AccueilLe bon vin entre terroir, savoir-faire et savoir-boire

*  *  *

Publié le lundi 14 avril 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

À l'occasion du cinquantième anniversaire de la parution de l'Histoire de la vigne et du vin de Roger Dion, ce colloque a pour but de réfléchir aux parts respectives du terroir physique, du talent vitivinicole et du marché de consommation dans l'élaboration des vins de qualité. Au moment où la mondialisation renforce la concurrence internationale entre les vins, ce débat doit pouvoir aider les professionnels du vin à réfléchir à leur avenir et aux adaptations nécessaires.

Annonce

Université Paris-Sorbonne (Laboratoire ENEC)
Société de géographie

Colloque Roger Dion
Cinquantenaire de l’Histoire de la vigne et du vin

Le bon vin entre terroir, savoir-faire et savoir-boire

Jeudi 29, vendredi 30 et samedi 31 janvier 2009

Après une dizaine d’années d’enseignement au Collège de France, Roger Dion (1896-1981), titulaire de la chaire de Géographie historique de la France de 1948 à 1968, publie en 1959 son Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe siècle. Ce livre qui est autant de géographie que d’histoire connaît un faible retentissement au moment de sa parution, du fait de sa publication à compte d’auteur et de la difficulté de se le procurer en librairie. Ce n’est qu’après la mort de Roger Dion que Flammarion publie en 1991 une nouvelle édition de cet ouvrage magistral. 

Appel à communications

Faisant sienne la remarque d’Olivier de Serres « Si n’êtes en lieu de vendre votre vin, que ferez-vous d’un grand vignoble ? », Roger Dion démontre que si la qualité des sols est primordiale, elle n’intervient qu’après la délimitation, à plus petite échelle, d’une zone de grands vins par un marché de consommation. Le rôle prépondérant du diocèse d’Autun apparaît ainsi nettement lorsque Roger Dion fait observer la coïncidence quasi parfaite entre grands crus de la Côte d’Or et limites du diocèse : «  cette reconnaissance attentive et minutieuse du terrain et du relief, que les théoriciens d’aujourd’hui placent, en imagination, à l’origine de notre histoire viticole, a eu lieu, certes, mais ses effets les plus apparents se localisent à l’intérieur de certains territoires que circonscrivent des limites de possibilités d’action hors desquelles les plus belles virtualités du sol et du climat sont souvent restées sans emploi. »

Néanmoins, son message est mal passé dans les milieux viticoles. En effet, Roger Dion nie le primat du terroir physique dans la naissance des vignobles réputés, donnant toute sa place à la proximité du marché de consommation (château, abbaye, évêché, ville) ou à son accessibilité grâce à une route, une rivière ou un port. Pour lui, la valeur foncière d’un vignoble n’entretient que peu de relation avec les potentialités pédologiques ou climatiques. A contrario, lorsque les conditions commerciales sont bonnes, les viticulteurs imaginent des moyens de tirer le meilleur parti possible d’environnements difficiles (froid de la Champagne ou de l’Alsace, brouillards de la vallée de la Garonne, etc. ). Ce que Roger Dion résume par l’heureuse formule : « Aussi le rôle du terrain dans l’élaboration d’un grand cru, ne va-t-il guère au-delà de celui de la matière dans l’élaboration d’une œuvre d’art ».

Cette idée qui méritera d’être discutée au cours du colloque continue à heurter les convictions de beaucoup de viticulteurs et de négociants, tant elle remet en cause les facteurs couramment admis de la hiérarchie des crus et donc la valeur foncière des vignes. En appliquant les idées de Roger Dion à l’actuelle planète des vins, rien ne serait impossible ou immuable : un terroir jugé médiocre serait susceptible de produire un grand vin, pourvu que les viticulteurs le veuillent et qu’ils trouvent des consommateurs capables de débourser les sommes nécessaires. A contrario, le développement de la critique œnologique pousserait à l’exigence. Il ne suffirait plus d’apposer une étiquette prestigieuse sur une bouteille pour que celle-ci reçoive les éloges dus à un grand vin.

