AccueilLe militantisme associatif : substitut, complément ou alternative au militantisme politique

*  *  *

Publié le vendredi 18 avril 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Le Groupe de recherche sur les militants associatifs (associé au Maitron) organise une journée de réflexion autour de la notion de militantisme associatif, et de ses relations complexes avec le militantisme politique. L'approche de cette journée est essentiellement historique et portera principalement sur l'après 1945. Elle est organisée dans le but de contribuer à la connaissance du milieu associatif.

Annonce

Le militantisme associatif : substitut, complément ou alternative au militantisme politique 

Quels sont les rapports entre ces deux formes d’engagement dans la Cité que sont le militantisme associatif et le militantisme politique ? Pourquoi certains militants associatifs semblent réticents à s’engager en politique, y compris parmi ceux qui se revendiquent de l’éducation populaire ? Qu’est-ce qui distingue un militant associatif et un militant politique : ses pratiques, ses convictions, ses objectifs ? Est-ce aussi une question de générations ?

L’accent sera mis sur la période l’après 1945. Nous donnerons la parole à des historiens, à des sociologues, qui viendront partager leur réflexion sur les liens complexes qui régissent ces deux formes de militantisme. Une large place sera laissée aux débats et aux échanges avec le public. Nous espérons que cette journée sera l’occasion de réunir de nombreux militants associatifs qui pourront nous livrer leur témoignage et nous faire part de leur point de vue.

Le milieu associatif est immense et difficile à cerner. Nous souhaitons que cette journée collective contribue à lancer un mouvement de connaissance historique de ce monde disparate, hétérogène et encore relativement méconnu.

La journée se déroulera au Centre d’histoire sociale du XXe siècle, le samedi 24 mai de 9h30 à 17h30. Adresse : 9, rue Malher (amphi du sous-sol)

Programme :

Matin

9h00 Accueil

Modérateur : Francis Lebon
Sociologue, co-rédacteur en chef d’Agora-Débats Jeunesses, Francis Lebon est chargé de recherche à l’INJEP. Secrétaire scientifique du GRMA de sa fondation à 2007, ses travaux concernent principalement les animateurs socioculturels. Il a publié en 2005 Une politique de l’enfance. Du patronage au centre de loisirs aux éditions L’Harmattan.

9h30 Petite introduction par Françoise Tétard et Arnaud Loustalot

Ingénieur d’étude CNRS, CHS XXe siècle, Françoise Tétard s’intéresse depuis plusieurs années aux spécificités du monde associatif. Cofondatrice du GRMA aux côtés de Geneviève Poujol, elle a publié plusieurs articles sur l’histoire de l’éducation populaire et sur les relations entre l’État et les mouvements de jeunesse et d’éducation populaire.

Doctorant en histoire à Paris 1, Arnaud Loustalot travaille sur les associations de chantiers de jeunes sous la direction de Jean-Louis Robert. Il publiera à la fin de cette année un ouvrage consacré à l’une d’entre elles, les Compagnons bâtisseurs. Il assume depuis quelques mois le secrétariat scientifique du GRMA.

10h00 Education populaire et Politique : des frontières incertaines aux XIXe et XXe siècles par Jean-Paul Martin

Maître de conférences, université de Lille 3, Jean-Paul Martin est historien de la laïcité et de la Ligue de l’enseignement. Chargé de recherche de 1983 à 1988 à l’Institut national de l’éducation populaire de Marly-le-Roi, il participe actuellement à un travail biographique de redécouverte de la mémoire ouvrière dans la région stéphanoise, en lien notamment avec le « Dictionnaire Maitron » (Dictionnaire biographique mouvement ouvrier mouvement social 1940-1968).

11h00 La part du militantisme associatif chez les anciens cadres jocistes par Eric Belouet

Ingénieur d’étude contractuel CNRS, Eric Belouet travaille à la réalisation du « Dictionnaire Maitron ». Sa thèse portait sur l’histoire de la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne). Il est également auteur du Maitron avec la responsabilité des militants de la JOC et en partie de la CFTC (avant 1964) et de la CFDT.

