nous » face à « eux » que d’un travail de qualification et de catégorisation des questions d’inégalité, d’échec scolaire, de violence, etc. De plus, ces journées d’étude s’inscrivent dans contexte institutionnel de changement introduit, en France, à la suite d’autres pays, par le projet du socle commun de connaissances et de compétences.

Pour rendre compte de l'appréhension et du traitement de la diversité culturelle et ethnique, on invoque fréquemment, en France, un principe d’indifférence aux différences ; dans d’autres pays, tels que les USA ou le Canada par exemple, on invoque en revanche un principe de reconnaissance des différences. Ces journées d’étude viseront d’abord, dans une perspective critique et historique, à réexaminer le « modèle républicain » et ce qu’il a impliqué dans les façons de définir l’école, les savoirs, l’espace public, la laïcité, la reconnaissance des droits et des mémoires des minorités ethniques ou nationales. Elles viseront aussi à dresser un état des lieux des recherches portant sur les mises à l’épreuve, par les changements sociaux, en France et à l’étranger, de l’idéal universaliste, qu’il soit républicain ou libéral.

Elles s’intéresseront ensuite, dans une perspective comparatiste, aux controverses qui manifestent de façon significative les tensions entre, d’une part, l’espace public commun de l’école, la culture scolaire commune et, d’autre part, les revendications particulières dans le domaine des savoirs et de la vie scolaire.

Elles s'ouvriront à une réflexion critique, dans une perspective sociologique, historique et de géographie sociale, sur l'usage actuel des catégories de "communauté", "d'ethnie", semblant se substituer à l'usage des catégories professionnelles et sociales pour rendre compte des inégalités à l’école. La mobilisation des catégories ethniques permet-elle de faciliter le vivre ensemble, dans une société divisée par des conflits d’interprétation de l’espace public et des conflits de mémoire ? L’articulation entre la question des appartenances et des identités communautaires au sein de l’école, qu’elles soient revendiquées ou attribuées, celle de leur éventuelle traduction dans les cursus et les curricula scolaires, celle des rapports sociaux et des inégalités scolaires, seront au centre des échanges.

Ces journées d’étude feront ainsi un état des lieux des reformulations, voire des transformations récentes, des cadres normatifs et d’interprétation des questions sociales et scolaires, qui seront analysées dans une perspective internationale. On observe, en effet, que la politique de la reconnaissance fait des émules en France : les questions scolaires sont de plus en plus interprétées, à tort ou à raison, en relation avec des appartenances communautaires. Les journées d'étude visent enfin à ouvrir un chantier qui sera l'objet de travaux ultérieurs sur le problème des recouvrements réciproques de la question des inégalités par celle des appartenances et des identités communautaires.

JEUDI 22 MAI

9H Accueil

9H30 Ouverture : Olivier Koenig, Vice-Président chargé de la recherche,
Université Lyon2 et Serge Calabre, Directeur de l’INRP.

9H40 L’uniformité républicaine, une illusion rétrospective ?

Discutant : Jean-Manuel De Queiroz (PU émérite Université de Rennes)

- Tous pour un vs. tous et chacun (Jacqueline Gautherin, PU émérite, UMR Éducation & Politiques, Lyon2-INRP).

- À l'École de la République, une culture commune au tamis des clientèles sociales (Patrick Dubois, MCF IUFM de Dijon, UMR Éducation & Politiques).

- L’école laïque comme une « maison de verre » : la position de Ferdinand Buisson face aux associations catholiques et aux syndicats d’instituteurs (1905-1909) (Frédéric Mole, chargé d’études et de recherche, UMR Éducation & Politiques, Lyon2-INRP).

- Un construit déconstruit par les remaniements théoriques : l’exemple de l’anthropologie (Françoise Lantheaume, MCF, UMR Éducation & Politiques, Lyon2-INRP).

Discussion

14H15 Objets de controverse : éléments de comparaison internationale

Discutante : Marie McAndrew (PR Université de Montréal, Chaire de recherche sur l’Éducation et les rapports ethniques)

- Les mémoires, l’histoire et les historiens (Vincent Chambarlhac, CNRS 5605 Université de Bourgogne, enseignant associé à l’UMR Éducation & Politiques).

- Les livres d’histoire post-coloniaux et la reconnaissance de la diversité : mythe ou réalité ? Le cas du Cameroun (Marie-Victoire Ngamanga, docteur Université Lyon 2).

- L’Afrique du Sud éclaire la France ? Une perspective comparative (Jean-Paul Payet, PR Université de Genève).

- Diversité culturelle des connaissances relatives à l’espace et contextes scolaires : une comparaison France/Polynésie (Bertrand Troadec, MCF Université de Toulouse le Mirail, UFR de psychologie, URI Octogone - ECCD - EA 4156).

Discussion

VENDREDI 23 MAI

9H Objets de controverse : Laïcité, accommodements, arrangements…

Discutante : Jacqueline Gautherin

- Les affaires de foulard islamique : controverses sur des modèles de justice (Philippe Foray, Université Jean Monnet, Saint Étienne).

- Le concept d'accommodement raisonnable et son application au milieu scolaire québécois (Jean-Sébastien Imbeault, Agent de recherche, chaire de recherche du Canada sur l'Éducation et les rapports ethniques, Université de Montréal, Québec).

- État des lieux quant à l’adaptation des normes et pratiques scolaires institutionnelles au Québec (Claire Chamberland, Direction des services aux communautés culturelles du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, gouvernement du Québec).

- La déontologie universaliste au péril de l'ethnicité : choses vues en France dans des collèges de ZEP (Françoise Lorcerie, Chercheur IREMAM CNRS, Aix).

Discussion

14 H Ce que fait la catégorisation ethnique

Discutant : Dominique Glasman (PU, Université de Savoie)

- La catégorisation entre mise en série et réification. Réflexions sur la sociologie politique de l’action publique à partir du cas des classifications des minorités tsiganes en Italie (Tommaso Vitale, chercheur, Université de Milan).

- Que peut l’enseignement de la statistique : exemple des statistiques de la diversité (Jean-Pierre Raoult, PR émérite, Laboratoire d'Analyse et de Mathématiques Appliquées, CNRS, UMR 8050, Université de Marne-la-Vallée).

- L’équité en éducation : pertinence et défis des indicateurs ethniques (Marie McAndrew).

- La catégorisation ethnique contre le projet universaliste. Exemple de l’enseignement de l’histoire des migrations en France (Benoît Falaize, chargé d’études et de recherche, INRP).

Discussion

16H30 Conclusion : Françoise Lantheaume

Lieux

  • Institut national de recherche pédagogique (INRP), Lyon 7e, métro Debourg
    Lyon, France

Dates

  • jeudi 22 mai 2008
  • vendredi 23 mai 2008

Contacts

  • Nicolas Favelier
    courriel : nicolas [dot] favelier [at] ens-lyon [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Nicolas Favelier
    courriel : nicolas [dot] favelier [at] ens-lyon [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le particulier, le commun, l'universel », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 08 avril 2008, http://calenda.org/194777