Au moment où la mondialisation accélérée des échanges annule l’effet  de proximité et permet aux vins de voyager à faible coût sur de grandes distances, la question du retour du terroir physique se pose avec acuité. La hiérarchie des potentiels viticoles n’est-elle pas appelée à s’affirmer davantage ? C’est probablement l’une des tendances actuelles dans les pays riches (Europe, Amérique du Nord), mais ailleurs, le coût de la main d’œuvre et le prix que les consommateurs sont prêts à débourser pour une bouteille de vin continuent à dominer la filière vitivinicole. Celle-ci privilégie alors les vins faciles, monocépages à fort rendement.

De nombreux viticulteurs français et européens, fascinés par les vignobles de l’hémisphère austral, font le choix de cette deuxième solution qui leur semble adaptée aux besoins du marché. Ce faisant, ils n’anticipent nullement l’accroissement des exigences qualitatives des néo-consommateurs. Il y a de plus en plus de vrais connaisseurs en Europe et en Amérique du nord ou en Extrême-Orient. Ceux-ci ne veulent plus de vins passe-partout, mais savent apprécier les infinies nuances des vins de terroirs.

Le colloque consacré à l’œuvre de Roger Dion et à sa postérité concernera donc :

  • Le caractère novateur de l’Histoire de la vigne et du vin. Cheminement de la pensée de Dion au cours des années 1950.
  • L’écriture de Roger Dion et les différentes facettes de son œuvre.
  • La réception de l’œuvre de Roger Dion chez les géographes, les historiens, les milieux vitivinicoles.
  •  Facteurs passés et actuels d’émergence des grands vins Colloque Roger Dion
    Cinquantenaire de l’Histoire de la vigne et du vin
  • La concurrence historique blé-vigne et la naissance des grands vignobles sur les terres les moins propices à la viticulture.
  • L’artificialisation des terroirs. Les transformations passées et actuelles des données environnementales (aménagement des pentes, murettes et murs de clôture, apports de terre extérieure, amendements divers, drainages, irrigations, moyens d elutte contre le froid, conduites destinées à protéger de schaleurs trop intenses, traitements anti-maladies, biologie des sols, etc.).
  • L’accessibilité au marché de consommation du vin hier et aujourd’hui.
  • Parts respectives du terroir physique et des talents vitivinicoles dans la qualité du vin.
  • Rôles passés et actuels du goût du consommateur de vin et des manières de boire sur la vitiviniculture.

Comité scientifique du colloque :

  • Guy Chemla, Université Paris-Sorbonne
  • David Cobbold, Consultant international
  • Jacques Dupont, Journaliste
  • Claude Fischler, CNRS
  • Gilles Fumey, Université Paris-Sorbonne
  • Alain Huetz de Lemps, Université Michel de Montaigne
  • Françoise Jacquin-Dion
  • Hugh Johnson, écrivain
  • Sophie Lignon-Darmaillac, Université Paris-Sorbonne
  • Vincent Moriniaux, Université Paris-Sorbonne
  • Jocelyne Pérard, Université de Bourgogne
  • Jean-Pierre Perrin, Académie du vin de France
  • Jean-Robert Pitte, Université Paris-Sorbonne
  • Jean-Claude Ribaut, Journaliste
  • Jacky Rigaux, Université de Bourgogne
  • Philippe Roudié, Université Michel de Montaigne
  • Raphaël Schirmer, Université Paris-Sorbonne
  • Alain Senderens, Cuisinier
  • Aubert de Villaine, Viticulteur
  • Serge Wolikow, Université de Bourgogne

Projet de communications à envoyer avant le 1er juin 2008 à

Jean-Robert PITTE
Société de Géographie
184, boulevard Saint-Germain
75006 PARIS
E-mail : jean-robert.pitte@wanadoo.fr

Lieux

  • Sorbonne-Société de Géographie
    Paris, France

Dates

  • dimanche 01 juin 2008

Fichiers attachés

Mots-clés

  • vin, terroir, consommation, mondialisation

Contacts

  • Jean-Robert Pitte
    courriel : socgeo [at] socgeo [dot] org

Source de l'information

  • Jean-Robert Pitte
    courriel : socgeo [at] socgeo [dot] org

Pour citer cette annonce

« Le bon vin entre terroir, savoir-faire et savoir-boire », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 14 avril 2008, http://calenda.org/194813