Pourquoi les militants catholiques sociaux butent-ils sur le politique ? par Michel Chauvière

Sociologue, directeur de recherche CNRS (CERSA, université Paris 2), Michel Chauvière est spécialiste des politiques sociales et familiales. Il est un des fondateurs du Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux (GRMF), association qui a permis d’analyser la postérité de la JOC dans l’action familiale et syndicale.

12h00 Les différents modes d’intervention des associations dans le champ politique par Marie-Thérèse Cheroutre

Historienne, Marie-Thérèse Cheroutre fait partie du comité scientifique du PAJEP (Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire). Elle est membre d’honneur des Scouts et Guides de France. Elle a publié en 2002 Le scoutisme au féminin. Histoire des Guides de France 1923-1998 au Cerf.

13h00-14h30 : déjeuner-buffet associatif sur place.

Après-midi

Modératrice : Denise Barriolade
Inspectrice principale « Jeunesse et Sports », Denise Barriolade est chargée de mission auprès du directeur de la jeunesse et de l’éducation populaire. Ses engagements passés sont autant syndicaux, politiques – elle a notamment été conseillère municipale à la mairie de Créteil de 1998 à 2001 – qu’associatifs. Elle se définit comme une militante culturelle. Elle est co-créatrice du PAJEP.

14h30 Qu’est-ce qui distingue un militant associatif d’un militant politique ? par Claude Pennetier

Historien, chercheur CNRS, CHS XXe siècle, Claude Pennetier est directeur du « Dictionnaire Maitron ». Il travaille sur la sociobiographie des militants en général, et plus spécifiquement des militants communistes. Par ailleurs, il a été président de la MJC de Montmesly à Créteil et il est aujourd’hui militant de la Ligue des droits de l’Homme.

15h10 La politique sans le pouvoir : le cas des militants d’éducation populaire des années 1970 par Laurent Besse

Historien, maître de conférences, IUFM de Bordeaux, Laurent Besse vient de publier Les MJC. De l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes 1959-1981 aux Presses universitaires de Rennes. Il s’intéresse à l’éducation populaire dans les Trente Glorieuses, et tout particulièrement au militantisme local.

15h50 Comment le “travail associatif” produit de la socialisation politique ? par Sandrine Nicourd.

Sociologue, maître de conférences, université de St Quentin en Yvelines, Sandrine Nicourd est membre du laboratoire PRINTEMPS. Elle mène des recherches sur les modalités de construction des engagements contemporains. Elle réalise notamment des enquêtes dans des associations d’éducation populaire, ainsi qu’auprès des mouvements, syndicats et associations étudiants.

16h30 Conclusion par Jean-Claude Richez

Historien, spécialiste du mouvement social en Alsace, Jean-Claude Richez est directeur de l’unité recherche études formation de l’INJEP. A ce titre, il a mené plusieurs travaux de synthèse sur l’éducation populaire. Par ailleurs, il a été adjoint au maire de Strasbourg de 1989 à 2001. Il a aussi assumé des responsabilités dans plusieurs associations dont le Club Jacques Peirotes et l’ANACEJ (Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes).

17h30 Clôture autour d’un pot amical.

Chaque intervention sera suivie d’un temps d’échange avec la salle

Des ouvrages en rapport avec cette journée de réflexion seront proposés sur une table de librairie.

Programme complet et bulletin d’inscription en pièce jointe ou en contactant le secrétaire du GRMA, Arnaud Loustalot : loustalot.arnaud@free.fr

Lieux

  • Centre d'histoire sociale du XXe siècle, 9 rue Malher (amphi du sous-sol)
    Paris, France

Dates

  • samedi 24 mai 2008

Contacts

  • Arnaud Loustalot
    courriel : loustalot [dot] arnaud [at] free [dot] fr

Source de l'information

  • Arnaud Loustalot
    courriel : loustalot [dot] arnaud [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le militantisme associatif : substitut, complément ou alternative au militantisme politique », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 18 avril 2008, http://calenda.org/194844